81
Commentaires

Bidonnage Ayrault : le mea culpa vinaigré de Barthès

Une mise au point de bien mauvaise foi. Le Petit Journal, qui avait fait croire en début de semaine que Jean-Marc Ayrault avait plagié un discours de François Hollande, est revenu sur cet épisode hier soir. Il reconnaît certes son erreur, mais du bout des lèvres et en profitant de l'occasion pour se moquer davantage du Premier ministre.

Derniers commentaires

Quelqu’un qui gagne au moins 100.000 €/mois ne peut être entièrement mauvais.
Cet article fait très people, limite Morandini un peu.
Hier soir, un quasi plagiat de la part du Petit Journal, en tous cas un "pompage" bien lourd de cette (superbe) video sur J-P Pernaut http://www.youtube.com/watch?v=azk4EPEy0Wo
Quand je pense que c'est @si et DS (à la tv puis sur le web) que tout le monde médiatique dégomme prétextant qu'ils sont d'ignobles "donneurs de leçon"... alors qu'il n'y a pas pire donneur de leçon que ce petit journal, "curieusement" épargné par ce même monde médiatique (comme par exemple lorsqu'il se plante en beauté comme ici, qui plus est avec des excuses d'une bassesse et d'une malhonnêteté intellectuelle assez sidérantes).

Quand je pense [s]à la vieille anglaise[/s] que certains croient que "c'est pas grave leurs bidonnages parce que c'est du divertissement et que personne n'est dupe"...

Tiens, pas plus tard que ce soir, dans une émission de divertissement au public assez large (access prime time), les animateurs, chroniqueurs et journalistes (donc pas les spectateurs de base, hein, non non, des pros des médias bien au courant et qui savent décrypter n'est-ce pas) ont dit comme ça, en 2 secondes, juste en passant, le plus grand mal de Mélenchon, l'ont fait passer pour un fumier aux yeux du grand public puisque selon eux c'est lui le grand méchant qui a attaqué le petit journal en les traitant de "fachos"... Alors que quand on connait l'historique de leur différant, le petit journal est (une fois de plus !) loin d'être la blanche colombe de l'histoire.

Qu'importe, leur boulot (au petit journal) de "pur divertissement" (bien sûr...) a porté ses fruits : c'est la façon dont le petit journal a écrit l'histoire qui a gagné. Bravo à eux et à tous ceux qui, bien sûr, ne sont pas dupes, hum...

Quand je pense qu'il y en a qui croient qu'on ne fait de la politique à la télé que dans les JT ou les émissions politiques. Oui, ça paraît dingue, mais il y en a qui croient ça.
Franchement, le bidonnage avec les militants de Dupont-Aignan était inadmissible, mais cette fois-ci ça reste léger. Certes, ils ont coupé une phrase, d'une façon qui n'était certainement pas innocente, mais je trouve leur argument assez valable : Ayrault se contente d'un "comme l'a souligné François Hollande" pour restituer son discours mot à mot, c'est un peu paresseux et au fond pas très honnête non plus.
Quant à Mireille Mathieu, on a bien du mal à la plaindre. Déclarer que les Pussy Riot ont commis un "sacrilège" et les descendre pour se faire bien voir par la Russie, c'est assez ignoble, quoi qu'elle ait pu ajouter ensuite pour faire mine de nuancer ses propos.
Le Petit Journal a construit son image autour de la provocation et d'une certaine dose d'impertinence (qu'on peut certes trouver facile), il serait donc étrange de les voir faire un sérieux mea culpa à l'antenne.
Je regrette qu'ils privilégient parfois l'effet humoristique ou spectaculaire au détriment de l'honnêteté intellectuelle. Je trouve cependant que cette émission a son intérêt, malgré ses défauts. Ils ont eux-même révélé un certain nombre de bidonnages : la fausse étiquette du Nord Pas-de-Calais collée sur la plaque d'immatriculation d'Ayrault par exemple... Je me demande s'ils ne sont pas attendus au tournant, un peu plus que d'autres.
Les "access prime time" deviennent de plus en plus insupportables : le genre "j'cause dans un fauteuil avec d'abord un politique et surtout j'le laisse pas causer et je lui pose des questions embarrassantes s'il n'est pas du gouvernement" suivi du genre "allez, on va déconner avec une star, des stars, un sportif, une comédienne, l'équipe d'un film, un écrivain" est pratiqué par tous avant ou pendant les JiTés !
Barthès n'est pas très drôle, il tire sur les ambulances, surtout lorsqu'elles passent loin. Mais si, en plus, il tronque pour faire croire que ... je trouve ça grave parce que plein de gens croient que c'est la vérité qui sort de la bouche de Barthès ;o(...
Décidément, chauves ou chevelus, les Barthès ne sont pas très fiables ;o(
On peut rappeler à Barthez qu'il n'est pas nécessaire d'être malhonnête pour avoir de l'humour.
C'était pas mal, le style Barthès, avant qu'il ne se décide à tronquer les faits afin de servir au final une soupe journalistique génétiquement modifiée (clin d’œil) aux téléspectateurs. Il est dans la logique "que l'on parle de moi en bien ou en mal, mais qu'on parle de moi". Il sait que ses méthodes vont être relevées de manière éparse sur la toile, il s'en fout. Il sait aussi que la grande majorité de ceux qui regardent la télévision n'ont pas comme hobby, notamment, celui du décryptage, qui consiste grosso modo à bien lire l'étiquette des ingrédients de ce que l'on nous sert, même si à la différence des supermarchés, ça se passe a posteriori.
N'oublions pas que son boss, c'est Denisot, pour ma part, je suis persuadé qu'il ne fait qu'obéir aux ordres.
Il suffit de voir les dégâts occasionnés par ses manips sur Méluche et le Front de gauche, ou Dupont-Aignan (qui a récemment basculé officiellement, au passage, chez les néo-fachos), c'est quand même un exemple quand même plus marquant - et plus récurrent - que celui de Mathieu, Laure.
Merci pour ce billet et cet éclairage une nouvelle fois, édifiant.
Vous prenez cette émission bien trop au sérieux, c'est juste de l'humour... Certes, parfois ils s'y glissent quelques infos, mais globalement l'objectif c'est le bidonnage.

