67
Commentaires

Chronique Libé : Piketty (le mari) a beaucoup aimé le livre de Julia Cagé (sa femme)

Ça vous dit de lire "un petit livre tonique et optimiste" ? Dans sa chronique publiée mardi 24 février dans Libé, l'économiste Thomas Piketty recommande un ouvrage consacré au financement des médias. L'auteur ? Julia Cagé, une économiste mariée à... Piketty Thomas.

Derniers commentaires

Mélanchon adorait Mitrand, qui le lui rendait bien.
Sandy : Front de gauche : élections européennes 1.2 millions de français. Melanchon : election présidentielle. 3.98 millions.
Pour les européennes 1.2 millions soit 2.6 % du corps éléctoral !! par rapport au présidentielle le FDG a perdu 2.7 Millions de voix.
Tout simplement pour vous dire qu'il faut être objectif quand on avance des chiffres et que lorsque vous dites "c''est la stratégie défendue par le front de gauche, le rapport de force changera si on fait intervenir les peuples, ne serait-ce que par la pression populaire, et peut être par des élections qui nous seraient favorables." J'ai bien peur que le résultat soit contraire à vos attentes et aux miennes croyez moi !
Chers amis, insulter le FN, c'est insulter, aujourd'hui 33% des français !
A méditer, lorsque vous prendrez le métro, sortirez au restaurant, où, juste déambuler sur la voie publique ...
annulé
Pour savoir s'il y a conflit d'intérêt, il faut se demander s'il fait la publicité du livre de sa femme et si cela va lui bénéficier à elle d'une quelconque manière ou s'il n'a fait que mentionner les idées et les thèses de sa femme sans mentionner l'existence d'un livre que les gens seraient susceptibles d'acheter par exemple.
Opinion personnelle;
Cela aurait été plus drôle que Piketty lance sa chronique sur le fait qu'il écrive sur le livre de sa femme, surtout que dans le petit monde parisien lecteur de libé ce n'est pas un secret et donc qu'il y aura surement des personnes pour le relever. Démarrer sur une boutade légère, "Comment écrire sur une auteure qu'on aime, quand on partage sa vie?" et lancer sa chronique par la suite sur un ton plus sérieux est une façon habile de tourner en dérision le potentiel conflit d'intérêts (qui n'a rien de méchant au final, il s'agit pas non plus de couvrir des milliards qui financent un dictateur responsable d'un génocide).

Mais au final, est-ce un bon livre? Est-ce que la chronique est une retranscription fidèle de ce que penserai quelqu'un qui a aimé un bon livre? Je n'ai pas de réponse fournie par Sébastien Rochat.
Cette chronique, je l'ai finalement lue comme les petits articles des rubriques "insolites" sur les portails du net, une petite histoire légère qui n'apporte pas grand chose, mais fait passer un bon moment. Pas de quoi sortir une grande réflexion sur les enjeux journalistico-financiers à long et moyen terme. PIketty le médiatique a fait une bourde, @si l'a notée (c'est une de ses missions), Piketty est un peu de mauvaise foi, un peu comme un enfant pris les doigts dans le pot de confiture (ce n'est pas ce que vous croyez), tout ça est surtout comique.
Je ne suis pas dans la tête de Sebastien, mais je crois quand même qu'il a écrit son billet dans l'esprit "insolite" plus que dans le but de "dénoncer une affaire scandaleuse", après la réaction enfantine de Piketty a fait reste.
Argument en bois laurebataille : une préface n'est pas une critique, on a déjà acheté le bouquin quand on lit la préface en général donc qu'elle soit dithyrambique ou assassine...
Personne ne demande à Piketty de ne pas chroniquer le livre de sa femme, mais on demande juste qu'il mentionne que le livre dont il parle avec tant d'éloges a été écrit par son épouse. C'est tout. Le lecteur se fera ainsi son opinion avec toutes les cartes en main.
Dans ce cas un chroniqueur de @si peut-il écrire un article sur une chronique de son patron ou d'un autre chroniqueur ?
Piketty pouvait-il parler de Ledoux ? (Oui pour l'auteur de l'article puisqu'il le critique, mais s'il le considérait comme le patron idéal, n'y aurait-il pas conflit d'intérêt ?)
Si Piketty critiquait sa femme, y aurait-il conflit d'intérêt ?

Je partage totalement k'avis de Piketty,: la notion de conflit d'intérêt ne peut s'appliquer qu'aux "interférences financières". En revanache il est normal de pouvoir écrire un avis sur quelque livre ou disque ou film que ce soit.

