122
Commentaires

BFM, retour sur décervelage

Fallait-il investir l'appartement plus tôt ?

Derniers commentaires

Un truc bizarre et qui semble avoir échappé à tout le monde, c'est que les flics ont déclaré qu'ils avaient fait le premier assaut à 3h du mat' chez Merah plutôt que le choper tranquille au coin d'une rue car c'eut été trop dangereux selon eux, pour la population notamment. Mais quid d'un assaut chez quelqu'un dont on ignore les moyens de riposte, avec des voisins tous endormis? Et si l'appart' avait été piégé, genre comme à Atocha et boum dans la foulée?
Comme je n'ai pas trouvé dans les messages précédents la même critique, je remets ici un message que j'ai envoyé ce matin en "contact @SI", en réaction au vite-dit cité dans cette chronique et qui s'applique donc aussi à cette chronique malheureuse :
Il me semble que @SI va vite en besogne en essayant de faire croire que c'est pour une question de précision sur les snipers que Guéant a fait deux déclarations en moins de 10 minutes.

Il me semble surtout que la raison est qu'il y avait deux emplacements bien distincts pour la presse de part et d'autre du chemin du Coin de la Moure, à deux extrémités de la zone "interdite", et M. Guéant est donc allé à un premier emplacement, puis au second emplacement pour faire quasiment la même déclaration, de manière à fournir un son et une image à tout le monde de manière équitable.

Ce n'est à mon avis franchement pas pour rattraper une précision non dite lors de la première déclaration. Il est surtout à prendre en compte que probablement lui-même ne sait pas à ce moment là ce qui a causé la mort du forcené en mode "boule-de-feu" (une balle du RAID sur place qui riposte, ou une balle d'un sniper, ou carrément une balle du forcené lui-même, vu qu'il a continué à tirer en sautant).

A vous à @SI de vérifier si c'est bien le double "spot" journalistique qui entrainé la double déclaration, et le cas échéant de vous tapez mutuellement sur les doigts.

P.S. : carte avec en azur les emplacements de journalistes, car conçue par "Carré d'Info" et mentionnée plusieurs fois par le Direct du monde.fr :
http://carredinfo.fr/carte-un-quartier-quadrille-par-les-policiers-et-les-journalistes-8222
"Atteint par plusieurs rafales dans le dos, le tueur de Toulouse a poursuivi sa course vers le balcon avant de recevoir deux tirs mortels"

Source : le Nobs.

Légitime défense, a dit le Guéant.

Non, exécution extra-judiciaire, comme Mesrine et pour des raisons comparables.
Cet après midi, à l'occasion d'un chat sur Libé, un correspondant s'étonne auprès du journaliste des commentaires de Guéant pendant l'intervention du RAID à Toulouse . Réponse du journaliste : " vous avez raison, il n'avait pas le droit d'intervenir. Mais ça nous a bien arrangé, nous les journalistes, pour avoir des informations". Voilà le niveau d'un journaliste de Libération, journal de gauche. Peu importent la loi et les principes pourvu qu'on ait des infos !
http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/03/23/un-monstre-issu-de-la-maladie-de-l-islam_1674747_3232.html

Qu’est-ce que je suis soulagé quand je tombe sur quelqu’un qui dit nettement mieux que moi ce que je pourrais dire.

Observez bien la signature : Abdennour Bidar, professeur de philosophie à Sophia Antipolis.

Pas Oriana Fallaci, Robert Redeker, Eric Zemmour ou Caroline Fourest.

Son texte ne contient pas une insulte, pas une moquerie. Il n’en a que plus de force.
"Croit-on qu'une voix, une seule, de commentateur de BFM TV, sans même débattre de la faisabilité de la mesure, va simplement remarquer qu'il est difficile de voter une loi sans Parlement, et que le Parlement est en congé jusqu'aux législatives ?"

Bon, pour cette question c'est réglé :

http://elections.lefigaro.fr/flash-presidentielle/2012/03/23/97006-20120323FILWWW00413-terrorisme-mesures-votees-post-election.php

