22
Commentaires

Carte des cours d'eau : "pas touche au chevelu !"

Dans la plus grande indifférence médiatique, des cours d'eau disparaissent en France. Disons qu'ils disparaissent au moins...de la carte des cours d'eau. Derrière ces disparitions, les agriculteurs de la FNSEA qui refusent d'être bridés, dans leurs épandages de pesticides, par les réglementations trop contraignantes s'attachant aux cours d'eau. Si l'on n'en n'est pas encore à rayer de la carte des affluents de la Seine ou de la Loire, comme le suggère notre malicieux truquage, la révélation de Fabrice Nicolino est tout de même bienvenue.

Derniers commentaires

Bonjour, merci pour cette chronique très instructive ! L'angle choisi en fin de chronique, à savoir le silence médiatique sur cette enquête, me parait en outre un sujet en soi qui pourrait trouver naturellement des prolongements dans d'autres formats d'@si (l'émission hebdomadaire par exemple). En effet, l'explication de ce silence fournie par F. Nicolino, à savoir l'influence de la FNSEA dans toutes les strates du pouvoir, est probablement une des données du problème, mais tourne un peu à vide aussi : est-il ici sérieusement sous-entendu que cette influence serait telle que même tous les médias sauf Reporterre se contraindraient au silence pour relayer ou pousser l'enquête? Ce point là est tout sauf convaincant. Mais néanmoins j'ai beaucoup appris, merci encore.
Un pollution de l'eau "potable" aux dérivés du glyphosate a eu lieu par chez moi. La communauté de commune ne sait pas vraiment la cause, et va revoir les périmètres protégés. On voit bien que si quelques ruisseaux traversant les prairies ne sont pas identifiés comme tels, le "périmètre protégé" est un leurre. Du coup, se dire les uns aux autres "santé" en levant son verre d'eau (ou de pastis) prendra tout son sens.
Merci, merci, merci de pointer le rôle dévastateur de la FNSEA !

ça fait 5 ans que j'alerte sur le sujet et tout le monde s'en fout, vraiment.

Je vous mets mon analyse ici :

Concernant le monde agricole, il manque de mon point de vue aujourd'hui un discours qui analyse les racines profondes du chaos qui y règne. Cette analyse doit faire le lien entre la FNSEA contrôlée par le patron de sofiprotéol et donc le monde industriel, les chambres d'agricultures toutes présidées par la FNSEA, les crédits agricoles tous présidés par la FNSEA, et l'organisation commerciale et logistique de l'agriculture conventionnelle.
Je vais essayer d'être bref :
- Tout agriculteur souhaitant s'installer doit accéder à la terre. Pour avoir une activité assez rentable pour en vivre il faut être propriétaire d'au moins une part minimale des terres cultivées. Pour accéder à ces terres il faut un capital initial. Ce capital peut venir de l'héritage mais souvent, un jeune agri ne part de rien. Il va donc voir le crédit agricole (CA). Les dossiers acceptés par le crédit agricole passent tous sous les fourches du conseil d'administration présidé par la FNSEA. Les dossiers acceptés sont donc uniquement ceux qui dépassent les 500 000 € d'emprunt (et encore, c'est tout petit ça) avec un projet conventionnel impliquant une mécanisation totale et une commercialisation vers les circuits classiques. Les autres auront tout juste accès au microcrédit à des taux d'intérêt délirants.
- Partant de là, tout agriculteur qui a obtenu son emprunt doit donc intégrer les réseaux classiques d'achat et de vente. Or dans pas mal de régions celui qui vend les intrants (pesticides, semences, engrais...) est celui qui achète la production : mégacoopérative (qui n'ont de coopératif que le nom), négociant, industriel. L'agriculteur est donc coincé mais surtout il devient la variable d'ajustement du capital : il porte intégralement le risque majeur, le capital a externalisé l'intégralité du risque sur la ressource, il ne gère plus que le risque sur les marchés. Ce risque sur la ressource est énorme car dépendant de facteurs imprévisibles liés à la météo... Or il est d'autant plus critique que le niveau d'endettement est élevé. Et le pire, c'est que lorsque l'exploitation agricole coule, les créanciers sont les premiers payés. L'Etat se sert en dernier voire parfois apporte un soutien financier qui va alimenter les créanciers (financeurs et fournisseurs). C'est donc in fine le contribuable qui paye les pots cassés.

