58
Commentaires

Commission Cahuzac : l'intermède téléphonico-bouffon qui a détendu l'atmosphère

Ouh là là ! Figurez-vous que "l'administration policière" a voulu "porter atteinte au secret des sources" en surveillant "les rapports téléphoniques entre Edwy Plenel et l'un des protagonistes de l'affaire". C'est l'accusation portée par Fabrice Arfi et Edwy Plenel lors de leur audition par la commission d'enquête sur l'affaire Cahuzac. Une histoire suffisamment grave pour mériter une dépêche AFP. Sauf qu'à mesure des débats, et après l'audition de Michel Gonelle, l'homme au répondeur, l'affaire se dégonfle et relève davantage de la maladresse d'un OSS 117 version Jean Dujardin que d'un scénario à la James Bond.

Derniers commentaires

Mais non, les services de police et de renseignements sont dignes des BD des Bidochons!

Par contre tout ce qui est désinformation par la télévision et le reste cela marche bien.

Je m'explique à Paris, 10% des policiers sont très mal logé, certains dorment sous les ponts.
De ce coté là cela pour eux ce n'est pas la joie, alors quand ils peuvent saisir une vraie crapule, là cela se passera mal pour eux;

Pour les journalistes, là c'est autre chose, un exemple, la réforme Fioraso, ce n'est pas l'histoire d'enseigner en anglais des cours...
C'est plutôt les références des futurs universités type MacDO, qui pourront délivrés des diplômes concurrentiels des universités, ne riez pas surtout pas...

Enfin cette semaine lors de la manifestation à Paris, on était encadré par une dizaine de policiers, et paf on passe rue Solferino, alors on a été chanté devant les portes du PS" Pécresse l'a rêvé, Fioraso l'a fait, le changement c'est pire qu’avant", cela n'a pas duré, on a eu 4 cars de CRS, pour faire disperser, quelques étudiants (absent pour certains de la manif pour cause de partielles) et quelques chercheurs!
Je trouve pas crédible cette présentation des faits:
- C'est le premier appel de Médiapart
- Le téléphone s'éteint
- Il prend un autre téléphone
- Et rappel Médiapart... sur quel numéro?
Soit il manque une étape soit c'est bidon.
Et le flic qui a prêté le téléphone professionnel va être entendu par la commission ?
J'espère que E.Plenel et D.Schneiderman ont entendu parler de la Strongbox implémentée récemment au New Yorker qui assure un plutôt bon anonymat des sources.
Beaucoup trop de pignoleurs (ou en français: ratiocinateurs) aujourd'hui sur le forum:
après le visionnement complet de la video de la déposition de Plenel et Arfi, n'en retirer ou mettre en exergue que ce micro-épisode, [et c'est valable pour S. Rochat comme pour les 'forumeurs' et même D.S lui-même puisque E.Plenel intervient en personne], ça n'est vraiment pas à la hauteur à l'aune de tout ce qu'on apprend par le détail, décrit, argumenté, circonstancié et...accablant.
Heureusement pour notre démocratie qu'un Médiapart existe et ses journalistes avec;
pour le reste, les patati et patata, et regardez comme j'argumente finement, comme je traque le détail qui tue, etc...: PEANUTS!
Et faudrait pas que ça devienne une habitude les gars, parce que ça ressemblerait trop à d'autres sites déjà bien discredités par leur propre forum.
@+
De toute manière si on veut étouffer une affaire on fait une commission d'enquête parlementaire j'me souviens plus qui a dit ça. Ceci dit heureusement qu'il y a eu médiapart, car avec tous les journaleux qu'on a ,on saurait jamais rien. Quand à l'autre excité qui traite plenel de stalinien ,il s'est trompé de cite on est pas sur Atlantico ,on a pas les mêmes valeurs .C 'est à se demander si Cahuzac c 'est pas son pote... Ceci dit je préfère de loin un Plenel à un Apathie ou Joffrin .
Sacré Edwy, quel tragédien !
Autant Mediapart (l'équipe) fait du bon boulot quand ils ne militent pas pour le PS, autant les envolées lyriques de son taulier m'ont toujours parues tantôt burlesques quand je suis de bonne humeur, tantôt plus qu'irritantes quand je me suis levé du mauvais pied.
Et puis ses discours sur la démocratie, le journalisme, l'indépendance, c'est d'un chiant... Heureusement que sa moustache est là comme pour lui rappeler le ridicule de la chose.
Je ne suis pas certaine d'avoir tout BIEN compris.

