25
Commentaires

Banier à la financière, dans le texte

Exquise revanche des littéraires.

Derniers commentaires

Une communication d'Agathe Feeling depuis les étoiles :

"Non content d'être beaucoup plus pratique pour se rendre à Genève, au moins l'autoroute est pratiquable de tout temps, Le Dauphiné dans une itw du nouveau trésorier nous apprend que sa belle maman habite le même immeuble qu'un certain ..... Patrice De Maistre...
Ils pouvaient quand même pas nommer un gars qui aurait pu aller chercher des noises aux suisses, ou à l'Oréal..... "

Ils n'en ratent pas une à l'UMP !

***
Les medias suisses revelent que Florence Woerth en realite "residait souvent a Geneve" :

"A Genève, l'épouse d'Eric Woerth séjournait dans un des luxueux appartements de Château-Banquet, un complexe qui se situe sur les bords du Léman et qui est le fief des Bettencourt en Suisse."


>< Ici sur la TSR ><


EDIT : ca vaut le coup d'aller clicker sur les liens de La Tribune de Geneve et de 24 Heures mentionnes dans l'article de la TSR !

EDIT 2 : >>

A ce propos, 24?heures a également appris que des émissaires français, liés à Patrice de Maistre, se sont rendus en juillet dernier auprès de la banque dépositaire des deux comptes non déclarés de Liliane Bettencourt, une banque privée de la place.

Dans ses salons privés, il y aurait été question d’un achat immobilier «d’au moins 50 millions de francs» entre Genève et Lausanne, grâce aux quelque 70 millions de francs que la banque privée gardait dans sa filiale de Vevey. Le but probable: faire disparaître ce compte compromettant (dont l’identité de l’ayant droit doit être connue), via une société, anonyme, elle, dans l’acquisition d’une belle propriété sur le Léman, où les objets de prestige ne manquent pas.
http://blog.rtl.fr/aphatie/20100903/retour-sur-l-itv-de-ce-matin-03-09.html
Cet homme aurait-il décidé de faire enfin son boulot ? Aurait-il pris de bonnes résolutions pour l'année ? Quel plaisir de voir que les journalistes fixent l'agenda et pas le gouvernement.

http://anthropia.blogg.org
J'attends confirmation, mais je crois qu'il y a des épreuves de littérature dans la quasi-totalité des concours de la fonction publique.
Police, je ne sais pas ; je sais qu'il y en a pour les concours de l'armée. C'est un peu pareil, non ?

Merci pour ces belles chroniques matinales (que je lis le soir, ou le lendemain matin, mais elles me plaisent à n'importe quelle heure de la journée, promis !)...
Hi ! hi ! Moi qui n'écoute jamais RTL (au moins depuis trente ans) à force d'entendre le matinaute pouffer sur ses prestations (assez comiques il est vrai) je me suis offert le luxe de l'écouter en direct-live ce matin. Quelle jubilatoire rigolade ! Face au roquet de l'UMP brutalement décidé à noyer le poisson, Aphatie, pas du tout décidé à le laisser faire, s'est battu comme un beau diable pour étouffer ses pathétiques tentatives digressives et y est parvenu avec beaucoup de succès jusqu'au Knock Out final du jingle dans les incisives...

Comme on écrirait dans un forum plus banal que celui-ci : [s]LOL ![/s] Laughing Out Loud (voire lot of laugh), [s]PTDR[/s] Pété de rire ! Incomparablement plus drôle que ce croque-mort d'Elkabbach et ses brosses à faire reluire tout ce que la sarkozie compte de gredins...

Pour ce qui est de l'abonnement des volatiles du Château des Rentiers, ils en ont salement besoin, mais attention : pas d'accès aux fora afin d'éviter les fientes intempestives...

En ce qui concerne les maths je n'ai pas la conviction que la fonction publique dans son ensemble soit tellement meilleure dans cette discipline qu'en littérature. Je pense plutôt qu'ils devraient s'attaquer à l'acquisition des bases : le français et l'arithmétique. Cela leur permettrait peut-être, un jour, d'écrire des textes compréhensibles et accessoirement de découvrir que 5 + 5 = 10 et non 12, ce qu'ils dépensent avec la plus totale impavidité chaque fois qu'ils récupèrent 10. Et depuis trente ans, circonstance largement aggravante !

Dans les infos du matin la démission du rédac chef de VOX (dont je découvre l'existence à cette occasion)

L'odeur de marigot fétide qui se dégage de la présidence sarkosienne devient tellement infecte qu'on ne se demande plus si ça va péter...

...mais quand ?

***
D@ns le texte va donc se pencher sur un Rougon-Macquart ? Chouette !

Mais y a mieux ! Les pandorres devraient lire Zola et l'Argent.

