151
Commentaires

Cash Investigation, l'émission qui clashe sur France 2

C'est la nouvelle émission d'enquête qui "clashe" sur le service public. Avec Cash investigation, le magazine d'enquête est de retour. L’émission est diffusée sur France 2 le vendredi en deuxième partie de soirée, depuis le mois de mai . @si a visionné ces enquêtes. Certaines d'entre elles ont donné lieu à des "clashes" avec les interviewés, qui, visiblement, ne s'attendaient pas aux questions qu'on leur a posées. Sélection des meilleurs moments.

Derniers commentaires

Paul Jorion, qui avait bloggué à propos l'émission sur "la finance folle" et linké la vidéo de l'émission a recu une injonction demandant le retrait du lien :

http://www.pauljorion.com/blog/?p=39452

Reflets.info a également un article à ce propos :
http://reflets.info/le-high-frequency-trading-et-les-risques-de-sante/
[quote=developpez.com]Le 15/06/2012, par Gordon Fowler, Chroniqueur Actualités
On ne compte plus les essais et les avis « d’experts » qui expliquent la dangerosité du Web et les risques (pêle-mêle : racisme, terrorisme, pédophilie, détournement bancaire, pornographie, etc.) qui pèsent sur les téméraires internautes qui osent s’y aventurer. Encore un exemple pas plus tard qu’avant-hier sur France Television.
A l’opposé, certains écrivent moins mais agissent plus pour faire d'Internet un facteur de progrès.
[...]
source
Deux remarques:

- Un détail de réalisation gênant, et peut être pas innocent du tout: Il y a une différence de volume entre les voix qui récitent - fortes - et les témoignages - à volume faible - justement là où ça devient intéressant il faut monter le volume pour se faire assener par un mur sonore dans le plan suivant. c'est chiant, on dirait qu'ils font exprès!
- Elise Lucet: pourquoi n'est elle pas aussi rigoureuse et aigisée dans ses questions lors des plateaux de soirée électorale?
Elle va finir par avoir des emmerdes cette brave dame...
Vous ne me croyez pas?
Attendez....
Celle sur l'obsolescence programmée est sans doute la plus faible de la série, mais il y a quand même quelques passages intéressants : les circuits de réparations non officiels, le fait que les services de comm. des syndicats de fabricants publient des données bidons dont ils n'ont ni les relevés initiaux ni la méthodologie utilisée pour synthétiser les résultats.
Cette émission reste quand même meilleure que celle d'Arte que tout le monde cite à tord et à travers alors que c'est un gros storytelling complotiste sans recul et sans élément probant.
Comme je disais plus haut, traiter convenablement le sujet chapeau de l'"obsolescence programmée" nécessite sans doute déjà de sortir cette expression, qui n'a jamais été très signifiante et qui veut plus rien dire à force d'être utilisée pour tout. Distinguer les questions de qualité des pièces, d'usure, de cycle de vie des pièces détachées, de "servicability" comme disent les américains, des cycles de mise à jour logicielle - en distinguant le pure correctif de l'évolution, etc.

Je passe rapidement sur le couplet sur Apple, dont les produits sont pas plus fragiles que la moyenne du secteur ; c'est normal de le prendre comme exemple d'illustration, vu sa présence sur son marché et son niveau de profit, après le considérer ou pas comme un cas d'arnaque spécifique divergent du reste du secteur électronique grand public/informatique c'est plus représentatif du rapport d'amour/haine que certains entretiennent avec cette marque que des données factuelles.
Contrairement à la majorité des gens du forum, je suis assez sceptique sur cette série d'émission. Il faut dire que j'essaie de voir un peu au delà de l'image de base qu'on nous impose.
J'en ai regardé plusieurs, j'ai beaucoup aimé celle sur le green-washing ; certaines investigations en effet sont très bien. Mais, il y a un gros problème : dès que Lucet arrive devant la caméra, c'est pour du populisme facile. TOUT, absolument TOUT ce qu'elle dit ne tient pas et relève de la mauvaise foi. Certes ses interviewés bottent en touche, mais elle les poussent à travers de non-raisonnements et des bêtises énormes.

