3
Commentaires

Comment les données de Virgin ont été faussement vendues pour 122 euros

C'était l'affaire de l'année : une base de données de 1,6 million de clients porteurs de la carte de fidélité Virgin vendue sur un site d'enchères... 122,50 € ! Le bon plan, relayé sur twitter puis par Le HuffingtonPost, a fait l'objet d'une dépêche AFP avec en cadeau bonus l'interview exclusive de l'heureux gagnant. Génial ! Sauf que tout est bidon. Joints par @si, les avocats du liquidateur judiciaire démentent. C'est la Fnac qui a acquis la base de données des magasins Virgin pour une somme bien plus élevée.

Derniers commentaires

Cela aura moins permis de mettre en évidence le commerce des fichiers clients!!

Et vous devriez changer le titre de votre article.... les données ont été faussement vendues pour 122€, mais vraiment pour 54000€ à la FNAC!!!
Et à la fin de cette belle histoire, personne pour s'étonner qu'il soit acceptable et accepté de vendre un fichier client lors d'une liquidation judiciaire.
Les clients, donc, qui ont (plus ou moins) accepté l'usage de leur données personnelles dans le cadre bien défini de la relation avec une enseigne précise, sur une activité marchande au périmètre assez déterminé, peuvent donc voir leurs coordonnées et historiques d'achats exploités par une autre (voire plusieurs, après tout pourquoi vendre le fichier une seule fois ?) avec laquelle il n'avait aucune relation et qui pourrait exercer une activité complètement différente.
Quid par exemple si votre magasin de matériel puériculture périclite et vos coordonnées sont acquises par le sexshop voisin ? (exemple volontairement outrancier pour interpeller sur les dérives de la marchandisation des données personnelles).
Il faudrait voir le détail du contrat, mais il est peut-être spécifié que Virgin peut transmettre les données à des tiers.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.