95
Commentaires

Chaleureuse et appuyée

"Chers téléspectateurs, vous voyez à présent la voiture du président Satanov qui pénètre à faible allure

Derniers commentaires

Excellente et réjouissante chronique. Ceci dit, le traitement par les médias de la rencontre Macron-Poutine est dans la droite ligne des commentaires des premiers pas du bébé-Macron. Pensez-donc, ma brave dame, ce p'tit jeune de 39 ans, qu'on lui appuie sur le nez qu'il en sort encore du lait, eh bien disais-je, saura-t-il acquérir une stature internationale ? Eh bien oui ! Il a affronté le diable Trump, la geolière Merkel et Poutine-le-satan sans broncher, sans sourciller voire même, en prenant l'ascendant.
Ouf ! J'ai eu peur ! Il n'est pas comme d'autres que je ne citerai pas....
Mais les sanctions contre la Russie ? Il va les poursuivre ou les lever ?
Je met ça ici puisqu'on ne peut pas commenter dans les "Suivi" et puis il s'agit de ce qui c'est passé précisément au cours de cette visite.
Je lis dans l'article ceci:
"" On se souvient ainsi de l'article à charge publié en février sur Sputnik, dans lequel le député LR Nicolas Dhuicq, faisait écho aux ragots sur la prétendue homosexualité de Macron, un candidat soutenu par "un riche lobby gay", le qualifiant au passage d"agent américain qui fait du lobbying pour les intérêts des banques".

RT et Sputnik n’avait pas manqué non plus de se faire les relais du fondateur de Wikileaks, Julian Assange, laissant entendre, sans davantage d'éléments précis, que les e-mails d’Hillary Clinton contenaient des révélations compromettantes sur le candidat. On peut citer aussi cet article de RT à la démonstration plus que confuse, laissant entendre que Patrick Drahi le patron du groupe Altice (L’Express, Libé…) serait "l’obligé d’Emmanuel Macron". Enfin, autre exemple d’info non étayée, la rumeur relayée par RT selon laquelle lors de son déplacement au Liban Macron aurait séjourné au sein de la résidence officielle de l'ambassadeur de France"aux frais des contribuables français". Une "rumeur" (du propre aveu de RT), provenant d’une source anonyme, tirée d’un billet de blog non signé et démenti, auquel le site pro-russe accordait tout de même trois paragraphes. Sputnik avait pris la défense de RT avec pour toute justification : "M.Macron a démenti cette information, mais les rumeurs courent toujours.""

Si je comprend bien, ces "rumeurs" et "ragots" ont été relayés en tant que tels, en reprenant les propos publics d'acteurs politiques ou non, avec tous les conditionnels requis. Pour info, je les avais lues (RT) et bien pris pour ce que c'était, c'est à dire exactement ce pour quoi la "liberté" de la Presse existe - le |Droit de propagande politique|.
Mais puisqu'on fait le procès de ces deux journaux, que fait donc de différent toute la presse politique française (et non politique aussi, d'ailleurs), toute aussi financée par l’État, à commencer par le fabuleux dit "Journal de référence": le Monde.
Vous voulez des exemples?
En tout cas, ça chie grave..!
Quand même, il faut le dire, pertinente et malicieuse chronique.
Dès que j'ai lu le titre, j'ai commencé à rigoler.
Et le texte est à la mesure du titre : hilarant. Du grand Daniel Schneidermann.

Mais pas d'inquiétude : les médias lèchent, ils lâcheront très rapidement, puis ils lyncheront.

Les derniers avatars de cette république moribonde se sont mus dans le même genre de cycle. Et il y a de fortes chances que ça continue.

En tout cas, Satanov et Facedange, c'est vachement bien trouvé....
ll me semblait qu'arrêt sur image avait pour objectif un regard et une analyse "fine" du traitement de l'information par les medias généralistes.
Mais votre article d'un humour pour le moins assez lourd ne se démarque pas de ces mêmes médias. Espérons que cela resteras exceptionnel, mais une certaine tendance....
D'ailleurs, depuis quelques temps, je me pose la question sur mon abonnement (idem pour Médiapart qui cherche les "fonds de tiroir" pour les candidats EM) .
Serais-je, sans le savoir, sous l'emprise, du gourou Macron où me lasserais-je, comme depuis longtemps pour les autres, des medias indépendants qui on peut être du mal à accepter un changement ?
pour les semaines à venir voici un petit digest tiré d'un site psy pour nos zamis les commentateurs d'images. Si avec tout cela, la politique ne va pas mieux entre les grands hommes dirigeants du Monde.

