19
Commentaires

Black Mirror, ou comment en parler ?

Chercheurs, journalistes, cinéastes, écrivains, sont parfois étreints par le sentiment accablé

Derniers commentaires

Au fait, l’épisode San Junipero a été élu meilleur téléfilm aux Emmy Awards.

Faut dire qu’il est vraiment bien.
Pendant que certains s'extasient sur la vie numérique d'autres préparent heureusement la vraie vie du future, celle de l'après pétrole et de la survie face au réchauffement climatique !

Le reste n'est qu'outil de propagande et de contrôle des citoyens car ceux qui contrôlent l'internet non libre contrôlent les esprits des sans-dents !

Au-delà de quelques jugements de valeur évidents (oui, le cyber-chantage, c'est mal, Tais-toi et danse, épisode 3).


Et bien pas si évident que cela sur cet épisode je trouve.

SPOILER
.
.
.
.
.
.
.
.
On comprends assez rapidement que toutes les victimes cachent un acte immoral voire illegal, et la punition finale est proportionnelle à leur faute. On est pendant tout l’épisode en empathie avec le personnage principal qui se fait malmener de manière croissante pour ce qui parait être une simple branlette et on découvre à la fin que sa branlette était sur de la pédopornographie, ça met une douche sur ce sentiment d'empathie et on comprends qu'en face, les antagonistes sont des cyber-justiciers hardcore avec leur propre code moraux, qui punissent proportionnellement à la faute, des genre de Elliot Alderson de Mr Robot. Le jugement de valeur de la condamnation du cyber-chantage est, par le twist final, grandement relativisé.
SPOILER
Cette série a dans chaque épisode quelque chose de fascinant. En général je ressens un vertige face à la situation ou de la peur en réalisant à quel point nous sommes proches de cette situation mais l'épisode 4 de la dernière saison a quelque chose de fascinant dans celui-ci la technologie sert vraiment l'humain, pas une poignée, pas tous juste ceux qui le choisissent sans les entraver. Le dernier plan le symbolise bien.

Je ne pense pas qu'@si soit le meilleur endroit pour débattre d'une série mais c'est le bon endroit pour parler de cette série, pour y réfléchir.
Une émission avec Charlie Brooker ? Une chronique plus approfondie qui accepterait de spolie pour en débattre.
Le plus intéressant dans une histoire, c'est n'est pas tant ce qui est raconté, mais bien comment c'est raconté.

Le plus intéressant dans une histoire, c'est aussi la capacité de faire comme si on ne connaissait pas la fin alors qu'on la connaît.

Bon, ça raconte quoi ce fameux épisode ? :)
Moi, je n'hésite pas à vous révéler la fin.
Les artistes...
2001, Blade runner, Soylent green, Brave new world, 1984 étaient de la science-fiction, un truc pittoresque que l'intelligence humaine évitera.
30/50 ans plus tard... stupeur!
Black mirror parle du présent, et peut-être même du passé...
Du futur antérieur...
Ah, vous avez raté Bernard Arnault hier soir chez Delahousse, et sa splendide réaction à "Merci Patron".
Dommage ;)
Déjà, de un, il arrive que ça spoile pas mal, quand même.

Mais surtout, oui, il y a cette évidence qu'il n'y a rien de plus gratuit comme méchanceté que de "spoiler".

C'est peut-être ça qu'il faudrait retirer de cette réflexion. On peut accepter la méchanceté à condition qu'elle serve un propos. Mais la méchanceté n'ayant d'autre but que de nuire n'est pas socialement acceptable.

Mouais, un pet dans l'eau comme on dit par chez nous.
Pour info, les Québécois ont une belle traduction pour le verbe franglais spoiler: divulgacher !

SR
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.