L'exemple ultime est l'ensemble du reportage sur l'obsolescence programmée. Pour info, 1/ je suis électronicien, 2/ je suis un poil décroissant. J'ai donc regardé cette émission avec avidité, pour enfin avoir des arguments forts et des exemples ; j'ai été très déçu.
Toute l'émission est à charge, ne repose sur rien, et ne fait pas son travail de journalisme car il ne retient que l'explication qu'il souhaite.
-Samsung et les téléviseurs dont les condensateurs sautent. Selon le reportage, ils sont placés trop près des radiateurs. C'est complètement stupide : les radiateurs sont là pour évacuer la chaleur des diodes, et on met toujours des condos à côté des diodes, pour leur faire une réserve d'énergie. C'est d'ailleurs dit dans le reportage, mais Lucet préfère faire dire à l'électronicien que _ça pourrait_ être fait exprès. Le reportage fait également dire à l'électronicien qu'il existe des condensateurs de meilleure qualité. Pour juste 50€ de plus par téléviseur (=+10% du prix, alors que les constructeurs se font la guerre pour 5€), 3mm de largeur en plus (on voit qu'ils n'ont jamais essayé de placer une vingatine de composants le plus proche possible ; 3mm sur l'empreinte, c'est énorme), et JUSTE 1cm de hauteur en plus. Les gens veulent des téléviseurs ultra-plats. Mais 1cm de plus, ce n'est rien pour une télé qui en fait 5... Juste 20%...
Là encore, le reportage va naturellement conclure qu'il est extrêmement simple de remplacer par des condos plus résistants.
Idem, les nouveaux téléviseurs pas réparables parce que les condos sont spéciaux ; on voit l'image : en effet ce sont des condos ultra-plats, toujours dans le but de réduire l'épaisseur totale de l'appareil.
-Pour les mini-PCs à durée de vie de 1 an : c'est le même problème que précédemment : plus ont fait petit, plus le matériel souffre de la chaleur, plus il va claquer vite. On reproche au constructeur la durabilité de ses appareils. C'est tout ? Mais il doit faire comment le constructeur ?
-Faut vraiment que je parle de la partie Apple ? N'est-on pas automatiquement un crétin quand on se plaint que Apple se moque des consommateurs ? Je crois que tout le monde, partout, prévient que Apple c'est juste du design et de l'expérience utilisateur ; pour le respect du consommateur, c'est zéro. C'est dans le contrat. Le consommateur Apple, c'est Faust : il sacrifie sa dignité et son portefeuille pour être à la mode.

LE point essentiel n'est pas abordé : le consommateur est un con.
Un con p-ê manipulé, mais un con quand même.
-Il veut toujours avoir le dernier appareil à la mode, le plus petit, l'écran le plus grand, et change en moyenne tous les 2 ans. Pourquoi reprocher aux constructeurs d'avoir comme contrainte principale la taille, plutôt que la durée de vie ?
-Il veut des choses qui ne correspondent pas à son besoin (d'ailleurs il se pose essentiellement la question du look et du prix, pas du reste ; après il se plaint). Un PC fixe, ventilé correctement, dure 10 ans. Un portable dure 3 ans. Pourtant tout le monde veut un portable. Ou mieux, une tablette.

Bref, tous les points abordés ne sont pas strictement de l'obsolescence programmée. Il s'agit de compromis techniques (taille vs. durabilité) ou de choix marketting. On peut reprocher ça aux compagnies électroniques ; on devrait ne pas oublier le consommateur qui consomme sans se renseigner (ou s'en moque complètement jusqu'au moment où le problème se pose).
L'exemple ultime est Apple : puisque tout le monde se plaint de ses iPuke, Apple devrait nécessairement faire faillite. Manifestement, ils ne se sont jamais aussi bien portés.
Et pourtant, des alternatives à Apple, c'est pas ce qui manque...
[quote=Laure Daussy]Une filiale de la Société générale explique que le crédit d'impôt recherche lui a permis de mettre au point ses logiciels de gestion ultra-performants "trois fois plus vite"
Nan mais sérieux, vous vouliez qu'une banque fasse de la recherche sur l'appareil de Golgi dans les mitochondries des cellules eucaryotes ?

Soit on part du principe que le scandale est qu'une banque bénéficie d'un crédit d'impôt recherche et ce quelque-soit la recherche menée, soit on considère que des entreprises déjà performantes et rentables peuvent bénéficier de l'argent public pour financer leur R&D car dans un secteur hautement concurrentiel (et dans ce cas, on montre pas du doigt les chinois pour concurrence déloyale parce-qu'on fait la même chose)

Mais agiter l'épouvantail du HFT et de ses algorithmes diaboliques (comme dirait JREM), c'est, excusez-moi, pas très intelligent...
Je n'ai vu que l'émission sur le neuromarketing. Je savais déjà comment la publicité nous lobotomisait, depuis les années culture-pubs. Les choses ne se sont pas arrangées, c'est effrayant de se dire tout l'argent qui est dépensé pour mettre en place les trucs-pièges dans le but de nous vendre tout et n'importe quoi et se dire en même temps que c'est certainement rentable. Et l'Afrique dans tout ça ?

