90
Commentaires

Comment TF1 contourne les règles du CSA

TF1 ? Une "chaîne délinquante" qui "piétine la loi". Rien que ça ! Arnaud Montebourg n'y est pas allé par quatre chemins pour attaquer la chaîne Bouygues, qui a rendu coup pour coup par la voix de son PDG : ces propos "révèlent une inquiétante conception de la démocratie", a répondu Nonce Paolini dans une lettre ouverte diffusée mardi 5 octobre. Le ton monte entre TF1 et Montebourg depuis la mise en ligne sur le net d'une vidéo - extraite d'un documentaire de Pierre Carles qui doit sortir fin octobre - montrant le député socialiste se féliciter de pouvoir "taper sur TF1". Si le contentieux entre Montebourg et TF1 ne date pas d'hier, la question du respect par la première chaîne des obligations dictées par le CSA est posée. Comme le relève Lepoint.fr, le nombre de mises en demeure reçues par TF1 n'est certes pas plus élevé que la moyenne. Mais TF1 s'arrange facilement des règles édictées par le CSA, qui fait preuve d'un laxisme manifeste.

Derniers commentaires

Allez Daniel, mettez vos querelles de côte et invitez Pierre Carles ! En espérant qu'il accepte !
Je me joins aux autres pour féliciter Sébastien : son papier est très pertinent. On pourrait encore extrapoler le débat à savoir comparer la programmation de TF1 et ses manquements aux profils des lecteurs (dépolitisé? Politiquement très stable? Conservateur?, etc.) . De la même manière, il pourrait être utile de faire un papier sur l'insuffisance dans les détails des chiffres qui sont mis à la disposition du grand public et notamment sur la question de la diversité de la parole politique. Acrimed en a parlé brièvement ici : http://www.acrimed.org/article2745.html
Le csa par exemple ne trouve rien à redire que les magazines TV donnent la part belle à TF1. Pourquoi les chaines concurrentes ne portent-elles pas plainte? L'argument avancé est que c'est l'audience qui le justifie . La poule et l'œuf...

Mais parlons des chaines financées par la redevance. Depuis la fin de la SFP (société française de production), les animateurs sont devenus des producteurs privés avec toutes les dérives que Elkabach dénonça en son temps.

Le canard enchainé du 22/10/08 illustra jusqu'où va la confusion des genres.

L'émission de france 2 "ils font bouger la France" animée par Béatrice Schonberg (femme de Borloo, l'information a son importance) invitait Miss Boutin pour vanter les mérites de la maison à 15 € par mois , invention du ministre mari du premier.
Soit.
Mais la cerise du gâteau est que Emmanuel Chain est non seulement producteur de l'émission (Elephant et co), mais il est aussi conseiller de communication de la Boutin de la République pour, selon le Canard 228 917 €

http://ideauxetdebats.20minutes-blogs.fr/archive/2008/10/27/un-borloo-ca-va-deux-borloo-bonjour-les-degats.html
[Mode Sarkozystan ON]
définition du sigle CSA : Conseil Supérieur des Apparatchiks.
[Mode Sarkozystan OFF]
Il vous faudra bien, un jour, inviter Pierre Carles (dit Pierrot le fou) en mettant vos aigreurs respectives de côté ; rien que pour rester cohérent l'un et l'autre...

Bien à vous.
Petit rappel historique sur l'attribution de la première chaine à Bouygues

TF1 La maison du mensonge
Merci à Sébastien Rochat pour son brillant article.

Voici un exemple de plus entre le gouffre qu'il y a entre les ambitions affichées par la France et la réalité.
Certains appellent ça laxisme, d'autres hypocrisie (mot très à la mode en ce moment), délinquance... Pour ma part, je dis qu'on ne se donne pas les moyens de nos ambitions, ou que nos ambitions ne sont qu'une façade, un temesta...
Une chtit Arret sur Images avec Pierre Carles, demain ?

Allezzzz, siooouuuplait :o)
Sur le CSA, une donnée majeure qui me semble hélas de moins en moins présente dans le débat public est son mode de nomination et les personnalités nommées : 3 par le président de la République, 3 par le président de l'Assemblée Nationale, 3 par le président du Sénat ; pour un mandat de 6 ans, ils sont renouvelés par tiers avec donc un choix toutes les années impaires (sauf démission ou autre) par les présidents. Donc dans la France de la V° République, automatiquement 3 à droite, et les 6 autres selon les fluctuations électorales, mais pas bien à gauche ces derniers temps... le dernier membre nommé à être clairement de gauche était Francis Beck, en 2001. Depuis, il y en a eu 12, et certaines personnalités qu'on peut penser "d'ouverture" (Michèle Reiser, Rachid Arhab, Marie-Laure Denis) sont cantonnées aux questions techniques ou sociétales et pas aux sujets les plus sensibles.

Les nominations les plus choquantes ont bien sûr été celles au poste de président du CSA, notamment pour les deux derniers, nommés par Chirac :
- Dominique Baudis, député-maire UMP de Toulouse, trempant dans pas mal "d'affaires" locales, qui a cherché un poste bien payé et où on a le temps de faire autre chose, après avoir perdu son poste électif, et en attendant de gagner la députation européenne UMP. Je ne m'étendrai pas sur ce monsieur assez connu, Acrimed en parle bien.
- Michel Boyon, directeur de cabinet de Léotard en 1986, il a largement rédigé la loi Léotard qui, entre autres, privatisait TF1, et on sait qu'il a eu un rôle très important en coulisses pour confier TF1 à Bouygues au nom du "mieux-disant culturel" et non à Hachette ; il a ensuite été directeur de cabinet de Raffarin de 2003 à 2005 après que celui-ci l'a chargé d'une mission sur la TNT de 2000 à 2003. Il est président du CSA depuis 2007.
L'homme qui a donc vendu TF1 à Francis Bouygues pour une valeur inférieure aux estimations et contre beaucoup d'avis, qui a participé à la rédaction de la charte, ferme les yeux sur le non-respect total de celle-ci (j'aurais des choses à ajouter à votre analyse sur ce point Sébastien, mais elle est excellente !). Étonnant, non ? L'homme qui a aussi favorisé la mainmise des grands groupes d'industrie des médias sur la TNT serait aujourd'hui chargé d'ouvrir plus largement celle-ci ? Le magazine L'Histoire avait lancé, avec des chercheurs et hommes de médias, l'idée d'émettre 4h/jour sur un canal partagé avec une chaîne pour enfants ; leur projet, pourtant très solide, n'a pas été retenu. La chaîne Histoire, de Patrick Buisson, de moins bonne qualité scientifique, peu originale, a facilement trouvé son propre canal.

Le grand scandale du CSA à mes yeux, plus encore que le silence coupable à l'égard de TF1, est ce qu'il a fait à propos de la TNT, des chaînes et radios associatives ou à but non lucratif... le CSA de droite depuis 10 ans a tout fait pour étouffer le pluralisme médiatique, accordant les canaux TNT aux grands groupes préexistant. Ce qui a donné une vidéo assez célèbre diffusée par Zalea TV : aux chiottes le CSA !

Si cela vous intéresse, Sébastien, j'avais fait l'année dernière une recherche assez sommaire (sur deux, trois semaines - les résultats tenant dans sept pages Word) pour un exposé dans un cours d'histoire des médias sur le bilan comparée de la CNCL et du CSA (et de la HACA en toile de fond au début), qui peut compléter votre papier. Voici la conclusion à laquelle j'étais arrivé, nourrie de ma fréquentation assidue du site d'Acrimed et de quelques ouvrages dont DAGNAUD Monique, L’État et les médias. Fin de partie, Paris : Odile Jacob, 2000, qui raconte le CSA depuis l'intérieur :
Si l’on veut donc tirer un bilan comparé des activités de la CNCL et du CSA par rapport à la Haute Autorité et par rapport à l’idéaltype d’un audiovisuel indépendant et « civique », la déception domine. La Haute Autorité, création généreuse et nécessaire, n’a pas eu les moyens de peser face à la nouvelle majorité qui l’avait pourtant nommée pour deux tiers de ses membres. La CNCL qui la remplace a les coudées franches pour mener une politique de privatisation revendiquée par Jacques Chirac et Édouard Balladur, dans des conditions douteuses qui font encore débat. La troisième instance de régulation, le CSA, connaît des réussites techniques indiscutables, s’impose quant à la politique de quotas pour les productions de fiction, et assure par périodes une relative indépendance à l’égard du politique. Toutefois ses scandales (vite étouffés) témoignent des nombreuses pressions dont il reste l’objet, et la domination à sa tête des hommes politiques et de personnalités liées à la direction des principales chaînes indique que le Conseil est plutôt un organe intermédiaire qu’indépendant, et que sa pratique de la régulation de l’audiovisuel n’est pas la même pour tous.

