55
Commentaires

Aubrac, quelques minutes d'admiration

"Le grand résistant Raymond Aubrac est mort" :

Derniers commentaires

Il a droit au respect, mais soyons lucide sur son passé ! et je préfère la modestie de Daniel Cordier
http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/Raymond-Aubrac-etait-un-agent-communiste_a573.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter
Et sinon, finalement, il a balancé Jean Moulin ou pas ?

(Non parce que là, c'était un peu trop consensuel ! :-D)
Je le remets dans ce fil aussi: c'est trop bon
http://www.rue89.com/rue89-presidentielle/2012/04/11/14-juillet-2011-le-discours-anti-sarkozy-de-raymond-aubrac-231080

Ce discours est nettement plus long que le petit communiqué service-minimum de Minimoi.

Remarquez, il aurait été plus long on aurait gueulé à la récup.

Déjà que les premiers mots consacrés à saluer son courage quand la France était au plus bas, ça sonne comme une auto-promo...
Salima Saa est une députée UMP.

Via un tweet posté de très bonne heure, elle a voulu rendre hommage à R.Aubrac mais elle a rajouté en fin de tweet qu'elle pensait en ce jour terrible à sa femme Lucie Aubrac - ...décédée en 2007 !

Ce tweet mériterait à lui seul tout un billet de bloggeur (ou un article d'ASI). A travers lui, on soulignerait toute l'Horreur et l'Obscénité sarkozystes qui ne fonctionnent que sur le paraitre, le publicitaire.
Car ici - plus obscène qu'à l'habitude - le profit de notoriété se fonde sur la mort d'un Résistant. Tout cela fonctionne pour que cette notoriété revienne à l'Umpiste Salima Saa .
Lapsus qui vient dire à quel point il faut essayer d'en finir avec ces stratagèmes qui sentent si mauvais.

On peut finalement remercier Salima Saa pour nous avoir fait voir - sans retenue - cette malodorante esbrouffe.
Encore et toujours et de plus en plus: les chiens de garde
Ce n'est certainement pas un effet du hasard si on retrouve en nombre des héritiers de la France résistance parmi ceux qui ont justement choisi à nouveau ce mot de "Résistance!" comme expression de leur engagement politique .
Je profite de ce sujet de la disparition d'un résistant, pour parler de l'émission que je suis en train de regarder celle de ce soir ou jamais en plus il y a Judith Bernard et elle a beaucoup de courage d'aller la dedans et de se confronter aux théses résignialistes (bah oui faut être réaliste, donc se résigner ...)
http://www.pluzz.fr/ce-soir-ou-jamais.html
bientôt, de cette époque, il ne restera plus rien, tout ce qu'ils avaient construit est en passe d'être détruit. Repose en paix et puissent les gens se souvenir de toi et des valeurs que tu as défendues lorsqu'ils voteront dans 11 jours.

l'occasion de revoir :

http://www.dailymotion.com/video/xe3rq_programme-de-la-resistance_news
et http://www.dailymotion.com/video/xdiyod_serge-portelli-paroles-de-resistanc_news
13 résistants lancent un appel :

L’appel :

Alternatives :Images ! vous propose de voir et d’écouter 13 grandes figures de la Résistance française (contre le nazisme et le gouvernement de Vichy), qui appellent les jeunes générations à résister aujourd’hui. Cet appel a été boycotté par les grands médias français depuis plus de deux ans :

« Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la Libération, nous, vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France Libre (1940-1945), appelons les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. Soixante ans plus tard, le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et soeurs de la Résistance et des nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace n’a pas totalement disparu et notre colère contre l’injustice est toujours intacte.

Nous appelons, en conscience, à célébrer l’actualité de la Résistance, non pas au profit de causes partisanes ou instrumentalisées par un quelconque enjeu de pouvoir, mais pour proposer aux générations qui nous succéderont d’accomplir trois gestes humanistes et profondément politiques au sens vrai du terme, pour que la flamme de la Résistance ne s’éteigne jamais :

Nous appelons d’abord les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés, à célébrer ensemble l’anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans la clandestinité le 15 mars 1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des " féodalités économiques ", droit à la culture et à l’éducation pour tous, une presse délivrée de l’argent et de la corruption, des lois sociales ouvrières et agricoles, etc.
Comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales, alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l’Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie.

Nous appelons ensuite les mouvements, partis, associations, institutions et syndicats héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences, à définir ensemble un nouveau "Programme de Résistance " pour notre siècle, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l’intolérance et de la guerre, qui eux-mêmes se nourrissent des injustices sociales.

Nous appelons enfin les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grands-parents, les éducateurs, les autorités publiques, à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous. Nous n’acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux ordonnances sur la presse de 1944.

Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire avec notre affection : "Créer, c’est résister. Résister, c’est créer." »

- Voir l’appel en vidéo

- Lire la biographie de ses signataires : Lucie et Raymond AUBRAC, Henri BARTOLI, Daniel CORDIER, Philippe DECHARTRE, Georges GUINGOUIN, Stéphane HESSEL, Maurice KRIEGEL-VALRIMONT, Lise LONDON, Georges SÉGUY, Germaine TILLION, Jean-Pierre VERNANT, Maurice VOUTEY.

Date d’origine de ce cri : 15 mars 2004 à 19h08

Source : http://www.vox-populi.net/article.php3?id_article=270
Vous posez la question de savoir "où sont les résistants d'aujourd'hui ?"