Alors, vous savez ce qui vous reste à faire......
Je serais tenté d'accabler le RAID, mais j'imagine les ordres et contre-ordres de Sarko et Guéant:
- On le veut vivant. Un truc propre, rapide. Le pousser à se rendre.
- Pas trop rapide quand même, il faut qu'il y ait des images, de la dramatisation, du suspense.
- Bon là c'est plus possible, on est en train de se faire humilier par un petit con, 30 heures d'encerclement pour un pékin enfermé seul dans 35 m2, c'est juste nawak. Shoot!!!
J'attends avec délectation les fuites de quelques raiders pas contents sur la pression des boss de l'Elysée et Beauvau.
Situation désespérante en effet : ou bien les journalistes se couchent et lèchent sans retenue les hommes politiques, ou bien, quand ils posent des questions, ce ne sont pas celles qui, seules, pourraient les coincer. Exemple de question, pas encore adressée à cette heure à l'intéressé, et qui est posée implicitement dans cette chronique. Elle a été préalablement soulevée par E Joly : Pourquoi Guéant, à l'occasion de l'intervention du RAID, s'est il substitué, tout à fait illégalement à un magistrat ?
Ou bien celle ci : Après le meurtre des trois militaires de Montauban, puisqu'on a dit qu'aucune piste n'avait été écartée et donc celle du terrorisme, pourquoi Guéant n'a-t-il pas immédiatement déclenché le plan Vigipirate qui aurait peut être évité la tuerie de l'école juive ? Négligence coupable ? Attente d'évènements plus saignants ?
Alors qu'on pointe ici de véritables fautes, pourquoi Guéant n'est il pas sommé de s'expliquer ?
Bonjour
Vous parlez de quoi , BFM TV ?
Pas vu et bien m'en fasse à ce que je lis.
Les 20H ? pas vu non plus.
ARTE Journal hier et avant hier pendant 5 minutes. Déjà beaucoup… à mon goût.
Il y a quand meme une autre difference importante entre Gueant1 et Gueant 2: les blesses du cote du raid. En 1, un policier choque et en 2 il est en train d'etre examiner...
Ces TV qui déversent en boucle « leurs films-info » en flots continus répondent à une curiosité légitime au départ mais nous font sombrer très vite en un voyeurisme malsain tant s’installe très vite une sidération, une hypnose.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

BFM > Blé FM : deux ou trois pubs entre chaque rafale.
oui enfin la question principale à poser selon moi c'est "pourquoi l'avoir exécuté alors qu'ils était possible et peut-être même plis facile de le prendre vivant.

"Christian Prouteau, le fondateur du Groupement d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), s'en prend, vendredi, dans Ouest-France, à l'assaut du RAID à Toulouse. "Comment se fait-il que la meilleure unité de la police ne réussisse pas à arrêter un homme tout seul ?" demande l'ancien gendarme.
"mais, en soixante-quatre opérations menées par le GIGN sous mon commandement, il n'y a pas eu un mort."
http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/03/23/polemique-autour-de-mohamed-merah_1674538_3224.html
BFM s'est basé sur le continu, ce qui est évident, mais aussi le factuel, accordant une portion congrue à l'explicatif. Le seul problème, c'est qu'ils prétendent faire aussi de l'analyse.

Entre le factuel pur : "on a entendu des tirs dans l'immeuble où est retranché le forcené, mais on ne sait rien car la police nous maintient à distance pour des raisons de sécurité" et "Cette personne est un psychopathe - Les thèmes de sécurité favorisent l'UMP", il y a effectivement une série d'explications en amont et en aval qui est le vrai boulot de journaliste, et qui n'est pas fait.

Est-ce la limite du genre, allié au manque de moyens, et de compétences qui en résultent, ou est-ce un biais idéologique ?
Il y a certainement un peu des deux.

Et je persiste quand même à dire que demander à un représentant de la communauté juive : trois enfants ont été abattus froidement par un inconnu, est-ce que votre communauté est choquée ? Cela relève de l'amateurisme.

Il reste que l'information en continu, ça a son intérêt. Mais on se laisse prendre dans un tourbillon anxiogène qui s'auto-alimente.
Et dans cette affaire, ça a atteint des sommets.
http://elysee.blog.lemonde.fr/2012/03/22/claude-gueant-raconte-sa-gestion-de-crise-avec-nicolas-sarkozy/#comment-23445

Il n'y a pas que BFMTV à rouler pour Sarkozy.

Vous aviez aimé Philippe Ridet, vous adorez Arnaud Leparmentier.
Hier soir, France 2 nous a ressorti l'assassin (je pèse mes mots) "d'human bomb", l'homme de l'exploit sarkozien de Neuilly. L'institutrice qui était sur les lieux ne s'est jamais remise de ce qu'elle a vécu......elle avait compris que le type en question n'avait pas l'intention de nuire aux enfants et de plus il dormait profondément quant il a été abattu ! tout ça pour dire qu'en matière de contre exemple notre chaîne nationale n'a rien à envier aux autres. Il fallait à tout prix retourner le couteau dans la plaie et maintenir le climat anxiogène le plus longtemps possible et malheureusement je crois que ce n'est que le début !
Ce qui m'a frappée, c'était l'ignorance des correspondants sur place... pendant les direk-live de toutes les télés... hier ! Tous reprenaient "la bonne parole" officielle.
Quelle bêtise d'envoyer des gens sur place alors que toute l'information était programmée depuis [s]l'Ely[/s] Paris !

J'avais pris conscience de ça pendant la guerre du Golfe (la première, je suis une "ancienne combattante") en étant parmi ceux qui alimentaient en information via des dépêches AFP et Reuters, d'une rédaction parisienne, la dizaine de journalistes d'envoyés spéciaux en Arabie Saoudite, maintenue hors circuit par le commandement amerlocain -qui avait valu un édito croustillant de Marcel Trillat sur le "pool"-, les envoyés spéciaux en Israël (coincés dans les sous-sol avec des masques à gaz en raison des alertes "scud"), ceux du Koweit, planqués à la frontière, avec les soldats sénégalais ayant moins besoin d'informations puisqu'ils tournaient sur place et que, sur place, il ne se passait pas grand chose au début. Toutes leurs informations leur parvenaient par fax ou téléphone de Paris ! Les images, elles, arrivaient de CNN ! Nous racontions alors les images aux "exilés" et ils envoyaient leurs commentaires sur des images qu'ils n'avaient souvent pas vues, ou pas encore, à partir d'infos qui leurs arrivaient de Paris !