J'avais aussi fait un petit tableau récapitulatif des individualités choisies : 15? et 21? dont les quatre présidents | âge moyen en début de mandat : 54,5 ans | Journalistes : 12 ; Politiques : 7 | Gauche : 6 ; Droite : 10 (en ne prenant que les affiliations établies de façon quasi certaine).
ces propos "révèlent une inquiétante conception de la démocratie", a répondu Nonce Paolini

je voulais réagir sur cette phrase de Paolini

quand je lis ça je ne peux pas m'empecher de penser aux saillies contre médiapart je pense plus précisément à celle de Xavier Bertrand et à celle de Paillé dans la ligne jaune.

ainsi désormais, informer sur les puissants, critiquer leurs agissements, dénoncer certaines de leur magouilles est devenu "inquiétant" , "non démocratique" , "fasciste"....encore un retournement de concept fascinant

parallèlement à cela leurs mensonges grossiers se multiplient

et comme on peut le constater en lisant ceci, c'est leur conception à eux de la démocratie qui est inquiétante, ce sont eux qui menacent nos droits et nos libertés , ce sont eux qui ont installé cette oligarchie médiacratique de ploutocrates qui n'est autre chose désormais qu'une forme douce de totalitarisme.

Meme cet éminent sénateur et ancien membre du RPR le dit lui même : l'autre big brother, celui qui observe tout ce que vous faites est quasiment déjà là nous ne n'avons plus que quelques années pour l'arrêter, mais qui veut l'arrêter?
J’ai juste une question : qu’est-il possible de faire pour le public de TF1 ? Merci d’avance à qui pourra y répondre.
vlrer leur télé et les obliger à lire des livres ou à retourner à l'école, on devrait organiser des universités du soir avec des cours obligatoires, à chaque fois qu'on surprend un mec devant TF1 on lui colle 1 mois ferme d'université du soir :p
dès qu'il a réussi une interro sur ceci, il sera autorisé à regarder TF1 à nouveau.

vlrer leur télé et les obliger à lire des livres ou à retourner à l'école...

Paolini n'a pas tout à fait tort quand il parle de l'arrogance de certains...
Les pinçon charlot n'ont pas tout a fait tort quand ils parlent des aspirants.

vlrer leur télé et les obliger à lire des livres ou à retourner à l'école, on devrait organiser des universités du soir avec des cours obligatoires, à chaque fois qu'on surprend un mec devant TF1 on lui colle 1 mois ferme d'université du soir :p dès qu'il a réussi une interro sur ceci, il sera autorisé à regarder TF1 à nouveau.

et oui mais que faire de ceux qui ne correspondent pas à votre cliché ambulant du spectateur de TF1, bref, le mec tolérant, l'inverse de votre conception du monde, et qui sait à la fois lire des livres, parler philo et regarder TF1 quelquefois, ça doit bien exister, où les mettre ceux-là ? peut-être dans une autre case que les premiers ? Puisqu'apparemment ici, on aime bien mettre les gens dans des cases, et taper au marteau dessus quand ça dépasse. Et ça ose parler de totalitarisme :) hahaha

Pourquoi ne pas atteindre un jour la mesure dans des propos de ce type, c'est si difficile que ça de ne pas raisonner (ou résonner plutôt pour certains) binairement ??
c'est si difficile de tolérer la caricature?
si tu lisais avec plus d'attention tu aurais compris que selon moi certaines personnes peuvent tout à fait regarder TF1 sans courir aucun risque, bref tu as tapé complètement à côté.
La remarque du veilleur n'est pas si inopportune que ça.
Admettons que votre message précédent soit juste de l'humour et que vous ne méprisiez pas réellement le public de TF1 (je veux bien le croire), il n'empêche que beaucoup de personnes tiennent ce même genre de propos au 1er degré.
la phrase qui clot mon message :"dès qu'il a réussi une interro sur ceci, il sera autorisé à regarder TF1 à nouveau." me parait pourtant assez explicite, message qui, soit dit en passant n'en contenait que 2, on pouvait attendre de la personne qui y répond qu'elle ait pris la peine de lire les 2 avant de répondre, et pourquoi pas aussi qu'elle ait suivi le lien que contenait la deuxième. Bref qu'il extrapole s'il le souhaite.

le sens de mon message était le suivant (il prendra son, sens en suivant le lien):
TF1 peut créer des ravages sur certains téléspectateurs (ceux qui ne sont pas "géomètres" au sens platonicien)
sur les "géomètres" au sens platonicien TF1 est inoffensif.

Il ne faut donc pas supprimer TF1 mais transformer tout le monde en "géomètre" au sens platonicien.

maintenant peut -être comprendrez-vous mieux pourquoi le mot "université" figurait dans la première phrase c'était une référence cachée aux "géomètres", la partie caricaturale de mon propos s'arrêtait donc à "vlrer leur télé et les obliger à lire des livres ou à retourner à l'école" et "leur coller une interro".

toute votre erreur quand vous parlez de "mépris des telespectateurs de TF1" consiste en la généralisation abusive de mes propos, je ne méprise pas TOUS les telespectateurs de TF1, je caricature simplement UNE PARTIE des telespectateurs , ceux qui ne sont pas "géomètres" mais pour le comprendre il fallait lire mon message en "géomètre",

un "géomètre" aurait immédiatement fait la différence entre
"les" qui signifie "tous" pour le géomètre
et "ceux qui n'ont pas réussi l'interro" qui induit forcément l'idée d'une " partie" seulement.

Sinon je ne comprends pas bien pourquoi vous parlez de second degré pour ma part je n'ai parlé que de caricature.

si c'est pas plus clair et ben tant pis: ce message s'adresse aussi je crois aux "géomètres".
si c'est pas plus clair et ben tant pis: ce message s'adresse aussi je crois aux "géomètres".

alors je vous laisse entre géomètres, sans rancune!
ne pas être "géomètre" au 21° siècle est tout simplement un anachronisme. Messieurs je vous plains mais je vous laisse tailler vos silex entre vous.
je vous avais donc bien lu et bien compris, contrairement à vous :

"je ne méprise pas TOUS les telespectateurs de TF1, je caricature simplement UNE PARTIE des telespectateurs ceux qui ne sont pas "géomètres" mais pour le comprendre il fallait lire mon message en "géomètre",

personnellement je ne méprise aucune partie des téléspectateurs de TF1, si certains y trouvent leur bonheur, de quel droit les jugerais-je ?


"un "géomètre" aurait immédiatement fait la différence entre
"les" qui signifie "tous" pour le géomètre
et "ceux qui n'ont pas réussi l'interro" qui induit forcément l'idée d'une " partie" seulement.

Sinon je ne comprends pas bien pourquoi vous parlez de second degré pour ma part je n'ai parlé que de caricature.

si c'est pas plus clair et ben tant pis: ce message s'adresse aussi je crois aux "géomètres"."


Oui mais bon, si en plus il faut un codex pour décrypter vos allusions, vous savez, tout le monde n'est pas "géomètre" même si vous le regrettez je le vois bien. De la même manière qu'un cinéaste "géomètre" ou un cinéphile de la même sorte aurait tout de suite capté que la performance capture n'est pas de l'animation même si elle comporte une partie de synthèse, pourtant ce n'est pas pour autant qu'on va délaisser ou mépriser la partie qui ne l'a pas compris. Là c'est pareil.

enfin comme a dit dam, "on va vous laisser entre géomètres" :p

personnellement je ne méprise aucune partie des téléspectateurs de TF1,


mais moi non plus je ne les méprise pas, je les caricature, vous devriez retirer le caca que vous avez dans les yeux et qui vous empeche de lire "caricature" et vous fais lire "mépris " à la place.
mais à lire vos réactions je vous demanderai bien volontiers ce que c'est pour vous qu'un "géomètre".
j'ai oublié ce petit cadeau pour vous deux !
je trouve ça un peu fasciste comme procédé, j'en ai déjà entendu parler, et j'ai failli frapper un pote qui voulait l'utiliser en passant dans la rue, vers les maisons qu'on croiserait. Je crois au libre arbitre du choix, plus qu'au totalitarisme du vous "pourrez pas faire autrement que ce qu'on veut" :) et chez moi ça sera peine perdue, je ne regarde pas la télé :)

par contre si vous avez le même modèle pour baisser le son des musiques des portables des racailles dans le bus, je prends :) et quand je dis racaille, j'entend tout aussi bien kévin, que mamadou, carlos ou abdel, l'incivilité n'est pas l'apanage d'une ethnie :(

c'est vous le petit con qui écrivez sur le tableau ? ou ce sont juste les gens de votre groupuscule néo-fasciste ? REvoyez Fight Club, il semble que vous ayez pas bien compris la morale de l'histoire.
Pouvez-vous définir "racaille" ? Pouvez-vous parfois éviter d'écrire immédiatement la première pensée qui traverse votre tête dès lors qu'elle semble en mesure de pouvoir agacer la personne à qui vous voulez répondre ? Et accessoirement, pouvez-vous parfois écrire quelque chose en rapport avec le sujet du forum ?

