45
Commentaires

Baupin, procès live

Commentaires préférés des abonnés

Approuvé 12 fois

Commentaire honteux. Il a aussi agressé sexuellement des femmes, en leur saisissant les seins et en tentant de les embrasser. Quant à la victime mal baisée, votre argumentaire retarde de déjà plusieurs bonnes dizaines d'années.

Comme quoi tous les " Barbier " ne sont pas rasoir .....

Approuvé 6 fois

Syndrome Eric Z : dire de la merde et se croire iconoclaste alors que l'on est juste un trou du cul

Derniers commentaires

de l' art de parler de harcèlement sans mettre en cause un vieux males blanc et super moche,  de juger une femme encore (la journaliste) et toujours sans egratigner le patriarcat.  Un exemple viviant en politique, J'ai couche avec un militant en 2017 parcqu'il me harcelais et devant bcp de gens au QG de la FI, il etait baisable physiquement, et que je pensais que ca le calmerait, il etait mauvais coup, une etoile de mer, les bobos ne bougent pas leur cul au lit, essayez les GJ ont est plus rigolo, et respectueux, par contre  il m'a ejaculé sur le corps, et quand je lui ai dit mon malaise, et que mon pere me faisait ca, enfant, je voualis juste qu'il s"'excuse, il m'a retorqué qu'il s 'en fichait, et il n'a fait que me harceler pour que je vire apres, et j'ai ete viré du materiel de la FI ou nous militions ensemble, par les vielles frustrées qui voulaient lui succer la bitte, donc oui les militant.e.s sont immondent (jamais rencontré ca ailleurs, en entreprise), et les femmes comme moi abusées dazns l'enfance sommes souvent de nouveau harcellée ,  j'ai remarqué (et y'a aussi des statitique la dessus) que qd on a ete un objet poubelle on le reste pour les pervers narcicique a vie . Et meme quand je m'en suis plainte ici, ou au feministe insoumise , je n'ai recolté que silence,  c'est que les femmes ont nous dit , 't'avais qu'a partir' et si ont veut etre là ? si on veut militer sans etre attaqué.. c'est toujours aux victimes de fuir, comme qd j'étais enfant, qd mon pere nous a mis a la porte, c'est nous qui etions a la rue, avec adoubement des flics, pas lui le violent.. pareil en politique, pareil partout, et dire que les bobos, qui se croient zintelligent, ne voient pas le lien entre les harceleurs et le traitement du peuple par les dirigeants.  

" Je parle pas comme ça à un collègue de travail "...Donc, PERSONNE doit parler comme ça, cqfd: au moins, ça a le mérite d' être clair!

" T' es un amour "...Doit manquer un bout, peut-être, en plus de l' orthographe approximative, je présume qu' il FAUT lire: " JE t' AI FAIT L'amour ". 

" T' es en beauté ", " t' es formidable "...Ca devenait trop "hard", j' ai arrêté là: je commençais à perdre mon sens de l' humour!

Perso, pour la violence faite aux femmes, je vais m' en tenir aux 250 mortes annuelles sous les coups de leur conjoint (les bien-tristement-nommés...), et à celles, couvertes de foutre, de bière, et de sang, qu' on ramène aux urgences, après une agression pas plus consentie que désirée ...Tiens, DS, en voilà une bonne idée d' émission sur le sujet: de la bonne grosse violence non virtuelle et populaire, qui délaisse les actrices amnésiques pour s' acharner sur de la meuf lambda, par exemple!

Ceci dit, j' ai rien contre les "people", des arts, des lettres, et de la politique...Quitte à me faire harceler, je préfère que ce soit par Asia Argento que par une lanceuse de poids albanaise inconnue (Si on veut bien me pardonner ce pléonasme)!

Après, sur la forme, ce n' est pas sans me rappeler le "procès" du couple Ceausescu, avant le "jugement" à l' AK47...La "justice" - Mr Lynch mod -, quoi: j' avoue que je suis pas trop fan!