Comment décoder une poignée de main ? un déco(n)dodepoignéedemainologue vous parle des sept poignées de main à éviter :
1) Le broyeur
La personne en face de vous, vous sert la main tellement fort, qu'elle vous fait mal à la main. Elle veut vous intimider et vous montrer qu'elle a du pouvoir.
2) Le poisson mort
Ces poignées de main sont assez désagréables. Vous avez littéralement l'impression de serrer un poisson mort. De plus, ces poignées de main font apparaître les personnes qui les donnent passives et sans énergie.
3) La main moite
Lorsque vous avez fini de serrer la main de cette personne, vous n'avez qu'une envie c'est de vous essuyer les mains. Il est important de noter qu'une personne ayant les mains moites peut-être nerveuse ou bien avoir une condition médicale.
4) La pompe à eau
Votre main voyage de bas en haut dans la main de la personne en face de vous. Cette personne veut là encore, s'imposer à vous.
5) La politicienne
Votre interlocuteur vous sert la main de façon cordiale et met sa main gauche sur votre avant-bras ou votre épaule. Lors des campagnes électorales, c'est un geste que l'on voit très souvent. C'est une poignée que l'on peut donner lorsqu'on est sincère ou que l'on connait bien la personne à qui on la donne.
6) La pince de homard
Votre vis-à-vis vous donnera une poignée de main en utilisant ses doigts et son pouce de façon à ce que sa main ressemble à une pince. Ce peut-être quelqu'un qui a peur de se lier et/ou qui manque de confiance en elle.
7) Le bras de fer
Au lieu d'une poignée de main, vous avez l'impression de faire un bras de fer avec la personne en face de vous. Cette dernière fait en sorte que sa main soit sur le dessus, de façon à vous prouver sa supériorité.
Belle chronique en effet sur les commentaires des médias
L'engouement populaire pour chaque geste de Facedange rappelle en effet les matchs de catch
Il y a le vilain et il y a le gentil favori qui est en fait pas gentil du tout et plutôt sournois, mais on aime les sournois qui écrasent les mains des vilains

Tous les matins sur France Info il y a le moment "élections" comme si vous y étiez.
Et ce n'est qu'une suite de témoignages de gens qui voteront En Route ( le mec ça trompait, ER ce n'est pas les initiales de Facedange mais de notre Queen à nous, Elizabeth Regina, II pour la catégorie E II R), et des sondages qui donnent une descente aux enfers de la France Insoumise. Autant pour la présidentielle, on n'avait que des sondages dithyrambiques qui explosaient pour l'inconnu Macron et qui lui donnaient de l'épaisseur à chaque résultat sur 1000 personnes sondées de l'intérieur, autant maintenant ce sont des sondages à contrario qui envoient Mélenchon par le fond.

Alors les commentaires de radio et télé com au service des banques et du capital réunis, on peut les prendre au premier degré qu'ils sont, celui de Gala-Closer-Daily Fail
Les chroniques de DS concernant Macron sont consternantes ; aujourd'hui il l' appelle Facedange , hier Kennedy et Michel Drucker , demain ce sera quoi ?
Rien de mieux à dire DS ?
Ca n'a choqué personne que Macron se permette de transmettre à Poutine les "attentes" de la France concernant la Russie ?
Dans le cas inverse, on aurait hurlé devant une insupportable manifestation de l'impérialisme russe.
Cette manière de formuler les choses est diplomatiquement extrêmement maladroite, et peut-être révélatrice d'un sentiment de supériorité culturelle.
Macron se croit autorisé à donner des conseils voire des instructions à Poutine. Il se prend pour qui ? Le président-jupiter d'une nation exemplaire (sous état d'urgence depuis 18 mois) dont le destin serait de civiliser une Russie engoncée dans son orientalité et sa brutalité ?
A quand un discours de Dakar 2 où Macron expliquerait que les Africains devraient écouter un peu plus les excellents conseils de leurs grands frères français ?

Et ensuite, nos médias nous expliquent incidemment que Poutine en a quelque chose à foutre des instructions du grand Macron... Il a surtout dû être éberlué devant l'arrogance du gonze, et passablement énervé, car personne n'apprécie les cuistres méprisants.
Il y a au moins une chose avec laquelle les Russes ne pourront jamais rivaliser : c'est notre génie créatif.
Preuve de notre étonnante capacité d'invention, d'imagination, le TGV, un des fleurons de la technologie française, vient d'être rebaptisé : InOui.
Pourquoi InOui ? Les communicants de la SNCF l'expliquent de manière simple et limpide.

Avec les clients, nous avons choisi pour le service TGV de demain un nom positif qui donne envie et porte six dimensions :
O : une bulle qui évoque le confort et la sérénité.
OUI : notre intention de dire "oui".
NOU : évocation du "nous", un écho au "Rapprochons-nous" du Groupe SNCF.
INO : notre volonté forte d'innovation et de digitalisation.
IN : être dedans, être en phase avec son temps.
INOUI : c'est la force de cette nouvelle promesse client, une promesse aspirationnelle, dans laquelle chacun se retrouve.