Je lis dans ce forum que ces émissions ne sont pas parfaites, évidemment nous sommes là pour aller encore plus loin, la critique constructive je dirai. Elles ont le mérite de nous faire prendre conscience de la façon dont nous sommes manipulés toujours et encore, changer nos comportements individuels et même davantage si possible. Elise est remontée dans mon estime.
sacré reportage !! c'est ainsi par cette vigilance journalistique d'investigation qu'on installe des contre pouvoir
C'est pas un plagiat de "spécial investigation" de canal, par inadvertance?

Parce que par exemple aujourd'hui dans spécial investigation, il y avait un reportage sur un vendeur de couteaux. Qui sont fait au Pakistan. Mais qui ressemblent à des laguioles. Tout est bien dit, que c'est pas normal que ce ne soit pas affiché l'origine sur le stand. Il y a tromperie avérée.
Mais pourquoi le journaliste ne reste-t-il pas à sa place et ne dit pas au marchand, je suis journaliste et je vais montrer à la télé vos méthodes que je juge déloyales? Pourquoi se met-il dans la peau d'un inspecteur des fraudes et tend-il des affiches minables (fait au Pakistan écrit à la main) en disant au vendeur "mettez ces panneaux, c'est la loi". Le marchand a raison de dire qu'il ne doit rien à ce monsieur qui joue les zorro le nez dans ce qu'il fait en toute connaissance de cause, bien entendu.
Comme téléspectatrice, je me dis "voilà! Comment pourrir tout d'un seul coup d'un seul!". Car au lieu de dénoncer le manque de contrôles (oualala ça serait mal vu, t'es ouf) des pouvoirs publics, on fait la morale à un vendeur qui ne bosse pas pour la gloire et le mérite et s'engouffre là où on le laisse s'engouffrer.
Le journaliste est dans un rôle curieux.
Manipulation pour faire de nous des justiciers en puissance?
Ou copiage innocent des usa, pays des cow-boys?
Hé bien, ces enquêtes ont l'air intéressantes ! Peut-être un peu "people" à vouloir avoir le patron à chaque fois - qui se trouve confronté à des questions qu'il n'avait pas prévues, et qu'il ne maîtrise manifestement pas, donc pouvant mentir "en toute bonne foi". Les extraits sur CA/WWF sont tout de même à la fois bien préparés, courageux et instructifs. En un temps télévisuel actuel, donc limité et cherchant les extraits "choc", il y a forcément beaucoup de choses qui passent à la trappe, et moins de didactisme, mais l'initiative est louable.
La façon de court-circuiter les communicants et les chemins habituels des entretiens bien balisés est importante et utile. Elle passe par un certain camouflage, "à la Pierre Carles", qui désarçonne ces grandes entreprises qui n'y sont pas habituées... si par des petites expériences les médias français retrouvent le chemin de l'investigation et n'hésitent pas à faire de l'enquête économique et sociale, ce ne peut être qu'un progrès démocratique.
Avec un pouvoir politique qui deviendrait moins proche, peu à peu, des pouvoirs de l'argent, on peut espérer que cette tendance au renouveau du journalisme fasse quelques émules. Si le public suit...
Je ne trouve pas cette émission très intéressante.
Le numléro concernant le trading haute fréquence par exemple, pour laquelle j'ai passé un entretien qui n'a pas été retenu au montage (donc j'ai une certaine vision de l'envers du décors), ne dénonce pas un réel problème que poserait ce type de trading aujourd'hui.
Les arguments, les questions voulues embarassantes, la voix off et les montages d'images anxiogènes ne permettent pas de réellement poser les sujets, la réflexion, de confronter les points de vue, etc...
Ce sont des journalistes qui savent ce qu'ils veulent montrer dès le départ, et qui montent leur émission dans cette perspective. Ce n'est donc pas une enquête...
Je me tiens à votre disposition pour développer mes arguments si cela vous intéresse.
Bien à Vous,
Marc
Cela commence à bien faire l'histoire avec Guerlain, on le sait !
parler plutôt de l'émission, merde alors.
gamma
Je n'ai regardé que le premier numéro de cette émission, "toxic fringues" !

Lors de ce reportage, toutes les sources d'origine européenne sont soigneusement protégées alors que les témoignages d'enfants travaillant dans les entreprises de confection en Asie sont montrés à visages découverts, au péril de leur sécurité physique et matérielle et sans l'accord des parents. Cette différence de traitement est insupportable et inconsciente.