Carpe diem...

J'y vais un peu sur la pointe des pieds, je vais peut être encore me faire taper sur les doigts mais j'ai quand même envie de le dire. Je ne juge pas le cas Baupin, je n'ai pas les éléments pour le faire et d'autres s'en occupent.


Quand il s'agit de fillettes, jeunes filles ou femmes se trouvant piégées dans une cave, un lieu désert ou au sein d'une famille... enfin dans des circonstances où il est très difficile voire impossible de se défendre, on ne peut qu'être désespéré de leur sort et de leur impuissance. Et ce ne sont pas elles qui se manifestent le plus.


Mais quand il s'agit de femmes éduquées, libres, indépendantes se faisant harcelées pendant des mois, des années sans trouver la parade alors que le harcèlement se passe dans une entreprise, dans un couloir de l'Assemblée, par sms, pour moi c'est plus difficile à comprendre.


Ce n'est pas pour autant que j'accuse ces femmes ou que j'excuse leurs harceleurs.


A mon avis ce sont des victimes, les unes et les autres, mais avant tout des victimes de leur éducation, dans le sens large du terme par exemple la permissivité de la société envers les hommes (rentrez vos poules, je lâche mes'coqs, pour faire court), le respect de l'autorité masculine, la satisfaction inconsciente d'une femme courtisée, la fierté d'un homme d'ajouter un trophée à son tableau de chasse...


Les choses évoluent mais c'est lent. Certains hommes et certaines femmes n'ont pas encore compris.

Comment ces femmes et ces hommes vont-ils éduquer leurs filles et leurs garçons ? 


Quand on en arrive à la plainte devant la justice, le mal est fait. L'humiliation est subie ; donc ce n'est pas la solution, c'est un pis aller ; c'est donc en amont qu'il faut agir. 


L'attitude, la tenue vestimentaire, la distance, la réserve,  constituent déjà un bon début. 


Précision : je suis une femme.


Bon cette histoire de Baupin sans Evemarie, Cultivemonjardin et d'autres commentatrices, c'est comme parler d'accouchement entre hommes


Alors j'élargis le sujet pour revenir à cette loi votée à l'unanimité et sans inimitié par presque tout ce que la France compte d'élus : la loi anti-casseurs. Une espèce d'empilement d'articles tout aussi liberticides les uns que les autres à la manière d'un mikado

à l'exception de certains élus du centre, de gauche et ceux de la FI, tout le ramassis d'incompétents et les fachos ont voté pour. On se renseignera ici sur le vote de son député.


On regardera l'opinion très juste de Yassine Belattar (que je ne connais pas)

Un élément hors sujet -et hors cadrage- pourtant concerné d'une simple manière au sujet de Denis Baupin, par son absence, me trouble.  

Là, cette disparition temporelle ou temporaire est terrifiante quant aux préjugés que l'on puisse avoir à l'encontre de Denis Baupin.

Avant de lancer cette triste procédure, a-t-il, un instant seulement, eu une pensée pour E.C ?

E.C qui l'a défendu en place publique dès les premières accusations ?

Dégoût, dégoût, dégoût pour cet éscalobrifon !

 

Que faut-il penser de cette idée d'"un procès, malgré la prescription" ? Qui juge ? Tribunal médiatique, du public, à défaut d'avoir Baupin juridiquement accusé ?

D'ailleurs, pouvez-vous être poursuivi en diffamation lorsque vous écrivez "victimes" plutôt que "plaignantes", choix de mot qui juge malgré le non-jugement juridique ?


Au passage : y a-t-il eu des propositions de loi pour rallonger les délais de prescription ? J'ai le vague souvenir que ça avait été évoqué mais je ne sais pas trop si il y a eu des propositions concrètes (quels délais pour quels délits).

C'est un peu décousu ce live-tweet, j'ai pas tout compris.  C'est au président que l'avocat dit "c'est dommage que votre intelligence ..." ?


