41
Commentaires

Chypre : avant le "coup de tonnerre", qu'avait dit la presse européenne ?

Taxer les dépôts bancaires, c’est la méthode inédite concoctée par la Troïka et Chypre pour remplir les caisses du petit Etat mal-en-point. Est-ce une méthode confiscatoire ou au contraire une taxe sur les fortunes russes ? Quand est-elle sortie du chapeau ? Qui va en pâtir ? Qui va en profiter ? A-t-on raison de s’inquiéter ? Voici un tour des questions à travers quelques sites mais aussi la presse européenne qui, loin de la mélasse médiatique, suivait de près la situation.

Derniers commentaires

Sur la différence entre les buts réels du hold-up de la Troïka et les justifications données : un excellent article dans La Tribune.
Merci à Anne-Sophie Jacques et aux @sinautes de ces éclaircissements.
A quoi devait servir déjà le prêt de la troïka à Chypre? Et la ponction prévue sur les comptes bancaires pour compléter l'insuffiance du prêt?
A RECAPITALISER LES BANQUES CHYPRIOTES...
Pourquoi perdre du temps à inventer des mesures d'austérité et de privatisation des biens nationaux, avec les risques successifs d'embrasement de la population au fil du temps, alors qu'il est si simple de se servir directement sur nos comptes quand la situation paraît désespérée?
Cela fait des mois que Chypre appelle à l'aide pour ses banques. Des mois que les plus honnêtes des économistes attendent le prochain crash bancaire...
Parfois un système de Ponzi s'effondre pour peu de chose, un peu de liquidités à trouver en urgence pour garder la confiance du préteur. Tous les joueurs compulsifs et fauchés, tôt ou tard dans une situation désesperée, l'apprennent à leurs dépends. Sauf quand ils tiennent la caisse, bien sûr;
Que représentent 17 milliards pour la première zone économique du monde?

Notons avec plaisir qu'un chef d'Etat européen peut quand il le veut bloquer le système bancaire de son pays pour le nombre de jours qu'il estime nécessaire et moduler au fil des heures les taux de prélèvement et la nature des comptes à ponctionner, le cas échéant, en créant une "taxe exceptionnelle".... Cela change de nos éternelles "commissions de réflexion" et autres "rapports d'experts".
Mais l'expérience italienne de 92, pratiquement indolore pour les plus pauvres(O,6%) avait été au moins avalisée par le parlement d'un état souverain, pas exigé d'organismes bancaires internationaux,

Mais pour un projet de paix perpétuelle sur un continent au passé lourd de guerres civiles et internationales, on reste sans voix d'entendre sans cesse un rappel à la nationalité pour fustiger les uns et les autres, quand on veut faire passer à travers les médias des décisions "douloureuses" ou mieux "courageuses" (sic) de nos gouvernements.
Malgré un adoucissement progressif pour les petits détendeurs de compte bancaires, le parlement chypriote vient de rejeter ce plan d'aide.
A quand le prochain "gouvernement technique" en Europe?
A signaler, sur Le Monde.fr, un bon travail de journaliste d'investigation : la taxe "inédite" à Chypre, décriée comme telle par les médias unanimes, a en fait déjà été expérimentée en Italie en 1992 et aussi en Norvège, il y a encore plusieurs années auparavant certes.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/03/19/taxe-sur-les-depots-bancaires-les-precedents-italien-et-norvegien_1850289_3234.html
De l'argent sale à Chypre!

et tracfin, créé en 1990, à la suite du sommet du G7, Tracfin concourt au développement d’une économie saine en luttant contre les circuits financiers clandestins, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme,
il n'est pas applicable à Chypre!

http://www.economie.gouv.fr/tracfin/accueil-tracfin

sur ce site on peut lire:
Les professionnels visés à l'article L.561-2 du code monétaire et financier sont tenus d'effectuer une déclaration de soupçon à Tracfin dans les cas repris à l'article L 561-15 du code monétaire et financier. Ils ont l’obligation de déclarer au service les sommes ou opérations dont ils « savent, soupçonnent ou ont de bonnes raisons de soupçonner qu’elles proviennent d’une infraction passible d’une peine privative de liberté supérieure à un an ou participent au financement du terrorisme ».
et télécharger un formulaire!
Bonjour Anne-Sophie,