Les premières rames "InOui" circuleront le 2 juillet pour l'inauguration de la ligne Paris-Bordeaux.
Moi je n'y vois que la preuve de l'incapacité ou impossibilité, ou autre chose que je n'arrive pas à qualifier, des journalistes à dire quelque chose de négatif sur E. Macron. Il fait, pour le moment, quelque chose qui ressemble plus ou moins à un parcours sans fautes ; et voilà qui dérange les analystes pour qui la simili perfection n'existe pas, ce en quoi je les rejoins.
Mais là où le bât blesse réellement, c'est quand on est de gauche, du coup il est impossible d'admettre la réussite.
Par conséquent on analyse, on ironise on commente le travail des autres. cela permet d'une de ne pas rester silencieux et de deux de donner l'impression que l'on dispose d'un avis.
Tout cela dans l'attente, bien évidemment, du premier faux pas. A ce moment il sera question de retourner à sa place, celle de commentateur avisé des faits, gestes et actes du Président.
C'est une lettre de motivation pour postuler au Monde, c'est bien ça ? :-D
La mesure des zigounettes c'était off. C'est pas juste !
ah ah ah!
Merci pour ce descriptif, plaisamment relaté ; mais tout cela nous l'avons vu par nous mêmes. L'analyse eût été plus intéressante.
Depuis ces derniers mois se déroule sous nos yeux une pièce de théâtre merveilleusement jouée. Les acteurs sont tous talentueux et servent à merveille de faire valoir à la vedette du spectacle.
Ah ce jeune premier ! Il les les surpasse tous.
Le passage sur les journalistes russes faisant de la propagande plutôt que du journalisme est admirable. Du grand art.
Ensuite ce qu'il en sera au niveau des réalisations. C'est cela que j'attends avec impatience.
Les obsédés de macron ne voient que macron dans cet article, moi j'y vois les journalistes poigneedemainnologues.
Sauf que vous oubliez qu'asi est la pour décrypter les médias, pas pour l'investigation journalistique. A partir de ce postulat, montrer l'intérêt bien trop important des journalistes pour une poignée de main en les moquant est tout à fait adapté.
Cette chronique est délicieusement révélatrice de l'obsession pour Macron de ceux qui le détestent. Il est fascinant de voir que les "fans" de Macron apparaissent généralement bien moins dogmatiques et insensés que ses détracteurs. Oh, il y a bien des ultras des deux côtés, mais force est de constater que chez les antis, on est au bord de l'apoplexie à la moindre évocation.

On sent bien derrière les pseudo-angoisses la volonté du foirage complet et absolu du nouvel élu, celui qui permettrait enfin de dire "ah on avait bien raison, il n'y a qu'une solution au redressement du pays, c'est la nôtre et peu importe qu'elle n'ait jamais marché ailleurs". Ils sont sur les dents. Ils voulaient le voir balayé par le Pen, ils voulaient le voir ridiculisé par Trump, et maintenant ils pleurent encore de ne l'avoir pas vu à la botte de Poutine, les yeux humides tel un Mélenchon niant les morts des manifestations au Venezuela tout en évoquant Rémi Fraisse à tout bout de champ.

C'est tellement facile d'oublier de dire que c'était tellement facile d'accéder, au-delà des ridicules danses protocolaires, au contenu réel de cette rencontre… Mais il est plus plaisant de commenter la forme que le fond lorsque celui-ci a montré Macron sous son meilleur jour, et qu'on est définitivement convaincu qu'il est l'incarnation du mal sur terre… Hier Schneidermann évoquait avec délice l'idée de Macron-Louis XV ("bébé" Hollande, comme on dit au FN…) pris dans les bras par Poutine-Pierre la Grand… On sent la déconvenue quand finalement c'est la réalité historique d'une Russie n'existant qu'en s'occidentalisant qui a pris le pas sur le symbôle…
Peut-on suggérer l'emploi de "poignéeedemainologues" plutôt que celui de : "poignéeedemainlogues" ?
On est à peine dans la caricature.....Enfin du journalisme de combat....Merci Daniel pour cet éclairage fondamental ....Vous pourriez (re)postuler au Monde ou à France Inter
c'est un article pour la dépénalisation du cannabis... je crois.
Que ne s'autorise-t'on pas à penser dans les milieux autorisés !

Excellemment bien rendu, on s'y croirait. Qui parlait récemment de journalistes commentateurs sportifs ? Les téléspectateurs vont tourner casaque !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.