35
Commentaires

Clark, Cohen, la carte de presse, et les sénateurs

Scène ordinaire de la République.

Derniers commentaires


N'ayant jamais écouté l'émission de Pascale Clark (le matinaute ne peut pas être aussi un vespernaute, il faut choisir), je ne sais pas si elle est journalistique ou non,


Le matinaute voudrait-il vraiment nous faire croire qu'il ne sait pas ce qu'est un podcast ?

Ou comment podcaster une émission qui a été diffusée vesperalement sur France Inter ?

http://www.franceinter.fr/emission-a-live-alive-du-100315
Comme je l'ai dit sur un autre fil Pascal Clark vomit régulièrement à l'antenne de FI sur JL Mélenchon, ennemi aussi notoire
qu'éructant des journalistes, démontrant par là qu'elle en fait bien partie.

Rien que pour ça c'est tout à fait scandaleux d'enlever sa carte de presse à une personne si méritante.
Faire de l'information, un divertissement conduit rapidement à faire du divertissement une information. Il me semble que les vraies émissions d'information, hors journaux, se font de plus en plus rares. S'il n'y a plus de nez rouge, d'applaudissements, de beuglantes ou de zappings rigolos, on craint que le public (qui est si couillon, c'est bien connu) ne s'enquiquine, surtout après sa journée de turbin. Faut lui changer les idées, au populo. Et surtout, surtout, ne pas faire comme ces bonnets de nuit d'Arte et de LCP.
Pas seulement après le turbin. Dès entre 5 et 7 du matin, sur FI, on fait léger, histoire de nous mettre en condition pour la dure journée qui s'annonce. Petites anecdotes, rubriques poilantes et petites chansons débiles, de préférence anglophones mais pas que (Foulquier, reviens !) et hop là boum, nous voilà en condition pour bien démarrer. Ou pas. Seule solution : la désintoxication.
Cher Daniel,
Concernant le sénat, je pense et j'espère que ses jours sont comptés.
Sur le duo Pascale Clark - Patrick Cohen, je trouve tout à fait intéressant ce que vous dites sur le statut abusif d'intermittent. C'est ce genre de chose qui discrédite toute un système par ailleurs indispensable.
En revanche si la question de l'infotainment est pertinente dans votre dernier paragraphe, je trouve vos dernières 5 lignes sur Patrick Cohen déplacées. Je me permets de vous le dire en toute amitié (je vous lis toujours avec grand intérêt), vos différents avec lui sont bien connus et vos griefs à son égard me paraissent justifiés mais s'il vous plaît, ne vous laisser pas aller à la vindicte gratuite. Vous êtes bien plus efficace quand vous argumentez pied à pied comme cela a été le cas dernièrement avec Quatremer.

Sinon ne lâchez rien, merci.
Dites, monsieur Schneidermann, vous pourriez arrêter avec Patrick Cohen ? Certes il vous a énervé lors d'échanges un peu rudes il y a de cela quelques mois, mais ce serait bien que vous n'en fassiez pas votre tête de Turc de façon récurrente. Respirez un grand coup, écoutez une autre radio le matin, je ne sais pas moi, mais évitez nous ces énervements matutinaux !

Merci.
"… s'il vous plait DS, prenez conscience qu'on se fiche de ces jean-foutre " (fifi à 9.30)… Pas mieux !
Mais l'incident pose aussi la question de la multiplication des émissions d'infotainment.

Ça rappelle effectivement l'épisode du petit journal. A-t-on le droit à sa réduction d'impôt si l'on est un journaliste qui fait des trucs rigolos ou pas ? Qui juge du caractère essentiel des informations qui justifiera l'accès à la réduction d'impôt ?

Ou peut-être ai-je loupé un truc, mais la carte de presse a-t-elle un autre intérêt que cette réduction d'impôt ?

J'ai toujours du mal à comprendre le pourquoi de tous ces statuts particuliers aujourd'hui. Peut-être y avait-il une justification quand on les a créé, mais aujourd'hui ?
Bonjour
Votre chronique met en avant la réapparition de l'aristocratie, non plus basée sur les biens fonciers mais sur l'argent. C'est une théorie de Paul Jorion et elle me paraît juste.
En effet que penser des sénateurs plus enclins à défendre leurs intérêts propres que ceux de la collectivité, de même les "vedettes" du PAF qui se soucient plus de leur carrière que de faire réellement leur métier d'investigateur. Tous ces gens se fondent dans cette aristocratie.
On sait comment a fini l'aristocratie précédente…
L'Histoire ne se répète pas, diront certains, mais elle s'inspire des recettes éprouvées.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Si je peux me permettre, j'aurais préféré une chronique sur cette chère Agnès Verdier Molinié, (dont ASI parle dans un vite-dit) une lobbyste ultralibérale qui intervient partout avec un aplomb incroyable et qu'il serait bon de titiller un tant soit peu !
" L'infotainment" est sans doute, pour ces grands démocrates, l'antidote du cléricalisme médiatique. Ou bien la propagande, ou bien l'abêtissement.
Merci pour cette phrase : "Sa déglutition porte-t-elle la plume dans la plaie ? Ses discrets renvois éventuels ont-ils pour mission d'éveiller la conscience citoyenne ?" qui m'a bien fait rire !
Pas vu Cohen, ni à cette occasion, ni avant.
Mais je l'entends à FI et c'est ainsi que je l'avais imaginé.
Cependant malgré la pertinence de certains de ces billets ironiques, s'il vous plait DS, prenez conscience qu'on se fiche de ces jean-foutre.

Entendu ce matin un vibrant plaidoyer, vantant la liberté d'esprit de la presse européenne. J'ai cherché mais je n'ai pas trouvé beaucoup de noms. Quelqu'un pourrait m'éclairer?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.