38
Commentaires

BlackRock, maître du monde et des pensions de retraite

Télérama rend accessible un documentaire saisissant (Arte) consacré à BlackRock, le "gestionnaire d'actifs le plus puissant du monde". On y apprend entre autres que le président Macron a rencontré plusieurs fois son PDG, Larry Fink, et que BlackRock tire ses milliers de milliards de dollars de petits épargnants soucieux d'arrondir leurs pensions de retraite.

Commentaires préférés des abonnés

J'leur souhaite pas la peine de mort, parce que quand on met le doigt dans la peine capitale, ça se retourne toujours contre des innocents et/ou des opposants politiques à un moment donné. Mais une cystite à vie, j'dis pas...

De quoi accréditer une fois de plus l'idée que Macron est le président des riches, de la finance et de l'emprise des multinationales sur nos vies. 

Qui casse le plus blackrock ou les black blocs? moi je pencherais plus pour blackrock c'est vrai que les images sont moins télégéniques et l'investigation plus difficile.  

Derniers commentaires

On pourrait rafraîchir les mémoires en parlant d'ENRON !


Et si on n'a pas trop peur, on peut regarder l'excellente série " M. ROBOT" tellement réaliste...

J"ai beaucoup perdu l'habitude de regarder la télé, mais avec une telle présentation, j'ai regardé le docu.


J'avoue que j'en sors dans une grande confusion.  

Avec surtout l'impression que les images ne servent absolument à rien, ce qui est pour le moins étonnant.


Il y a des moments où c'est carrément caricatural, avec des plans de coupe qu'on pourrait trouver n'importe où, des images dont on pourrait penser qu'elles sont tout droit sorties d'un service de com' ( ces plans de l'Elysée et les deux huissiers qui ouvrent la porte en verre, moi ça finit par me faire rigoler), ...

A un moment, juste avant l'interview de la journaliste qui travaille pour une ONG mexicaine, elle est filmée dans la rue et la voix off commente " pour assurer sa sécurité nous n'avons pas le droit de filmer l'extérieur de son bureau"  : c'est pas drôle mais j'ai gloussé, je trouve extrêmement maladroite cette façon de présenter les choses. Il y avait une option simple : la filmer ailleurs, vu qu'on s'en fout un peu (totalement) qu'elle soit ou non dans son bureau, et présenter dans le détail le type de menace qui pèse sur elle ou son travail. 

Je n'aime pas non plus les plans où on voit une silhouette qui compose un numéro sur un téléphone, pour que la voix off précise que Black Rock n'a pas voulu répondre à leur demande d'interview : c'est bon, on la comprend cette info, pas besoin de jouer la scène… et les foules qui traversent la rue, filmées par drône … pffff ! ça me lasse, ça me lasse !

Et toutes ces images en bleu/noir/gris, les accélérés, les chiffres qui défilent sur les écrans pour montrer les transactions boursières ...


Vu que ça m'a bien gonflée, je ne m'infligerai pas une deuxième visionnage mais je pense que si on regarde les yeux fermés on ne perd rien. Un peu la définition d'un mauvais travail de télé quoi. 


Vraiment, ce langage de la télé, quand on l'a perdu ce n'est pas avec plaisir qu'on le retrouve ! Et je suis étonnée qu'il n'y ait pas une ligne dans l'article d'ASI sur ce dispositif et ce format  : suis bien certaine que ceux qui sont comme moi des biquettes en économie/finance/droit retiennent un truc du genre " ouh là là, ils ont beaucoup de sous, ils tiennent tout et c'est pas des gentils, ça va pas du tout" ( conclusion à laquelle je pouvais arriver en 15 minutes) et ceux qui pigent doivent considérer que tout est survolé et aimeraient des approfondissements pendant 6 ou 8 heures...

Sans compter que l'angle c'est vraiment " c'est terrible et on n'y peut rien du tout, ils vont gagner à la fin d'ailleurs ils ont déjà gagné"


A la lecture de l'article, je ne m'attendais pas du tout à ce genre de docu.

C'est moi qui ne sais plus regarder la télé, ou d'autres partagent le même avis ?


Je viens de relier l'article : c'est un excellent résumé du documentaire, sans les images qui font perdre du temps !

J'ai écouté l'émission. 

Sans regarder rien du tout parce que je n'étais pas devant l'écran.

Je n'ai pas l'impression d'avoir perdu quelque chose. Je fais pareil avec la quasi totalité des émissions d’Arrêt sur images.

