36
Commentaires

Combattants syriens en claquettes ou "djihadistes" ?

Qui mène le combat en Syrie contre le régime de Bachar al Assad? Des combattants syriens "en claquettes", ou des djihadistes étrangers venus faire la guerre sainte? C’était le débat – houleux - qui opposait la journaliste du Monde, Florence Aubenas, partie en reportage en Syrie cet été, à plusieurs invités de l’émission Ce soir ou jamais, le 4 septembre dernier. "Je n'ai vu que des Syriens de Syrie", assurait-elle. Pour l'un des invités, on aurait caché à Aubenas la présence de combattants djihadistes étrangers. Qui croire? Et, au fait, comment reconnait-on un "djihadiste" ?

Derniers commentaires

Je crois que tout est dit : http://commentbienvoter.com/la-commission-denquete-de-lonu-confirme-la-presence-detrangers-au-sein-des-groupes-armes-en-syrie/
En Syrie après la Lybie et avant l'Iran les Usa et l'OTAN et les Européens ont trouvés des centaines de bons soldats de la liberté comme le fut Ben Laden en son temps contre les soviétiques en Afghanistan, puis comme marionnette cachée dans une grotte d'ou partait les attentats contre l'Axe du Bien ! Et là encore on se fait avoir en beauté comme d'hab on y croit :

L'ami fidèle et l'ennemi parfait pour monter des expéditions guerrières ...

Mme Aubenas a bien été récompensée par des prix prestigieux pour avoir donnée la "bonne parole" de ces maitres !

Mme Aubenas ou l'histoire de la critique des médias


Elle suggère bien que "nous avons raisons" il faut intervenir d'urgence pour sauver la population de la famille Assad qui jusque là n'emmerdait personne. Il y a pas si longtemps en 2008 il était invité à' l'Elysée avec Sieur Sarkozy et ses amis.

Tout a coup (en fait déjà décidé depuis pas mal de temps par le PNAC !) il devient un "dictateur" comme Kaddhafi qu'il faut abattre à tout prix ..Normal elle est bien payé pour cela ..Elle représente les intérêts de ces journaux qui appartiennent à de gros bonnets médiatiques :

Histoire de Mme Aubenas et ses tribulations journalistiques .

...Les amis du pouvoir qu'il soit UMPiste ou pseudo-socialo-verdiste. ! Il faut être aveugle pour voir que Mme est journaliste non indépendante comme ces pairs ...Y a t'il un journaliste vraiment indépendant dans la salle ?? Non hélas ils sont tous a charge ou a décharge selon les voeux du chef de la presse dite mainstream.

Celle qu'on nous demande de regarder, lire et écouter. Ne pensez par vous même surtout ...Sinon vous êtes pro-dictateur ou anti-démocratique. Voilà ou en est aujourd'hui ...Voir les paroles de Laurent Joffrin qui voudrait qu'internet soit "censuré" ..

.Devinez pourquoi ? Il parait que de plus en plus de gens "se défie de la Presse" et préfère internet pour se renseigner ....
J'ai un exemple :

Attaque de l'ambassade US à Tunis :

http://www.youtube.com/watch?v=uBsj2i9yHJA&feature=player_embedded#!

Barbe : o
Accoutrement : o
Drapeau : x
Discours : x (a priori même si peu d'interview)

Sore 2/4

Jihadistes : Oui
juste 2 compléments:
- d'abord cette photo, tirée de Hurriyet [Turquie] et qui montre quand même une grande proportion d'islamistes [noter l'utilisation de "islamists not as radical as AQ"].
Identification et Affiliations des différents groupes Révolutionnaires Armés en Syrie
- il semble que la FSA et les islamistes s'entretuent aussi entre eux selon cet article en arabe sous titré: les forces de l’armée libre tuent le président de la shura de l’état islamique de Syrie

