32
Commentaires

Comment la presse a couvert l'affaire des "mariages chinois" de Tours

"C'est un martyr de la République. Dans cette affaire, il a été jeté aux chiens". C'est en ces termes que l'avocat de l'ex-maire de Tours, Jean Germain (PS), a réagi à l'annonce de la mort de son client. Poursuivi pour "complicité de prise illégale d’intérêts et détournement de fonds publics" dans l'affaire dite des "mariages chinois", Germain s'est suicidé le jour de l'ouverture de son procès. La presse en a-t-elle trop fait ? Selon nos constatations, elle est restée plutôt mesurée depuis que l'affaire a éclaté en 2011.

Derniers commentaires

" ce n'est pas une raison de le traîner la personne qui a fait l'erreur dans la boue "
Je ne connais de cette affaire que ce qui en est dit ici.
Avez-vous des exemples précis tendant à prouver qu'il a été traîné dans la boue ?
Oui, la presse a plutôt traitée correctement le sujet.
Cependant l'activité des mariages chinois étaient bien considérée dans la région, car cela attirait une clientèle chinoise riche, et cela contribuait à la diffusion de la culture française en Chine. Il existe plusieurs reportages, qui montrent à quel point les chinois étaient heureux.
Ne pas appliquer la loi correctement sur les marchés publics sur des opérations complexes peut arriver à tout élu. C'est sanctionnable par la loi mais quand il n'a pas eu d'enrichissement personnel, ce n'est pas une raison de le traîner la personne qui a fait l'erreur dans la boue. Jean Germain n'était pas un affairiste.
Par contre, les campagnes de calomnie pendant les municipales peuvent être structurées et ignobles. Des indices donnent à penser que c'était peut-être le cas.
Par ailleurs, en France, les juges qui utilisent le tribunal pour faire des mises en scène accusatrices d'une violence inouie, ou qui carrément n'appliquent pas la loi dans une affaire politique, n'ont pas été sanctionnées ces dernière années. Personnellement, je pense que si la régulation du système judiciaire français serait celle normale dans un pays démocratique, Jean Germain n'aurait pas eu peur d'affronter ses juges. Malheureusement l'affaire Bettencourt-Woerth, ont permis de se rappeler que les abus graves de la justice commis dans les Hauts de Seine entre 2008 et 2012 n'ont jamais été sanctionnés et que parfois des éléments du dossier se perdent entre l'instruction et le passage au tribunal. Je l'interprète, peut-être à tort, comme une corruption systémique de la justice due aux hommes que Sarkozy a placé pour couvrir ses affaires.
Si tous les politiciens corrompus pouvaient au moins avoir la décence de quitter la vie politique !

Pourquoi la loi est-elle si laxiste envers ce genre de délit qui pourtant détruit la confiance des citoyens envers la république !
Je ne vais pas gloser sur un suicide. Parfois je trouve quelques @sinautes (leur propos) limite décents. @sinautes - Français moyens même combat avec un avis sur tout et sur tout le monde. Fatigant. Sautez -moi dessus, je ne me suiciderai pas.
Douze ans après la mort de Bérégovoy, on peut au contraire estimer que la presse, dans la couverture de l'affaire Germain, a été particulièrement modérée.

22 ans après. Que le temps passe vite !
Le problème n'est pas la presse qui a été sombre. Il semblerait qu'il y ait eu une instrumentation pendant la campagnes municipales. Emploi de manipulateurs psychopatres pour trouver faire un storytelling avec des détails scabreux et évidemment inventé de toutes pièces, organisations structurées de la campagne de diffusion, avec recherche de femmes sensibles pour leurs bousiller le cerveau et les utiliser comme vecteurs de transmission. Dans les hauts-de-seine, c'est une marque de fabrique de l'UMP.
Il faut faire une enquête de porte-à-porte pour démonter les méthodes utilisées pour prendre la mairie.
Mes amis !

Quelle histoire ...

Combien de suicides, chaque jour, non médiatisés !
Grand moment républicain : une minute de silence au Sénat.

Petit rappel :
- Le sénat a voté sans barguigner plus d'une douzaine de lois répréssives ces dernières années.

- Le sénat a décidé de se saisir en urgence de la question des suicides en prison, qui ont triplé depuis une trentaine d'années... (non, là je blague - pour la réaction du sénat, pas pour le taux de suicide, hélas bien réel).
En effet, on a déjà vu la presse plus féroce.
Étonnante retenue, même, car il y a là de nombreux ingrédients du buzz facile ...
Il n'a pas assumé ces actes et s'est suicidé... Don't act!
L'avis d'Anne-Sophie Jacques serait intéressant car si je ne m'abuse Anne-Sophie est originaire de tours?
Enfin je dis ça je dis rien...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.