24
Commentaires

Comment Twitter a forcé les médias à s'intéresser au meurtre de trois musulmans américains

Les médias ont-ils failli dans leur couverture de la tuerie de Chapel Hill, en Caroline du Nord, où trois musulmans ont été abattus par un voisin mardi 10 février en fin d’après-midi ? Difficile d’en douter à en croire les centaines de milliers de messages sur Twitter condamnant la sous-médiatisation d’un meurtre possiblement islamophobe.

Derniers commentaires

Heureusement, c'est pas en France qu'on verrait des médias rapporter différemment des meurtres selon que la victime et l'agresseur sont ou ne sont pas "musulmans".
Ah, ben en fait, si.
Exemple : le 15 janvier (4 jours après la marche où tout le monde était Charlie), un homme a été tué de 17 coups de couteau près de Carpentras (Vaucluse). Vous en avez entendu parler?
Très bon article, je trouve. Merci.
Merci pour cet article.
Une précision, les trois victimes étaient des étudiants très bien insérés dans leurs universités respectives (les deux jeunes femmes étudiaient à NC State à une 20aine de km). Deah Barakat, le jeune homme assassiné, finissait ses études de dentiste et devait rejoindre la Turquie à la fin de l'année dans un programme d'échange humanitaire pour soigner les réfugiés syriens. Tout ça n'apporte pas grand chose à l'affaire, mais ça fait du bien de le dire.

A noter que sur le site US du Guardian (en anglais) ou sur le NY Times le suspect est présenté comme un sacré agité du bocal, agressif avec plusieurs de ses voisins et militant pro-armes. Je ne sais pas ce que la justice finira par conclure quant à l'origine raciste ou islamophobe des meurtres, mais clairement le fait d'avoir un taré qui vit avec son flingue à côté doit contribuer à ce genre de drames. Les USA ont vraiment un problème avec leur second amendement et l'interprétation qui en est faite.

Sinon pour info sur le côté athée militant du suspect, Chapel Hill est comme de nombreuses villes du sud rural très occupée par la religion, mais il s'agit très largement de christianisme. Pour donner une idée de l'endroit, Chapel Hill ça doit être 50000 habitants à la louche dans une petite ville de campagne (la moitié étant des étudiants de UNC, qui quittent donc la ville en été). Si vous sortez de la ville en voiture, vous croisez à peu près une église toutes les deux fermes par km. J'exagère à peine. Et dans les supermarchés il est impossible d'acheter de l'alcool le dimanche matin.
Il y a comme une subtilité de la bêtise.Ça fait peur.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.