93
Commentaires

Boulevard Le Pen

Mélenchon et Besancenot côte à côte sur le plateau du Grand journal.

Derniers commentaires

Il y a de bonnes raisons de rester bon copain avec Finkie, Zemour, Levy, etc..., ou tout au moins, d'eviter de les mepriser.
C'est tres difficile, dans une société politiquement libérale (ou chacun choisit son mode de vie), que tout le monde puisse avoir acces, dans de bonnes conditions, aux formes de collectifs qui peuvent rendre une vie meilleure, à l'échelle de la société (patriotisme, moralité collective...), ou sous des formes communautaires (où on partage un mode de vie). C'est un des grands sujets de reflexion de la philosophie politique contemporaine, à travers John Rawls, et ceux qui le contredisent ou completent.
Finkie, Zemour, Levy..., semblent ne pas très bien voir une solution a ce probleme, tout en accordant de l'importance à certaines formes, assez consistantes, de collectifs. Cela les conduit à dire des choses dont on a du mal a voir si elles sont pleinement compatibles avec le liberalisme politique.
Mais qui, aujourd'hui, connait une solution vraiment satisfaisante au probleme ?
Souvent ceux qui méprisent Finkie, Levy, Zemour..., se contentent de leur aboyer dessus des qu'ils approchent de la ligne jaune du liberalisme politique, sans être a meme d'expliquer eux-mêmes, comment on peut avoir des formes consistantes et satisfaisantes de collectifs dans une société politiquement liberale, voire meme en ignorant completement, en bons neo-liberaux, qu'il puisse y avoir des formes de collectifs qui peuvent rendre une vie meilleure.
Daniel Schneidermann à ce soir ou jamais, et puis Dick Annegarn à la fin.
C'est "la télé" mais c'est comme si c'était une autre, une télé avec des phénomènes bizarres, inhabituels, incongrus. On a peur, on se blottit dans le canapé, on croise les doigts, on vérifie que les câbles soient bien fichés dans les prises. C'est comme une éclipse, une conjonction de planètes.., un truc une fois par siècle. Je reverrai pas ça avant environ en 2068..
[quote=Régis Debray]La frontière a mauvaise presse : elle défend les contre-pouvoirs. N’attendons pas des pouvoirs établis, en position de force, qu’il fassent sa promo. Ni que que ces passe-muraille que sont évadés fiscaux, membres de la jet-set, stars du ballon rond, trafiquants de main-d’oeuvre, conférenciers à 50 000 dollars, multinationales adeptes des prix de transfert déclarent leur amour à ce qui leur fait barrage. Dans la monotonie du monnayable (l’argent, c’est le plus ou le moins du même), grandit l’aspiration à de l’incommensurable.

Extrait d'"Eloge des frontières" de Régis Debray

Suite de l'extrait/
Rien à voir ? Voire...
Délectez vous de l'oeuf à la coque de AK tout frais sorti de la casserole.
La perversité, c'est le début du talent.
J'allais oublier le lien :http://www.arretsurimages.net/breves/2014-04-11/Une-image-expliquee-le-temps-d-un-oeuf-coque-3-id17249
Deux monolithes de l'île de Pâques? mouais... mais peut-être plus simplement l'effet étrange et inhabituel de deux adultes qui s'écoutent, ne se coupent pas la parole et se respectent. C'est vrai que c'est devenu vachement décalé comme attitude. Presque extra-terrestre. Hélas.

