44
Commentaires

Casse-toi, pauvre Net !

Derniers commentaires

Quand la communication d'un ministère est juste un mensonge, on appelle ça comment ?
pc inpact
pc inpact
« le problème d'Internet est considérable, parce que ce n'est quand même pas sain que le journal soit gratuit. Comment voulez-vous que les gens achètent leurs journaux en kiosques s'il est gratuit sur Internet ? » N.S.
Et comment voulez-vous que les gens achètent leurs journaux en kiosques s'ils peuvent lire des gratuits? (metro, direct soir, etc...); cette question n'est pas venue à l'esprit de Sarkozy.
Parce que les gratuits ne risquent pas de dire du mal du gouvernement?
Direct soir, par exemple, (sans porter un jugement de valeur sur ce journal) dirigé par son grand ami V. Bolloré ne pratique pas l'irrévérence. On sait que la diffusion d'une presse gratuite peut mettre en péril économique la presse d'opinion et déséquilibrer ainsi le pluralisme démocratique. Pour Sarkozy, rien de grave à cela, mais que des sites "incontrôlables" diffusent des informations (que parfois on ne trouve pas ailleurs) sur le web, "c'est quand même extraordinaire , vous ne trouvez pas? "
Ce qu'il y a de bien avec Sarkozy, c'est qu'il trouve toujours des idées pour réformer ce qui le gêne.
Il y a aussi Rue 89, qui fait de la veille informationelle, et d'autres... Bien sûr qu'internet destabilise la pensée unique, et que le pouvoir se sent menacé.
Si Arrêt sur image se retrouve sur le net, c'est bien parce que le pouvoir actuel a eu sa peau sur le petit écran, alors on continue la chasse ...
Mais c'est une autre paire de manche d'arrêter un site contributif, sans pub. En plus un tel site oblige les internautes à REFLECHIR et à REAGIR! Alors là , danger!
On va dire qu'on a entre les mains un outil de résistance. Et continuer. merci Daniel.
Même si cela n'amoindrit certainement pas la gravité du sujet, au moins – et ce grâce à des gens intelligents et surtout organisés comme sur @rrêt sur images – on a de l'humour, de la pertinence, voire un peu de cynisme vis-à-vis de nos agresseurs.
Nous, "les moustiques", continueront à piquer de plus en plus fort, en totale indépendance, et en "accès libre sur la terre entière" si ça en vaut la peine. Qu'on se le dise.
Et encore bravo pour ce titre de chronique!
un système intéressant pour permettre de faire circuler plus facilement les sujets de ce thème qui seront d'utilité publique, pourrait être de créer un flux RSS dédié. ça permet par exemple de d'afficher sur son blog ou site web les titres de vos billets consacrés à ce sujet prochainement.
Cher Daniel,
Ne sachant pas comment vous joindre, je vous envoie directement un article de Marcel Boiteux sur EDF daté du 15 mai qui pourrait faire l'objet d'une nouvelle chronique.
Bien à vous
Jean-Marie Gogue
ELECTRICITE : LA CONCURRENCE ... MAIS PAS LE MARCHÉ !

