27
Commentaires

Benalla entendu au Sénat ? Vapeurs des éditorialistes

Une "erreur", une "faute", une "catastrophe"... Les mots ne manquent pas, sur certains plateaux télés, pour décrédibiliser l’idée d’une audition, par la commission d’enquête du Sénat, d’Alexandre Benalla. Le Sénat n’exclut en effet plus de l'interroger. A la plus grande inquiétude de certains éditorialistes, Christophe Barbier en tête, qui rejoignent ainsi les positions du gouvernement.

Commentaires préférés des abonnés

Vous faites dans le procès d'intention : " (...) que ne le pensent les éditorialistes de BFM ". Qu'est-ce qui vous fait croire que les éditorialistes de BFM pensent ? Vous avez des arguments pour étayer une hypothèse aussi grave ? 

(...)

Barbier écharpe.

Barbier l'écharpe.

Est-il sorti de sa salle de bain?

Quelqu'un lui a-t-il dit que dehors, où sont les gens, la canicule écharpe nombre de travailleurs?

L'écharpe rouge lui sied comme à moi un camée à l'effigie de Macron.

Allez septembre s(...)

En même temps, soyons réalistes, la raison première de cette commission, c'est de faire pression sur Macron pour qu'il ne s'attaque pas au Sénat comme il projetait de le faire, en considérant que le Sénat n'était pas de sa bande, pas assez de députés(...)

Derniers commentaires

Faut-il aussi compter sur le Sénat pour savoir ce que Benalla a dissimulé à la justice en faisant nettoyer son appart' en prévision de la perquisition ? En tout cas, la justice ne semble pas vouloir s'en charger...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

L'audition de Benalla devrait mettre en contradiction ses déclarations avec celles de Kohler à propos du moment où ce dernier est informé : dès le 1er ou le 2 ? Par Benalla lui-même ou par le service com' ?

Pas forcément grand chose à reprocher d'un point de vue juridique, par contre politiquement, ça n'a pas du tout le même sens entre "j'ai appris par la bande" et "vite, montons une parade"...

Il porte son écharpe rouge même en été, je me demande si elle n'est pas greffée, par hasard.

Pugnace, la commission d'enquête du Sénat, sauf avec Castaner, qui a été bien peu cuisiné : 

- aucune question sur les 2 dernières vidéos où l'on retrouve à 2 moments au Jardin des plantes Benalla et Crase en pleine action ;

- aucune question pour savoir pourquoi Castaner n'avait pas vérifié les allégations de Crase selon laquelle il était missionné en tant que gendarme réserviste ;

- aucune question pour savoir si Castaner s'était enquis auprès de la Gendarmerie des suites données aux violences de leur gendarme réserviste (où il aurait appris qu'il ne l'était plus et donc sur le terrain de façon totalement illégale) ;

- peu de suite quant à la recherche de la vérité sur ces violences (Castaner a dit qu'il avait vu 1 fois la vidéo sur son téléphone portable et s'en était tenu là) ;

- peu de suite quant au fait de ne pas avoir saisi le procureur comme l'article 40 lui en faisait obligation.


Bizarre, cette audition pour rien, alors que les précédentes auditions avaient été bien plus incisives.

Barbier écharpe.

Barbier l'écharpe.

Est-il sorti de sa salle de bain?

Quelqu'un lui a-t-il dit que dehors, où sont les gens, la canicule écharpe nombre de travailleurs?

L'écharpe rouge lui sied comme à moi un camée à l'effigie de Macron.

Allez septembre sera comme juin qui devança juillet dans sa course annuelle.

L'ombre des mots est bien moite.



Vous faites dans le procès d'intention : " (...) que ne le pensent les éditorialistes de BFM ". Qu'est-ce qui vous fait croire que les éditorialistes de BFM pensent ? Vous avez des arguments pour étayer une hypothèse aussi grave ? 

LREM a dû s'entourer d'une armée de juristes qui travaillent jour et nuit depuis le début de cette affaire. Méfiance, une audition par le Sénat ne risque-t-il pas de rendre invalides d'autres  procédures? Y'a un loup.

" l’inusable Christophe Barbier,  "

Et pourtant vous l'usez jusqu'à la corde; pas moins de cinq citations ( sous-titre et légende de photo comprises).

Pfuitt..... Asi d'été?

En même temps, soyons réalistes, la raison première de cette commission, c'est de faire pression sur Macron pour qu'il ne s'attaque pas au Sénat comme il projetait de le faire, en considérant que le Sénat n'était pas de sa bande, pas assez de députés LREM. 

Mais l'affaire Benalla prend une tournure inattendue, elle intéresse et Macron n'a pas été un fin stratège sur ce coup, et il est en train de se décrédibiliser. Donc le Sénat, qui a une ouverture inattendue, insiste et va emporter le point.

Évidemment, la presse libérale ancien monde/nouveau monde, commence à voir le piège et se cabre.

Mais c'est un peu trop tard....


Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.