je viens d'entendre sur France-inter que les petits épargnants seraient épargnés la taxe ne s'appliquant pas au comptes ayant un dépot de - de 100000€! 100000€????? ai-je bien entendu??? c'est ça un petit épargnant, quelqu'un qui a moins de 100000€ (donc qui peut avoir jusqu'à 99999€) sur son compte??? vous avez déjà eu 100000€ sur votre compte vous? moi pas!
Et le pire c'est que les journalistes reprennent ça sans broncher...sont pas censés avoir un cerveau???
Alors Anne-Sophie, toi qui a un cerveau, pourrais-tu m'éclairer? est ce que le dépôt de 100000€ est pris en compte sur une durée déterminée par exemple (du style les dépots cumulés sur un an? ce qui ferait quand même plus de 8000€/mois...pour moi on n'est déjà plus dans la catégorie "petits épargnants") ou alors est ce que l'europe veut que cette taxe touche très peu de monde (ce qui serait étonnant de la part de notre Europe austéritaire et en plus contre productif pour récupérer des roros...)?
Merci d'avance!
Il y a, je pense une grossière erreur: Il ne s'agit pas seulement de l'épargne. C'est les comptes COURANTS qui sont bloqués pour le moment pour "eviter" le bank run, mais qui seront aussi taxé.

Le compte courant, pas seulement le compte épargne. En tout cas c'est bien ce que les témoignages d'habitants disent textuellement. Rappelons l'obligation d'avoir un compte courant, notament pour versement des salaires, des allocations chômage et autre.

Pour vivre dans un pays "paradis fiscal", la Belgique, les gens pensent aux conditions avantageuses pour les étrangers, mais pas forcément aux conditions "pas vraiment un paradis fiscal" pour ceux qui ne sont pas riche. Par exemple, savez-vous que le contribuable belge qui n'est pas riche, c'est à dire le simple salarié ou chômeur, est plus taxé qu'un Français? Je gage que l'habitant sur cette ile vit dans un enfer fiscal au contraire des riches. Comme toujours.

En conclusion, les riches ont eu le temps de placer leur bille ailleurs (les banquiers avaient l'air d'être un peu en délit d'initié...) et les salariés, chomeurs et autres ont leur compte courant et leur compte épargne taxé et bloqué...

A votre avis, y a t il eu un pic de High Frequency trading la nuit avant l'annonce?
La troïka, voyant les effets néfastes sur la croissance des politiques austéritaires demandées aux pays aidés, a trouvé un moyen de dévaluer la monnaie d'un pays, pas en jouant sur le cours d'une devise (euro oblige) mais en ponctionnant une part de l'épargne de la population. Le résulat en semble proche puisque ce prélévement devrait réduire la dette comme le ferait une dévaluation de monnaie. Mais quelle est la légitimité de cette mesure prise loin des parlements nationaux et sans vote du pays concerné ?
Après le laboratoire expérimental "Grèce" destiné à tester la capacité d'acceptation de la population aux plans austéritaires successifs, voilà le laboratoire expérimental "Chypre" destiné à tester la capacité d'acceptation de la population aux réductions directes de leur épargne aussi modeste soit-elle.
Les Eurolibéraux s'obstinent dans leur politique dévastatrice au risque d'un éclatement de l'Europe avec les conséquences catastrophiques pour les populations que l'on peut facilement imaginer tel que des conflits armés entre pays.
L'alternative est de ne pas attendre et de rompre le plus rapidement avec le libéralisme financier, et comme il faut bien qu'un pays commence pourquoi pas la France?
Je viens de lire ceci sur Regards.fr :
L’accord prévoit que cette taxe s’appliquera sur les comptes de dépôt (deposit accounts), ce qui laisse penser que les portefeuilles-titres de riches investisseurs étrangers, souvent frauduleux et non déclarés dans leurs pays de résidence, échapperont à cette taxe alors que les épargnants locaux seront touchés sur la totalité de leurs avoirs.

Est-ce possible ?

En bas de l'article, se trouve le pdf du « Ministry of Finance Announcement Agreement for a Financial Assistance to the Republic of Cyprus ».

On y trouve ce que j'ai lu sur Romandie.com : les déposants recevront, en échange des prélèvements, des actions dans les banques touchées par la crise, et, pour ceux qui maintiennent leur dépôt plus de deux ans, des obligations liées aux recettes du gaz que l'île compte commercialiser d'ici quelques années.