M. BOITEUX, de l’Institut

A tort ou à raison, la France a accepté d’ouvrir le secteur électrique à la concurrence. C’est fait. La conséquence naturelle de cette décision, c’est de laisser le marché fixer dorénavant les prix de l’électricité. Et comme la couverture de la demande dans l’ensemble interconnecté France-Bénélux-Allemagne de l’Ouest ne peut généralement être assurée par le seul nucléaire, c’est l’appel nécessaire aux centrales à charbon (allemandes) qui assure le bouclage marginal et fixe, de ce fait, les prix du marché de gros pendant la quasi-totalité de l’année. EDF ne faisait donc que respecter les lois du marché en s’alignant – aux frais de transport près – sur les prix allemands. D’où, c’est vrai, une rente considérable pour EDF (à la mesure des mérites enfin reconnus de la politique nucléaire française), rente dont le bénéfice retournait à 87 % à l’Etat actionnaire et offrait à celui-ci la possibilité d’alléger d’autres charges – la fiscalité des bas salaires par exemple.
Si l’on ne voulait pas que cette rente apparaisse, il fallait en rester au système EDF antérieur de fixation délibérée des tarifs au niveau des coûts marginaux de long terme français. On a voulu remplacer une tarification volontariste, mimant ce qu’eut été un marché national, par les prix résultant du jeu effectif du marché à l’échelle de l’Europe ... et on hurle d’effroi et d’indignation à voir le résultat (qui était à la fois prévisible et annoncé) ! Mais il est trop tard pour revenir en arrière. Et comme on ne veut plus aller de l’avant, on s’égare dans des aventures incohérentes.
Les nouveaux concurrents d’EDF ne peuvent normalement survivre que si ce sont les lois du marché qui prévalent à la fois sur le marché de gros, sur lequel ils s’approvisionnent, et sur le marché de détail où ils affrontent ensuite la concurrence d’EDF. C’était le jeu normal des marchés, auquel EDF ne demandait qu’à se plier dès lors que le secteur était ouvert à la compétition. Et c’est ce jeu qui a été interdit ! Car ce qui empêche l’entrée des concurrents, ce n’est pas, comme on le prétend maintenant, l’obligation naturelle où seraient ceux-ci de payer leurs achats en gros au prix du marché (et non au coût du nucléaire), c’est l’obligation que l’Etat fait à EDF de maintenir pour les ventes au détail des prix – dit réglementés – très inférieurs à ceux du marché.
C’est parce que l’Etat, se rendant compte que dans le cas très particulier de l’électricité, et a fortiori avec l’impact du nucléaire, l’ouverture à la concurrence va conduire inéluctablement à la hausse des prix de vente – en gros (tarifs industriels) comme au détail (tarifs domestiques) – qu’il s’affole brusquement, fixe arbitrairement les tarifs de vente au public en dessous de ceux du marché malgré les protestations de Bruxelles, et demande à EDF de consacrer une partie de la rente nucléaire (qui appartient au dit Etat en tant que propriétaire) à abaisser les prix de vente en gros à ses concurrents : il s’agit ainsi de permettre à ceux-ci d’être compétitifs, à la revente, avec les tarifs EDF de vente au détail fixés par l’Etat en dessous de ceux du marché.
On marche sur la tête. Mais Bruxelles finira forcément par obtenir un jour ou l’autre la suppression des tarifs réglementés. En attendant, pour ne pas trop se mouiller, le Conseil de la concurrence a demandé à EDF de se débrouiller (« toute autre solution techniquement ou économiquement équivalente ») pour que ses concurrents survivent. En fait, pour éviter l’accusation de position dominante, EDF le faisait déjà, depuis longtemps, en faveur de ses concurrents de bonne qualité. On lui demande maintenant de le faire aussi pour les autres ! Quand les bornes sont franchies, il n’y a plus de limites ...
Fier comme Artaban, Daniel Schneiderman cite @si comme exemple de bon fonctionnement de site d'information... mais qu'en est-il réellement de sa pérennité ? Pas d'inquiétude de financement ? Le recrutement de nouveaux abonnés se fait à quel rythme ? et la crainte que les abonnés actuels soient volatiles n'existe pas ? Daniel Schneiderman est un homme confiant. J'aimerais l'être tout aussi.
Pour que vive Arrêt sur image :

Il faut le soutenir en le faisant connaitre .

C'est le meilleur rempart pour la défense de la démocratie

Et puis on apprend tellement de choses, qui ne sont pas forcément montrées ailleurs

Vive le fromage au lait cru ! Référence à la 1ère émission : continuez vous avez mon soutien et toute ma considération !
Tiens tiens ça commence !