Quant au ton donné aux interviews, extrêmement agressif, m'a mis mal à l'aise et déplu. Des interviews non complaisantes peuvent se faire dans un cadre plus courtois. De plus, voir Lucet jouer ce rôle alors que madame sert la soupe à tous ses invités du 13h, ça fait un peu sourire (comme quand elle ricane face à un parfumeur faisant un mot douteux sur le travail des nègres).
je suis les émissions depuis le début et comme beaucoup de commentaires ci dessus je trouve cette émission épatante car même si les communicants se sentent piégés ,il semble qu' ils ne répondent que très difficilement aux demandes d'interview. l' émission sur les fringues toxiques étaient à juste titre un modèle.Impossible d' interroger le patron de Zara France ;il faut que le journaliste aille en Espagne loprs de la publication-ô combien juteuse- du bilan financier et interpelle le patron qui ne s'y attendait pas sur les conditions de travail en Inde...et là surprise là cellule de crise s'est mise en route et le l'interview de Zara France a eu lieu et des pistes ont été proposées pour remédier aux "anomalies pointées "par l' équipe. Mr Leclerc est bien gentil ,il a toujours le même discours ; à savoir si il ne domine pas la communication,c'est qu' on le prend en traitre....Pareil pour le coton bio au Mali.Bonne journée à tous
Cette emission a l air geniale. Je vais m y interesser, de meme qu a l emission suisse.

Par contre, est ce qu elise lucet est exoneree du port de la ceinture a l arriere d un vehicule ?
J avais deja il y a quelques annees contacte france3 pour raler contre jamy et son equipe, emission c est pas sorcier, ou l on voyait l equipe non attachee dans un vehicule. Je n avais eu aucune reponse malgre mes deux relances.

Les journalistes doivent faire attention a ce qu ils diffusent, notamment dans les emissions qui touchent le jeune public et les emissions qui denoncent les agissements peu scrupuleux des entreprises.

Ouch, petite ralerie du dimanche :))
J'ai vu l'émission sur le "trading haute fréquence".
Le courage de ces humanistes est inversement proportionnel à leur rapacité quand ils se planquent dans leurs bureaux pour faire les malins.
J'avoue avoir ressenti durant le reportage quelques pulsions staliniennes, surtout quand on entend que le gus qui s'est embourbé près de 600.000€ illégalement a été condamné à une amende de...10.000€. Moralité, mieux vaut voler en Bourse qu'une mobylette.
On vit dans un monde formidable.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

J'ai vu l'émission qui traitait de l'évasion fiscale... avec entre autres l'innéfable baron S... son industrie luxemburgeoise... ses circuits opaques et rémunérateurs... un grand moment !!!
"des mères de famille "ont été placées dans des IRM" pour du neuromarketing, afin de trouver une odeur à diffuser dans les restaurants MC Do."

Ah bon ? Alors que ça sent le graillon dedans et dehors à 10 mètres à la ronde, quel que soit le pays aux 4 coins de la planète (pas ronde donc mais carrée).

Ils veulent remplacer l'odeur de graillon recuit par quoi ? la croûte de maroilles, la couche de bébé usagée... j'allais dire du graillon recuit mais c'est déjà fait !

McDo est dégueu de faire les tests IRM, mais que dire des cobayes qui rentrent dans la machine ? Payées peut-être un bigmac bien grailloneux, ce qui expliquerai tout.
Comme au Poker : pour voir...
gamma
Emission très interressante, documentée, pour du journalisme d'investigation, qui manque de plus en plus cruellement...
Les « communicants » ? Je pense que ces gens n'ont simplement pas l'habitude des questions dérangeantes. Mais ne rêvez pas, on dénonce ici des brebis galeuses, non pas le système. Voilà une émission qui pourrait régaler l'extrême droite.

Un bon coup de gueule, et hop Monoprix rentre dans le rang, augmente ses employées, allège les cadences, achète aux paysans à des prix corrects, diminue la rétribution des actionnaires au profit de la collectivité citoyenne, etc.

Ne rêvez pas, cette télé de merde n'est pas devenue citoyenne par enchantement. Le peuple réclame plus de justice, on lui en envoie en pâture. En plus, c'est porteur, on fait de l'audimat avec.

