89
Commentaires

Avortements sélectifs GB : derrière la petite bombe du cardinal Barbarin

Et le matinaute tomba de sa chaise, avec Jean-Michel Aphatie.

Derniers commentaires

Où est la petite bombe? Si petite bombe il y a, il faut développer cher chroniqueur...à moins quelle soit uniquement dans votre tête.
Qui parle d'enfumage?
Si vous voulez dénoncer les infos tues par la grande majorité des médias français, il y a de quoi faire. Et à mon humble avis beaucoup plus instructives pour le quotidien des français.
Au fait chroniqueur, votre quotidien... à vous?
Incroyable, en effet... une religion qui souhaite faire reculer en général la possibilité de l'être humain à disposer de soi, et en particulier celle de la femme de disposer d'elle-même; et qui utilise les arguments les plus spécieux pour parvenir à ses fins dans son prosélytisme anti-avortement... il faut vraiment être assis à côté d'Apathie pour tomber de la même chaise.
Vraiment dingue, de la part d'une religion.
Le choix d'avorter des foetus fille n'est en rien une pratique "eugéniste", l'eugénisme c'est une pratique de sélection sur des critères de soit disant performance des être humains (femme ou homme). On peut donc parler de pratique eugéniste sur le dépistage de la trisomie 21, mais pas sur une sélection masculine qui est en faite une pratique culturelle des pays du sous-continent indien (donc avec le Pakistan et le Bangladesh). Dans les pays du sous continent indien c'est depuis des centaines voir des milliers d'années qu'on cherchent à avoir des garçons en allant j'usqu'a parfois tuer les bébés femmes. Donc ce n'est pas un eugénisme, mais une pratique culturelle, évidemment à combattre.

Pour ce qui est de l'enquète et de la situation en GB, c'est très difficile. Les médecins ne sont pas forcèment au courant que la femme avorte parcequ'elle à une fille, j'imagine que dans la grande majorité des cas elles disent autres choses. Donc faire une généralité de cette enquète pas extrènnement poussé, et au vue des chiffres et des pratiques on ne peut vraimment pas dire qu'il y a de pratique eugéniste généralisé. Qu'il y est des abus, c'est comme dans n'importe qu'elle autre pratique, bien évidemment, mais d'en faire une généralité, surtout avec des enquète aussi peut probante par aport à la population Anglaise (quand meme plus de 50M de sujet) c'est un peut excessif.
Il se trouve que j'ai une fente labio-palatine ("Bec de lièvre"). Je pense que la majorité d'entre vous savent ce que c'est, sinon je vous reporte à Google. Ce problème est réglé aujourd'hui assez facilement par une opération pas trop lourde en bas âge.

Cela m'a amené à me documenter régulièrement sur le sujet. J'ai aussi participé à des études universitaires sur le sujet ("chercher quel est le gène responsable").

Déjà il y a quelques années, je suis tombé sur un article de la BBC qui racontait que des femmes - qui voulaient un enfant - décidaient d'avorter suite à un diagnostic pré-natal qui leur disait qu'il y avait une présence d'une fente labio-palatine. Cela m'a pas mal touché moralement à l'époque, je trouvais cela scandaleux. D'autant que j'étais lancé dans des études en science politique.

J'ai retrouvé quelques articles concernant ces cas anglais:
"10 fois plus d'avortement lors d'une fente labio-palatine"
Abortions being carried out for cleft palates
Does a cleft palate justify an abortion? Curate wins right to challenge doctors

J'ai eu beaucoup de discussions avec des gens intéressants et je me suis résigné à penser que les facteurs qui font que quelqu'un décide d'avorter peuvent être multiples, que le choix d'un ou des parents est peut-être toujours discutable de mon point de vue, mais c'est son choix.

Mon cas de "non-avorté" est un cas particulier, mais d'autres cas similaires vont se poser. Imaginez que votre petit défaut corporel devienne petit à petit un motif courant d'avortement. Cela fait réfléchir.

Le diagnostic pré-natal va inévitablement se multiplier grâce à l'évolution de la science. Il faut mettre des conseillers de bonne volonté; pour que celles qui décident d'avoir un enfant, ne se rebiffent pas automatiquement lorsqu'on leur annonce qu'elles n'auront pas un enfant parfait, aux cheveux blonds et yeux bleus. Sinon elles n'auront jamais besoin d'avouer que c'est pour des motifs d'eugénisme.

Je suis totalement pour un accès dans les meilleures conditions à l'avortement. L'avortement est une nécessité pour beaucoup de femmes, et la société ne peux pas se permettre de les renvoyer chez elles, ni qu'elles doivent se justifier auprès d'instances moralisatrices. Cependant je ne peux m'empêcher de penser que tout comme il existe beaucoup d'hommes idiots, il y a peut-être concernant le choix d'avorter potentiellement beaucoup de femmes idiotes ou mal informées.
merci
Dans tous les cas, c'est le choix de la mère qui doit prévaloir, et sûrement pas la société. Elle est propriétaire de son corps.
Le problème c'est que "la société" pèse souvent dans le choix personnel d'avorter. A l'envers de ce que ce qu'elle faisait avant.