Oui, moi aussi (ASI sans image) , et c'est bizarre pour une émission qui a ce titre, mais au moins ce n'est pas censé être un documentaire !


Les chroniques de Korkos, si on n'avait pas les images, on ne pouvait pas les comprendre mais sinon c'est vrai que de nombreux contenus du site ( y compris vidéo) s'en passent.

C'est pour ça que je me dis que ça doit venir de moi : tous ces gens s'emmerderaient à faire de l'image ( c'est cher, c'est long, c 'est technique) alors que ça ne servirait à rien ? 

Souvent mon opinion face aux téléjournaux, dont les image distraient du contenu plus qu'ils ne l'illustrent. J'avais adoré un sketch de groland, dans lequel un reportage était illustré par des plans vidéos de plus en plus génériques et inutile jusqu'à finir sur des rébus illustrant les syllabes.


Même irritation d'ailleurs avec les vidéos youtube super créatives où les fans d'une chanson l'illustrent avec une série de résultat google image collant le plus littéralement possible à chaque mot. 


MAIS dans le cas d'ASI, non. Je reste très attentif au non-verbal, et à l'ambiance visuelle, et tout ça. Je trouve très sympa que les émissions soient disponibles en mp3, mais je télécharge les vidéos et suis content que ce ne soit pas un podcast.

"mais je télécharge les vidéos et suis content que ce ne soit pas un podcast."


Quelle est la différence entre un téléchargement et un podcast ?

Alors je suis pas très podcastologue mais si j'ai bien tout compris, un podcast c'est une sorte d'émission radio sur internet, une série audio qui se télécharge (ou se streame, à défaut d'alternative à ce barbarisme), alors qu'une vidéo qui se télécharge, puisqu'il y a de l'image, c'est pas un podcast. Les ASI et les émission de France Culture se téléchargent les deux, mais seules les dernières sont des podcast.


J'ai tout bon ou j'ai tout faux ?

Je ne sais pas, car ce podcast me laisse perplexe.


Si je télécharge un fichier audio, c'est un podcast.

Si je télécharge un fichier avec des images, c'est un téléchargement...?


C'est pourtant la même chose : un fichier qui va passer de l'émetteur sur mon disque dur, ou une clé USB ou une carte SD.


Un téléchargement dans les deux cas. Mon idée est qu'un podcast est une émission audio (notamment faite pour être écoutée dans un baladeur mp3), et qu'une émission vidéo est, bin, un fichier vidéo. Mais je peux me tromper, peut-être qu'il y a des podcast vidéo. Qui se qualifient aussi de podcast. 


Le concept n'est pas très clair pour moi. J'imaginais que "podcast" voulait dire "blog audio", en gros. J'ai réalisé sur le tard que ça incluait les téléchargements des simples émissions de radio. Donc bon.


Y a un zorro qui va nous zespliquer.


 

Le zorro est allé gratouiller sur l'internet et il a trouve ceci : podcast vient de l'i-pod qui est un lecteur mp3 de Apple.


En gros, on dit podcast pour dire téléchargement audio comme on dit kärcher pour nettoyeur à pression et frigidaire pour un réfrigérateur.


Les anglais disent bien "to hoover" pour dire passer l'aspirateur...


J'ai jamais osé demander, je comprends pas trop bien tout ça non plus.


(c'est comme les applications sur leurs téléphones, c'est quoi la différence avec ouvrir dans le navigateur ? Ça marche sans internet sans ondes ou quoi ??)


Pour les émissions d'asi je ne les télécharge pas, j'appuie sur la petite flèche et ça me le met en direct, mais je ne l'ai pas sur le disque dur (au besoin je me mets le lien dans les brouillons pour la retrouver un jour... bon, après faut la retrouver dans les brouillons, c'est pas gagné non plus). 

En brousse la connexion à 1 ou 2 méga c'est pas top, parfois y a des interruptions, la petite roue tourne, tourne, alors je cultive ma patience (et de toute façon je coupe l'ail etc.)...

Je suis très matérialiste et très archiveur. Le streaming me fait paniquer autant que les tableaux noirs et les jardins de sable. Et les pièces de théâtre. Et les expositions temporaires. Et les sculptures de glace. Yaargh. Tout garder tout contrôler. Je déteste l'éphémère. Papa le temps est un méchant.