Enfin, juste une remarque sur la personne. Je respecte beaucoup Aubenas depuis la conférence de presse après sa libération. Vous pouvez comparer cette conférence de presse avec celle de Malbruno pour vous rendre compte de la différence. En ce qui concerne Bassam Tahan et son comité à la con, j'ai connu ce clown dans ces cours d'arabe pour élèves de classes prépa [les étudiant magrebins font arabe en LV1 ou 2 à la place de l'anglais, cela rapporte quelques points après l’admissibilité]. Je me suis barré après qq séances pour bosser mon anglais a la place. Il faisait aussi des cours d'arabe à l'X.
C'est bien d'avoir traité ce sujet et de bonne foi mais....(désolé il y a un "mais") :

Le "comment reconnaitre un djihadiste ?", c'est franchement moyen.

La barbe ? nan c'est pas probant, le drapeau noir non plus, l'accoutrement...bof...le discours ! Oué mais mais nan car c'est pour faire plaisir aux parrains obscurantistes..

Ok mais à ce petit jeu là, bah le djihadisme, ça n'existe nul part...les Taliban portent une barbe, s'habillent à la djihadiste (ou en uniforme ISAf mais c'est un autre problème), ont un discours radical pour faire plaisir aux pakistannais ... idem pour les shebabs, idem pour tout ce qui est classé "jihadisme international inc." et "Al Qaida corp. International", y compris la filiale saharienne "Aqmi et associés".

Al Zawahiri, à ce petit jeu, on peut très bien dire que l'on est pas certain du tout qu'il soit jihadiste.
Pourquoi faire échos à ce pseudo-débat chez Taddeï, pourquoi rapporté les propos d’un écrivain de bouquin de cul sur le conflit syrien… Après avoir entendu tant de stupidités sur le plateau de Taddeï je comprends que Florence n’ait guère envie de revenir sur cette triste soirée. Et que voulez-vous, elle n’a pas vue de djihadistes étrangers, pour les raisons déjà décrites dans les précédents articles d’@SI: ils ne sont pas nombreux et restent difficile à reconnaitre pour certains. Ce que précise le témoignage de Florence Aubenas c’est que l’aide financière des pays prônant le djihad ne s’observe pas sur le terrain, du moins pas dans l’armement des rebelles. Il ne semble pas qu’elle soit tombée dans l’admiration béates de l’ASL, en effet elle rapporte aussi avoir assisté à l’exécution d’un prisonnier et observé des traces de tortures chez d’autres. Elle n’est pas non plus née de la dernière pluie…
La suite au prochain n° de Taddeï :
Devillier et Tahhan
- Vous dites n’avoir vu qu’une seule exécution, alors que moi je vous dis qu’il y en a eu des centaines!
Florence Aubenas
- je ne raconte que ce que j’ai vu.
Laure Daussy (énigmatique)
- On ne voit que ce que l'on veut voir vraiment.
L'enquête sur la façon de travailler des journalistes, sur ce qu'ils voient ou ne voient pas, est très bien menée.

Toutefois, l'article semble entretenir un certain nombre d'idées contestables : il y aurait d'un côté des combattants syriens (= respectables) et de l'autre des djihadistes étrangers (= dangereux islamistes). Le fait de "voir" ces derniers, signant une volonté implicite de dénoncer le fanatisme religieux (au nom des valeurs de l'occident ?) ; au contraire "l'aveuglement" serait la marque, au mieux d'une certaine naïveté, au pire de complaisance à leur égard.

Le débat autour de la présence des djihadistes étrangers entretient une certaine confusion.
En effet, par quel miracle les syriens seraient-ils épargnés par le fanatisme religieux ?
De même, pourquoi tous les combattants étrangers seraient-ils des islamistes exaltés ? Le sentiment de solidarité leur serait-il inconnu ?
Est-il surprenant que dans un pays où la population est à 90 % musulmane, la rébellion soit parcourue par toutes les sensibilités de l'islam ?