Pinelli.
Monolithes ? ça se veut insultant, et pourtant ... le granit c'est solide et c'est du bon matériau pour barrer le boulevard à Le Pen.
Ce n'est pas avec des dicours moralisants sur le racisme qu'on arrêtera le FN, mais en construisant une alternative de gauche, ce à quoi s'emploient les deux invités de Canal. La marche contre l'austérité qu'ils ont annoncée est une nouvelle étape. Ils étaient là pour ça.
Intriguée par ce premier paragraphe de DS, j'ai regardé la séquence Canal + ; c'est vrai que l'un et l'autre ont une attitude assez statique quand ils ne s'expriment pas. Pourquoi ? peut-être bien qu'ils s'écoutent l'un l'autre comme le dit Vincent, probablement qu'ils réfléchissent à trouver l'instant propice pour rebondir et placer, malgré le brouhaha, une des phrases qu'ils se sont promis de dire en répondant à cette invitation, puisqu'il faut bien essayer de toucher le public là où il est ; et peut-être bien qu'ils se disent seulement, "quelle galère, qu'est-ce qu'il ne faut pas faire dans la vie", car je ne doute pas que c'est un chemin de croix, pour l'un comme pour l'autre, de participer à ce jeu de guignols, où chacun cherche à faire l'intéressant aux dépens des autres, la séquence de la miss météo étant particulièrement consternante, le tout sous les acclamations d'un public de gogos affligeant.
Perso, voir ça, j'en avais les larmes aux yeux. Oui, probablement ils retiennent un peu leur respiration, parce qu'ils se bouchent le nez, comme on fait dans les égouts, parce qu'ils ont sans doute envie de vomir, tellement tout cela est débectant !
Un commentaire au ton juste... DS à vraiment du mal avec la gauche... Un brin de mauvaise conscience peut être...
Bien dit Lucas Taïeb.
Le premier paragraphe de cette chronique est grotesque car fondé sur rien du tout. Besancenot et Mélenchon se sont bien écoutés l'un l'autre, c'est tout. Le respect était palpable. Si pour DS écouter quelqu'un c'est "bloquer sa respiration", on comprend mieux certaines de ses attitudes pendant les émissions !
A quand les monolithes, du Dauphiné, ou d'ailleurs, en apnée? Que c'est petit!!!...On dirait du F.Nkiel.......Et puis, pour "re-ensembler", il n'y a pas mieux? Finalement, j'aime bien le Mélenchon....Il a le mérite de s'interroger, philosophiquement pensant: pas mal pour un monolithe!!!
Je ne sais si je vais continuer mon abonnement rapport à la rage " bleu marine" qui ces derniers temps envahit vos chroniques . Je suis de ceux qui pensent que le débat doit être respectueux et non " Finkielkrautfieleux" entre toutes les composantes d'une mouvance qui désire construire le bonheur de l'Humain. Reprenez-vous!!!!Que diable!!!!Nous avons fort besoin de gens ouverts , empathiques...Ils existent partout, là où on ne les attend pas, surprenants...Ne les menez pas, vous aussi, à Finkielkraut, avec vos chroniques douteuses.
Il va être content, le Finkie, pas un seul Black à l’académie, que des Blancos.
Pas comme dans l'équipe de France de foot ou dans nos banlieues, ah ça, ma bonne dame, on n'est plus chez nous, etc.
ça alors....dire que j'ai lu ça chez asi ! finkie assimilé a le pen ! D.S. et Soral même combat !

Oui , finkielkraut est autrement plus complexe (et pourtant claire) que ça

Quand a l'asso npa/melenchon , je l'appelais de mes voeux depuis toujours

Tout de même ....incroyable article d'asi , ....c'est quoi votre problème...? peur d'être a la traine...?

vous voulez recuperer dieudo et soral..? ...Et que dire de la caricature que vous faites d'elizabeth levy...?

désolent , degradant pour finkie ( donc pour asi )

aucune ligne et retournement d'opinion.....allo D.S. , y'a quelqu'un....?
Et oui, boulevard Le Pen!! Et ce n'est pas la chronique ( superficielle , trop superficielle) de D. Schneidermann qui va corriger la trajectoire. Ce n'est pas la figure ringardisée du couple Besancenot-Mélenchon qui a perdu la lutte de classe au niveau mondial qui va redorer le blason.

On va bientôt retrouver toute la France du non , y compris les dubitatifs et les abstentionnistes en dehors de la gauche. Chez Le Pen , très bonne cliente médiatique et chez N. Dupont Aignant qui constitue un pôle intéressant.
En ce qui me concerne je retrouve davantage Lordon et Michéa chez N.Dupont-Aignan. Dites moi que je me trompe.
Il faut reconnaître (aux 3/4 d'heures finaux que j'en ai vu) que Le Pen a dominé de façon incroyable : face au patron (qui te sort honteusement le salaire moyen pour faire croire à l'augmentation générale au lieu de considérer salaire médian), au syndicaliste qui s'est mis hors de lui puisque Le Pen lui a effectivement rappelé ce qu'il était : la canalisation de la contestation, face au socialiste (pitié que ce parti ai la décence de changer de nom) qui n'a que plus des arguments ad hominem pour masquer toute crédibilité.
Non que j'espère grand chose et que j'attende un messie de la politique (effectivement mon modèle est plutôt un Pierre Rahbi et n'a jamais été le Pen, autrement dit un modèle d'autonomie individuelle ou collective, et l'autonomie c'est le contraire de l'Etat), mais dans le système de proposition gestionnaire du capitalisme que représente la république, il n'y a plus que Le Pen qui surnage devant l'engloutissement patenté de tout le reste.
Un grand merci à l'équipe du grand journal qui depuis l'arrivée d'Antoine de Caunes fait un excellent travail.
Les contradictions de cette ultra gauche coupée des réalités ont été démontrées avec brio par toute l'équipe et notamment par Jean Michel Apathie, qui chaque jour, gagne un peu plus ses galons de grand journaliste et laissera son nom dans l'histoire du journalisme indépendant à l'image d'Albert Londres ou de Bob Woodward.
Ce fut également un réel plaisir d'entendre la si discrète sur les plateaux télé E. Lévy, qui une fois encore, a démontré brillamment, dans une rhétorique plus que cohérente et argumentée, qu'Alain Finkielkraut était un homme mesuré ,qui luttait contre toutes les intolérances, membre dorénavant, n'en déplaise aux hystériques de la gauche bien pensante, d'une vénérable institution qui œuvre comme TF1 depuis sa privatisation, pour la promotion de la langue française.
Merci à France 2, également d'avoir invité Mme Le Pen, qui une fois encore nous a fait part de ses analyses économiques et sociologiques sans failles et regrettons qu'elle ne souhaite pas travailler avec notre nouveau premier ministre.
Un programme commun de gouvernement FN- Valls permettrait sans doute l'instauration de la corrida sur tout notre territoire, les taureaux seraient remplacés par les primo-délinquants qui rugissent dans nos campagnes, la discipline rétablit dans les établissements scolaires.
Bravo également à Mr Pujadas qui a fait preuve de bienveillance avec une femme politique sensible et parfois si fragile devant les attaques indignes de l'intelligentsia parisienne , soulignons également son attitude ferme face aux intermittents du spectacle, des chevelus irresponsables qui passent leur temps entre deux vagues prestations à faire la grasse matinée en écoutant des disques de musique interlope et cosmopolite .
[quote=Daniel Schneidermann] Mélenchon et Besancenot (...) Ces deux-là, on leur conseillerait bien un petit week-end ensemble dans le Vercors.