Ce n'est pas de l'investigation. L'investigation, c'est aller voir ce qu'il y a derrière, pourquoi, comment. Montrer du doigt le pas beau cela ne suffit pas et ne désigne pas le coupable, mais seulement un complice.
Bonjour
Pour vous, pas d'ambiguité ça va profiter à l'extrême droite…
Vous êtes un pur produit du temps de cerveau disponible. Et pourtant la suite de votre commentaire pourrait laisser croire que vous êtes vigilant.
Il y avait un monde avant l'extrême droite opportuniste et des gens de gauche qui combattaient le consumérisme avec vigueur… oui mais la lucarne vous montre tous les jours le FN alors ce sont eux qui vous viennent à l'esprit.
Prenez de temps de lire sans extrapoler. Ce n'est que de la dénonciation, cela n'apporte aucune explication, ou plutôt : il y a les bons, il y a les méchants. On est dans l'ordre moral, dans le normatif. Ce que je suis ou ne suis pas ne joue aucun rôle là-dedans. Cela dit, vous pouvez croire ce que vous voulez.
J'ai comme l'impression que vous n'avez pas vu cette série d'émission...

On a justement pas cette impression de justice lorsqu'on la regarde, bien au contraire... on voit l'impunité partout... les soit disantes améliorations chez Monoprix ne sont pas présentées comme une victoire, ce sont juste des mots dans la bouche de leur responsable de la communication auxquels ni nous, ni Elyse Lucet ne croyons.

Et contrairement à ce que vous dîtes, il y a bien investigation...
Sur l'évasion fiscale, documents confidentiels en mains, ils se rendent au Luxembourg pour essayer de voir à quoi ressemble des filliales des entreprises visées.
Sur les vêtements, ils se rendent au Bangladesh pour voir l'état des ateliers dans lesquels travails ces esclaves des temps modernes.

Enfin, pour éviter que vous croyiez que ce ne sont que quelques brebis galeuse on parle bien de Servier, GSK, Leclerc, Zara, Monoprix, Mac Donald, SNCF, Apple, Samsung, ... autrement dit, toutes les entreprises qui réussissent mieux que les autres...

Le simple fait que ces émissions soient diffusées en seconde partie de soirée devrait vous alerter sur le fait qu'elles dérangent.

J'ajoute que ça fait un petit moment qu'Elyse Lucet se bat. Déjà son émission pièce à conviction était explosive. Je me rappelle de l'une d'elle sur le nucléaire ou elle mettait véritablement en difficultés le patron de l'ASN et même le ministre de l'écologie Jean Louis Borloo.

Bref vous êtes mauvaise langue en plus d'être un éternel insatisfait.
Il y a bien investigation, mais dissimulée aux diverses entreprises qui vont être attaquées.

On sent bien d'ailleurs qu'en commençant leurs investigations, les journalistes savent déjà ce qu'ils cherchent exactement et ce qu'ils vont dire. Les documents trouvés ne vont pas assez loin. On pointe du doigt tel contrat, telle pratique, mais sans renseigner par exemple s'il s'agit d'une pratique courante, si les concurrents font de même, si une autre pratique serait économiquement viable, s'il y a des enjeux géopolitiques, un encouragement, que sais-je encore....
Je suis d'accord en ce sens là avec le commentaire de JMW. On effleure le problème, comme il est inévitable que cette investigation passe à la télé, on corrige le tir, on prétend qu'on en savait rien, qu'on était mal renseigné, mais tout est rentré dans l'ordre à l'heure de la diffusion, que les mesures adéquates ont été prises. Et comme vous avez raison de souligner qu'on ne croit plus en ça.

Vous avez raison quand vous dites que le cas des grandes entreprises est abordé, mais ce sont en réalité leurs sous-traitants qui sont attaqués en réalité, leur contrat qui saute à la fin, sans qu'il soit mis en évidence si l'entreprise-mère abondait dans le sens de telles pratiques. par exemple, dans le cas des petits Thaïlandais, le contrat a sauté car les caméras, sous un prétexte fallacieux, avait filmé des enfants trop jeunes, qui travaillaient de manière illégale même là-bas. Mais la question de la connaissance de ceci par l'entreprise qui les embauchait n'a pas été posée. là, il n'y a eu place que pour de la communication de la part de celle-ci : on ne savait pas. Puisque vous nous avez alertés, nous avons arrêté notre partenariat. Bref, même si n'y croit pas, ils passent pour des défenseurs des Droits de l'Homme, même si cette pratique n'a pas exister que par eux à l'origine.