Je me doute que non, du coup le live tweet me parait trompeur.

Je pense que ce genre de procès devrait pouvoir être filmé ou reconstitué avec des acteurs. Ca me semble important que le peuple se rende compte comment la justice est rendue. Car là on n'a pas trop idée et il y a énormement de fantasmes utilisés à fins de propagande pour faire des lois.

Par exemple j'aurais bien aimé voir les comparution immédiates des GJ.

Un compte-rendu écrit du Procès dans Actualité Dalloz : Je voudrais dire merci Denis Baupin

 

Pour être tombé par hasard sur des titres de vidéos Américaines vers lesquelles je ne suis pas allé (du genre "réaction en live suite à une condamnation") me laisse dubitatif sur les vertus de cette justice en direct.


Le peu que je lise de cette affaire Baupin me laisse aussi dubitatif sur ce personnage. J'ai du mal à croire qu'on veuille entacher la carrière de quelqu'un dont on n'a rien à craindre politiquement.


Mais c'est d'autre chose dont je voudrais parler suite à "l'audition" d'une chronique de France Inter/Info sur le terrible incendie du XVIe Paris :

on apprend qu'une cellule de crise a été mise en place par la Mairie avec une cellule d'aide et une cellule d'accompagnement aux victimes tandis que la personne incriminée a été mise en cellule psychiatrique

ce type est en procès pour ça ? je pensais qu'il avait volé des culottes sur la bête au moins , il a osé dire a une de ces collègues "tu es très en beauté " , parce qu'il était heureux qu'un de ces enfants vois le jour ?Laissez moi deviner , elles sont toutes célibataires ces meufs !

C'est tout le problème de la chronique judiciaire : sa qualité dépend de son auteur. DS découvre la Lune.


Le seul moyen d'y remédier : la diffusion en direct des procès, avec le risque de la théâtralisation de la Justice. Mais, au moins, plus de filtre à blâmer.


Si l'on ne veut pas en arriver là, il suffit de lire le seul chroniqueur qui vaille vraiment d'être lu. 

C'est une chroniqueuse : Pascale ROBERT-DIARD.

Elle n'a pas seulement une plume fine et élégante ; elle a le sens de l'audience et elle connait le droit.

Son seul défaut : elle ne peut être partout


Pour finir, si quelqu'un pouvait m'expliquer le sens et les raisons du procès intenté par BAUPIN, ou son avocat, l'on ne sait plus.

Car, il était évident que les prévenus allaient profiter de l'occasion pour faire son procès, à lui. On en parle alors que l'on avait déjà oublié ce personnage insignifiant.

J'ajoute que la relaxe ne fait pas de doute. 


Une semaine de procès pour flatter des égos démesurés ou assouvir les appétits médiatiques d'une bêtise insondable (ndlr : de BAUPIN ou de son avocat, l'on ne sait), était-ce bien nécessaire lorsque l'on connait la misère du monde judiciaire ? 

Mais la justice est obligée de prendre ce qu'on lui donne ; j'espère seulement que les juges sanctionneront l'abus de droit d'un BAUPIN ou de son avocat, l'on ne sait. 

Car elle peut le condamner en raison du caractère téméraire de son action.


La stratégie est simple : tant que l'affaire en diffamation n'est pas jugée (et il y aura appel, et cassation), et en l'absence de condamnation pour prescription de Baupin, celui-ci pourra prétendre que les accusations pesant contre lui sont diffamatoires et se présentera toujours comme légitime à une vie politique et publique.

Cette stratégie vaut lorsque l'on est mis en cause afin de reculer l'échéance d'une inéligibilité.

Mais là, dans un mois, il risque de se prendre un jugement dans la gueule qui dira, à n'en pas douter, que l'enquête était loyale, complète, sincère.

Je crois même que les prévenus visent l'exeptio veritatis : ils veulent prouver la véracité des faits

Comme quoi tous les " Barbier " ne sont pas rasoir .....

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.