Le début de l'histoire ça serait donc ça :
-1- Gonelle, pour rappeler Médiapart alors qu'il est en panne de batterie, a emprunté le téléphone d'un policier, pas d'un collègue, pas d'un administratif, non, d'un policier. ... bon, là déjà, .... c'est pas finaud comme idée. Il aurait pas pu emprunter un chargeur, plutôt ? Ou avoir un chargeur dans ses affaires. Ou demander à quelqu'un qui bosse avec lui de prévenir qu'il rappellerait plus tard.
-2- En utilisant ce téléphone, il ne précise pas qu'il ne faut pas le rappeler à ce numéro ... mouais ... bof ....re- pas finaud.
-3- Plenel, qui nous a donné de belles leçons de protection des sources dans le "@ux sources" que Maja lui a consacré ( au, fait, elle va revenir ?), laisse un message explicite sur une boîte vocale d'un numéro qu'il ne connaît pas .... ah, bein il protège pas super bien ses contacts lui.

Va falloir que Cahuzac, Gonelle et Plenel apprennent à se servir de leurs appareils manifestement trop subtils pour eux.
Merci Xavier , merci Alice , les Asinautes sont de bonne compagnie.

Fréquentant de près le milieu de la Police et autres Admirables Administrations , et apres avoir vu la sceance de la commission parlementaire où effectivement nos Medfiapartiens (chui abonné aussi) m'ont paru nous la jouer un peu "tragédie" , la version Gonelle m'a paru tout a fait correspondre a ce que je peux savoir de nos fonctionnaires de police et autres....
on peu en rire....
ou pas.

C'est tristement nous.
Non mais allo
JE SUIS SURPRISE QUE M. ROCHAT SE FENDE D UN ARTICLE AUSSI COMPLET POUR SE MOQUER DE MEDIAPART ET LES TRAITER DE PARANOS ET J AURAIS PREFERE LIRE AVANT CETTE COMMISSION PARLEMENTAIRE QUI NOUS FAIT DECOUVRIR LES COULISSES DE NOTRE REPUBLIQUE QUELQUES ARTICLES D ENQUETE SERIEUSE SUR L AFFAIRE CAHUZAC SIGNES PAR CE MEME M. ROCHAT;

il est regrettable de constater qu'il n'y avait que 3 médias qui accompagnaient cette enquête pendant les longs mois et qu'après les aveux de M. Cahuzac , tout fait buzz et vous permet encore une fois de tirer sur Médiapart au lieu de vous demander où se situe votre travail de journaliste. Si c'est pour cela nous n'avons pas besoin d'ARRET SUR IMAGES où je suis abonnée depuis le début pour vous soutenir dans votre démarche ou celle de M. Schneidermann.

Décue et désolée.
Je suis également un peu étonné par la naïveté de cet article. Que tout cela soit déclenché de manière un peu rocambolesque, certes (ça doit à mon avis souvent être le cas), mais il n'en demeure pas moins que ce qui s'en est suivi est complètement anormal.
Gonelle, c'est pas le type qui a piégé Cahuzac avec un portable ?
Apparemment il s'est payé Plenel aussi...
L'appeler avec le portable d'un flic... parce qu'il n'avait plus de batterie ? et on doit le croire sur parole ?
Une fois de plus nous sommes en plein cirque médiatique exploitée ici. Il n'en reste pas moins que dès que E Plenel appelle quelqu'un et si par hasard cela se sait, les services de la république se mettent en alerte. Rapport de force inquiétant. Bon, Démocratie avez-vous dit ,On plaisante sans doute, démocratie lorsque vous êtes un parfait inconnu, sinon "services d'écoute" en marche immédiatement; Démocratie à rabais, raillée par la presse pour faire du buzz mais pas vraiment dénoncée. Hop, on continue !!!!
Donc, si je comprends bien @si, il est drôlissime qu'un préfèt de la république, ayant surestimé une information, décide d'en faire part au Cabinet du Ministre soupçonné du délit en question ?

Au fond, ce jugement d'@si reflète bien le traitement particulier que la justice et la police réservent aux puissants et je ne peux m'empêcher de faire le parallèle avec une comparaison, je pense d'Edwy Plenel justement, qui soulignait que si Mediapart avait révélé avec le même niveau de preuve que pour l'affaire Cahuzac la présence de drogue dans un entrepôt du 93, la police faisait une descente dans l'heure.