Handicap, déformations, genre, etc. On entend souvent dire: "je refuse que mon enfant soit moqué toute son enfance, qu'on le discrimine, qu'il ai& à vivre un enfer" - ce dernier plus largement imposé par la société. L'eugénisme "par choix personnel" se justifie par des arguments d'organisation de la société.
Et alors ?
Est-ce une raison pour limiter la volonté de la mère ?
a fortiori , est-ce à une " secte " ( catholique ou pas ) de donner des instructions à des individus qui s'en contrefoutent ?
Le problème c'est que "la société" pèse souvent dans le choix personnel d'avorter.

C'est justement ce que je sous-entendais en disant que la priorité c'est comment vivent les femmes (et les hommes). J'imagine bien que, selon la vie qu'on peut espérer pour elle, on préfère, ou pas, avorter si le foetus est féminin. Le problème est légèrement différent de la propriété de son propre corps, puisqu'il s'agit de la responsabilité qu'on prend en mettant au monde un enfant qu'on ne sera pas en mesure d'assumer et de protéger.

De la même façon, si le foetus est porteur de handicap, on peut soit à titre personnel, soit à cause d'un contexte social, ne pas se sentir en mesure d'assumer.

Vous dites "à l'envers de ce qui se faisait", moi je vois une continuité. Une entrave à la liberté de chacun. C'était aussi une époque où on stérilisait, sans même les en informer, des personnes jugées non conformes, handicap ou même simplement pauvreté. Pendant que d'autres étaient contraintes d'enfanter contre leur volonté.
Oui ?
Mais le choix de la mère n'est-il pas socialement déterminé ?

Pour tout dire l'expression propriétaire de son corps me gêne.
S'agit-il de nue propriété ou d'usufruit ? Question provocatrice, mais...
ILs'agit de l'intégralité du droit de propriété : usus, fructus et abusus
( y compris donc, le droit de se suicider )
Apathie en odeur de sainteté sur @si ? Qu'en pense Morandini ?

Ces femmes ne sont pas intégrées ni intégrables comme dirait Valls au sujet des Rroms.
En dehors du fumigène, c'est toujours le classique dérapage de quelques uns contre le bienfait pour la plupart :

Si vous autorisez l'avortement jusqu'à 24 semaines (ce qui est VRAIMENT très long), par définition, vous autorisez que des pratiques de ce genres puissent se développer (puisque le sexe peut être déterminé à partir de 13 semaines environ - en France on le regarde à l'écho des 22 semaines). Ca ne veut pas dire que la majorité des cas d'avortement vont répondre à ce type d'impératif rétrograde

Si vous autorisez l'avortement tout court, vous autorisez le fait que certaines femmes puissent le considérer comme de la contraception et y recourent pour de 'mauvaises' raisons (j'ai pas envie de prendre la pilule, mon mec ne veux pas de préservatifs, etc.) Ca ne veut pas dire que pour c'est ainsi pour la MAJORITE des femmes, pour qui c'est un choix difficile, qu'elles ne font pas de gaieté de coeur etc.

Mais c'est comme ça pour toute législation.
Et prendre l'exemple extrême pour justifier son abolition, ça fait aussi partie du jeu classique

Après, ça ne veut pas dire qu'il ne faut pas s'interroger sur ces pratiques, et faire en sorte que la législation puisse éviter les dérives (autant que faire se peut)
Toute institution est corruptrice, il suffit de le savoir pour s'en protéger. Barbaras ne veut pas le savoir, qu'il aille en enfer.
J'ai l'impression que DS manque d'une boussole idéologique qui lui permettrait de mieux résister aux âneries de barbarin.
En effet, on peut être d'accord pour dire que c'est pas bien d'avorter pour éviter d'avoir des filles mais comment ne pas relever le fait que ça n'a rien à voir avec l'interdiction de l'avortement prôné par l'église ? Barbarin utilise un homme de paille pour faire avancer sa position réelle qui est contre l'avortement TOUT COURT.
Et un peu d'exactitude dans les citations serait le bienvenu. En effet tel que le cite DS, Barbarin présente l'affaire comme un phénomène généralisé en grande bretagne un peu comme si c'était le destin de toute l'Europe que de se mettre à supprimer les foetus féminins comme si c'était un effet de la modernité alors que c'est lié à des cultures bien particulières et à des modes de pensée archaïques en recul donc sans lien avec la lutte pour le droit à l'avortement et l'émancipation des femmes.
C'est complètement stupide cette chronique. Je ne savais pas que les habitantes du Royaume-Uni s'appelaient des Indiennes ! Je croyais que c'était des Britanniques...