Comme d'habitude au nom de la sécurité....
Depuis le temps que je dit que nous vivons dans un pays occupé .
Je parlais de 1984 et de ce monde fachisant ou la liberté n'était plus
qu'un lointain souvenir .
Internet le seul médiat qui échappe à "Bling Bling" c'est emmerdant
n'est ce pas que des milliers d'@sinautes vomissent leur haine de
cette politique de merde ou seul les patrons et les riches héritiers (ères)
n'ont droit au faveurs du suzerain !!
Avez vous constatez son air hypocrite lorsqu'il parle aux gens de la rue ?
Mais oui il n'en à rien à foutre bandes de serf décervelés par le système !
Il s'amuse avec vous et vous manipule . Tout est affaire de récupération avec
lui . Il n'y a aucun fait divers qui n'échappe à son emprise tout ca pour
occuper le terrain car sur le fond il n'y a rien . Regardez comment est géré
la crise liée à l'augmentation du baril de pétrole !!
Par contre aucune emprise sur le net et les révoltés de tout horizons de
je fait partie !! Ca commence à sentir le roussie ?
Non nous sommes dans la résistance et c'est cette dictature de l'information
qu'il faut faire vaciller ! Unissons nous pour un lendemain meilleur !
En même temps parler de 6éme reich c'etais peut-être un peu fort et un modérateur laissant cette réponse peut décrédibilisé entièrement le sujet et/ou le site alors je comprend qu'il l'est supprimé et c'est tout a fait justifié !
Je trouve dommage que ce que j'ai mis hier soit purement et simplement supprimé. C'était plus une accroche voire une déclaration volontairement forte pour ébranler nos esprits en sommeill plutôt qu'un commentaire balancé en pâture avec en arrière pensée "lol ptdr je suis sur internet et je peux dire n'imoorte quoi". Merci à l'alerteur (ou alerteurs) et au modo d'avoir fait preuve de liberté d'expression. Félicitations. Chapeau bas.
Sarkozy :" Mal au net"
Le toubib :"Incurable.Le web adzl et nul ne pourra le mettre en cage"
Selon M. Franck Louvrier mai 68 c'était : «J’ai quelque chose à dire mais je ne sais pas quoi». Il me semble que la chronique de M. Louvrier serait plutôt : « Je n'ai rien à dire mais je sais quoi. »
"Cette fois, ça commence vraiment à sentir le roussi. La France est sans doute le seul pays, où l'émergence d'un media aussi révolutionnaire que l'Internet, riche de promesses démocratiques autant qu'économiques, peut être qualifiée de problème par le président de la République en exercice."

Il a peur que les internautes le qualifie de "problème" également ?
Ou alors il continue sa mission recommandée par le cac40 de protéger les commerces de ses "ptits frères".
Après la liberté de travailler le dimanche, et les autres jours sans compter les heures , voilà la défense de la liberté de la presse version sarko. Il nous prend VRAIMENT pour des imbéciles.
Dans sa tribune de Libé, Franck Louvrier sort son plus beau mouchoir, pour déplorer qu'aucun site n'ait encore trouvé son modèle économique. Mais si, Franck Louvrier, prenez votre microscope, et regardez donc @rrêt sur images, ça marche très bien. Et ça ne fait que commencer.

Ben, justement, pourrait-on en savoir un eu plus sur votre modèle économique? Si j'ai bien compris, vous attendiez de voir les taux de réabonnement pour voir si les abonnés à @si n'étaient pas seulement de simples nostalgiques de l'ancienne émission version france 5 mais aussi de vrais adhérents au nouveau projet @si-en-ligne. Qu'en est-il? Combien d'abonnés? Combien de visites par jour/mois? Combien de réabonnements? Quel budget? Il serait bon qu'on puisse en savoir un peu plus sur ce modèle économique qui apparemment "marche très bien".

Sur le fond de l'attaque groupée anti-internet menée de front par Frank Louvrier et Nadine Morano (dès qu'il y a une énormité à balancer, elle est toujours présente, elle), je note surtout la profonde bêtise de parler de façon globale, générique, donc floue et imprécise d'Internet. Comme s'il existait un ensemble cohérent nommé Internet. Comme si le réseau était un tissu homogène que l'on pourrait saisir dans sa totalité alors qu'au final c'est surtout un ensemble hétéroclites d'éléments disparates, pour le meilleur (@si, rezo, eolas, etc.) et pour le pire (skyblog, langage "kikoo lol", sites pornos, etc.) qu'on ne peut mettre tous au même niveau.