Par contre, il y a dans les interviews cette mise en scène du face-à-face vengeur, du grand patron surpris de la connaissance de telles pratiques censées être dissimulées, face à une Elise Lucet triomphante, en grand procureur apportant des éléments à charge, obtenus de façon tout aussi dissimulée. On peut se poser la question de cette mise en scène il me semble, de l'impact qu'elle a sur les téléspectateurs. Concernant l'obsolescence programmée par exemple, un documentaire fouillé a été passé dans l'année sur Arte. On pouvait déjà savoir que ça existait, sur un format plus long, mieux documenté encore, et le constat accablant se faisait sans débat faussement contradictoire à la fin. Le côté procédural que l'on trouve dans plusieurs émissions de France Télévisions, que ce soit du rire au journalisme, devrait faire réagir les gens qui se préoccupent des questions de présentation des contenus médiatiques, comme sur ce site. Il y a une intention derrirère, que vous le vouliez ou non, que vous le voyez ou non.

La même Elise Lucet assise souriante à côté de Guerlain qui tient des propos condamnables par la Justice et par la morale, aujourd'hui agit de manière vengeresse, dit ce qu'elle ne peut pas dire d'habitude, sans que personne ne se demande pourquoi ni comment. Et la semaine dernière, l'un des interviewés (je ne sais plus lequel) a bel et bien éructé qu'il n'était pas là pour ça, qu'on l'avait invité pour autre chose, que la liste des questions qui lui avait été soumise ne correspondait pas à celà. Il ne se serait pas déplacé, il était là pour faire son auto-promotion, pour la promotion de son groupe.
Et les journalistes ont de leur propre aveu dans l'une des premières émissions aussi pu confier qu'ils avaient pu pénétrer dans l'une des usines en prétextant d'un reportage sur un autre sujet, promotionnel. On se posera aussi la question de la méthode, comme on a pu se la poser il y a quelques années pour David Pujadas et ses caméras cachées, aujourd'hui disparues. Je maintiens l'accusation de l'intention et du sujet préconçu qui n'est investigué que pour prouver le postulat de départ. Et je rejoins JMW sur les effets minimes pour les pseudo-attaqués, qui à mon avis ne le seraient pas (ne l'ont pas été) dans une autre époque, dans un autre contexte politique, qu'il y a un côté racoleur.
Le commentaire de JMW est incroyablement déprimant. Il vient de créer un nouveau point Godwin. Maintenant à chaque fois qu'on essaiera de dénoncer des salauds du grand capital on entendra "ça profite à l'extrême droite", déjà qu'on entendait "c'est poujadiste" quand on versait légitimement dans le "tous pourris"... Comme a très justement dit JIEM 92, vous êtes malheureusement le produit de la lobotomisation médiatique, à savoir de la stratégie du FN qui nous fait croire qu'ils en ont quelque chose à faire du système alors qu'ils prospèrent dedans.

Cette émission est loin d'être parfaite mais ça me paraît normal de la saluer, c'est une excellente initiative, d'ailleurs pas très étonnante de la part de Lucet. C'est quand même régressif de rappeler l'affaire Guerlain, ce buzz sans intérêt, alors que c'est gros comme une maison depuis des années que Lucet a l'air de gauche, tout comme c'est aussi gros que Pujadas est de droite.
Je ne trouve pas que le commentaire de JMW soit déprimant.
Ceci dit, comme dit Exo, je n'ai pas vu ces émissions.

Il faut se méfier de l'effet épouvantail ou bouc émissaire : s'il y a un abus quelque part en plein milieu d'un monde parfait, on peut raisonnablement penser qu'il s'agit d'une dérive individuelle mais s'il y a des nombreux abus partout, on peut raisonnablement se demander qu'est-ce qui encourage ces décisions.

A ce titre, je trouve le commentaire de Synapse ci-dessus tout à fait intéressant :)
@Synapse :

Je suis d'accord avec la plupart de vos arguments. Seulement vous critiquez l'émission sur le fait qu'ils avancent masqués jusqu'à l'interview mais vous comprendrez comme moi qu'ils ne peuvent agir autrement sous peine de n'avoir plus aucune interview à réaliser. Personnelement, je trouve ça intéressant de voir ces hommes et ces femmes habituellement en paix se faire un peu bousculer et pousser dans leurs retranchements.
Pour les mêmes raisons, on ne les aurait jamais laissé entrer dans les ateliers où travaillent des enfants s'il s'étaient présenté comme étant des journalistes.

Vous avez aussi raison sur l'idée que ce sont en règle général les sous-traitants qui sont mis en cause et pas directement les grands groupes. En revanche, nous avons deux analyses différentes de ce fait : Vous que cela dédouane en partie ces grands groupes, moi qu'ils utilisent un réseau complexe de filiale et de sous traitants pour se dédouaner de toute responsabilité. Mais lors de l'émission sur les vêtements par exemple, les journalistes tombent aussi sur des documents internes qui prouvent que des audits ont bien été réalisés et que le groupe ne l'a pas pris en compte.

