11
Commentaires

Bâle III, victoire des Etats contre les banques...

"Bâle III". Les @sinautes avaient fait connaissance avec cette étrange entité en mai dernier, lors des cinq dernières minutes de notre émission consacrée aux modèles mathématiques et informatiques qui régissent les marchés financiers. Bâle III, c'est un projet de réforme des règles de fonctionnement des banques, sur lequel les représentants d'une dizaine de banques centrales essayaient de se mettre d'accord depuis des mois. Et dimanche 12 septembre, ils y sont parvenus. Le nouveau règlement, qui doit encore être avalisé par le G20 en novembre, va dans le sens d'une plus grande régulation du secteur : chaque banque devra conserver dans ses coffres davantage de "fonds propres", c'est-à-dire d'argent ou d'actions, pour éponger ses pertes potentielles. Les banques avaient fermement bataillé contre ces nouvelles règles et les autorités crient à la victoire dans la bataille pour un capitalisme régulé... Pourtant on ne peut pas vraiment dire que "Bâle III" va bouleverser le paysage dans l'immédiat.

Derniers commentaires

7%... ridicule, c'est au moins 20% de fond propres qu'il aurait fallu avoir imposé!
ok, on aurait eu moins de crédit à court terme, mais cela aurait eu un effet de lissage sur les crises plus que bénéfique...

Malheureusement, tant que les banques sauront qu'elles auront dans tous les cas un prêteur en dernier ressort (banque central/état/ et citoyen par impôt d'inflation), on se tapera des trucs aussi fous que le système bancaire actuel, sans mesure réelle de risque.
je sais plus quoi dire, on a tellement déjà tout dit et redit, des mesurettes, du foutage de gueule, rdv à la prochaine crise.
Les banques se régulent elles-même. C'est juste absurde. Et les diplomates, les ministres et autres députés français et européens, ils servent à quoi?

La république française et/ou l'Europe doivent reconquérir le pouvoir de règlementer la finance qu'elles ont abandonné. Ceci passe forcement par un contrôle des changes. Je ne vois aucune autre solution.
C'était pas la solution présentée depuis le début par Obama, et fustigée par les Européens (et le président Français en tête)?

Un petit suivi de ce qu'il s'est passé entre la conférence de presse ou La France déclare "nous ne nous contenterons pas de mesurettes" et maintenant ou notre voix semble avoir si peu porté serait aussi un éclairage intéressant.
Merci pour ce papier. Tout ça donne vraiment envie d'avoir une émission d'@si sur toutes ces questions. Je regrette d'ailleurs qu'on ait [s]si peu[/s] pas entendu parler des "économistes atterrés" et de ce qu'ils ont à nous dire.
Encore un beau papier, merci Dan pour ce travail construit ! Outre l'excellent Lordon, à regarder aussi pour ceux qui en ont le temps et l'envie, le blog de Paul Jorion.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.