Hurluberlu
Mais que fait Nicolas Princen ???
La plupart des internautes s'intéressant au média sont mieux renseigné ( par le simple fait qu'il n'y a PAS de montage ) ont un meilleur avis de ce qui se passe etc... Tout ça c'est dangereux pour l'oncle sarko ça va lui faire perdre une partie de son électorat ( assez précieux par les temps qui court car ça se réduit vivement ). Alors ne laissons rien au hasard pas même le meilleur moyen d'expression qui existe. Ce qu'il ne sais pas c'est que c'est cause perdu, plus il essayera de nous rentrer dedans plus on agira. Alors vas-y tonton en avant la dictature on attend que ça pour exploser !
J'ajoute que l'émission de télé Arrêt sur images avait déjà été supprimée parce qu'elle ne plaisait pas à Sarkozy, soucieux de son élection. L'annonce de la suppression de l'émission m'a fait comprendre que l'on avait affaire à un dictateur en herbe.
D'ailleurs, @si fonctionne très bien dites-vous. Chouette : le taux de réabonnement en mars étaient donc satisfaisant ?
faut bien que ça lui serve à quelque chose au ptit préz de cotoyer ben ali et khadafi. Ils lui ont expliqué comment faire.
Pour info, il est impossible d´utiliser hotmail en tunisie. Décision présidentielle....
Il y a de multiples façons d'aborder les problèmes de l'information sur le net, de multiples angles d'attaque. Pour faire court, je trouve toute les formes d'attaque globalisante de la question aussi inutile que ridicule : confondre ainsi, par exemple, les sites d'université, les sites de presse papier, de presse internet, les blogs d'entreprise et d'adolescents, on a autant de cas que de problématiques, et ne parlons pas de disciplines scientifiques entières qui ne travaillent plus qu'avec le net et ont renoncé au papier, la physique, par exemple, dont les usagers se contrefichent de ces questions puisqu'ils travaillent efficacement avec tous les jours.

Ici je voudrais aborder un angle de la question particulier : pourquoi le pouvoir se méfie t'il autant du net ? Parce qu'il lui apparaît, en raison de sa décentralisation, incontrôlable, voila le vrai reproche, contenu derrière le reproche du manque d'évaluation (fait uniquement quand on refuse de différencier les cas)
les multiples sources d'information sur le net sont d'autant plus dangereuses pour le pouvoir, qu'il s'y développe une vraie presse d'opposition (backchich, acrimed, le grand soir, etc..) presse encore imparfaite, parfois, mais qui échappe aux circuits de connivence des médias habituels : le public ne s'y trompe pas, qui les plébiscite à défaut de les payer. Face à ce risque, le pouvoir, les grands habituels des médias ne peuvent que hurler à la décrédiblisation, voire tenter un harcèlement économique, policier ou judiciaire, mais il n'arrivera jamais à museler ces nouveaux médias.
Daniel vous ne seriez pas en train de faire de la démagogie à fond les manettes avec cette histoire? Vous voulez mobiliser une armée d'asinautes pour sauver "le net" des griffes de Sarko? Comme d'autres plus haut je ne vois pas trop le danger...la pub c'est pas Sarko qui décide où elle va, c'est la fréquentation (l'audience) des différents média qui détermine ça. Et en ce moment la pub est en train de migrer en masse sur internet et j'imagine que les potes de Sarko (Bouygues, Bolloré,...) le savent et ils comptent bien en profiter.....quoiqu'il en soit j'espère que vous avez raison et que Sarko s'apprète vraiment à se lancer dans une croisade anti internet tant ce combat semble ridiculement d'arrière garde et perdu d'avance
Merci Daniel,

Votre article d'hier sur le sujet avait une phrase d'accroche plus que claire: "ça sent le roussi."