Si j'étais au comptoir du bistrot, je commencerais à penser que cette saisie bancaire générale sert à financer l'exploitation des gisements récemment découverts.
Après 24h de réflexion, la conclusion de Krugman aujourd'hui: It's hard to see how any of this is going to work.
Les néolibéraux européens feignent de découvrir le paradis fiscal nommé Chypre.
Comme ils ont fait avec l'Irlande et avec la monoculture immobilière Espagnole et avec les maquillages financiers et le laxisme fiscal Grec.
Alors que ces même néolibéraux imposent l'austérité aux peuples européens (et l'austérité n'a pas de frontière; l'Allemagne n'est pas habitée que de retraités épargnants), ils n'ont jamais su imposer, ou ne serait-ce que soutenir, des mesures contre le dumping fiscal, pour le renforcement de l'état en Grèce, contre la spéculation immobilière en Espagne...Ahhh mais qu'est ce que je raconte...

Le mot "intéressant" me gêne dans cette chronique. Comme si nous observions des rats de labo soumis à telle ou telle expérience et curieux de voir leurs réactions. Le problème, c'est que les rats ce sont, au moins pour partie, des travailleurs qui vont être une fois de plus les garants involontaires du système bancaire financiarisé. Je ne peux pas croire en effet que les grandes fortunes présentes à Chypre risquent quoi que ce soit. Le problème, c'est aussi que les rats, déjà maintenant pour certains d'entre nous et dans un avenir proche pour les autres, c'est nous.
http://www.courrierinternational.com/article/2013/03/18/chypre-la-politique-des-fous
Voilà ce qu'on en pense du Portugal ...
Bonjour,

Je ne comprends pas cette phrase, et globalement le paragraphe qui allait avec :
Si un euro dans une banque chypriote peut valoir moins qu'un euro dans une banque allemande du jour au lendemain, cela signifie qu'il y a en pratique des devises différentes dans les différents pays.

Comment un euro peut-il valoir moins dans un pays qu'un autre ? Si je vais à Chypre et que je donne x euros français en échange on me donne y euros chypriotes (où x/=y) ?

Merci d'avance.
Une petite émission sur la crise avec Jacques Sapir serait probablement bienvenue. (Et pas trop de néolibéraux congenitalement formaté pour l’empêcher de développer sa pensée sur le plateau SVP!)
[quote=Martin Schulz : hier, estimant que les petits épargnants locaux ne portent aucune responsabilité dans les problèmes actuels, il s’est prononcé pour une exemption de taxes sous la limite des 25.000 euros de dépôt.]

Cette phrase de l'UE n'a pas de sens. J'imagine que les moyens épargnants locaux, ni mêmes, les grands ou très épargnants locaux ne sont responsables des problèmes actuels de faillite bancaire chypriote ?!

Sauf si effectivement, tous les comptes bancaires sont rémunérés (jusqu'à 6%/an, ce dont vous ne dîtes rien dans le texte), auquel cas en effet, on peut dire qu'un déposant bancaire est un épargnant, d'une part. Et d'autre part, que c'est bien les plus grands déposants bancaires qui mettent le plus en péril l'équilibre financier des établissements bancaires, vu qu'il s'agit de ceux qui perçoivent le plus d'intérêts.
Quand on est obligé de jouer à un jeu auquel on perd tout le temps, on finit par renverser la table

Il y a eu des précédents et qui se sont bien passés.
En 1992, le gouvernement Italien (Amato) taxa de 6 pour mille les dépôts des italiens pour pouvoir adhérer à Maastricht.
Mais un seul prélèvement. D'autres efforts furent consentis sans trop rechigner en '98 (Prodi) pour que les Italiens pussent se qualifier pourl’Euro.
Dans les deux cas la mesure fut prise à l’initiative des gouvernements.

Le plan Monti( l’idole de la presse européenne) en Italie a été pris à l’initiative de la troïka (FMI BCE RFA)
Chypre se voit imposer une mesure par des monstres froids et illégitimes…

Montée des populismes… Cherchez le bug.
On ne se suicide pas par lassitude de la vie par par impossibilité à vivre.

Les Italiens ne sont pas las de la démocratie elle leur est déniée.

.
Mais, comment se faisse que les banques Chypriotes soient ruinées, avec tout cet argent russse ?
Comme l’écrit l’éditorialiste du New York Times Paul Krugman sur son blog, "aujourd’hui et les jours suivants seront intéressants à observer"

Voila une prévision que les faits ne démentiront pas ...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.