Dernier petit rectificatif, l'interviewé de la semaine dernière ne s'est pas insurgé contre le fait qu'on lui ai communiqué de fausses questions mais bien sur le fait qu'on ne lui en avait pas communiqué. On peut donc au mieux taxer Cash Investigation de mensonges par omissions. Cependant... le fait que Leclerc n'ai pas souhaité réaliser une interview avec Lucet est quand même la preuve qu'il savait à quoi s'attendre et surtout que les autres n'auraient pas donné d'interview s'ils avaient été mieux informé.

En conclusion, je suis d'accord avec vous sur l'idée que l'émission pourrait s'organiser différement, en étant moins dans le sensationnel... cependant, je pense que c'est l'une des meilleures émissions sur le service public et qu'elle donne à réfléchir aux consommateurs comme moi sur nos responsabilités. En tout cas, elles me donnent envie de m'engager pour faire avancer les choses.
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=5004

Heureusement qu'il y a M6 pour sauver l'honneur des patrons :-))
Synapse et exo , vous reprochez à l'équipe d'Elise Lucet de ne pas avoir envoyé le scénario avant de tourner ? questions/réponses choisies , le résultat s'appelle propagande ou publicité , pas journalisme ,
et l'investigation n'est pas une option , elle est la base du journalisme .
Elle se fait rare, la base.
gamma
Chaque pilier de cette base en est d'autant plus important !
@Mona : Je crois que vous n'avez pas lu mon message, je m'opposais justement à Synapse.
Je me suis arrêtée , fougueuse don quichotte ! , à la phrase :


En conclusion, je suis d'accord avec vous sur l'idée que l'émission pourrait s'organiser différement, en étant moins dans le sensationnel... qui paraissait la conclusion de votre argumentation .

Le reste du paragraphe démontre votre opposition :-))
Rien à retirer à ce post, notammenten ce qui concerne le concept de sujet préconçu. Un petit bémol, concernant le fait que les journalistes arrivent sous de faux prétexte. Etant donné le fait que personne (à part la justice, et encore) n'a le droit de mener une investigation à l'intérieur d'une entreprise sans l'autorisation de l'entreprise, que l'entreprise n'a aucune obligation de transparence, les journalistes sont bien obligés d'utiliser des subterfuges. Le simple fait que les communicants des entreprises aient des réactions quelquefois aussi violente est symptômatique de la quantité de saloperies que ces types ont intérêt à cacher au public.
Pour ce qui concerne la question de s'arrêter à la porte des problèmes, je suis assez d'accord avec la personne qui dit que ça ne va pas assez loin dans la dénonciation des scandales. Cela dit, je pense que le simple fait d'effleurer les problèmes est générateur d'un bon paquet d'emmerdes et de batons dans les roues, et aller plus loin n'est pas forcément possible. Les rares ayant essayé ont quelquefois compris leur erreur en se voyant privé de diffusion, voire virés de la chaine pour laquelle ils travaillent. Ne perdons pas de vue que même sur la télévision publique, ce sont les annonceurs qui paient les petits fours, pas les contribuables.
Aaaah, et j'ai oublié un détail... J'ai regardé le début de l'émission de vendredi dernier... Eh bien on y interviewait P. Jorion himself ! Vingt dieux ! On le voit si rarement sur nos media que c'est notable nan ? ;o))

Ne rêvez pas, cette télé de merde n'est pas devenue citoyenne par enchantement. Le peuple réclame plus de justice, on lui en envoie en pâture. En plus, c'est porteur, on fait de l'audimat avec.

Ce n'est pas de l'investigation. L'investigation, c'est aller voir ce qu'il y a derrière, pourquoi, comment. Montrer du doigt le pas beau cela ne suffit pas et ne désigne pas le coupable, mais seulement un complice.


Pourquoi tant de vindicte envers une emission qui essaie un tant soit peu de faire bouger les lignes ?
Pas d'investigations vous dites ? Pourtant, les documents utilises pour mettre en defaut les interviewes sont bien issus de longues heures de recherches et de contacts avec des personnes internes a ces grandes organisations.
Les consequences de ces reportages ne sont certes pas miraculeuses mais ces enquetes permettent d'alerter les pouvoirs publiques et les consommateurs que nous sommes. C'est egalement a nous de prendre conscience des agissements des grandes entreprises mondiales et d'en tirer les conclusions qui s'imposent. Contrairement a ce que vous semblez penser la plupart des gens ne sont meme pas conscient de tout ce qui est denonce dans ces reportages. Peut-etre regarderont-ils a deux fois la prochaine fois qu'ils iront acheter chez Leclerc ?
Vous pouvez voir dans ma position un certain angelisme mais je prefere cela plutot que de clamer: "Monde de merde, y'a rien a faire".