Il indiquait aussi: Du point de vue de l'Elysée ou des ministères, on peut en effet concevoir que la multiplication des sources d'informations, parfois très virulentes contre le pouvoir, pose question.

Voilà. On y est. Le gouvernement ne prévoit plus seulement le démantèlement du service public, il s'attaque maintenant de front à la liberté d'expression. Paranos? non. La méfiance a du bon, surtout quand il s'agit de dénoncer l'atteinte aux libertés fondamentales.

Dans la dictature chinoise du moment, internet est verrouillé pour que les citoyens chinois n'aient pas accès au web mondial, mais un internet qui sert exclusivement l'idéologie du pouvoir en place. Depuis son arrivée au pouvoir, Son altesse est frustrée de ne pas en détenir autant qu'il le voudrait. Sarkozy fait taire d'abord l'opposition, ce qui est aisé avec un PS quasi-muet, des luttes de pouvoir vaines au sein du parti, et la corruption de certaines personnalités de gauche afin qu'ils changent de camp. Mais ça ne suffit pas à notre passionné de pouvoir. Il faudrait aussi faire taire l'autre opposition, celle de la rue, en faisant en sorte que les mécontents ne soient pas entendus dans les médias, et museler internet, le média vilain méchant où l'on trouve tout et, il est vrai, pas mal d'intox, mais aussi de l'information véritable qui dénonce, au-delà du caractère colérique d'un président, son incompétence. A nous, citoyens, de ne pas laisser le président de la république française la possibilité de menacer la république.

"ça sent le roussi."Oui. Et n'ayons pas peur d'utiliser ce mot qui fait frémir les âmes démocrates: ça sent aussi la dictature.
Content d apprendre que asi remporte du succes.
Par contre pour ma part, j aurai quelques critiques.
Exemple dans l emission sur le voyage de Sarko en angleterre, la majorite de l emission parle du traitement mediatique, et c est bien sur le theme de asi. Decortiquer le traitement mediatique, mais quand le traitement est aussi nul que celui du JT de france2 ou durant + de 30mins on a eut droit a du commentere, commenter le commentere c est pas forcement tres interessant, surtout quand il est deja bien bas a la base. Je trouve qu il aurait ete interessant d expliquer pourquoi justement toutes ces courbettes ont eu lieu, le role de l angleterre dans le monde ect ect... Parceque si les gens ont besoin d asi pour comprendre que le JT n apportait rien en information alors la...

Meme chose par exemple pour l emission sur cavada, ou la vous avez constament ramene le debat a l antisemitisme, et quand les invites abordaient le fond du livre, vous les forciez a revenir sur l antisemitisme. Alors que pourtant les deux intervenants etaient finalement d accord pour dire que ce n etait pas le cas.
Vous aimez dire que grace a internet vous n avez plus de limite de temps, alors ou est le probleme ? Et finalement on apprend rien de plus, et rien sur le livre, qui est quand meme a la base de tous ce bordel.
L autre critique, et je vois que je ne suis pas le seul a la faire, c est que bien souvent vous harcelez vos invites de questions, ils commencent a repondre a l une d entre elle et vous la reformulez de facon differente, en coupant la parole a votre invite. Et bien sur vous faites la meme chose parfois lorsqu un invite vas sur un terrain que visiblement vous ne voulez pas qu il aborde.
J irai meme jusqu a dire, que vous utilisez une methode bien connu d harcelement de questions pour destabilises vos invites. C est assez flagrant avec l invite de l afp, qui ne ce laisse pas faire d ailleur, ou avec la personne de la cgt qui a rencontre Sarko, sur qui ca a mieux marche.

Donc voila c est bien de s interesser a la mise en forme de l information, mais quand elle est de plus en plus nul, apporter un peu de fon a vos analyse ca serait un plus.
Que le Web inquiète un pouvoir par nature habitué à un contrôle sévère de la diffusion de l'info c'est presque "normal".