Ici aussi, s'il avait été révélé dans une commission d'enquête parlementaire qu'un préfet de police avait révélé à la mère d'un dealer du 93 que des journalistes s'intéressaient à son petit trafic, il pouvait faire ses bagages et préparer sa défense en justice.

Mais comme dans le cas présent on est entre soi, cela ne peut prêter qu'à rire...
Belle illustration de la paranoïa, qui serait ridicule si elle n'était pas haineuse, propre à certains nostalgiques des Grands Soirs. Le problème, encore et toujours, c'est lorsque l'opinion tord les faits, tout en se parant des vertus de l'investigation. L'article de S. Rochat a le grand mérite de dégonfler (un peu) les baudruches néo-gauchistes un peu vaines, piteusement représentées par les duettistes de Mediapart: Stan Plenel et Oliver Arfi. Et encore une fois: acceptez votre condition de militants, camarades, et ne jouez plus dans la cour de l'information. Comme disait le camarade Lénine: les faits sont têtus. Et ils vous emmerdent, je rajoute.
Cher amis d'@si, cher Sébastien Rochat, il n'y a factuellement aucune contradiction entre mon récit et celui de Michel Gonelle, ainsi qu'avec le contenu factuel du courriel venu du cabinet de M. Cahuzac. Et, sincèrement, je ne me suis aucunement senti mal à l'aise pour répondre tant il n'y a pas d'anguille dans cette affaire.

En revanche, il y a bien une question de culture démocratique collective (celle des administrations, des politiques, des citoyens, voire des journalistes eux-mêmes) qui concerne ce bien essentiel que nous devons protéger en tant que journalistes, nos sources et contacts divers. Pourquoi serait-il anecdotique et, finalement, sans gravité aucune que le simple appel d'un journaliste (en train de faire son travail normal d'enquête dans une démocratie que nous espérons tous un peu plus normale) fasse l'objet d'un rapport de police qui, au fil des étapes hiérarchiques, se transforme en information sensible transmise au cabinet d'un ministre, voire de plusieurs?

Autant que je sache, les rapports internes à la police sont faits pour signaler des incidents, des dysfonctionnements ou des désordres. Je ne crois pas que mon appel sur le numéro utilisé par Michel Gonelle pour me joindre relève d'une de ces trois catégories. Sauf si, en effet, on s'intéresse à nos sources. Car vous oubliez le contexte très particulier du début de l'affaire Cahuzac, ses tensions et ses manœuvres: à l'époque, M. Gonelle ne s'exprimait pas en public et se contentait de nier être concerné par l'enregistrement compromettant de 2000.

Le retrouver, le rencontrer, le convaincre de se dévoiler et, surtout, de parler, était un enjeu essentiel pour l'enquête que nous menions. Le fait que nos tentatives pour le contacter soient rapidement signalées par des voies policières et administratives jusqu'au cabinet du ministre sur lequel nous enquêtions est, je le répète, une atteinte évidente à la protection du secret des sources.

Merci de m'avoir lu, en toute confraternité. Edwy Plenel, directeur de Mediapart (et abonné personnel à @si ;-)
J'avoue ne pas très bien comprendre le ton de Sébastien Rochat. Ce n'est quand même pas très normal que le DIRCAM du préfet cour-circuite le ministère de l'intérieur dont il dépend, pour prévenir directement le cabinet du ministre... du budget ?
De la à envisager un complot et une traque des journalistes, c'est certes un peu fort de café. Par contre, j'ai l'impression que les habitudes, très spontanées, de certains fonctionnaires sont condamnables : "on va prévenir les copains". Je comprends la métaphore de F. Arfi. : la barque et le paquebot.
C'est quand même étrange cette mentalité ouh là là, personne n'a pensé qu'un coup de téléphone entre Gonelle et Plenel relevait de la vie privée ? Y'a même pas besoin de commander d'écoutes, ça remonte tout seul dans les tuyaux, poussé par la peur...
Alors ça, je tombe des nues. Bon OK la France est 37ème au classement de la liberté de la presse, Ok il y a les fadettes, OK des journalistes interrogés abusivement (Dasquié par exemple), OK des collusions énormes entre pouvoir et grands organes de presse, OK les grands groupes sont soumis au patrons milliardaires qui font la pluie et le beau temps dans le pays.
Mais quand même. Des écoutes téléphoniques ? en France ? Rhôô.
Sébastien non mais allo, vous n'êtes pas sérieux, de prendre part à cette engeance complotiste de journalistes gauchistes Mediapartiens ?
* C'est quoi ce clic dans mon téléphone *
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.