10
Commentaires

Comment Titi est devenu l'icône des Catalans (contre Gros Minet)

À l’approche du référendum catalan, Madrid avait tout prévu: un déploiement de milliers de policiers anti-émeutes à Barcelone. Trois grands navires pour les loger. Ce que l’État espagnol n’avait pas anticipé, c’est que l’un de ces bateaux, loués dans l’urgence, serait décoré par Titi, Gros Minet et autres personnages de cartoon de Warner. Laquelle Warner refuse de voir l'image de ses Looney Tunes associée au conflit politique.

Derniers commentaires

C'est les aventures de Titi et Grosse Matraque?
"comment expliquer que Mélenchon défende l'indépendance de l’Écosse en argumentant qu'ils veulent se détacher d'une monarchie mais qu'il dise aujourd'hui qu'il préfère une Espagne unie? "
-------
Ce n'est pas ce que j'ai entendu.
La discussion autour d'une table sur les frontières en Europe reste fondamental, sinon c'est l'Europe des Royaumes Germains qui nous attend...
joli coup de com de warner. je regrette que Wile E. Coyote n'ait pas été utilisé pour symboliser le gouvernement espagnol, il y avait matière a détournement pourtant.
C'est très bien d'avoir rapporté le ridicule de l'Etat Espagnol dans cette affaire, mais il serait intéressant d'avoir un regard et une analyse plus profonde au sujet des mouvement indépendantistes en Europe. En France, beaucoup ignorent ces réalités et confondent nationalisme et anti-impérialisme, en niant le droit à l'autodetermination des peuples.
La question catalane, comme la question basque, n'est plus qu'une question d'indépendance: c'est une question de démocratie et de droits fondamentaux.
Je pense que le sujet mérite une émission ASI: quel est le traitement des médias dominants sur ces questions là? Durant des annés les médias français ont relayé la propagande du gouvernement espagnol sur le Pays Basque ou la Catalogne, sans se soucier de donner la parole aux camps d'en face et en niant que ce même problème politique existe en France. Les mouvements indépendantistes sont présentés comme des mouvements nationalistes d'extrême droite, et l'autoritarisme des gouvernements centrales n'est jamais évoqué.
Les forces de gauche comme de droite ont le même discours nationaliste et impérialiste: comment expliquer que Mélenchon défende l'indépendance de l'Ecosse en argumentant qu'ils veulent se détacher d'une monarchie mais qu'il dise aujourd'hui qu'il préfère une Espagne unie?
Enfin, dans le processus catalan, la communication a pris un poids énorme. La diplomatie catalane a fait un travail exceptionnel, et le président Puigdemont -qui est polyglotte- a été interviewé par les plus grands médias.

Allez, un peu de pédagogie!
Il y a une vingtaine d'années de ça, une entreprise espagnole proposait un service de recouvrement de dettes original : les mauvais payeurs étaient systématiquement suivis, dans la rue, par une personne déguisée en Panthère rose. Il paraît que certains craquaient, et s'acquittaient de leurs dettes…
Autant l'article est amusant, autant je trouve que traiter de cet indépendantisme catalan de façon sérieuse aurait pu être intéressant par ailleurs : ces forces centrifuges qui animent l'Europe vers le pire. C'est une donnée en soi, parce que ces nations associées à des territoires, s'il arrivait que l'une réussisse son indépendance, vont se précipiter vers leur propre scission également.

Le pays basque, la Wallonie, la Corse... Et j'en oublie. Ce signal sera fort, c'est d'ailleurs ce que craint le gouvernement espagnol : que l'Espagne se disloque. Mais son attitude, d'envoyer des milliers de policiers pour empêcher le vote dans une province autonome, est-elle clairement mesurée ? Cela pourrait être reculer pour mieux sauter, et sauter de haut, sur une séparation très violente...

D'ailleurs, le référendum au Kurdistan, c'est un baril de poudre dans une zone qui ne demande qu'à s'enflammer.

Il ne faut pas s'inquiéter pour un rien, mais ce qui et présenté comme du folklore (Ah, ces Catalans !!) pourrait déboucher sur une crise aigüe de l'Europe. Et surtout une matérialisation très forte des crises sociale, politique et économique qui touchent l'UE, et d'ailleurs en premier les pays du Sud de l'Europe.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.