Ils existent, sur les places et dans les meetings de Mélenchon, par exemple.
Mais pas seulement.

Paddy faisait référence à Un village français, que j'ai aussi regardé hier soir. Et qui remet les choses à leur juste place. Non, les français n'étaient ni tous résistants, ni tous collabos. Ils étaient entre les deux, essayant de faire au mieux. Tiens, vous devriez inviter l'historien toulousain Pierre Laborie, auteur de Le chagrin et le venin. Il en parle beaucoup mieux que moi.

Les résistants, ils sont partout, aujourd'hui, en France. Même si on ne leur donne jamais la parole. Même si on nous bassine à longueur de télé que "il n'y a pas d'autre solution". Résister fait partie de notre histoire. Et il y a mille et une manières de le faire.

Et non, Athalouk, les "fans de Mélenchon" ne sont pas outrés que Stéphane Hessel et Raymond Aubrac appellent à voter Hollande. Car ils viennent d'une autre époque, celle où être de gauche avait un sens fort, et n'était pas que du blabla politicien. Et malgré leur consigne de vote, je les aime toujours autant. Car ils sont un exemple. Non, "ils ne se trompent pas", ils sont dans leur logique.

J'avais écrit ce billet après la sortie d'Indignez-vous. Et je pense toujours pareil.
Je vous fiche mon ticket que ceux qui essaient de faire passer Hessel pour un vieux machin sénile frappé d'antisémitisme tardif feront ce qu'il faut pour évacuer Aubrac aussi vite que possible...

J'aimerai entendre dans les commentaires de ces prochains jours que Raymond Aubrac n'a pas été résistant que pendant la guerre. Le reste de son parcours est à prendre en compte et à méditer, tant il est inscrit au coeur de l'Histoire de la deuxième moitié du 20e siècle.
Une seule chose à dire : qu'il repose en paix et qu'il ne soit pas effacé de nos mémoires.

SEMIR
Et ce qui se passe en Corse, ne les fait pas supputer ? Bizarre.
Heureusement pour Sarko, l’assassinat d'un policer de la BAC à Chambéry va l'aider à passer ce moment difficile;

(Difficile ? Il a avalé des cadavres autrement plus encombrants que celui d'un homme qui était son exact inverse)
Hier soir encore, on pouvait le voir et l'écouter parler de sa résistance, dans la chronique suivant la série télévision "Un village français". On appréciait, non sans étonnement après tant d'années, de pouvoir encore entendre une voix témoignant de cette époque. Voix, qui pendant qu'on s'en réjouissait, disparaissait définitivement. Comme brusquement éteinte par le grand courant d'air d'une histoire oublieuse, qui nous voit piétiner les valeurs portées par ceux-là, qui savaient dire non, et ne pas renoncer à leurs idéaux, comme on nous l'ordonne aujourd'hui à longueur d'émissions politiques.
Les imaginer supputant comment un calibrage idoine de l'hommage national pourrait leur faire regagner un demi-point d'intentions de vote. Pauvre Guaino...

Pas besoin d'exploiter la mort de monsieur Aubrac, et Guaino peut reposer ses neurones surchauffés, un policier a été tué cette nuit, il y aura amplement de quoi faire.
Les morts, c'est pratique: ça ne parle plus, et ça ne peut donc plus nous contredire. Moi, décidément, j'aime bien les morts.
Surtout les résistants... en ces périodes où l'esprit de lutte réapparait dans le coeur des gens modestes, surtout, ne parlons d'eux que lorsqu'ils ne peuvent plus rien nous dire. A quoi bon s'y intéresser de leur vivant?

Ah oui, nous avons Stephane Hessel... qui dresse un constat honnête et humain de notre société, pour nous enjoindre de voter pour... ses amis personnels (grands résistants notoires) Strauss Kahn, Aubry et Hollande.


Sur ce, je retourne à mes lectures sur la Rome antique. C'est fou: ces gens-là avaient les mêmes problèmes que nous. Ils ont même eu pire que notre régime actuel. Rendez-vous compte!
Cette mort, c'est aussi une piqûre de rappel pour nous tous. Un rappel de cette époque d'où ont émergé des géants.
Aubrac avait aussi la dimension du penseur, de l'homme d'action, qui est retourné bosser comme tout le monde, une fois le boulot fait. Et quel boulot il s'était assigné, lutter contre lla résignation et le totalitarisme, en étroite collaboration avec sa femme Lucie.
Le géant prêt à redevenir une humble fourmi...

En nos temps troublés d'où ne semblent émerger que des rats de laboratoire, il y a une leçon à tirer de cette disparition annoncée vu son grand âge.
Une époque se clôt définitivement, qui a vu les deux parenthèses, celle de la guerre, et celle de l'après-guerre, se refermer l'une après l'autre pour voir advenir l'époque d'un monde en crise continue. Une époque où des géants se tenaient encore parmi nous. Il en demeure quelques-uns, ici ou là, rescapés d'un temps où la politique avait encore un sens.

Hi hi hi - J'aimerais bien faire des discours comme Guaino, mais je n'y arrive pas. Je ne peux pas m'empêcher de fustiger Sarko.
Lucie était partie bien avant lui.Il la rejoint .D'accord pour prendre le temps de penser à eux,à ce qu'ils ont fait.D'accord pour dire l'admiration et le respect.
Guaino dans une chronique consacrée à Raymond Aubrac, c'est comme un pet pendant une minute de silence.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.