Il faut leur souhaiter, en effet, de sortir de leur commune Impasse Trotski et de déboucher sur l'Avenue Écologie: dégagée elle, il faut l'espérer, de sa khmer-occupation désormais.
Saint-Cric n’était pas de la partie... Sinon, effectivement, on était au jeu de massacre, sauf que c’est elle qui les a tous pulvérisés.... Il faudrait peut-être cesser soit d’accepter, soit de penser qu’il faille agir ainsi, d’être dans la logique de l’affrontement, elle a trop de billes en poche pour pouvoir en sortir vainqueur. Bref, j’étais à la foire foraine et ce n’était pas beau à voir ni à entendre.
D'abord, merci pour cette chronique, Daniel. D'accord même si avec un s ou un z, madame Lévy est toujours là où on l'attend. Son philosophe adoré aussi, et il faut au moins débuter un Alzheimer pour avoir oublié les horreurs que ce mec a débitées partout où il a sévi...Ces deux-là sont faits pour s'entendre , à n'en pas douter.
Pour le défilé du 12 avril, il serait bon qu'un panneau ou deux rappelle que l'austérité d'aujourd'hui , c'est en partie le remboursement du bouclier fiscal d'hier, entre autres cadeaux et folies sarkoziennes de triste mémoire.
La lucarne est en effet tellement magique que, quand on l'éteint, elle devient toute noire.
Est-ce du racisme anti mouton?
Possible.

Finkielkraut, celui qui dit tout sur tout et surtout rien de ce qu'il pourrait dire sur les petits riens dont il n'a pas connaissance.
On ne peut avoir son siège sur toutes les radios ou télés et rencontrer les petits riens qui sont, n'en déplaise, sont des "quelquechose."
Coimme je n'en sais rien, je vais tout vous dire. S'il y avait Elisabeth pour le défendre...Alors!
Je croyais que France Culture avait mourru.
Bonjour
Et pendant se temps là la baraque des Pseudos Socialistes se vide à grandes eaux. Décidément Fromage Mou n'arrive pas à faire partager ses idées qui sont pourtant à ses yeux les meilleures.
Boulevard Lepen certes mais, pour ceux qui s'y seraient jetés tête baissée, je voudrais juste signaler qu'à la même heure il était possible sur France 5 d'emprunter des chemins de traverse faits de dignité, de poésie, d'humanité, d'air pur (et je pourrais continuer à l'infini...)

François Bunel recevait Pierre Rabhi et JMG le Clézio : quel contraste avec les vociférations de la patrone du F HAINE !

Votre chronique, Daniel, a au moins le mérite de permettre à ceux qui auraient raté ce grand moment de télé de le rattraper...

Et merci d'avance pour l'émission sur le RWANDA !
Cette chronique est indigne de vous ! Accuser Finkielkraut de racisme et soutien du FN est inepte et me fait douter de la qualité de vos jugements par ailleurs. Et pourtant, je suis une adhérente de la première heure !
Vous avez du temps à perdre...
Bonjour

Vérification wikipédienne faite, c'est EliSabeth, pas EliZabeth
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.