En clair, ce qui s'observe sur le lot des femmes d'origine de l'Inde vivant sur le sol britanique - IVG médicalisée ou pas IVG médicalisée, rembousée ou pas remboursée - c'est que celles-ci reproduisent leurs schémas culturels de leur pays d'origine. Que l'Inde ou la Chine fasse cet "eugénisme", ça les regarde et cela n'a rien à voir avec notre loi. Et en plus c'est au troisième enfant (ce qui n'est pas le nombre moyen d'enfants par famille dans les pays développés, plutôt de deux), avec un écart de 113-105=8% de garçon de plus que de fille au troisième enfant. Ce qui veut dire qu'il y a encore plein de filles de rang n°3 ! Bonjour l'eugénisme... Moi, c'est plutôt l'information qu'au Pakistan, ces pratiques d'un autre âge ne se fassent pas que je trouve très intéressant.

Mais vous avez peut-être raison, pour que ce troisième enfant soit une fille et de mère d'origine indienne, elle a peut-être due avorter dix fois avant, de guerre lasse, ne procréant que des filles, la laisser naître. Bref, chronique matinale gerbante. Le jour où des femmes pourront être nommées cardinale par l'église catholique, on pourra en reparler de la bombinette de Barbarin.
AH ! Apathie, Apathie je t'aime. tu es mon soleil et Barabatin ( dont je ne connaissais pas l'existence avant cet article ) je t'aime aussi. J'ose pas imaginer le Monde sans vous. Dieu vous a fait c'est la preuve qu'il existe.
Plus sérieusement: on nous a déjà bien farci la tête avec ces avortements sélectifs dans plein de pays lointains, asiatiques de préférence. Oubliant que la vraie question, c'est comment sont traitées les femmes, ici et ailleurs. Et de préférence ici. Quand on voit que 20 de NOS députés ont osé déposer un amendement pour le dé-remboursement de l'IVG! Et n'en sont pas vraiment fiers, justifiant leur démarche par le désir de protester contre la suppression de la justification de l'IVG par la "détresse" de la femme:

[quote=Alain Moyne Bressand, député UMP Isère]« J’ai signé cet amendement parce que je trouve ce débat déplacé. C’est un écran de fumée lancé par la majorité socialiste pour ne pas parler des vrais problèmes que sont le déficit, le chômage, les hausses d’impôts… »

Oui, ces gens-là aiment bien nous voir en détresse, ou nous humilier en nous obligeant à feindre de l'être. Faute de pouvoir nous faire revenir aux situations de détresse d'avant la loi, mais c'est pas l'envie qui leur en manque.

Alors moi, je considère cette affaire d'avortements sélectifs comme un fumigène de plus.
Aujourd'hui à Rome, François reçoit François.
Sur l'avortement, le mariage pour tous, l'euthanasie, ça risque d'être chaud entre François et François.
Mais en définitive, ce que pense François de ces sujets, François n'en a en rien à secouer.
Je fais remarquer que le logo des anti-mariage-pour-tous représente non seulement un couple hétéro, mais deux enfants hétéros: un garçon, une fille (bien reconnaissable à sa jupe et à ses couettes). Il me semble que c'est une incitation subliminale à avorter du deuxième enfant si par malheur il était du même sexe que le premier.

Mais que fait ce Barbare, hein?
"personne n'en parle, mais en Grande-Bretagne, avec l'avortement, on pratique l'eugénisme. Les femmes avortent de préférence de foetus féminins" (exactitude de la citation non garantie, mais c'est l'esprit).
Il importe de savoir si la citation est exacte. « eugénisme » est en effet un terme fortement connoté en particulier dans le langage de l'église.
Favoriser la prédominance du sexe masculin à la naissance n'aura aucune conséquence sur la répartition des sexes des embryons à la génération suivante.
Le phénomène rapporté n'a manifestement aucune relation à l'eugénisme comme pratique de la manipulation du patrimoine génétique.
En quoi ça le concerne, Barbarin ? Car excepté le curé de mon parelin qui a engrossé une des saintes femmes de son fan club...
Tartuffes !

Et à part ça, il nous apporte des nouvelles de la chute de la civilisation francaoui après les 7.000 mariages de personnes du même sexe ? Pas d.invasions de sauterelles ? Pas de pluies de sel ?

Et les bouddhistes, ils en pensent quoi ? Et les druides ?
Apparemment la législation sur l'avortement est compliquée, et ce n'aurait pas été si simple que ça de poursuivre:
http://www.theguardian.com/law/2013/oct/07/sex-selective-abortion-allegations-prosecutor

Sinon, il faut peut-être préciser ce qu'on entend dans l'étude par "femmes d'origine indienne": il s'agit de femmes nées en Inde.
But? C'est un problème britanico-britanique qui ne concerne pas la France ni François Hollande puisque les semaines de grossesses sont différentes dans nos pays.
But? En Angleterre l'église anglicane n'a rien à voir avec Pape François, ou de loin.

Il nous enfume ce Bararin.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.