7
Commentaires

Comment "dix personnes sur Twitter" ont fait capoter la candidature de Boston aux JO

Boston n'organisera pas les Jeux Olympiques de 2024 : après avoir été pourtant sélectionnée par le comité américain pour affronter Paris ou Toronto, la ville a renoncé. En cause, un "risque" pour les finances de la ville mais surtout un "manque de soutien populaire", largement alimenté par le comité "No Boston Olympics". Derrière cette association, trois jeunes proches de la gauche américaine et diplômés de grandes universités qui ont obtenu des soutiens inattendus, du lobbyiste en vue, à des militants ultra-conservateurs du Tea Party.

Derniers commentaires

J'ai la rage quand j'entends nos élites raconter des balivernes et agiter le miroir aux alouettes de ces grands évènements et de leurs dispendieux corollaire, "Grands Stades", "Grand Paris", "Grand Bazar" dans notre grande misère.
Si des villes friquées comme Boston s'y refusent, s'il n'y a plus mis à part nous que des petro-monarchies et des chefs d'états autoritaires à candidater pour ces machins, on est en droit de se poser des questions, non?
J'ai la rage car je me souviens des JO d'Albertville 92, très déficitaires (déficit net ~50M€, auquel il faudrait ajouter les coûts d'entretien pharaoniques d'infrastructures sous-utilisées: pistes de Bob, tremplins etc, des communes en faillite, des prèts au comité d'organisation non remboursés, des promesses non-tenues de mise aux normes d'autres infrastructures routières et sanitaires (incinérateurs))
Tout comme ceux de Grenoble bien plus vieux, 1968 mais déjà une gabegie financière.
J'ai la rage car je me souviens de France 98, de la ville de Lens dévastée par des hooligans, un gendarme mutilé et laissé pour mort.
Depuis, le stade Bollaert en est à sa 3eme réfection (travaux pour la coupe du monde de rugby 2007, et à nouveau pour le foot, Europe 2016).
Et pendant ce temps là la métropole Lilloise s'est dotée de son énorme machin à 600M€, en "partenariat public-privé", qui offre la garantie à la collectivité de ne jamais gagner.
Et on a déjà oublié Athènes 2004, et on attend de connaître le déficit de la coupe du monde 2014 au Brésil, et il faut se serrer la ceinture, car on a encore trop à perdre pour réagir semble-t-il
Vivement donc qu'on n'ait vraiment plus rien, que nos vies de merde ne valent plus la peine d'être vécues, comme ça on se sortira peut-être les doigts du cul pour aller mettre leurs têtes au bout d'une pique.
On pourrait pas les embaucher pour Paris? Ca nous couterait beaucoup moins cher que les JO....
Bonjour
Et pendant ce temps là, que se passe-t-il pour Paris ? Tout beigne et Douillet est content de se montrer… avec rien au fond des poches.
Support en baisse (soutien), sagesse fiscale (budgétaire), questionné (remis en cause) le coût, ouch!
Pardon, j'ai quand même le droit de dire que c'est intéressant?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.