>> Il me semble urgent d'approfondir le diagnostic dans cette direction, très peu empruntée par les discours alternatifs actuels qui se limitent à la proposition de modèles de culture alternatifs (bio, biodynamie, permaculture) mais sans tenir compte du contexte économique dans lequel vit le monde agricole. A part convaincre quelques agris minoritaires, ils n'arriveront à rien. Et le travail du colibri peut durer des siècles ainsi avant que l'on fasse tomber le système conventionnel.

>> Les alternatives doivent donc se cibler maintenant sur le modèle de capitalisation des activités agricoles (ce n'est pas un gros mot, le "mal" n'est pas le capital qui permet l'investissement initial mais sa prise en main par des rentiers et les profits qu'ils en tirent). Il y a urgence à faire travailler les méninges dans ce sens.
De mon point de vue, les modèles décentralisés et collaboratifs sont une solution. La coopération agricole est un échec de part sa centralisation. De plus, la liberté doit être garantie, tout autant que la sécurité. Je m'explique : il faut pouvoir librement quitter la coopération sans mettre en danger sa propre activité et celle des autres. Ces modèles doivent uniquement rémunérer du travail et ne plus rémunérer de la rente (que ce soit via l'emprunt ou l'actionnariat).
Il faut donc imaginer des modèles collaboratifs décentralisés redistributifs et opportunistes. Il y a un grand défi là dedans car ça casse les principes capitalistes, libéraux et marxistes. Faut tout remettre à plat en s'inspirant des bonnes pratiques existantes. Car les contours de ces modèles sont déjà dessinés dans pas mal d'exemples concrets rencontrés sur le terrain.
Pas très clair...
J'imagine mal l'IGN ou même Google Map faire disparaître ce qui est référencé sur les cartes physiques et est-ce que ça ne serait pas plutôt une histoire de classification des zones entrant sous contrôle policier quelle que soit la réalité physique, qu'on parle de ru, de ruisseau, de canal d'irrigation ou autre ?
J'ai jeté un oeil sur Google Map à cette carte dont parle un des articles de Reporterre et, bon, c'est en pleine zone agricole, quand on voit des tracés rectilignes ça peut très bien être du creusement d'irrigation humain. Forcément, les agriculteurs qui héritent d'un travail fait pour leurs cultures n'ont pas trop envie qu'on vienne leur dire que désormais ce n'est plus de leur ressort.
C'est sûr qu'il ne faut pas compter sur la FNSEA pour faire du zèle mais de là à changer les cartes de géographie, ça me semble un peu gros.

Et sinon, je n'ai pas vérifié mais je soupçonne que l'interdiction sur les pesticides à moins de 5 mètres concerne les effets toxiques directs sur la faune de berges et aquatique plutôt que le résultat de la diffusion générale. Il m'étonnerait que ça change grand chose aux taux de pesticides dans les rivières et nappes phréatiques, ça doit surtout éviter d'éliminer tout ce qui traine dans le coin au moment de l'épandage. C'est comme la disparition des haies, tous ces micro-écosystèmes qui s'intégraient au milieu agricole et qui sont désertifiés par les pesticides.
C'est un truc qui m'a frappé il y a quelques années dans un coin du Gers : le silence, le peu d'insectes et d'oiseaux avec des champs tout autour en été, un milieu qui semblait plus pauvre qu'un parc en ville.

P.S. : la présentation dit "comme le suggère notre malicieux truquage" mais je ne crois pas que la vidéo le dise.
Pas génial si on voit la vidéo sans la présentation et qu'il faut se mettre à décrypter les "malicieux truquages" de @si...
Bon, ce recrutement de Nicolino est pour moi la meilleure nouvelle pour @rret sur images !
Ses deux premières chroniques sont passionnantes !
Bravo et merci !

Dommage que l'actualité politique vous rende invisible et inaudible même ici. C'est pas la foule.