Et puis, au nom de quoi un soulèvement partiellement encadré par des militants religieux serait-il moins légitime qu'une opposition laïque ? La manifestation conduite par le pope Gapone, en Russie en 1905, est-elle moins respectable que celles qui ont suivies, dirigées par les socialistes ? Les brigades internationales, pendant la guerre civile espagnole, témoigneraient de la solidarité des intellectuels avec les travailleurs ibériques, alors que les combattants afghans ou palestiniens, aujourd'hui, ne seraient animés que par le pire des aveuglements idéologiques ?

Depuis plusieurs décennies le monde occidental s'est désintéressé des peuples arabes, préférant les voir muselés par des dictateurs. Et quand ces derniers se réclamaient plus ou moins confusément du socialisme, les dirigeants occidentaux y trouvaient leur compte doublement, car en plus cela disqualifiait les mouvements progressistes.

Mais la nature a horreur du vide. Et sur un terreau qui lui était favorable l'islamisme conservateur a poussé en assurant une double mission, sociale et religieuse. Il est donc naturel que les révolutions arabes soient traversées (voire déchirées) par les oppositions idéologiques.

Il n'est bien évidemment pas indifférent de savoir qui a "l'oreille des masses" arabes. Mais la diabolisation de l'islam auquel on assiste depuis le 11 septembre 2011 participe d'un travail de sape idéologique visant, au mieux, à décourager les peuples de se révolter, même si on leur reconnaît de bonnes raisons de le faire, au pire, à les dresser les uns contre les autres afin de détourner leur exaspération.
Belle rétrospective mais il manque le témoignage qui permet de se faire une idée des proportions :

http://www.20minutes.fr/article/999721/syrie-presence-djihadistes-francais-parmi-rebelles

[quote=Jacques Bérès]Il a précisé que, contrairement à ce qu'il avait vu lors de ses précédentes missions cette année à Homs et à Idlib, la majorité - environ 60% - des blessés qu'il a soignés à Alep étaient des combattants et non des civils, et au moins la moitié d'entre eux n'étaient pas des Syriens.

Tout l'article est intéressant. A noter que c'est un ami de BHL, donc on s'attendrait plutôt à ce que son discours penche de l'autre côté.

Il faut être clair : pendant des années on a toléré ces dictatures sur le mode "c'est ça ou les barbus". Et effectivement, dès qu'on en vire un, on a les barbus.
Excellent article, merci.
Enfin un peu de nuances dans ce flot de propagande assommante... Les "reportages sur le terrain", on sait ce que ça peut donner, suffit de relire le reportage halluciné de BHL dans son "Choses vues dans la Géorgie en guerre" truffé de mensonges et d'erreurs factuelles...
La guerre en Irak filmée en direct m'a vacciné à jamais de ces pitres en sahariennes qui roupillent à l'hôtel le soir venu.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

[quote=Laure Daussy]Et sans doute, en la matière, ne trouve-t-on que ce que l'on cherche vraiment.

Cela, que l'on serait tenté d'appliquer "en (quasiment) toute matière", est, pour le moins, à "relativiser", comme Dorante dans Le Menteur de Corneille l'a décelé: On trouve bien souvent plus qu'on ne croit trouver (acte IV, scène 1)*. La qualité d'esprit d'un chacun, non seulement celui d'un journaliste, se mesure ainsi, Nietzsche nous l'a appris, au "surplus" inattendu de vérité qu'il peut supporter. Mais pour un journaliste évidemment le danger est, tout particulièrement, pressant, car, Freud le rappelle à Fliess: "le public est très bête et mérite qu'on le ménage beaucoup" (lettre du 13 septembre 1894).