Belle objectivité là aussi ;o)).
Trouvé sur le Nobs :

//La riposte du Raid est longue et massive: quelque 300 cartouches sont tirées au total pendant la fusillade, qui a duré cinq minutes.//

Et une seule qui l'atteint. Quelle refficacité.

//Merah, équipé d'un gilet pare-balles, est finalement atteint d'une balle dans la tête. La marque d'un tir "pour tuer", à la différence des tirs visant à "neutraliser", dans le genou par exemple.//

Mais puisqu'on vous dit qu'on voulait le prendre vivant !
On n'a pas oublié le traitement de la guerre du Golfe,ciel noir zébré de lignes vertes et commentaires sur du Rien.Sur le siège de l'appartement du forcené,le vide a continué sur LCI,ITELE,BFM,jour et nuit....Les journalistes postés très loin n'en savaient pas plus que nous et montraient parfois leur lassitude.
.Et si ces chaines allaient dans le sens de Nicolas Sarkozy,maintenant artificiellement un climat d'angoisse et cultivant l'idée qu'il est le seul capable de protéger le peuple.LCI et BFM,c'est connu.Pour ITELE,émanation de Canal+,Les émissions de Denisot et Barthez peuvent nous éclairer.
Plus d'éditocratie anonyme, mais une cible clairement identifiée : BFM TV (et Guéant) : je retrouve non pas ces éditos fumeux mais un véritable "arrêt sur images" (on pourrait presque mettre "images" au singulier tant cette "info en continu" nous abreuvait de plans fixes sans intérêts).

Esquisse de politique fiction rétrospective : imaginons une demie seconde que Ségolène Royal soit la sortante et qu'un tel drame se produise. L'affaire du papy de 2002 eût été de la roupie de sansonnet : outre les accusations classiques sur le laxime coupable de la gauche, toutes les failles policières auraient été soulignées, TF1 en aurait fait des tonnes sur l'assaut raté de l'appartement du suspect, etc.

Ne reculant devant rien, c'est d'ailleurs une critique de ce genre que le cynique Copé a lancé contre Hollande...
BFM TV, c'est comme les attachés de presse... Sont pas là pour faire du journalisme, sont là pour dire du bien de leur employeur.
"Les media corrompent tout ce qu'ils touchent.S'il leur arrive de croiser quelque chose d'important, voire d'essentiel- une oeuvre, une personne, une idée-, par le fait même de l'installer dans l'actualité, ils le placent du même coup dans inconsistant, (...)" Michel Henry,"La Barbarie", PUF quadrige p.196
Que BFM ? Aaaaah, non ! Pas d'accord !
Pourquoi sur F2 hier soir, un documentaire tourné en 2003 ou 2004 sur les recruteurs d'un réseau salafiste parisien si ça n'est pour raccoler du monde et faire peur avec des amalgames entre ce qui venait de se passer (accumulation d'amalgames en tous genres et de larmes de crocodiles + campagne électorale tournant, comme d'habe au "tout sécuritaire") ?

Indignes, tous !
Il est clair que BFM est la radio sarkozyste 24/24.
je copie colle ce message du forum de mediapart parce qu'il me semble intéressant :

La disparition de ce criminel ne m'émeut pas! Mais la perte des informations qu'il pouvait détenir (dans son cerveau) oui!
Pour avoir été démineur pendant 10 ans, sur des engins de 500 gr à 1 tonne d'explosif, j'ai une petite idée des effets des explosions et des gaz, à l'air libre et en milieu confiné.

- La première erreur, à mon avis, fut de détruire les fenêtres et les vitres. J'aurai fait exactement le contraire, j'aurai fixé au pistolet plante-goujon, des plaques de taule d'acier de 1 cm d'épaisseur sur toutes les ouvertures.
Le Commandant du RAID devrait savoir que les grenades assourdissantes n'ont pas d'effet de blast si les ouvertures du volume ne sont pas obturées.

- Deuxièmement, les appartements modernes ont des gaines techniques équipées de VMC (ventilation mécanique controlée) et de tuyaux d'évacuation des eaux usées.
Ce sont des moyens de transports pratiques pour tous fluides anesthésiants ou asphyxiants. (et pas seulement pour des feuilletons TV)

Enfin, après l'effet des gaz, une charge coupante de faible puissance pouvait détruire d'un bloc, en une fration de seconde la porte d'entrée, sans exposer les personnels. Puis le jet (par sécurité) de grenades assourdissantes.

Cette intervention expéditive (car rien ne pressait , il n'y avait pas d'otages) me fait penser à la façon dont à été traité l'affaire des otages du Niger. A la différence, que ces deux garçons étaient innocents.
Opération finale à la va-vite pour que le Petit Chef montre une dernière fois ses biscottos...
plus qu'à tourner la page, donc.
Revenons à nos moutons, puisque le "loup"....
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.