13
Commentaires

Betancourt : Barbier (L'Express) contredit Barbier (LCI)

Derniers commentaires

Je trouve inadmissibles certains commentaires au ras des pâquerettes s'attaquant au physique de Barbier, et pointant quasiment un délit de sale gueule.
Après tout, Barbier, pas plus que Princen, n'est responsable de son look de premier de la classe. Il sont tous les deux nés comme ça... Quoique....
Pourquoi en rajouter en arborant des chemises et des costards hors d'époque, des cravates ridicules, des coupes de cheveux dignes de celles des héros masculins d'"Amour, gloire et beauté" ?
Ils iront s'étonner qu'on se foute de leur gueule.
Pfff ! Blaireaux, va !
Ne peut-on admettre que l'action des gouvernements français a en effet "éveiller les consciences" et maintenu la pression sur la scène internationale? tout en s'interrogeant sur le rôle déterminant ou non de cette action, comme sur l'efficacité de sa logique... Pour l'heure, des "révélations"souvent contradictoires circulent... Chacun veut avoir sa version forcément véridique! Et il ne faudrait pas que les polémiques laissent dans l'ombre la vingtaine d'otages (politiques, puisque eux dits économiques semblent d'importance à peu près nulle) toujours aux mains des FARC... Ainsi, pourquoi ne pas remplacer sur les bâtiments publics la photo géante d'Ingrid Betancourt pas ces visages encore inconnus?
J'aime pas Barbier....ceci dit:

1) Il a le droit de changer d'avis, voir de se contredire, si on cherche un peu on doit pouvoir trouver des cas où c'est arrivé à Saint Daniel S.

2) En l'occurrence je ne vois pas de contradiction entre les 2 positions, et même je trouve dommage qu'il n'est pas su exprimer ses 2 facettes dans une seule chronique, pour une fois on aurait eu l'expression de la complexité de la réalité de cette affaire:

Dans son édito politique sur LCI le 3 juillet, lendemain de la libération, le journaliste jugeait que la "mobilisation personnelle" du chef de l'Etat "a bougé les lignes au niveau international, ça a empêché le cas Betancourt de sombrer dans l'indifférence et dans l'oubli". Il conclut d'un "grâce en soit rendue à Nicolas Sarkozy"...

ben oui, je crois qu'on ne peut pas nier que Sarkozy a fait du bruit autour de cette affaire (dans l'espoir d'en tirer un profit personnel et ça me fait gerber mais c'est quand même vrai) et oui on peut penser que ça a eu un impact, que ça à mis la pression sur Uribe (en tout cas on ne peut pas prouver qu'Uribe à été indifférent à cette pression)

Titré "Compassion émolliente", il égratigne la diplomatie à la française :
"Six ans durant, la gestion par l'Etat français de l'affaire Betancourt a été contestable. La libération du 2 juillet ne tient pas du miracle, elle est le fruit d'un patient travail de l'armée colombienne et d'une inflexible volonté du président Uribe : ne pas négocier avec les Farc, ne pas leur laisser un instant de répit, les détruire. Or, à Paris, cette constance lui a valu alarmes et sarcasmes."


ben oui, c'est tout aussi vrai et pas contradictoire avec le premier extrait....

et voilà exposé un problème récurrent: on ne peut pas parler de quelque chose en France sans avoir en arrière pensée un positionnement pour ou contre Sarkozy, ce qui ne contribue pas à l'intelligence du débat et surtout c'est un peu pitoyable de tomber dans ce travers qui fait qu'on ne peut pas penser librement, sans se soucier de ce que les conclusions auxquelles on arrive signifient pour Sarko....et ASI dans ce cas nous enferme dans ce travers puisqu'il n'y pas de contradiction dans les faits que décrie Barbier il y a juste une contradiction dans le ton (un jour il a l'air pro Sarko, un autre anti-Sarko) et c'est tout ce qu'ASI retient.
C'est la définition du strabisme divergeant...Connaissez vous un journaliste ou chroniqueur de LCI qui ne soit pas dans la ligne pravda ?
Une remarque : Pas le mot "Secret" sur la UNE :-)
énorme!!

c'est vrai que je ne prête néanmoins pas trop d'attention à Barbier comme éditorialistte...

je préfère ceux de marianne...
Pour ceux qui ne la connaissent pas : c'est l'histoire de son homonyme de Séville, barbier de sa profession, qui rase tous les hommes qui ne se rasent pas eux-mêmes.

Paradoxe du raseur d'aujourd'hui qui se doit de penser pour tous les hommes qui ne pensent pas par eux-mêmes. D'où la question !
Bettancourt la pieuse dans l'une des émissions les plus anti-calotines de la télé, c'est d'un piquant !

http://www.dailymotion.com/video/x62h1w_ingrid-betancourt-bonne-soeur-dans_fun
Ce type est une catastrophe pour le journalisme... Il est plus à genoux devant Sarko que Nadine Morano elle-même ( c'est dire ) Après l'avoir encensé à chaud, il se rend compte que le vent de l'opinion tourne et il vire de bord pour vendre du papier.

Pour la peine, il sera privé de la prochaine interview exclusive de notre présidente-chanteuse ( mais si, elle chante ) ou elle détaillera longuement sa dépendance à la bière... :-)
L'une des raisons pour lesquelles je n'ai plus confiance dans la presse classique, audi visuelle ou écrite, c'est justement que des journalistes ayant pignon sur rue sont capables de volte face aussi radicale sans état d'âme, comme s'ils étaient en réalité déourvus de toute opinion, de toute réflexion, sur l'actulaité.
OR, justement, ce que l'on demande aux journalistes (au contraire des bloggeurs ?), c'est d'apporter une réflexion éclairée à l'information, de l'analyser et de la mettre en perspective.
Il semble au contraire que le journalisme se limite aujourd'hui (pour la masse j'entends) à des réflexions à l'emporte pièces au gré des sensations et de l'air du temps immédiat, voire, pour Moniseur Barbier en particulier, à un bon mot, une bonne formule, une pensée bien balancée.
Bref, les effets de style et d'humeur l'emportent sur l'analyse.
d'où l'expression " il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis"
bon en général cela attend quelques mois voire quelques années, là c'est moins d'une semaine mais bon...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.