13
Commentaires

Clip de Justice : "c'est un truc entre eux et eux"

Derniers commentaires

Personnellement, je trouve que ce clip est un phénomène qui, grace à un bon buzz, est sorti à la lumière. Sans tout cela, il n'y aurait eu qu'un public de fans qui aurait été au courant. Il y a effectivement de nombreuses références culturelles, eh ben, faut pas croire que que la culture de banlieue n'en n'a pas.

Pour ceux qui veulent se dé-stresser, il y a cette vidéo:
http://www.dailymotion.com/video/x5vphk_justesse-no-stress-parodie-du-clip_fun
ce clip peut très bien être neutre car il peut défendre les deux points de vues opposés.
et c'est ça qui est stressant !!
Personnellement je connais bien ce milieu la et ce clip n'aura aucun impact sur les jeunes en cité, et il ne se poseront certainement pas la question du racisme, les seuls a donné un impact ou une importance a telle ou telle chose c'est les média, et ça le sera toujours.

Par ailleurs ça fait réfléchir sur le point de vue qu'auront les gens qui ne connaissent pas les cités, penseront t'ils que ce genre d'actes est tout a fait commun et se produit tout le temps ? Je n'espère pas....
Je pars en vacances une semaine (ça veut dire aussi pas d'internet , petit sevrage obligatoire de temps en temps...), et à mon retour, paf ! Je tombe sur cet excellent article. Paf, parce que surprise qui me laisse béate de bonheur ! J'y retrouve avec délectation les @sinautes que j'aime lire dans les forums, dont la pertinence et la finesse ne vous ont pas échappé puisqu'elles vous ont permis de construire cette riche analyse. Oui, les forums nous aident aussi à décrypter, je le pense depuis le début, ce qui me donne l'occasion de remercier tous ceux qui prennent le temps de partager ici même leurs regards et d'y poser leurs visions complémentaires et contradictoires, que je ne connais pas autrement qu'à travers leurs mots mais qui participent à mon ouverture au monde. Et merci d'avoir mis en avant cette belle richesse du site : ses abonnés.
Me voila piégé. Rien qu'en écrivant ce courrier, je suis tombé dans la chausse-trappe. Ce que je voudrais dire, c'est que ce clip, je ne l'ai point vu, et n'ai nulle envie de le faire. Mon rapport à la télé (et même à ce site) fait que je suis maître de ce que je regarde. Et ça ? Non. Pas vu une seule seconde (juste les photos qui sur le site ASI évoquent le sujet).
J'ai vu (et j'aime) Orange mécanique et ai été stupéfié par le lot de stupidités véhiculé par les médias de tous bords à son sujet, le scandale qui a suivi le film, et qui fut un frein à l'intelligence. Ca a l'air reparti, avec ce clip sans doute raccoleur, qui renvoie à la référence orangemécaniesque. Pffff.
Il fait beau, je m'amuse à photographier les orchidées sauvages sur les bords du Rhin. Peu me chaut ce tapage. Pas vu, pas intéressé.
Mais évidemment, rien qu'en disant ça, je participe au débat. Je fais vivre ce que j'ai fait choix d'ignorer.
Bof, tant pis, et .... au suivant!
Très bon article, très bonne synthèse des différentes réactions que l'on peut avoir devant l'objet, jusqu'à la conclusion qui me convient parfaitement. Laissons tomber les digressions, ça reste un objet peut-être créatif, mais creux.
Cette polémique sur ce clip me consterne profondément. Je n'y vois pas grand chose au-delà d'une merde racoleuse (le clip, pas la polémique).
Coluche disait : "Quand je pense qu'il suffirait que les gens arrêtent de l'acheter pour que ça ne se vende plus..." A propos du clip de Justice, je déforme ses sages paroles pour dire "Quand je pense qu'il suffirait qu'on arrête de se prendre la tête avec cette nullité pour qu'on l'oublie rapidement...."
Chaque ligne que nous écrivons encore et encore ne fait que réjouir les publicitaires, la maison de disques, les "artistes" qui ont commis ça. Ne pourrait-on pas arrêter d'aller dans leur sens et, en clôturant le débat, les renvoyer au mépris abyssal que leur démarche mercantile et racoleuse mérite ?
Je n'avais pas eu le temps de commenter l'emission (ni de la voir en entier, ave ma faible connexion au Guatemala), mais j'avais note quelquechose. Le signe de croix sur les blousons. Ce n'est pas un symbole special de ces jeunes violents. C'est juste le logo du groupe Justice. Encore un paralle qu'on peut faire avec "Come To Daddy" ou les enfants avec un masque (un peu inquietant) de Richard D James, l'auteur du morceau.

Sinon pour aller plus loin dans le sens de cette remarque. C'est dommage de ne pas avoir eu sur le plateau soit l'auteur, soit au moins quelqu'un qui connait un peu ce milieu de la musique electronique (dont les videos ne sont pas si frequentes).
Alain Korkos est très doué dans le pictural.. par contre m'expliquer que la violence d'un clip peut amener mon voisin de palier à devenir violent, j'ai du mal.. Non vraiment je crois que tu ne deviens pas violent du jour au lendemain en visionnant un film, un clip, ou en écoutant une musique tout simplement parce que tu regardes/écoutes et analyse les choses différemment selon ton vécu et tout ce qui te donnes l'occasion d'avoir une vision du monde.. si tu vois du racisme, par exemple, dans ce clip c'est que tu es raciste puisque plutôt que de voir du djeun's violent, tu vois du noir violent.. la différence c'est toi qui la fait.. perso ça ne m'a pas choqué je ne vois pas pour quelles raisons montrer de la violence par du blanc serait plus ou moins raciste que par du noir..
Après bon faut relativiser, c'est juste un clip qui veut faire du bruit et qui utilises tous les moyens pour en faire un maximum.. Il t'interroge sans jamais se mouiller, c'est de la pseudo image-choc fabriquée pour faire causer pas faite pour raconter quelque chose.. du déjà censuré fait uniquement pour être vendu comme tel..

Alors moi je me demande.. pourquoi censurer ce genre de clip? c'est comme si tu interdisais une bonne partie du journal de tfone parce que la violence du journal pourrait te donner l'occasion de devenir violent... à moins que l'information soit moins percutante qu'un clip et alors là faut qu'on m'explique...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.