Elle [la Princesse d'Orviedo] ignorait les singulières histoires qui couraient sur le prince [son vieil époux], les origines de sa royale fortune évaluée à trois cents millions, toute une vie de vols effroyables, non plus au coin des bois, à main armée, comme les nobles aventuriers de jadis, mais en correct bandit moderne, au clair soleil de la Bourse, dans la poche du pauvre monde crédule, parmi les effondrements et la mort. .
http://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Argent/2

Si c'est pas un portrait de Mme Bettencourt mère...

Formidable Zola.
Un copier-collé d'un articlede libération signé par l'économiste Thomas Piketty qui aurait mérité plus d'echos.

Liliane Bettencourt paie-t-elle des impôts ? ( source: Libération)
723 réactions

Par THOMAS PIKETTY directeur d’études à l’EHESS et professeur à l’Ecole d’économie de Paris.


Au-delà de l’évidente question du conflit d’intérêt avec le pouvoir en place, l’affaire Bettencourt illustre à la perfection plusieurs défis fondamentaux auxquels se trouvent confrontées les sociétés contemporaines : le vieillissement de la fortune ; l’importance croissante de l’héritage, évolution longue qui remet profondément en cause l’idéal méritocratique ; et, par-dessus tout, l’inéquité de notre système fiscal. «Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune», dit l’article 1 de la Déclaration des droits de l’homme. De toute évidence, le fait que Liliane, octogénaire, et sa fille Françoise, quinquagénaire, contrôlent le capital de L’Oréal et siègent à son conseil d’administration, n’est que de peu d’utilité pour l’économie et la société françaises. Ce ne sont pas des entrepreneuses : ce sont des héritières, des rentières, surtout occupées à se battre comme des chiffonnières. Un système fiscal rationnel, c’est-à-dire juste et efficace, fondé sur l’utilité commune, devrait en toute logique les taxer lourdement, de façon à ce que leurs titres soient progressivement vendus à des actionnaires moins riches et plus dynamiques.

Or c’est exactement le contraire qui se produit. Certes, Liliane a annoncé fièrement qu’elle avait payé au total «397 millions d’euros» d’impôts sur ses revenus et sa fortune en dix ans. Sans s’en rendre compte, elle nous révèle que son taux d’imposition est bien inférieur à celui des salariés de L’Oréal, et de tous ceux qui n’ont que leur travail pour vivre. D’après les magazines, sa fortune est estimée à 15 milliards d’euros. En dix ans, elle a donc payé l’équivalent de 2,5% de son patrimoine en impôts, soit 0,25% par an. Supposons que sa fortune, gérée par la femme du ministre, lui a rapporté en moyenne un rendement de 4% par an - ce qui n’est pas fameux. Cela signifie que son taux d’imposition moyen au cours des dix dernières années était d’à peine plus de 6% de ses revenus annuels (6% de 4% égalent 0,24%). Comment cela est-il possible, et comment se fait-il dans ces conditions que Liliane Bettencourt ait bénéficié du bouclier fiscal ? Tout simplement parce que le concept de revenu fiscal utilisé par le bouclier n’a rien à voir avec le revenu économique réel. Par idéologie, et sans doute aussi par incompétence, le bouclier fiscal institué par le pouvoir en place fonctionne de facto comme une machine à subventionner les rentiers. Supposons que Liliane déclare 15 milliards d’euros au titre de l’impôt sur la fortune. En principe, elle devrait payer chaque année près de 1,8% de sa fortune au titre de l’ISF, soit 270 millions d’euros d’impôts. Avec un rendement de 4%, sa fortune devrait lui rapporter un revenu économique réel de 600 millions d’euros par an. Mais Liliane n’a pas besoin de tant d’argent. Pour payer son majordome, sa bonne, etc., il lui suffit sans doute de se verser 10 millions d’euros de dividendes annuels sur les bénéfices de la société Clymène qui gère sa fortune (le reste s’accumulant tranquillement dans ladite société). Dans ce cas, le fisc considère que son revenu fiscal est de 10 millions (et non de 600). Avec un impôt sur le revenu de 40%, soit 4 millions, Liliane paie donc au total 274 millions d’impôts, soit nettement plus que la moitié de son revenu fiscal de 10 millions. C’est inique, nous expliquent en cœur les ténors de l’UMP : Liliane travaille plus de six mois par an pour le fisc ! C’est vrai, elle travaille dur, Liliane. Elle aura donc droit au bouclier fiscal, c’est-à-dire à un chèque de 269 millions, qui en gros lui rembourse son ISF.

C’est ainsi qu’en toute légalité les Liliane de ce monde peuvent se retrouver à payer 5 millions d’impôts pour 600 millions de revenus, soit un taux d’imposition inférieur à 1%. Par construction, plus le rentier est gros, moins il a besoin de se servir un revenu fiscal important, et plus la ristourne est élevée… Une belle invention, en vérité. En l’occurrence, Mme Bettencourt a reçu un chèque de seulement 30 millions au titre du bouclier fiscal, sans doute parce que son patrimoine imposable déclaré à l’ISF ne dépasse pas un ou deux milliards - le reste de sa fortune bénéficiant de la niche fiscale pour biens «professionnels» ou étant déclaré par sa fille (elle-même sans doute grosse récipiendaire du bouclier fiscal). Dormez tranquille, tout est prévu.
Ce qui me marque ce sont surtout les images.
Ca ressemble à un jeu de rôle, avec FL qui déroule sa tactique habituelle mais que je trouve beaucoup moins impliqué que d’habitude.
Fataliste sur la position intenable de la majorité sur le cas Woerth, il paraît presque content d’avoir fait passer son message : « les français s’intéressent aux vrais problèmes ».