Sinon las "préfaciers", en général des amis de l'auteur, sont toujours en plein conflit d'intérêt !
Sincèrement, je ne comprends pas tous les gens excités qui postent que c'est un scandale.
Quand c'est sa femme ou son ex-femme : catastrophe. En revanche, quand c'est un ami, un collègue, un ex-collègue, rien à faire ?
Les économistes que l'on voit passer à la télé sont tous archi-corrompus (voir les imposteurs de l'économie de Laurent Mauduit).
Pour une fois qu'on en tiens un humble, de renommé international et facile à lire...
Vive Piketty.
Piketty connait-il l'effet Streisand ?
qui veut tuer son chien l'accuse d'avoir la rage

ramener piketty a une minuscule histoire d'épouse / conflit d'interet ( quel interet au fait...? )

asi baisse , de + en +
Mazette. C'est quand même énorme, ces pratiques et cet aveuglement ! Bien joué.

Bon, cela dit, j'avais bien aimé l'interview de J. Cagé à Libé, qui donnait matière à penser des pistes intéressantes pour sortir la presse de l'ornière. Pas de solutions miracles, certes, mais des choses qui me semblaient solides. Elles sont expédiées dans votre article mais c'est vrai que ce n'est pas le sujet de l'heure. Je recommande la lecture de cette interview, donc, et je pense même que ça vaudrait le coup d'y revenir à froid, car c'est un sujet cher aux @sinautes. Même si j'imagine que pour une émission avec l'intéressée, là, c'est "un peu" râpé :)
Cessez vos"gamineries" de vilains petits canards jaloux !!!
Ce "livret",que je n'ai pas lu , éclaire t i l la nébuleuse des propriétaires de Presse.et leur influence dans le débat public .Présente t il un intérêt ou est il inutile ?
Que le compagnon de l'auteur-E soit Piketty ou Dupont ,en quoi est ce dérangeant ?
Si ce compagnon salut publiquement le " petit livre tonique et optimiste" de sa compagne sans prétendre qu'il s'agit là d'un apport irremplacable a la connaissance du sujet traité ,il est seulement coupable d'une affectueuse vanité "d'auteur a succés"
En 1945 une Loi sur la Presse était supposée eviter les "dérives" !! Les Hersant ,les Dassault (Marcel )et autres se sont assis sur cette Loi avec la complicité des hommes politiques de la iv * république.
Quand je pense que j'ai pris sa défense lors d'un diner d'amis à propos de la polémique autour de son refus de la Légion d'honneur. Mais sur quelle planète vivent-ils lui et sa femme ?!!
Putain, on est pas sorti...

Encore un bon point pour Lordon qui écrivait ça :
"Il est très évident que l’escroquerie intellectuelle et politique est consommée quand pareil contentement se donne pour de la « critique sociale » (...) et l’on pourrait faire une démonstration exactement semblable, démonstration d’impensé et de soustraction inconsciente, à propos des travaux d’Esther Duflo [12] ou de Thomas Piketty [13]."

http://blog.mondediplo.net/2014-02-07-Les-evitements-visibles-du-Parlement-des
T Piketty est de mauvaise foi sur sa volonté de ne pas mentionner son lien avec J Cagé en bas de chronique. Il est évident qu'il serait en conflit d'intérêt s'il venait à "reviewer" ou éditer un article économique écris par son épouse, donc pourquoi ce serait différent ici ? D'autant que la mention des intérêts financiers versus les intérêts amicaux ne tient pas la route, il s'agit d'un livre, je suppose donc qu'il est directement intéressé à la vente de celui-ci.
Dommage, car mentionner les liens entre lui et J Cagé ne change rien à la pertinence de leur travail respectif, ce que le lecteur peut largement comprendre. La mention d'un lien d'intérêt n'invalide pas l'argument, elle donne juste au lecteur les moyens de se faire son opinion. Du coup, c'est un peu triste de ne pas faire plus que ça confiance dans l'intelligence des lecteurs de sa chronique...
Pour "sauver les médias", titre du livre de Julia Cagé, il y a pourtant une solution : créer un nouveau statut juridique, une "société de media à but non lucratif" dans lequel serait créé un réel équilibre entre petits et grands actionnaires. Objectif ? Garantir la liberté et l'indépendance de la presse.

Ahah. C'est-à-dire ce que Plenel et Smiejan prônent depuis au moins cinq ans, et qui va sûrement passer d'ici la fin de l'année.

Les théoriciens ont quand même souvent un train de retard dans ces histoires.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.