Donc je télécharge, et je stocke. Et c'est (j'ai découvert hier) une différence entre utiliser le browser du smartphone pour écouter une émission de france culture et utiliser leur application : l'application a saturé mon appareil de fichiers audio pas temporaires du tout. J'en serais ravi s'ils avaient le moindre label (là je dois tout réécouter et renommer). Hors téléphone, je m'arrange généralement pour télécharger leurs mp3 soit via le code source de leur page, ou via l'aspi à émissions (longue vie à lui).


Je préfère la patience avant l'écoute que celle nécessaire aux interruptions imprévisibles. Et surtout, encore, le contrôle le contrôle le contrôle. A contre-courant de l'évolution vers des services online (films sur abonnements plutôt que sur dvd/bluray, livres numérisés et effaçables à distance, etc) où le consommateur possède de moins en moins son produit. Je pense important de pouvoir garder ces documents, sans dépendre trop des caprices des serveurs extérieurs.


Mais bref, pour dire : les applications (de france culture en tout cas) permettent effectivement de stocker l'émission et de pouvoir l'écouter ou a ré-écouter à volonté, offline. Et je trouve ça assez précieux. Surtout pour les voyages.


Et me réjouis donc que le bouton "télécharger" soit ajouté à plus d'archives. Je dis ça en passant. Au cas où. 


  





Merci pour le retour d'expérience concernant les applications qui te mettent des tas de trucs que t'as pas demandé. Bien, ça me conforte dans le fait de passer simplement par mon navigateur. 


Télécharger l'émission d'asi* pour la voir qq part où on n'a pas de wifi, c'est une bonne idée, merci je retiens. 

Maintenant que j'ai une grosse sd dans la tablette, il y aurait la place 

(sauf que : pour les photos j'ai pu choisir que ça les enregistre directement sur la carte sd, mais les download d'internet - jpg, pdf ou autres - ça me les range sur le stockage de la tablette, quasi plein, et je n'ai jamais trouvé où on peut le paramétrer ?)

* Mais est-ce qu'on peut télécharger pareillement une émission du Média qui est en vidéo sur youtube ?


Pour l'affaire de l'adsl de brousse qui fait que ça mouline parfois : 

en fait ça ne doit pas être qu'un problème de connexion lente, mais plutôt de lecteur ou d'hébergeur (?), parce que ça me le fait avec les viméo (sur asi, là-bas si j'y suis) mais pas avec les youtube... 

(et sur un lien vers dailymotion je ne clique même plus, ça me plante tout, je ne sais pas pourquoi)


Je spécifie d'abord que je trouve plutôt positif ce fonctionnement de l'application "RF podcast". Une fois que je sais qu'il faut surveiller l'encombrement de l'appareil, savoir aussi que les émissions téléchargées y restent durablement ça m'arrange. Outre cette manie de l'archivage à long terme (comme si j'allais ré-écouter un jour toutes ces émissions, relire tous ces articles, tous ces livres, revoir tous ces films - mais enfin j'aime savoir que je pourrais le faire), je fonctionne beaucoup par téléchargement ponctuel et écoute/visionnage en transit, dans des heures de bus ou de train. Et je passe plusieurs mois par an dans des lieux sans internet ou à internet très limité, donc là aussi, stocker durablement via un wifi de bistrot pour pouvoir écouter/visionner à mon rythme sans craindre de perdre les données, c'est confortable. Faut juste savoir où vérifier les remplissages.


Pour le reste : 


1) Manifestement, le meilleur moyen de paramétrer les lieux de téléchargement par défaut, sur android (je présume que c'est une tablette android?), c'est de passer par une application tierce, comme "ES file explorer", et de changer ces paramètres à travers elle.


2) Les vidéos youtube ne sont pas censées être téléchargeables. Maintenant, il existe quantité de plugins insolents qui font ça, ou même de sites internet qui permettent de sauvegarder des vidéos youtube en y recopiant leur adresse.


3) J'imagine que les différences de débit sont liées aux différences de qualité vidéo. Youtube propose souvent des vidéos très légères, très compressées, très basse résolution, pour faciliter la transmission. Peut-être que les autres sources maintiennent la vidéo à une qualité visuelle qui rend son débit plus lent et plus fragile.    


Mais enfin faut faire gaffe. Les vidéos c'est vraiment lourd, ça remplit tout très très vite. Pour les garder il vaut mieux prévoir un disque dur externe. Surtout que les SD, je trouve ça fragile. Un électron mécontent, et pfuit plus rien. Une sauvegarde régulière sur un vrai ordinateur (ou au moins un vrai disque dur) est à peu près incontournable. 