Le plus incroyable, c'est la réaction disproportionnée de gouvernement ! Ils n'ont vraiment rien de mieux à faire que de scruter ce que disent tous les comiques de France ? La liberté la presse c'est aussi la liberté pouvoir dire n'importe quelle connerie, surtout quand on est une émission à vocation humoristique.

Et si vous me dites que les citoyens français sont incapables de faire la différence entre une émission de divertissement et un journal d'informations, alors bor**l, pourquoi gardons-nous encore le suffrage universel ?

Ah, aussi, au passage je ne peux m'empêcher de remarquer vos indignations sélectives. Certains de mes proches étaient au rassemblement contre le "mariage pour tous" à la Défense, inutile de vous dire que le reportage présenté n'avait rien de véridique, tous été tournés en dérision au point de fausser le jugement des citoyens les plus naïfs concernant les opposants aux dites lois. Mais là, bien sur, silence... Afin d'anticiper toute réaction induit d'une incompréhension, je tiens à signaler être favorable au "mariage pour tous" ainsi qu'à l'adoption.
Bof! Le petit et le grand journal aussi d'ailleurs sont convenus,faussement insolents,ininteressants.Il y a longtemps que Denisot a bradé l'esprit de Canal à ses débuts.Barthez a tout d'un petit coq énervé,ses "journalistes"allient arrogance et nullité.L'ensemble est bidon.S'excuser ou reconnaître ses erreurs exigent intelligence et élégance,et ils en sont dépourvus.Ne plus regarder cette mauvaise tambouille est la solution.
Barthes c'est un clown qui a peur du ridicule.
Pourquoi critiquer maintenant la mauvaise foi du petit journal ? : C'est la marque de fabrique de l'emission et c'est le concept humoristique principal sinon unique.
Bathès me fait penser à ces petits "bullies" de cour de récré qui, non content d'attaquer à 25 contre 1, en remettent une couche pour martyriser encore plus la victime qui aurait osé aller se plaindre des mauvais traitements subis.
Travestir et tronquer les faits, refuser de porter la responsabilité de ses actes, organiser des vendettas pour se venger, jouir grassement de son impunité, voila quelques caractéristiques (non exhaustives) permettant de détecter le fascisme à l'oeuvre.
Sous couvert de fun, on inverse les valeurs, et si on a l'impudence de remettre en cause l'obtention de leurs cartes de presse, on passe pour des staliniens. C'est le monde à l'envers.
Bathès est un petit con, ce n'est pas une injure c'est un fait qualifié, et maintes fois démontré.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.