8
Commentaires

Coeur artificiel : les court-circuits de la com' de Carmat

Bataille de communication autour du cœur artificiel ? Selon Le Monde, plusieurs éléments discordants laissent penser que Carmat, société conceptrice du cœur artificiel transplanté pour la première fois en France en décembre dernier auprès d’un patient aujourd’hui décédé, force l’optimisme sur sa prouesse technologique. En jeu : le cours de Bourse de la société et la confiance des investisseurs.

Derniers commentaires

Puisqu'on vous dit que ce n'est pas une panne mais un dysfonctionnement, que ce n'est pas un court-circuit mais une défaillance d'un composant, vous devriez cesser de discuter et laisser les gens sérieux causer entre ceux qui savent. La bataille est sémantique et le vocabulaire y contribue: une panne c'est bête, tout le monde en a eu sur sa voiture ou sa machine à laver, certains ont même réussi à la réparer, ou l'ont fait corriger par leur beau-frère ou l'artisan du coin qui n'a pas fait Polytechnique.

On ne vous vend pas une pompe biocompatible mais un bijou de haute technologie, qui ne saurait avoir que des mots compliqués à l'intérieur, dysfonctionnement ça va, c'est assez long et ça présente bien une origine grecque comme pour les maladies. Un composant défaillant c'est un moyen de reporter la faute sur un sous-traitant, qui pourrait même être chinois ou indien si ça se trouve, c'est pas comme un court-circuit qu'un électricien bien de chez nous en saurait évidemment commettre.

Pour ceux qui ne se contentent pas des nouveautés réinventées par Matra, le premier coeur artificiel c'était par Denton Cooley en 1969, et les modèles Jarvik ont eu un certain succès. D'après L'internaute 150 coeurs artificiels ont été posés depuis cette époque:
http://www.linternaute.com/histoire/motcle/evenement/2587/1/a/51153/premiere_implantation_d_un_coeur_artificiel.shtml
vous avez sûrement un moteur de recherche qui saura éliminer le battage du mois dernier pour vous faire une opinion sur le sujet.

Le vocabulaire est important et l'article sur la communication maîtrisée le montre: une coupure de courant et de l'eau dans le sous-sol où se trouve le groupe électrogène ça paraît banal et ça pourrait vous arriver, mais non c'est ce qui a fait fondre les coeurs des réacteurs de Fukushima!
Mais c'est alors un "événement cataclysmique imprévisible" ou une "occurrence à probabilité infinitésimale", le littéraire s'allie au scientifique pour enfumer le badaud, sous l'oeil pas tellement inquiet du financier qui pariera à la hausse ou à la baisse sur celui-là ou son concurrent.
Ce qui est drôle c'est qu'il existe deja un coeur artificiel qui fonctionne sans panne électrique (oui il a d'autres désavantages, notamment chg de pile) , mais Surtout qui n'est pas Français .... Alors ici (@sur image) comme ailleurs (dans la presse ) on n'en parle pas . Pourquoi ne pas s'associer avec cette entreprise pour créer un coeur plus performant ? Mais non, nous les coqs on fabrique le notre, à nous et on met la vie de patient en danger juste pour un cocorico , comme pour le sang contaminé , nos zelites préfèrent nous envoyer aux test (c'est jamais des riches qui testent))) et attendre que nos chercheurs trouvent plutôt que de faire du secure , bon qd toute ta vie t'a bossé pour les autres et pour pas cher , tu peut bien continuer avec ta mort .
Pour le coup je serais intéressé par un lien qui parle de cet autre cœur artificiel. (même en anglais ça me conviens)
Je fais juste un petit pas de côté, une variante par rapport à l'objet de la chro d'Anne-So pour vous suggérer vivement la lecture de "Réparer les vivants", roman de Maylis de Kérangal, dont le sujet principal est une transplantation cardiaque ("à l'ancienne" si je puis dire...).

J&J
La vie humaine n'est pas cotée en bourse .
Bizarrement je l'avoue, je continue à penser que c'est un succès d'avoir réussi à faire fonctionner ce premier coeur artificiel 2 mois et demi (selon Wikipedia, le premier greffé du coeur français a survécu ... 53 heures). Je continue aussi à croire que c'est encourageant pour l'avenir que la "panne" soit venue de la machine et non pas du corps dans lequel elle était implantée.
Par ailleurs, les variations du cours de bourse sont obscènes, à la hausse comme à la baisse. Idem pour les préoccupations de l'attachée de presse / chargée de com ce sujet.
A part çà bien sûr, il n'est pas inutile de rappeler les liens entre CARMAT et les journaux Lagardère.
" La com' était donc quasi verrouillée. A une gaffe près."
Sans cœur ! va !

Merci quand même pour l'article !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.