(je remets vous parce que maintenant je sais que vous êtes plusieurs : m'est avis que le webmaster devrait s'en occuper parce que le multi-compte n'est jamais très agréable, surtout quand un compte = un abonnement)
c'est lui qui part sur l'appareil pour éteindre les télés, qui en plus d'être fasciste (décider pour les autres, excusez-moi je trouve ça fasciste) est en plus illégal.

Et je parle même pas de la connerie du procédé quand on sait que une télé ça sert aussi à regarder des DVD quand on a pas d'ordinateur, donc cet appareil est un outil de fasciste dans des mains de fasciste.

racaille : connard mal éduqué et ce quelque soit son âge, son origine ou sa couleur de peau qui écoute son ipod, portable, mp3 à fond dans le bus sans ses écouteurs, alors que c'est strictement interdit et marqué en gros dans le bus avec un petit pictogramme pour ceux qui ne savent pas lire et prendrait cette excuse du "j'savais pas". A force, ça devient trés pénible, et ce quand la majorité des usagers sont agressés par cette musique ultraforte et volontairement mise à fond pour faire chier, ou attirer l'attention (ce qui peut révéler certains troubles affectifs, mais le bus c'est pas la psy) ; mais qu'ils n'osent rien faire tant que quelqu'un (en l'occurence ce fut moi mais ça aurait pu être un autre) n'ose pas lui-même, élever la voix et dire stop et ce quand même à cause d'une profonde céphalée, sinon je me la serais fermé comme tout les jours.

Les racailles se reconnaissent aussi quand on voit des vitres du métro gravés de petit nom d'oiseau, ou de déclaration subite de l'amour qu'ils vouent à leur moman, tout ça :) Bref, comme précisez, ça n'a rien à voir avec la définition de racaille de ce cher Sarko ou de l'extrême-droite.

"Dans les quartiers difficiles, le terme désigne généralement les voyous ou membres des bandes. Il s'agit alors plutôt de personnes craintes que méprisées".

A noter que certaines racailles en deviennent touchantes quand on réalise que parfois cette manière de se mettre en avant est là pour témoigner d'un trouble affectif, d'un besoin qu'on s'intéresse à eux, voir qu'on les éduque. Ainsi cette remarque incroyable de l'un d'entre eux "ah bon ça gêne mais personne ne me la dit". Hé oui c'est bien là le problème coco, Les gens ont peur, merci TF1 et n'ose pas préciser certains principes civiques à des jeunes qu'ils estiment dangereux, mais qui ne sont souvent que des coquilles vide en souffrance :( allons donc, voilà que je fais mon "gens de gauche".


ps : ce n'est pas un multicompte :(, vous n'avez manifestement rien compris à ce que je vous ais écris dans l'autre topic alors qu'il m'avait semblé que oui.
Tellement dangereux ces fascistes anti-télé, tellement nombreux, que depuis cinq ans vous n'avez pas pu achever une seule fois le visionnage d'une émission ou d'un DVD, car ils ne se contentent pas d'agresser de la plus infâme des façons les femmes enceintes et les vieillards qui prennent du bon temps dans un café, une gare, un hall d'hôtel, ou devant la devanture d'un magasin fermé, ils rentrent dans les maisons, ils passent par les fenêtres, et ils terrorisent le bon peuple. Exactement comme ces astrophysiciens fascistes qui se plaignent de la pollution lumineuse. Ou comme ces habitants totalitaires qui refusent qu'on bâtisse une voie d'autoroute dans leur jardin. Ou encore ces enragés qui demandent de diminuer les épandages d'insecticide et de lisier.
Je me demande comment nous, bonnes gens, pouvons encore tenir face à tous ces fascistes partout.
FASCISTES PARTOUT ! POLITESSE NULLE PART ! FASCISTES PARTOUT ! POLITESSE NULLE PART !

Alors que oui, les gens qui écoutent leur mp3 trop fort ou leur musique sur portable, eux, faudrait les détruire.
Je suis content d'apprendre que les racailles sont strictement des usagers des transports en commun.
j'ai jamais dit qu'ils étaient nombreux, pas besoin d'être nombreux pour être dangereux, regardez déjà vous, le champion du détournement de commentaire, qui tordait le sens des mots pour faire dire ce que vous voulez entendre et non ce que les gens écrivent :)

l'appareil franchit les murs, donc oui, pas besoin de passer par les fenêtres pour éteindre la télé et emmerdez les gens. 17 mètres pour le petit modèle, une centaine pour le gros, vous le sauriez et vous vous seriez éviter ce commentaire inutile et moqueur, si vous aviez lu le lien qu'il a posté.

"Exactement comme ces astrophysiciens fascistes qui se plaignent de la pollution lumineuse. Ou comme ces habitants totalitaires qui refusent qu'on bâtisse une voie d'autoroute dans leur jardin. Ou encore ces enragés qui demandent de diminuer les épandages d'insecticide et de lisier"

jamais parlé de ça, amalgame, bêtise, simplification élémentaire, vous ici en un mot.
vous n'êtes pas le seul à confondre analogie et amalgame, illustration et amalgame, exemple et amalgame, métaphore et amalgame. Il en faut pas amalgamer le sens de tous ces mots
il ne faut pas confondre caricature avec satire, mépris, moquerie, comme il ne faut pas confondre geomètre et "géomètre".
Eteindre les télés des gens, c'est fasciste. C'est pas bien. Il faut défendre le libre arbitre.
Baisser le son des mp3 des "racailles", c'est pas fasciste. C'est bien. Il faut en finir avec le libre arbitre.

"Décider pour les autres, c'est fasciste"
... ou pas.
Ca dépend de quoi ? Certainement des autres...
chez veilleur, est-ce que ça te choque pas de traiter de fasciste quelqu'un qui écrit:
"Il ne faut donc pas supprimer TF1 mais transformer tout le monde en "géomètre" au sens platonicien. "

bref quelqu'un qui ne songe qu'à instruire ses concitoyens en leur donnant les clés pour manipuler des concepts abstraits, quelqu'un qui veut que le savoir soit distribué gratuitement au plus grand nombre, les gens qui ont tenu ce discours on les a appelé des humanistes, on les a appelés les lumières et les fascistes sont justement ceux qui brulent les livres, emprisonnent les intellectuels, distordent le savoir pour fabriquer des livres scolaires de propagande.

franchement vous me faites de la peine sur ce coup tellement vous êtes ridicule.
instruire les gens qui ont envie de l'être n'a rien de fachiste, vouloir instruire les gens qui se moquent complètement de l'être (après tout, une télé à d'autres boutons que TF1 avec en plus un objet qu'on appelle la télécommande, qui permet de changer de programme par magie :)

bref, les gens qui regardent quand même TF1 malgré tout ce choix de programme différents, c'est un choix justement qu'on se doit de respecter, à partir du moment où il n'entrave pas la loi.

Eteindre la télé de quelqu'un contre sa volonté c'est fasciste, je suis désolé. Relisez 1984, avec le télécran qui ne s'éteint jamais. Baisser le son de quelqu'un qui n'est pas assez observateur pour comprendre que d'un il est en infraction avec la loi et que deux il gêne les usagers, n'a rien de fasciste.

De plus si vous ne savez pas faire la différence entre ce qui relève de la sphère privée (la télé) et ce qui relève de la spère publique (le bus), on peut pas grand chose pour vous cher "il cherchait le stop", manifestement, il vous manque certaines bases de savoir-vivre élémentaire à vous aussi.