Un podcast est une rediffusion d'une émission audio streamée. Mais souvent on te laisse aussi le choix de la télécharger ...

"Un podcast est une rediffusion d'une émission audio streamée."


Tout s'éclaire soudain !

Je n'ai vu que le début

et j'ai aussi un peu été désabusé :

le côté musique Boum boum boum ambiance à se ronger le sang

le côté éternelle vue en drone avec plongée montée redescente

cette fois il s'agissait d'une vue de l’Élysée


En effet, on peut s'épargner les images, elles n'apportent pas grand chose si tout est du même genre que le début

Bruanne, merci, vous me l'enlevez de la bouche... 

qq'un ici, la veille de cet article, avait donné le lien vers les cinq dix dernières minutes (plans pour pub ou touriste sur l'Élysée, drone, musique, etc. puis photos, calques, qqs secondes, faut qu'ça bouge, c'est insupportable). 

Merci à lui ou elle, j'avais regardé - intéressant - en me disant ce serait bien de voir le tout, mais à cause de cette présentation je n'en ai pas eu le courage. 

À croire que c'est la mode* - pareil genre envoyé spécial, ça me gonfle. C'est une surenchère d'effets, de montages, dont on se tape grave (ça n'apporte rien - au contraire !), ce serait bien mieux à la radio.

Donc à écouter en faisant la cuisine.


* depuis 28 ans que j'ai supprimé la télé ça s'arrange pas, on dirait !

Ouais ! c'est l'effet "télé qu'on ne peut plus blairer"...pas encore regardé mais je vais le faire (suis pareille, peux plus la supporter, donc je ne regarde plus). Si ça peut convaincre une large palette de biquettes et de ceux qui pigent mais qui doutent encore que la réforme Macron est une putasserie c'est pas inutile...

Bonjour! La forme est assez effarante en effet :) Mais nous avions choisi cette fois de nous concentrer sur l'effet de révélation (pour les non-experts). Merci!

Pourquoi renvoyer à Télérama (qui renvoie sur youtube "si la vidéo ne démarre pas" sur leur page) et pas directement sur la mise en ligne par arte sur youtube

Au moins arte/yt spécifie que ce n'est disponible que jusqu'au 16 décembre 

et ça m'étonnerait que Télérama puissent le laisser au-delà (...bon, ils ne le signalent pas, mais ça risque)

une belle tête de premier de cordée.

Comme cet article est en accès libre, je l'ai fait suivre. La destinataire me répond :  " Un article d'Arrêts sur Images, à propos d'un docu d'Arte sur le site de Télérama … c'est sûr que ça va pas ressembler à BFM !"

Reportage complété hier par un article très détaillé de Martine Orange sur Médiapart sur le rôle de Black Rock pour la réforme des retraites et du danger qui attend les citoyen avec des fonds non garantie qui pourront s'envoler à tout moment. On peut y lire également les notes de recommandations de Black Block au gouvernement,. Ils ont table ouverte à l'Elyséedepuis le premier jour du quinquennat . Le Canard s'en fait l'écho également. Pour ceux qui avaient encore des doutes .....

Le système des fonds de pension (autrement dit par capitalisation comme aux USA ou au Royaume-Uni) consiste à faire payer les retraites par les travailleurs de là où les fonds sont investis, donc à priori partout dans le monde. Le système par répartition consiste à faire payer les retraites par les travailleurs du pays. En France, le travail paye donc par ses contisations la retraite des retraités français, et aussi par les dividendes une partie de celle des britanniques, des américains, et de retraités des pays fonctionnant avec des fonds de pension venus chasser en France. Mettre en crise le système par répartition en France, c'est inciter le pays à transformer les retraités en actionnaires, à basculer vers le système mondialisé, plus profitable peut-être, mais moins transparent, moins stable et moins regardant sur la justice.

Qui casse le plus blackrock ou les black blocs? moi je pencherais plus pour blackrock c'est vrai que les images sont moins télégéniques et l'investigation plus difficile.  

Qui casse le plus?blackrock ou les black blocs.

De quoi accréditer une fois de plus l'idée que Macron est le président des riches, de la finance et de l'emprise des multinationales sur nos vies. 

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

J'leur souhaite pas la peine de mort, parce que quand on met le doigt dans la peine capitale, ça se retourne toujours contre des innocents et/ou des opposants politiques à un moment donné. Mais une cystite à vie, j'dis pas...

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.