Un reproche toutefois : arrêtez de parler de gauche quand il s'agit du P.S. !
en matière de disparition de chevelu, Nicolini s'y connait....
Chronique extrêmement intéressante et claire.
On reste ébahi d'entendre que Ségolène Royal a aussi prit part à cette mascarade. Pour Valls, aucun étonnement.

Mais voilà une petite démonstration des méthodes utilisées pour passer outre certaines directives au niveau de nos travailleurs de l'environnement
Le problème avec Nicolino, c'est sa présentation systématiquement catastrophique des choses, ce qui tend à décrédibiliser ses propos. Son lecteur (dans Charlie Hebdo), ou son auditeur (sur le présent site), n'a pas en effet toujours le loisir ou le temps de vérifier la validité de ses propos, mais quand il le fait, il constate la façon dont Nicolino déforme une information ayant un fond de vérité pour en faire un "fait alternatif" à sa sauce. C'est assez agaçant. A titre d'exemple, la circulaire du 31 juillet 2015 (je l'ai trouvée à l'adresse https://www.actu-environnement.com/ae/reglementation/lnk_count.php4?id=14132) dans laquelle il accuse le pouvoir de donner l'ordre aux autorités de ne pas sanctionner les agriculteurs en infraction sur la police de l'eau contient en fait le paragraphe suivant :

"Si une infraction à la police de l'eau est commise sur un cours d'eau non référencé sur les cartes départementales, je souhaite que les parquets tiennent compte de cette circonstance pour apprécier les suites à donner à la procédure. Lorsque le mis en cause est de bonne foi, les procédures pourront faire l'objet d'un rappel à la loi avant d'être classées sans suite. En revanche, une fois le cours d'eau identifié sur la carte départementale, le cas échéant à l'issue d'une actualisation suivant un premier manquement constaté, les éventuelles méconnaissances ultérieures de la réglementation seront normalement sanctionnées".

Ainsi, si l'agriculteur est de bonne foi, il y aura rappel à la loi à la première infraction et sanction à la seconde.

Comment, dans ses conditions, accorder crédit au reste des propos de Nicolino ? C'est comme les enfants qui racontent leur histoire en les enjolivant. On finit par ne plus les croire.
Vieille chanson du jeune temps (extrait)

Je ne songeais pas à Rose ;
Rose au bois vint avec moi ;
Nous parlions de quelque chose,
Mais je ne sais plus de quoi.

Une eau courait, fraîche et creuse,
Sur les mousses de velours ;
Et la nature amoureuse
Dormait dans les grands bois sourds.

Rose défit sa chaussure,
Et mit, d'un air ingénu,
Son petit pied dans l'eau pure
Je ne vis pas son pied nu.

Je ne vis qu'elle était belle
Qu'en sortant des grands bois sourds.
" Soit ; n'y pensons plus ! " dit-elle.
Depuis, j'y pense toujours.

Victor Hugo
A l'écrit : Quand le gouvernement et la FNSEA redessinent la carte des cours d’eau par Lorène Lavocat et Fabrice Nicolino (Reporterre)
Elle est passionnante cette histoire !

On comprend bien que la « cartographie officielle des cours d’eau «  recense le champ d’application de la loi de la protection de l’eau .

C’est comme si en publiant cette loi, le JO ajoutait la liste des cours d’eau concernés .

Liste qui été négociée entre les pouvoirs publics et les organisations d’agriculteurs comme il est expliqué dans la vidéo .


Mais est-ce que cela signifie pour autant que les rus disparaissent de la cartographie ?


https://www.geoportail.gouv.fr/donnees/reseau-hydrographique

demander : « le gerbier de Jonc » à Saint-Martial

varier les échelles



Finalement pour ce qu’on en comprend, la «  carte officielle » illustre l’état du rapport de force entre ministère de environnement et ministère de l’agriculture sachant que c’est le 1er ministre qui décide au final .

Donc ce qui serait intéressant de savoir maintenant, c'est comment se sont passées les négociations entre les ministères sur ce sujet très précisément .

Est-ce qu'au ministère de l'environnement, quelqu'un a défendu la cause de tous ces rus ?

Si oui, comment cela s'est-il passé ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.