Surtout que c'est pas comme si les gens en question n'avaient pas le kit mains libres livré avec tout les téléphone portables. Mettre le son à fond quand on a un kit mains libre et tout les téléphones sont vendues avec, oui c'est de l'irrespect total de l'autre, si vous ne le comprenez pas par vous-mêmes, on peut guère plus pour vous. Donc si ces gens sont incapable de voir que ici dans ce cas précis, leur libre arbitre se limite à écouter leur musique avec des écouteurs car le reste est interdit par la loi, c'est même pas déconseillé hein, c'est interdit "pictogramme avec un baladeur barré", on peut pas faire plus compréhensible, même pour "il cherchait le stop mais apparemment ne le trouvait pas".

instruire les gens qui ont envie de l'être n'a rien de fachiste, vouloir instruire les gens qui se moquent complètement de l'être (après tout, une télé à d'autres boutons que TF1 avec en plus un objet qu'on appelle la télécommande, qui permet de changer de programme par magie :)
bref, les gens qui regardent quand même TF1 malgré tout ce choix de programme différents, c'est un choix justement qu'on se doit de respecter, à partir du moment où il n'entrave pas la loi.


vous ne vous souvenez plus de mes propos on dirait, ni de mon nom d'ailleurs puisqu'après vous écrivez :
"De plus si vous ne savez pas faire la différence entre ce qui relève de la sphère privée (la télé) et ce qui relève de la sphère publique (le bus), on peut pas grand chose pour vous cher "il cherchait le stop"".
enfin bref revenez quand vous serez un peu plus sérieux parce que là, la discussion n'a plus ni queue ni tête. Vous manipulez visiblement certains concepts que vous maitrisez bien mal. Notez que ce n'est pas un problème si l'on n'aboie pas.
je ne vous répondais pas à vous dans ce cas précis mais à ce message de "il cherchait le stop" que j'aurais du citer pour plus de clartés, et qui était assez ironique (pas mon message, le sien)

"Eteindre les télés des gens, c'est fasciste. C'est pas bien. Il faut défendre le libre arbitre.
Baisser le son des mp3 des "racailles", c'est pas fasciste. C'est bien. Il faut en finir avec le libre arbitre.

"Décider pour les autres, c'est fasciste"... ou pas.
Ca dépend de quoi ? Certainement des autres..."

Seule les deux premiers paragraphes de mon message s'adressaient à vous, mais je n'ai pas voulu le cibler car ça pouvait aussi s'adresser à la remarque de "il cherchait le stop".
justement les 2 premiers paragraphes ne sont pas conformes à mes propos

justement les 2 premiers paragraphes ne sont pas conformes à mes propos

ah, pourtant il m'avait semblé que j'avais bien compris votre message, mea culpa alors. Lisez aussi mon commentaire edit : plus bas, 13h46 ce me semble, vous y trouverez peut-être une esquisse de réponse.
Encore un grain de sel dans ce passionnant débat :
"Eteindre la télé de quelqu'un contre sa volonté c'est fasciste, je suis désolé. Relisez 1984, avec le télécran qui ne s'éteint jamais."
Si j'ai bien compris 1984, ce qui est fasciste justement chez Big Brother, c'est que le télécran ne s'éteint pas. Si les habitants avaient disposé de télécommandes telles celle décrite ici, ils auraient pu essayer de renverser le système.

"si vous ne savez pas faire la différence entre ce qui relève de la sphère privée (la télé) et ce qui relève de la spère publique (le bus), on peut pas grand chose pour vous"
Que légens regardent ou non là télévision, qu'ils choisissent TF1 ou n'importe quelle autre chaines pour leur céder du cerveau disponible, cela relève peut-etre de la sphère privée de ces légens.
Mais l'occupation par ces chaines de l'espace public (en terme d'ondes par exemple ou d'aménagements divers) , l'importance de leur audience et la responsabilité que cela entraine, tout ceci inscrit de fait la question de la Télévision, comme celle des médias en général, dans la "spère publique(sic)". Sinon cet article de Sébastien Rochat n'aurait aucune raison d'exister.


Si je m'immisce (difficile de trouver le stop, en effet), au risque d'alimenter un débat qui s'épuise un peu faute d'intéret, ce n'est pas pour défendre mon-point-de-vue-tellement-supérieur-à-celui-de-quiconque-que-je-ne-comprends-meme-pas-qu'on-puisse-en-avoir-d'autres, mais juste par un vice qui me fait sursauter chaque fois que je lis un propos qui contient en lui-meme sa propre contradiction.
Je n'ai rien à priori contre vous, Monsieur Veilleur, mais j'ai bien peur que vos posts contiennent exactement systématiquement tout ce qu'il faut d'incohérence pour faire pointer le bout de mon nez.

Pour une réponse vraiment construite et pertinente, je laisse faire IT qui a laissé un peu plus bas un long commentaire passionnant (comme toujours). Son commentaire a d'autant plus de mérite qu'il est parfaitement juste et respectueux. J'ajouterais simplement pour faire bonne mesure que ces mots ne s'appliquent pas à la seule personne de Monsieur Veilleur, mais certainement à chacun d'entre nous. C'est ça qu'est fort chez IT !
dans 1984 ce qui est fasciste c'est la négation du libre arbitre et du choix des usagers. C'est tout autant que le télécran s'éteigne jamais, que si par exemple il s'éteignait tout le temps chaque fois que le spectateur voudrait changer de chaine ou vraiment "voir" le programme qu'il diffuse. C'est ça que j'essaie de souligner par ma référence à 1984. Ce n'est pas d'éteindre ou d'allumer la télé qui est fasciste dans 1984, c'est le principe de le faire contre la volonté des gens.

C'est quand même pas compliqué à comprendre, ce que j'avance, ya pas de "mon point de vue est meilleur que les autres", il est juste logique. De même que la sphère privée c'est sa maison où on peut faire ce qu'on veut (à ses risques et périls mais on peut faire ce qu'on veut, même battre sa femme si le coeur vous en dit) mais la sphère publique c'est le monde extérieur à la domus, celui où on se coltine avec les autres. Et mettre sur le même plan du fascisme : éteindre des télés d'une sphère privée (éteindre les télés du "système ne me gêne pas en soi, c'est pas trés sympa pour les vendeurs de télé, mais ça ne fait de mal à personne, personne ne regardant la télé dans les magasins pour "voir" la télé, mais bien pour regarder la télé comme un objet avec un piqué d'image, une définition, une qualité de son, des arguments donc proprement de "bibelots", de forme et non de fond) ; et saouler un bus avec la musique d'une sphère privée (le cerveau et l'oreille) devenu sphère publique car sans écouteur, ça n' pas le même sens je suis désolé.
"De même que la sphère privée c'est sa maison où on peut faire ce qu'on veut (à ses risques et périls mais on peut faire ce qu'on veut, même battre sa femme si le coeur vous en dit)"

Rien à ajouter. (Sinon que vous avez oublié que dans sa maison, on peut aussi sniffer de la coke en regardant Delarue, organiser des tournantes avec des gamines sans-papier, fabriquer des bombes avec des copains de l'AQMI, découper ses enfants en petits morceaux et écouter des mp3 mais pas trop fort.)

Je n'ai rien compris à votre définition de la sphère privée.
Comme vous le présupposiez, il me manque sans doute quelques bases de savoir-vivre élémentaire.
Je commence à battre [s]ma femme[/s] mes femmes, (dans ma sphère privée je suis polygame si je veux) dès ce soir, pour apprendre.

"De même que la sphère privée c'est sa maison où on peut faire ce qu'on veut (à ses risques et périls mais on peut faire ce qu'on veut, même battre sa femme si le coeur vous en dit)" Rien à ajouter. (Sinon que vous avez oublié que dans sa maison, on peut aussi sniffer de la coke en regardant Delarue, organiser des tournantes avec des gamines sans-papier, fabriquer des bombes avec des copains de l'AQMI, découper ses enfants en petits morceaux et écouter des mp3 mais pas trop fort.) Je n'ai rien compris à votre définition de la sphère privée. Comme vous le présupposiez, il me manque sans doute quelques bases de savoir-vivre élémentaire. Je commence à battre ma femme mes femmes, (dans ma sphère privée je suis polygame si je veux) dès ce soir, pour apprendre.

on s'en fout de ce que j'ai oublié (et ce même si j'ai capté le cynisme de votre réflexion) ct un exemple ça n'était pas adressé à vous en tant que "il cherchait le stop" mais un vous général, comme j'aurais pu dire "nous" ou "on". Tiens d'ailleurs je vais prendre "on" comme ça vous arrêterez de croire que je vous en veux personnellement,

Donc tant qu'on enfreint pas la loi ou que ça ne se sait pas, la sphère privée n'interfère pas avec la sphère public.

La maison reste privée en soi, un bus c'est public, dans un bus on ne fait pas ce qu'on veut, on respecte le civisme et la légalité qui régit l'endroit en question, dans sa maison, on fait ce qu'on veut jusqu'à ce que la loi nous rattrape. C'est la tout ce qu'il y avait à comprendre dans la définition des deux notions.

de plus, tu t'attardes à un détail infime, alors que ce qu'il y avait à retenir de la démonstration ct ça : "dans 1984 ce qui est fasciste c'est la négation du libre arbitre et du choix des usagers. C'est tout autant que le télécran s'éteigne jamais, que si par exemple il s'éteignait tout le temps chaque fois que le spectateur voudrait changer de chaine ou vraiment "voir" le programme qu'il diffuse. C'est ça que j'essaie de souligner par ma référence à 1984. Ce n'est pas d'éteindre ou d'allumer la télé qui est fasciste dans 1984, c'est le principe de le faire contre la volonté des gens".