Qu'ils essayent d'y mettre bon ordre, c'est du coup tout à fait logique

Que les internautes soient titillés par de telles manoeuvres, c'est heureux.

Bon. Mais doit-on réellement s'inquiéter ? Je veux dire par là que si le Web inquiète tant, c'est précisément parce que par nature son contrôle n'est pas facile. Voire impossible.

Faisons un parallèle avec le piratage, phénomène hautement polémique qui provoque une cascade de mesures pilotées par des Pascal Negre et consorts. Là on est carrément passé à l'étape supérieure, avec la loi qui va bien et les mesures techniques censées résoudre les cas les plus pointus des méchants pirates.

Or que constate t'on jusqu'à présent ? Une efficacité proche du néant, et lorsque Pascal Negre s'exprime sur la façon dont les mesures vont être appliquées, les pirates rigolent très fort en se disant qu'ils vont encore un moment pouvoir acheter du disque dur de forte capacité.

Par nature le Web est incontrolable. Et MEME, imaginons un instant que le pouvoir en place pratique la seule mesure à sa portée : taxer les FAI.

Deux cas de figure : ou la taxe est "raisonnable", cas le plus probable sinon ça va se voir, et le surcoût sera juste répercuté sur les factures sans que ça bouleverse grand monde, ou la taxe est "énorme" et là effectivement les gens vont commencer à se poser des questions, voire se désabonner.

Oui mais non. Déjà parce que techniquement il n'est plus invraisemblable de songer à des abonnements satellites dont les maisons mères pourraient fort opportunément être logées sur des sols étrangers à la législation moins sévère, et surtout parce que le tuyau est devenu bien plus que le simple vecteur du Web.

Nous sommes dans l'ère du "Triple Play", voire plus. Et pénaliser le Web c'est EN MEME TEMPS pénaliser le téléphone, et surtout pénaliser LA TELEVISION ! Or précisément la télé commence à s'appuyer sur les infrastructures des FAI pour vendre du contenu payant et proposer de nouveaux services. La VOD n'a de sens que par ces tuyaux, et la CatchUp TV en plein essort est le pendant obligé de ces tuyaux.

Et là, magie, ce ne sont pas les FAI qui vont hurler le plus fort, ce sont les groupes télévisuels ! Ca va jaser !
Il nous aura tout fait !!!
Vivement qu'on s'en débarrasse comme une bouteille vide.
Au fait, depuis qu'ils ne sont plus en sa faveur, plus aucun sondage n'est publié alors qu'auparavant nous en avions un ventant ses mérites toutes les semaines…
Oui sarko l'intello !!!! dernière révélation de carlita !!!!! sent le Bon Peuple lui échapper, comme tout dictateur ou mauvais docteur !!!! le plus simple serait de casser le thermomètre !! rappelez-vous Demorand , Ardisson, Mermet, ARI, maintenant Ruqier et tous les autres déplacés ??!!!

Bravo Daniel pour cette initiative qu'il faut appeler Résistance Citoyenne, l'accès libre que vous proposez est la meilleur réponse au capitalisme égoïste de notre nain !!!!! aux six ou sept cerveaux !!!!!

nicolas le nabot aura beau effectuer plusieurs voyages en Chine !!!! il ne pourra éviter la révolte semée par lui même. Tel l'arroseur arrosé le plus tôt possible, nikos s'inscrira telle une erreur dans nos livres d' Histoire pour que demain nos enfants disent: plus jamais ça !!!!
Dites Daniel ,des @sinautes et moi avons déjà commencé à parler du fond de l'affaire sur un autre fill de discussion ouvert hier http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=809 "La Sarkozie contre le "problème du Net" : l'heure de l'assaut ?" Du coup je me sens coincé : sur quelle discussion aller pour être dans le mouvement et ne pas rester en rade ? Et celà arive de plus en plus souvent. Ne vaudrait-il pas mieux attendre et réunir les dossiers en un seul pour être plus lisible ,moins redondant, et ne pas laisser la communauté des @sinautes s'éparpiller sur plusieurs fils de discussion...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.