* Ce que Freud, pour sa part, a "validé": tant au plan privé (Lettres à Fliess) que public (cf. Contribution à l'histoire du mouvement psychanalytique).
Magistral article, Laure.
Bien dommage - surprenant ? - que Florence Aubenas n'ait pas voulu vous répondre.
Ah oui, là j'aime bien... pas évident, dirait-on, de s'y retrouver entre "djihadistes", combattants étrangers, salafistes, Syriens musulmans traditionnels et les autres...
Mais enfin il semble que la presse française commence à parler des divers "courants" de "combattants"... j'avoue que je n'aimais pas trop l'usage du mot "rebelles" fait jusqu'à il y a peu dans les reportages pour parler des opposants à Assad...
Un ami syrien (chrétien) m'avait dressé un portrait très global et rapide de l'opposition à Assad : d'après lui, 90% de la population syrienne souhaite qu'Assad quitte le pouvoir, sur ces 90%, une bonne cinquantaine de % souhaiteraient une transition "sans guerre", les autres 40% -jeunes pour la majorité- seraient plus radicaux et prêts à tout, y compris à s'associer à des groupes de combattants venus de l'extérieur... Reste à savoir en effet quel combat mènent certains de ces groupes... pour l'islam, pour une "domination" d'un pays sur un autre, etc.
Ca ne doit pas être facile de ne pas se faire balader lorsqu'on va dans le coin en tant que journaliste. Mais quand les journalistes occidentaux étaient en Arabie Saoudite derrière les lignes "alliées pro amerlocaines", ils avaient un mal fou à être informés aussi... et pourtant, ça "tartinait" à donf !!!
Superbe article, yes !
Moi aussi j'ai regardé "ce soir ou jamais" impossible de comprendre quoi que se soit, ils parlaient un sur l'autre,
pénible, la cause à ces 2 mecs ( ils m'ont foutus les boules ).
gamma
Très intéressant, merci.
Eh bé ! ça c'est de l'enquête, Laure !
Merci !

Un autre envoyé spécial du Monde parle de la présence d'étrangers au sein de l’ASL (mais aussi de la volonté de les faire passer pour Syriens) : Jean-Philippe Rémy.

« C'est dire si les bonnes volontés sont accueillies avec joie. Il y a un tireur d'élite palestinien, vêtu chaque jour d'une chemise impeccablement repassée, remisant soigneusement ses affaires dans un sac à dos décoré de petits animaux, et qui repart le soir comme au terme d'une journée au bureau. Il y a aussi un groupe de Libyens, membres de ces groupes islamistes qui sont la prochaine grande question concernant le futur de la Syrie.

L'un d'entre eux, Feras, sourit en expliquant : "Une nuit, j'ai fait un rêve quand j'étais en Libye : je venais libérer la Syrie. Maintenant, je vis ce rêve." Il se fait reprendre par le cheikh Oualid Chlech qui tient à ce que tous les combattants passent pour Syriens. Le cheikh est poète, mais refuse de partager sa poésie avec le visiteur d'une autre confession, même s'il précise : "Tout le monde a le droit de vivre, les musulmans, les juifs et les chrétiens." Cela ne l'empêche pas de demander plusieurs fois si le visiteur ne serait pas, malgré tout, un "sioniste". Mais à ce stade, il a d'autres chats à fouetter. »

Jean-Philippe Rémy qui a aussi écrit cet article très touchant (il m'a très touchée) !) mais je ne sais pas quoi en penser.
Seront-ils entendus (le journaliste et le photographe) ?
Bonjour
Très beau travail Laure. Tout est dit dans la conclusion :
Des djihadistes étrangers se trouvent indéniablement en Syrie. Leur influence, leur nombre ne semblent pas considérables. Pourquoi certains journalistes en voient-ils, et d'autre pas ? Les hasards du terrain, certainement. Et sans doute, en la matière, ne trouve-t-on que ce que l'on cherche vraiment.
… comme il y avait des mercenaires chiliens pinochistes et autres sud-américains dans l'armée US qui a "régularisé" l'Irak (sources Naomi Klein), mais certains ne les voyaient pas.
Dit moi qui défend une thèse, et tu sauras son bord politique.
Article remarquable, Laure, qui fait bien la part des choses.
Dommage que Aubenas n'ait pas répondu.

Et n'oublions pas que si le contradicteur de ce soir ou jamais a écrit pour Rivarol, c'est qu'il est d'extrême-droite, et l'extrême-droite française est favorable à Assad, pas forcément pour de bonnes raisons....
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.