Ben ce qui est valable dans 1984, dans la vie c'est la même chose.

Et que ça, même ma petite nièce de 3 ans maintenant (c'est que ça pousse depuis cet été) est capable d'en comprendre la logique.

sphère privée : tu fais ce que tu veux, tu es chez toi.
sphère publique (et pas spère, à moins que tu te crois au jardin d'enfant à reprendre les fautes de frappe) : tu te plies aux contraintes de la vie en société et le cas échéant, tu assumes les conséquences. Et en l'occurence ça c'est interdit, donc ya pas à discutailler, ya à appliquer. On écoute pas son mp3 à fond dans le bus, on raye pas les vitres d'un métro, on fume pas dans le bus ou sur le quai du métro intérieur, bref des règles élémentaires de savoir-vivre en société, qui semblent échapper à beaucoup de gens de nos jours.

Avant de vouloir réformer le monde, commençons déjà par faire respecter le civisme dans les microcosmes sociétaires les plus basique comme une rame de métro ou un bus.
Ben oui, mais battre sa femme, c'est illégal.
Meme chez soi.

Est-ce la preuve que nous vivons dans une société fasciste ?
Cessons-là voulez-vous, plus vous m'expliquez et moins je comprends.
oui j'entends bien que c'est illégal, d'ailleurs je ne vous conseille pas de battre votre femme, ni à personne d'ailleurs. Je veux dire par là que tant que ça ne sait pas par la police que vous battez votre femme, ça reste un conflit d'ordre privé. Mais j'aurais pu prendre se shooter ou fumer du cannabis si ça vous parle plus. C'est aussi illégal mais ce n'est pas exposer à la sphère publique à moins d'être dénoncé.

Ce sont des exemples extrêmes, si on s'en tenait à ce que je disais plus haut, dans la sphère privée on fait ce qu'on veut tant que la loi ne s'en mêle pas, il ya l'intimité du foyer, ce qu'on appelle la vie privée.

Dans la rue, c'est la vie en société qui prévaut, et la loi se doit d'être appliquée et respectée.

Venir par des ondes éteindre le téléviseur de quelqu'un contre sa volonté c'est contraire à la vie privée, c'est une violation. Par contre trouver un moyen pour baisser contre leur volonté la musique de gens qui ne comprennent pas par eux-mêmes que tout le bus n'a pas à profiter de leur musique n'est pas une violation, dans la mesure où d'une part ct une boutade de ma part car je ne pense pas qu'on puisse éteindre ou baisser le son d'un portable avec une télécommande universel, que par ailleurs ayant une telle télécommande je ne suis pas sûr de m'en servir pour autant, et qu'enfin la loi interdit la musique dans les bus alors qu'elle n'interdit pas aux gens de regarder la télé ou TF1.

donc les gens qui font des actions négatives contre les gens envers des objets ou des médias que la loi n'interdit pas sont hors-la-loi et leur action n'a pas à être légitimé ou justifié (je parle ici des anti-pub, des éteigneurs non pas de réverbère mais de télé et des "djeuns" même si ils sont loin d'être les seuls, qui écoutent leur mp3 à fond, et la liste pourrait encore être bien longue.

Certaines activités comme nettoyer les tags, aller faire la lecture dans les quartiers difficiles aux enfants analphabètes ou souffrant de problème pour lire, donner de son temps pour réparer les vitres rayés du métro, aider une personne à descendre sa poussette dans les escaliers du métro etc... bref, des gestes simples, efficaces et amicaux, tout ce qui pourrait réellement faire avancer le vivre-ensemble, et le civisme élémentaire, vous pouvez être certain qu'ils iront pas le faire. Et ça ça vaut pour de plus en plus de gens. Je suis attéré de passer dans le métro et de voir une jeune femme se battre avec sa poussette en la tenant toute seule tout en descendant les escaliers, pendant que pas un de ces cons d'usagers qui passent pourtant à côté d'elle ne lui propose leur aide.

Ces mêmes usagers qui hypocritement j'en suis sûr donne des leçons à tous, en d'autres lieux. Alors ce n'est certes pas faire grand chose que de faire ça, mais c'est déjà un début.
J'aimais bien le boeuf mode .... mais le sapin et les boules ça le fait bien. Merci Il cherchait le stop.


Bon sans déconner Le Veilleur, si ta femme te dénonce, va porter plainte avec certificat médical pour coups et blessures, avant que tu ne la laisses sur le carreau définitivement, qu'est-ce qui se passe à ton avis ?

Sur l'autre fil tu parles de céphalée, c'est vrai que tu fais mal au crâne. :-)) sans les choeurs de l'armée rouge en concert privé dans un bus. Pffff..

Je crois que je n'ai pas tout compris. pô grave.
"Bon sans déconner Le Veilleur, si ta femme te dénonce, va porter plainte avec certificat médical pour coups et blessures, avant que tu ne la laisses sur le carreau définitivement, qu'est-ce qui se passe à ton avis ?"

"Je crois que je n'ai pas tout compris. pô grave".

effectivement, vous avez rien compris, c'est rien de le dire :p
C'est gentil de prendre mon post au premier degré, en fait, il n'y a rien à comprendre dans ce que vous écrivez, c'est ce que j'ai voulu dire au final.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur


dans 1984 ce qui est fasciste c'est la négation du libre arbitre et du choix des usagers. C'est tout autant que le télécran s'éteigne jamais, que si par exemple il s'éteignait tout le temps chaque fois que le spectateur voudrait changer de chaine ou vraiment "voir" le programme qu'il diffuse. C'est ça que j'essaie de souligner par ma référence à 1984. Ce n'est pas d'éteindre ou d'allumer la télé qui est fasciste dans 1984, c'est le principe de le faire contre la volonté des gens.
C'est quand même pas compliqué à comprendre, ce que j'avance,


je m'imisce à nouveau, mais pas pour la suite de votre délire sur "je bats ma femme"
on a complètement compris ton point de vue, qui effectivement n'est pas compliqué, moi j'irai même jusqu'à dire qu'il est simpliste mais c'est pas une bonne entame pour un dialogue (surement encore du fascisme :p )

là où on n'est pas d'accord c'est sur le terme "fascisme" lui même qui est largement excessif, on le sent bien dans le film sur cette zapette quand les vigiles arrivent et que le mec parle ensuite dehors il dit que les mecs ont pas pu faire grand chose, que peut-on reprocher à quelqu'un qui éteint des télévisions? ce n'est pas illégal, c'est un geste anodin qui par conséquent n'a rien de "fasciste".

le retournement du sens de 1984
Ensuite invoquer 1984 pour parler de cela, c'est parler à côté du problème, parce que si le télécran de 1984 symbolise quelque chose c'est bien l'intrusion permanente de la télé dans les foyers, il souligne le danger de cette télé permanente comme outil de propagande, s'il dénonce quelque chose qui a un rapport avec ce dont on parle, ce serait plutôt le bourrage de crane déversé par TF1 à longueur de temps, c'est l'instrument du ministère de la vérité qui lui est au coeur de l'ouvrage d'Orwell. La deuxième idée forte étant plutôt l'oeil de big brother, le problème n'est pas tant quand on le regarde et qu'on l'écoute le problème c'est surtout quand il nous observe.
Ainsi donc cette idée d'éteindre les télécrans est bien un acte anti big brother, ce qui précisément est le contraire de votre propos.