Je suis moins critique que beaucoup sur Apathie. Sur le contenu de ses interviews en tout cas, car il est vrai, concernant le bonhomme, qu’on sent qu’il a pris un peu la grosse tête.

L’émission de ce matin montre surtout en quoi le format de son interview est un vrai piège.

C’est un 100m. Il est donc assez facile pour un invité de passer la ligne peinard, en faisant diversion.
pas de vacances Daniel car, heureusement, la pravda remet le couvert sur la pauvre comptable sans rien apporter de nouveau mais juste pour faire un fumigène qui tiendra une demi journée... :-)

sur aphatie, petit bémol quand vous (re)voyez sa chronique de lundi soir: il commence par woerth et braque à 180° pour dire que le PS n'est pas en mesure de le critiquer car il y a eu le congrès de Reims et ses votes frauduleux...

mais c'est vrai que à part cette chronique, il est plutôt dans le coup...
@Daniel

Si je peux me permettre, et je sais que la journée du matinaute commence tôt et que la perspective de devoir se tartiner le Grand Journal de Canal+ en entier en début de soirée ne soit pas des plus sexy, mais puisque vous semblez avoir érigé Apathie comme nouveau baromètre du journalisme politique français, je ne saurais que trop vous recommander la chronique qui lui est réservée dans ladite émission ( en 2ème partie ). Personnellement je la consulte au calme, le lendemain matin, en passant par le site de rattrapage ( "catch-up TV" comme y disent les ricains ) de Canal+.

Par exemple hier soir, Apathie a été, comme hier soir ( face à Estrosi http://www.arretsurimages.net/forum/read.php?4,1101031,1101131#msg-1101131 ), pas mauvais face à Luc Ferry à propos de... de... Éric Woerth : http://player.canalplus.fr/#/373317 ( timecode 07:48 )

Et mon petit doigt me dit ( mais mon petit doigt me dit souvent des bêtises ) que l'audience de cette émission dépasse celle de la matinale de RTL, et qu'a fortiori cette émission ne vise pas les mêmes CSP. Mais alors pourquoi Apathie ne semble-t-il pas être toujours aussi incisif le matin au réveil que le soir ? La journée porte conseil ? Adaptation du discours en fonction de l'auditoire ? Hmmm... ?

P.S. : rattrapage veut dire aussi élagage, sautage, zappage des moments moins intéressants de ladite émission.
Pour le fond (même si la forme reste amusante) on commence à tourner autour du coeur du problème, et ce n'est pas la remise de légion d'honneur, le conflit d'intérêt de ce lampiste de Woerth, mais c'est le financement illégal d'une campagne politique. Ce qui est intéressant d'observer dans les médias (et chez les politiques), c'est la manière d'éviter soigneusement ce sujet qui est pourtant le fond de l'affaire. Tous ces personnages douteux autour de la "chère" Liliane (elle risque en effet de leur coûter très cher si l'affaire est menée à son terme...) à récolter de l'argent pour l'UMP, sa campagne et son chef... Laissons faire la justice ? si c'est pour que le lampiste soit démis de ses fonctions et serve de fusible (peut-être même le premier sinistre ?) Espérons que la justice aille au bout du dossier. Bien sûr on me dira que si l'on n'évoque pas ce problème du financement de la campagne présidentielle, c'est pour ne pas faire le jeu des extrêmes, mais ce sont ceux qui ont triché avec les règles de la démocratie qui font ce jeu, pas ceux qui les dénoncent.
En fait, c'était une ruse, le début, Valéry... Daniel voulait parler d'Apathie mais comme il en avait parlé toute la semaine, il a dû faire diversion ;o))... ceci étant dit, merci pour cette pépite, D.S. !
Le plus important à noter est en effet à la fin : c'est la différence de ton entre l'Apathie d'avant les vacances, et l'Apathie de la rentrée ! Ca sent très mauvais pour l'UMP si Apathie et son confrère journaliste coupent la parole au pitbull-porte-parole de l'UMP-qui-veut-sortir-sa-phrase-triomphaliste-bidon-sur-le-chômage-qui-baisse (mensonge, comme d'habe) et lui envoient dans les gencives que le temps qui lui était imparti est fini !
Et pan dans la tronche de Lefèbvre...
Ca sent comme une petite odeur de fin de règne...
Ah j'ai lu tout l'article en me demandant mais que devient Apathie, là dedans... et in fine, le voici, le voilà... ;-) (ou plutôt le revoici...)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.