Quant aux methodes employees, il est clair que ces emissions cherchent a faire de l'audimat et la facon de faire n'est pas fair-play mais c'est ce qui permet d'obtenir ces "vraies" reactions. Evidemment les interviewes crient au scandale et a la manipulation car ils ne sont pas sur le meme pied d'egalite qu'Elise Lucet mais pour autant quand on a rien a se reprocher on a la conscience tranquille; argument typique des defenseurs de la "video-protection" ou des radars automatique dont les interviewes doivent etre parmis les premiers defenseurs !

Pour conclure, je dirai qu'il ne faut pas jeter le bebe avec l'eau du bain. Cette emission est instructive et c'est une emission d'investigation. Si vous pensez que cela ne change rien sur le fond, libre a vous de faire plus.
Intéressant ! Je regarderai cette émission !
Je suis sur le cul. Je ne savais pas l'existence de cette émission, et je suis super content qu'elle existe (comme Ellis, je regarde ABE - A Bon Entendeur de la télé suisse sur internet) et c'est incroyable de voir du travail journalistique réel être fait à la télé.
Sur - le - cul ! j'vous dis !

Et encore plus quand je vois qui la prépare et la présente ; je crois rêver : c'est vraiment la Elise Lucet qui sourient comme un robot dans son JT lêche-bottiste et ultra "concernant" ?!? C'est vraiment la Elise Lucet qui a acquiescé avec un "mmhh... mmhh..." aux propos abjects de Guerlain prononcé sur son plateau, et sans réagir ensuite autrement que par son énervant sourire-robotique ?!?

J'ai beau regarder la date, on n'est pas le 1er Avril.
Ainsi, le vrai journalisme, citoyen, éclairant, travaillé, préparé avec soin, sans concession, peut exister sur France télé. Dingue, ça. Il me faudra plusieurs jours pour me remettre d'une telle nouvelle.
Je ne connais pas ces émissions mais vais m'y intéresser, merci de les avoir signalées.

Le neuromarketing c'est vraiment un concept d'une immonde dégueulasserie. C'est un viol du citoyen, de sa conscience et de son libre-arbitre. C'est pire encore, c'est gravissime même, en ce qui concerne les enfants dont le subconscient et les perceptions sont en construction. Je suis de moins en moins démocrate et vais bientôt être pour le retour de la peine de mort en ce qui concerne les espèces extrêmement nuisibles.
Moi ce qui me frappe dans cette émission c'est que des gens soit payer en tant que respossable de la communication des société et qui refuse de faire leurs boulot (empoils fictifs???)
Sinon l'émission me plais car elle touche des sujets qui sont trés peu abordé (l'obsolescence programmé) sauf ici.
Cash investigation, c'est un bon concept, mais pourquoi france 2 n'a-t-elle pas pratiqué l'investigation plus tôt ?? Et plus systématiquement ??


Car dans le 13 h de France 2, Elise Lucet reste plutôt cool avec ses invités, vous vous souvenez de l'affaire Guerlain ??
Les communicants qui se plaignent que les journalistes utilisent leurs méthodes? Les pauvres choux!

En tout cas, l'émission fait effectivement du buzz, mais du bon buzz, puisque d'après vos informations, c'est toujours justifié.

J'espère qu'ils pourront continuer la saison prochaine...
Je trouve cette initiative louable... Il y a eu (mais j'ignore si elle existe encore) une émission similaire à la télévision suisse romande... Les pressions étaient fortes et nombreuses après (ou avant) la diffusion.
Pour Cash, il faut voir... personnellement, j'ai vu quelques extraits seulement (ce serait mieux qu'elle passe en 1ère partie de soirée, après tout, pour l'instant, il n'y a plus de pubs au-delà de 20h (sauf lorsqu'elles sont déguisées)...
Mais dès que l'émission va toucher à un annonceur, les pressions vont être pesantes... surtout si -comme il semble que ce soit la volonté du nouveau gouvernement- la pub est réouverte après 20h.
Il est temps de regarder la vérité en face: Le mal absolu en économie, c'est l'absence de besoins, le zen. L'obsolescence programmée, les complexes pharmaco-thérapeutique et militaro-industriel, par la dynamique des besoins qu'ils enclenchent - Nietzsche: " On croit que c'est le besoin qui crée la chose alors que c'est le contraire"- freinent le naufrage de l'économie. Ayons le courage d'être cons mais riches plutôt qu'intelligents mais face à nous-mêmes.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.