Cette façon que vous avez eu de retourner l'oeuvre et les concepts c'est précisément ce à quoi conduit le ministère de la vérité (war is peace, ignorance is strenght etc)

enfin la dernière idée qui fait que je suis en total désaccord, c'est cette idée selon laquelle le fascisme serait "agir contre la volonté des gens", outre que ça n'a évidemment rien à voir avec ce qu'on appelle le fascisme, ça pose un gros problème.
si on acceptait cette définition on serait gêné aux entournures dans un tas de situations, en voici quelques (contre)exemples.

je sauve quelqu'un qui vient de se pendre en le décrochant: je suis un facho
je met 2/20 à un élève qui voudrait avoir 18/20 : je suis un facho
je dis à mon gamin de pas mettre ses doigts dans son nez ou de couper MSN: je suis un facho
la société dans laquelle je vis a une justice, une police et des prisons, elle enferme les assassins contre leur gré : c'est une société fasciste.

non heureusement "agir contre la volonté des gens" est loin d'être suffisant pour définir le fascisme. En revanche il se pourrait que ce soit nécessaire.

ainsi donc cher Veilleur je me demande si vous ne confondez pas condition nécessaire et condition suffisante, ce qui vous exclut du camp des "géomètres" (contre votre volonté)

votre discours est absurde je viens de le démontrer de manière irréfutable puisque vous avez violé l'axiome du tiers exclus d'Aristote qui se trouve au fondement de toute discussion argumentée. Il le serait moins si vous n'aviez pas employé ce mot de "fascisme" si vous aviez été plus nuancé. Vous auriez pu dire que c'était choquant, que ça vous interpellait, que c'était idiot, vous auriez pu dire un milliards de choses mais parler de fascisme est bel et bien absurde.
le mot, de "'fascisme" est un mot fort de nos jours qui fait référence à toute action avec laquelle on est pas d'accord :) Sarkozy sur bon nombre de site est "fasciste", l'UMP est "fasciste", c'est étonnant que vous n'ayez pas saisi la connotation volontairement outrancière, pour un spécialiste des concepts et des connotations, on peut dire que vous avez légèrement merdé :)

l'emploi de ce mot était une provocation basé essentiellement sur l'emploi à tort de ce terme par pas mal d'asinautes, d'internautes et de journeaux dont la "ligne officielle" n'est pas celle du gouvernement bien sûr.

Pour ce qui concerne 1984, plus que TF1 qu'on peut éteindre, j'y vois une allusion au télécommuniste et au Guépéou, cette merveilleuse phrase de Coluche d'un sketch qui est rarement diffusé on se demande pourquoi ? "En Russie ya la télé dans toutes les chambres mais c'est ELLE qui te regarde" ; ou encore plus près de nos jours, l'aspect visionnaire de 1984 peut renvoyer aux spectacles Chavezien de 8h et plus diffusé à la télé et qu'il est "conseillé ardemment" de regarder. Bref, la TF1 si violente mais qui suffit de pousser un bouton pour se soustraire à son influence n'arrive pour moi qu'en dernier dans les analogies 1984ienne.

"Ainsi donc cette idée d'éteindre les télécrans est bien un acte anti big brother, ce qui précisément est le contraire de votre propos".

c'est curieux, il ne me semble pas d'une part que j'ai parlé des télés publiques (cf mes nombreux messages de rectification de votre façon de tordre la réalité d'un comm, mais qu'apparemment vous n'êtes pas disposé à lire),

d'autre part que ces mêmes télés publiques qui diffusent des reporters animaliers, du sport ou de la fiction pour vendre un "piqué" d'image et de son essentiellement n'ont rien de comparable avec la télé Big Brotherienne. Par contre, on pourrait à la limite dire que les antipubs auraient une action envers une publicité graphique qui pourrait rappeler elle la télé Big Brotherienne.

NDLR : le terme "Elle renvoyant" à la publicité graphique envahissante et non à l'action, afin de prévenir toute tentative de retournement de mon commentaire, comme ça semble être le sport national ici (cf le message d'Elzecchio sur un autre topic où Gavroche une fois de plus montre son a-propo et sa mesure (quelle honte au passage de se méprendre à ce point sur un personnage d'Hugo, Gavroche est jeune et parisien, mais il est tout sauf intolérant, sot et manichéen :))

ou pour faire plus simple, plus concis, "moi d'accord avec toi sur ce point", difficile de tordre le sens du commentaire là.
quote=LeVeilleur]l'emploi de ce mot était une provocation basé essentiellement sur l'emploi à tort de ce terme par pas mal d'asinautes, d'internautes et de journeaux dont la "ligne officielle" n'est pas celle du gouvernement bien sûr.[


Ah bon ? Xavier Bertrand, Eric Raoult, Nadine Morano, Eric Besson, Eric Woerth, Christian Estrosi sont des @sinautes pur ligne ?
Non je demande ça, car tous ces personnages se sont récemment illustré par l'emploi des mots "fascistes", "collabo", "collaborationniste" ou "presse des années 30"...
Je me demande quels sont leurs pseudos sur @si... Allez, les paris sont lancés.
non mais bon dire que les personnages que vous avez cités parle de fascisme c'est un lieu commun auquel tout le monde s'accorde, moi le premier, alors que ça l'est beaucoup moins déjà de dire que les gens de gauche emploie le même discours.

je suis pas UMP je crois l'avoir déjà dit et quand je vois le mot "fascisme" utilisé à toute les sauces, ça m'attriste quel que soit le camp qui le profère.

"@Elam ; si j'ai bien compris, il faut éteindre son portable dans le bus, ne pas taguer et aider les mamans à porter les poussettes, mais chez soi, on peut faire ce qu'on veut ( voir les ex donnés par " il cherchait le stop " ) tant qu'on ne se fait pas prendre puisqu'il s'agit d'une sphère privée et de " l'intimité du foyer". Donc là, il ne s'agit plus de violation ? La logique de tout cela m'échappe !"

non t'as pas non plus compris grand chose, je te rassure ;) Chez soi on peut faire ce qu'on veut tant que ça ne déroge pas de la loi, par contre dans la sphère publique, la loi est automatiquement concernée, et pour cause, ya pas l'intimité du privé, donc tout est exposé au vu de tous, et donc ce qui n'est pas en conformité avec la loi est immédiatement repérable. Donc total contresens sur mon propos, mais bon j'ai l'habitude des gens qui tentent de détourner le sens de mes commentaires, depuis que j'écris ici, je suis élevé à bonne école :p
je crois qu'on va s'en tenir là vous êtes bien trop fort pour moi. De plus il me semble qu'on a largement fait le tour de la question et même plusieurs fois.
si l'utilisation du mot "fasciste" était une provocation, ça me va très bien. Enfin n'oubliez pas de commander votre zapette magique!
et casseursdepub l'autre groupe néo-fasciste contre la liberté de choisir de s'abrutir ou non des gens. Voilà les raisons qui me font me souvenir pourquoi je hais les manifestations, et toute action qui contribue à étaler la bêtise intrinsèque de l'instinct grégaire :(
Oui, casseur de pub c'est très grégaire, très violent, et très fasciste.
Et ça, c'est pas mal non ?

Arts Decaux
le pauvre veilleurs devrait consulter plus souvent les dictionnaires, ainsi il pourrait lire les définitions de "mépris" de "caricature" de "fasciste" parce que là, à sa façon d'utiliser le mot "fasciste" on dirait Xavier Bertrand quand il parle de médiapart.

il faudrait sans doute comme pour conduire, un permis de regarder la télévision, un permis d'utiliser certains mots, et bien sur un permis de voter.

ces permis devraient être assez simples à obtenir du genre:
-aller chercher la définition d'un mot dans un dictionnaire et la commenter
-une question logique
-un paragraphe argumenté de 5 lignes

surtout pas d'épreuve de calcul et d'orthographe, pas d'épreuve qui nécessite de la mémoire, et pas d'épreuve qui nécessite un savoir
on devrait bien sur alors créer un police du rire, qui pourrait arrêter les gens font tout ça sans permis, on les condamnerait alors à venir 5 minutes au milieu d'un cercle avec des gens autour qui riraient de lui en le montrant du doigt pendant 5 minutes. Bien sur on le filmerait et on pourrait diffuser ça sur TF1.
Non je crois comme tout bon fasciste qui se respecte que des fois il faut savoir être vraiment très répressif.
non pareil, c'est interdit : dégradation de biens publics, violation d'affichage privé, propagande conspirationniste en plus : les conneries sur la puce RFID par exemple.

Ca les amuse oki pourquoi pas, mais ce genre de comportement incivil ne me donne qu'une envie faire le contraire de ce que voudrait les affiches, me ruer dans n'importe quel magasin et m'acheter un truc inutile, ou encore acheter volontairement des légumes avec des OGM, etc... car j'ai une sainte horreur qu'on me dise ce que je dois faire, penser, ou ce qu'il est bon que je regarde. L'esprit de contradiction, surement. Si j'avais voulu qu'on pense pour moi, je serai allez vivre en Russie, en corée du nord, ou à Cuba.
Bref, revoyez Fight Club et comprenez le sens réel de ce que dit Fincher.
me ruer dans n'importe quel magasin et m'acheter un truc inutile, ou encore acheter volontairement des légumes avec des OGM, etc... car j'ai une sainte horreur qu'on me dise ce que je dois faire, penser, ou ce qu'il est bon que je regarde. L'esprit de contradiction, surement.

Je ne devrais pas, mais j'avoue que ce truc-là m'a fait rire.
Changez le titre les garçons, parce que là cotcotcotcot. :-)) C'est bientôt Noël, mais Pâques, attendons encore un peu. :-))
tu peux rire si tu en as envie, je trouve cette façon de traiter l'intelligence des gens stupide, et je leur penserais jusqu'au tombeau. D'ordinaire je suis influencé par le système mais parce que je le sais et que je choisis en toute connaissance de cause de l'être ou pas, chacun des mes choix est dicté par une réflexion et pas par un instinct. Alors que ces donneurs de leçons me donnent envie de faire tout l'inverse de ce qu'il préconise parce que je trouve leur action néfaste au libre arbitre justement.

Et si encore c'était les idée spontanée et recherchée de gens parmi d'autre, mais tout est aussi marketé pour fonctionner sur les esprits que chez ceux qu'ils attaquent. En somme comme dirait Baudrillard, "l'absence de système est déjà un système". Rien n'est maladroit, rien n'est authentique, derrière chaque slogan se cachent une organisation du sens et de la symbolique au millimètre près. Il faut vraiment être trés naïf pour ne pas s'en rendre compte.

La vérité c'est que ces mouvements n'ont rien de spontané, ils sont orchestré par les mêmes qui chaque année tente de renverser le gouvernement quel qu'il soit et d'obtenir par le Chaos ce qu'ils sont incapable d'obtenir par les urnes (et ce qu'il soit extrême gauche ou extrême droite, voilà un sujet sur lesquels ils se retrouvent d'ailleurs :), ce qu'ils ont presque réussi à avoir en 1968 et que depuis ils tentent en vain chaque année ou presque de rétablir.
pfffff, j'ai encore perdu mon temps. :-))

Citation:me ruer dans n'importe quel magasin et m'acheter un truc inutile, ou encore acheter volontairement des légumes avec des OGM, etc... car j'ai une sainte horreur qu'on me dise ce que je dois faire, penser, ou ce qu'il est bon que je regarde. L'esprit de contradiction, surement.


Je ne devrais pas, mais j'avoue que ce truc-là m'a fait rire.


bha c'est effectivement à mourir de rire ! acheter des trucs inutiles, se ruer dans des magasins, acheter des OGM, voilà bien le comportement de quelqu'un qui a l'esprit de contradiction!
un vrai rebelle ce veilleur.
j'ai une sainte horreur qu'on me dise ce que je dois faire, penser, ou ce qu'il est bon que je regarde

Mais il me semble que c'est justement contre ça que se battent les casseurs de pub!

Votre remarque est intéressante, finalement vous reprochez aux casseurs de pub la même chose que ces derniers reprochent à la pub.
Bref, nous sommes tous le fasciste de quelqu'un
en gros, oui, si ces réactions antipub étaient plus spontanées et pas instrumentalisés je ne trouverais rien à y redire, je leur reproche justement de devenir le système pour exister comme anti-système, alors qu'à mon sens la vrai rebellion c'est de rester soi-même, donc d'être créatif tout en ne cherchant pas fondamentalement à être "efficace" comme le système qu'on est censé combattre. C'est exactement la "morale" du film Fight Club, après on peut le comprendre comme les conspirationnistes à savoir que Fincher servant du système le détruit, puis montre le fascisme de l'antisystème pour célébrer finalement l'amour et être soi mais ce n'est qu'une façade pour empêcher la révolte" ou alors de manière sincère que Fincher célèbre réellement dans son film être soi et penser par soi-même chacun en dehors de tout groupe, de tout amalgame, de toute récupération politique.

Les vrais lumières pour le coup, celle que décrivait "crème de canard" de manière éronnée à mon sens. C'est à dire ne pas instruire les gens comme masse, mais chacun pour soi comme individu face à ses désirs, ses envies, ses pensées. Ne pas gérer un soulèvement global qui n'a jamais amené quelque chose de bon dans l'histoire, mais une multitude de soulèvement propre à soi (cf le propos des Wachowski dans "V for Vendetta") qui finit par faire un soulèvement global certes mais fort de chacune de ses individualités. L'inverse du fascisme, l'inverse du communisme, l'inverse de tout mouvement qui pense pour mais plutôt pense avec.

C'est aussi respecter qu'une partie de la population ne fera jamais ce soulèvement individuel et respecter son choix de ne pas le faire, c'est là où ont échoués à mon sens et échoueront toujours les mouvements "communautaires".

Je suis pas pour le gouvernement, mais je suis pas plus pour ces gens-là. Comme je l'ai déjà dit nombre de fois ici, je n'aime pas les cases, et je ne me laisserais jamais enfermer dans l'une d'elle.
C'est en soi un positionnement pseudo-individualiste, qui n'est pas neutre : il s'intègre très bien dans le système dominant actuel, basé sur la consommation individuelle, la construction d'un "soi" autonome par l'accumulation de gadgets identitaires, la compétition, et l'assimilation inassumée à différentes "communautés" qui, souvent, partagent cette valeur d'individualisme. Qu'il s'agisse des adorateurs de Brian, des rebelles anti-pub, des rebelles anti-socialistes, des rebelles anti-politiquement-correct, des rebelles anti-intelligentsia-cinématographique, etc. Les "tous-les-mêmes" grégarisés sont toujours les autres vus de loin.

Bref, s'opposer "au système" ne veut pas dire grand chose, qui que l'on soit (de "quel" système parle-t-on ?). On est toujours intégré à un réseau d'humains, avec ses codes, des obligations, ses attentes. On a toujours une communauté d'individus auxquels s'associer idéologiquement, on se transforme toujours un peu à leur contact, on garde toujours une part autonome - serait-ce celle qui se transforme au contact des autres communautés auxquelles on participe. L'individualisme n'est qu'une valeur abstraite, dont certaines manifestations sont valorisées ici et pas là, ou dont l'énoncé est glorifié à tel endroit alors que la solidarité est glorifiée ailleurs. En réalité, même ces valeurs sont des panachages compliqués, quant aux réalités, elles ne correspondent pas à l'idée que les gens se font de leur individualisme.

S'effrayer du caractère collectif d'une action menée par des individus réunis en une communauté partageant certaines valeurs et certains projets, et opposer ce caractère collectif à une individualité du vrai moi, est assez naïf. Même lorsqu'un discours sur cette opposition individu/collectivité est intégré à cette action (rien que pour l'antipub, ça peut être "brisez le cycle de la surconsommation et reconstruisez le lien social menacé par votre matérialisme" dans un sens, ou "cessez de penser comme des moutons, reconstruisez vos désirs individuels loin du formattage collectif par la publicité" dans l'autre sens), il n'est pas plus naïf qu'un discours qui s'y oppose ("je revendique le droit de me soustraire au lien social par la recherche de plaisirs individuels encouragés par la société de consommation" ou "je veux continuer à m'intégrer à la société qui partage ces valeurs et références, fussent-elles consuméristes et mtérialistes"). Et même rejeter un message à teneur collectiviste ("vivez plus ensemble") n'affirme pas d'individualité particulière : "chacun pour soi" est parfaitement fédérateur, et constitue en ce moment la base de l'idéologie dominante la plus oppressante.

Donc, LeVeilleur, d'un côté tu exagères beaucoup ton extériorité aux cases que tu habites sans t'en rendre compte, et d'un autre côté tu exagères la rigidité des cases dans lesquelles tu ranges les autres (militants-grégaires-manipulés-par-moscou). Pour prendre la défense de ceux-là : ils militent pour la même autonomie de pensée que le ferait un cinéphile "bis" de l'extrème face au rouleau-compresseur des campagnes marketing qui occultent les films plus humbles en accaparant les canaux d'informations et de diffusion. Et ils militent dans la même communauté d'esprit que l'on peut retrouver dans tout cercle constitué de gens regroupés autour des mêmes intérêts (oui, c'est précisément tautologique). Quant à la question de la légalité, c'est un autre point. Je ne suis pas un inconditionnel de la loi, et en l'occurence (pour parler de cette vidéo), je ne trouve pas leur acte plus agressif, manipulateur, et attrappe-con que la violence ordinaire et légale du matraquage publicitaire quotidien. Ce qui me fait rire, c'est la revendication de la "liberté" de se laisser manipuler par l'affichage mainstream, comme preuve d'autonomie devant la propagation des idées de ces petits activistes. On retrouve les poupées russes que je mentionnais ailleurs : les conformismes/anticonformismes relatifs aux "systèmes" qu'il est le plus confortable de considérer.

Quelle que soit ton opinion, d'autres l'auront aussi. Elle s'intègre dans un courant, que tu le veuilles ou non. Et elle s'oppose à un autre. Je vais plus loin : tu ne dois pas ton opinion à toi-même, elle est la résultante -sans doute toute unique et toute personelle- de tous les courants que tu as subis, et de toutes les références dont tu as accepté l'autorité sur un sujet ou l'autre (famille, amis, auteurs, etc). Il n'y a aucune raison de penser que tu bénéficies d'une "autonomie d'esprit" particulière par rapport à ces militants-là, ni que leur action militante (pour illégale qu'elle soit) soit particulièrement plus fasciste que la défense acharnée d'un point de vue cinématographique sur un forum internet...

non pareil, c'est interdit : dégradation de biens publics, violation d'affichage privé, propagande conspirationniste en plus


bonjour chez vous numéro 6
il est dément ce film, les mecs , ce sont de dangereux saboteurs ! des terroristes ! comme ceux qui éteignent le mur de TV dans une grande surface ! vite le SDAT !
en regardant ce film on a l'impression de plonger dans l'univers de numéro 6 !
par contre les gens s'arrêtent pour lire, preuve que l'action est assez efficace.
il est justement intéressant que vous évoquiez Numéro 6, car la série le Prisonnier, outre qu'elle met effectivement en avant une personne au prise avec le système, finit par dire que SPOILERSPOILER SPOILER ne pas lire si vous n'avez pas vu la série que Numéro 1 est Numéro 6 lui-même, à savoir donc et j'ai mis un certain temps à le comprendre, que un soulèvement n'est intéressant que si l'individualité de la personne est prête pour ce soulèvement

"par contre les gens s'arrêtent pour lire, preuve que l'action est assez efficace".

certes, comme une attraction, comme un spectacle, ils consomment la contre-pensée, le contre-système, chose qu'ils oublieront une fois rentré chez eux, pour consommer le système -à moins que il ne soit en eux-mêmes prêt à ateindre ce stade de transcendance de leur individualité pour un rapprochement global de l'autre- Sans ça, ça reste une action sans suite, un spectacle de plus dans la société du spectacle.

Après je n'oblige personne à penser comme moi, mais sur ce point de vue là, mon avis est fait et ne changera guère je le crains. Je finirai avec cette vieille blague de psy : "combien faut-il de psy pour changer une ampoule ? réponse : ça dépend si l'ampoule veut être changer"
si j'évoque numéro six, ce n'est pas pour lui même mais pour tous les autres personnages de la série, c'est à dire ceux qui ne font rien pour sortir de ce monde techno ludique, et qui parfois s'indignent des comportements et des réactions de numéro six! et puis aussi pour tous les numéros 2 qui se succèdent dans la série.
il y a les "esclaves", les aspirants et le rebelle, mais numéro 1 on ne sait pas qui c'est, il symbolise le véritable pouvoir. Ce dernier peut prendre différentes formes selon les systèmes politiques.
la série "le prisonnier" c'est une merveilleuse description d'un totalitarisme soft dans lequel la servitude volontaire est devenue la norme.
je te conseille cette très bonne analyse de la série: http://www.cadrage.net/dossier/prisonnier/prisonnier.html
qui a été virée de la notice wikipédia dans laquelle je l'avais pourtant insérée, je ne participe plus à wikipédia, le ménage y est fait d'une bien étrange manière.
ah je ne savais pas que wikipédia se livrait à ce genre de facéties. Sinon, l'analyse de la série je l'ai lu avec intérêt déjà, mais il n'y a rien de plus que ce que j'avais déjà compris en revisionnant la série dernièrement, (première fois à 10-12 ans, deuxième à 29-30 ça change bien des perspectives, même si j'avais adoré dans les deux cas).

tout ce que vous évoquez est trés bien mais c'est ce qui transparait dans la série, ou ce qui est montré parfois lourdement par contre ce que je décris plus haut dans le spoiler blanc -soulignez avec votre souris pour lire- c'est ce que j'ai déduis/compris en grattant la surface et le sens de la fin, (et du générique, "Who is Number 1 ? You are number 6") ce qui fait du Prisonnier ma série préférée maintenant.

tout ce que vous évoquez sur les esclaves, aspirants, et le rebelle est certes présent, mais c'est limpide symboliquement on va dire, il suffit de suivre attentivement l'histoire. Ce que je décris sur l'individualité du soulèvement dans un processus global par contre, c'est en fouillant l'image et les dialogues qu'on le comprend. J'ai failli m'appeler Numéro 6 pour tout dire mais c'était déjà pris sur asi me semble t-il.
Ok mais imaginons que numéro 6 se mette à casser les caméras , à saboter les hauts parleurs dans le village, qu'il sorte avec un mégaphone pour remuer les villageois avec des messages à se faire traiter de conspirationniste est-ce qu'il ne serait pas ridicule de le traiter de fasciste, alors qu'il est lui même prisonnier d'un système totalitaire dont il cherche à s'échapper ?
maintenant sur qui est numéro 1, la question reste ouverte, il y a plusieurs interprétations possibles.

Ok mais imaginons que numéro 6 se mette à casser les caméras , à saboter les hauts parleurs dans le village, qu'il sorte avec un mégaphone pour remuer les villageois avec des messages à se faire traiter de conspirationniste est-ce qu'il ne serait pas ridicule de le traiter de fasciste, alors qu'il est lui même prisonnier d'un système totalitaire dont il cherche à s'échapper ? maintenant sur qui est numéro 1, la question reste ouverte, il y a plusieurs interprétations possibles.

il le fait dans un épisode si mes souvenirs sont bons, et son action est jugé fasciste par les fascistes numéro 2 et consorts, mais là où c'est plus pernicieux c'est que Numéro 6 est la fois son bourreau et son prisonnier, et ça n'est que lorsqu'il comprend ça qu'il arrive à fuir le Village.

Cette fin est tout bonnement symbolique (comme celle de Lost) et c'est ça qui a choqué les spectateurs (une partie) dans les années 70, tout comme la fin de Lost est raccourci à un gloubiboulga new-wave-new-age. La fin de la série n'est pas réaliste et ne fonctionne pas en terme de réalisme, elle est intrinsèquement lié au mental de numéro 6. Numéro 6 confronté à Numéro 1 donnera au choix, numéro 61, numéro 16, ou numéro 7 (quand on sait la symbolique quasi mystique du chiffre 7 dans la littérature, le cinéma ou les autres arts).

sur l'identité de Numéro 1, de manière réaliste, il n'y a aucune réponse possible, donc plusieurs interprétations possibles, mais symboliquement il n'y en a qu'une, celle de la fin, que bon nombre de spectateurs ont refusé la trouvant trop simpliste, ou tiré par les cheveux alors qu'elle était probablement une des plus grandes fins de série jamais réalisés.

Le Prisonnier se passe symboliquement dans le même conflit mental qu' Avatar dans la dernière analyse de Djoumi. Seulement pour comprendre ça, il faut gratter, gratter, gratter et éviter les baudruches que sont la critique du système totalitaire, la critique de la guerre, du monde, etc... car tout ça n'est que poudre aux yeux mis en avant avec force geste pour cacher le vrai message qui remet en question l'élément le plus petit de la société, chacun de nous pour lui-même. Ce qui est aussi le cas dans Avatar, et que peu de journaliste ont vu, préférant jeter leur grille de lecture politico-écologico-new_agemystic" sans faire l'effort de faire justement ce qu'il reproche aux blockbuster, ne pas s'attacher à ce qui est outrancièrement visible mais chercher le fond des choses.

Ou comme dit dans Matrix, ne pas connaitre le chemin, mais arpenter le chemin.
Merci ! Super article :)
toujours un régal à lire, ce sébastien rochat!

bravo!
Ce qui est surtout honteux, c'est que de nos jours et ce quel que soit la chaine, à 16h30 il n'y a aucun dessin animé pour les enfants qui rentrent de l'école :( pire sur TF1 on trouve les Experts, j'imagine la tête des enfants qui seuls regarde la télé à 16h30 chaque jour. C'est une honte, de mon temps et même quand ma petite soeur (21 ans maintenant) était enfant, la 1 comme, la 2, comme la 3, comme la 6 et la 5 diffusait à cette heure des dessins animés et des programmes pour la jeunesse, de nos jours tout ça a disparu au profit des Experts et autres joyeusetés interdit au enfant de moins de 12 ans.
Cela me rappelle comment feu la5 respectait son obligation de diffusion d'oeuvres françaises : en rediffusant la nuit "Thierry la Fronde" et évidemment le mythique "Voisin/Voisine", dans lequel les acteurs inventaient leur dialogue au fur et à mesure du tournage.
très instructif!
toutes fois il serai intéressant de savoir si france télévision, canal+, M6 et autres contournent ces règles de la même façon.
Alors là... bravo !!! Penser à critiquer les chiffres du CSA, et à reprendre la convention TF1, c'est excellent. Et hyper-réactif, qui plus est. Depuis quelques jours, @si produit du contenu d'info critique de première bourre.
Merci, Sébastien !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.