31
Commentaires

Attaqué en diffamation par Pérol, Médiapart sort sa pétition

"La liberté d'informer en procès." Pour dénoncer la plainte en diffamation déposée par François Pérol contre Mediapart, son directeur de la publication Edwy Plenel a sorti l'artillerie lourde. L'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée, placé par Nicolas Sarkozy à la tête des Caisses d'épargne et des Banques populaires, attaque le site pour une série d'articles revenant sur sa nomination.

Derniers commentaires

La liberté de la presse ne marche pas qu'à sens unique. Les journalistes écrivent beaucoup de bêtises (ils touchent aussi beaucoup d'argent mais ceci est un autre problème) et les personnes accusées ont le droit de se défendre devant la justice; c'est aussi ça la liberté.
Je suis étonnée de cet article et je me pose de vraies questions su @si, alors que j'ai toujours plaidé pour une collaboration entre @si et Mediapart. J'en avais même plusieurs fois parlé avec ses responsables, tant à ceux de @si que ceux de Mediapart.
.
Après cet article, je suis beaucoup plus réservée quant à @si.
.
Même si Mediapart avait commis une "erreur" journalistique, vous auriez dû les soutenir pour la défense du pluralisme de la presse. Vous auriez pu écrire la même chose, mais autrement, avec solidarité.
.
Je n'ai pas du tout aimé cet article, comme je n'ai pas aimé l'accusation d'antisémitisme à l'encontre de celui qui a écrit le bouquin sur Kouchner de la part de Daniel Schneidermann.
.
A la lecture du nom de l'auteur de cet article, je commence à me poser des questions sur ce qui sous-tend @si et quelles sont vos vraies motivation???
c'est vrai que c'est pas facile de s'y retrouver dans toutes ces sociétés, mais à la phrase de conclusion : "Peut-on écrire que c'est Natixis qui a versé des "honoraires" de 1,5 à 2 millions, alors que cette somme représente en fait une partie de la prime anuelle versée par Rothschild ? Peut-être le tribunal aura-t-il envie de jouer sur les mots. Mais sur ce point, difficile de savoir s'il donnera raison à Mauduit ou à Pérol...".......
perso je dois dire que je m'en fous de savoir qui a payé ce PEROL ;
ce que je note c'est que voilà encore un pote qui a touché 1.5 à 2 millions d'euros pour des conseils (ça me rappelle Kouchner qui pond des conseils en afrique pour des millions d'euros !) ;
perso pour quelques millions d'euros je veux bien me concentrer 5 minutes et faire quelques additions ou autres multiplications pour gonfler le chiffre d'affaire d'une banque amie pour que sa valeur en bourse explose....
et ensuite comme tout un chacun je m'en laverai les mains !!

ce qui ressort de cet article, c'est vrai, c'est que trop d'objectivité (chercher la petite bête) jette le doute sur Médiapart, alors qu'on attends plutôt une vraie recherche sur les nominations dans le parcours sarkozyste de ce Perol, et en particulier les suites de sa nomination à Natixis par Sarko himself :
("Selon Olivier Fouquet, si M. Pérol « a exercé les fonctions qui lui étaient confiées dans les conditions habituelles d’exercice de leurs fonctions par les membres des cabinets ministériels », alors sa nomination est légale et la saisine de la commission n'est pas « obligatoire »8. Dans un courriel aux membres de la commission, il a précisé : « Je n'ai pas préjugé du cas personnel de M. Pérol que je ne connaissais pas. »9 Selon Le Point10, il a en revanche démenti les propos que lui avait prêtés le journal Le Monde11, qui écrivait sur la saisine de la commission : « Si l'Etat ne ne le fait pas, c'est "à ses risques et périls", signale M. Fouquet. Si la saisine de la Commission n'était pas réclamée alors qu'elle le devrait, l'intéressé risque deux ans d'emprisonnement et 30 000 euros d'amendes. "C'est un délit pénal", rappelle M. Fouquet. ».........................toujours pas de nouvelles de tout cela, ça ferait pourtant un bon "suivi" d'@si...

ce qui ressort surtout de tout ça c'est que ces histoires nous dépassent, ça fait beaucoup d'euros prélevés sur les impôts des contribuables, pour payer les petits copains et les soumettre à sa botte : tous copains comme cochons !!

et puis tous ces procès aussi !! et forcément gagnés par jet de l'éponge faute de moyens financiers par les pots de terre qui s'attaquent au pot de fer sarkozy (exemple : Denis Robert pour Clearstream !!)......... avec ses amis richissimes sarko n'a rien à craindre du système judiciaire.....
et pourtant bizarrement il s'est encore rajouté une protection supplémentaire (je ne sais pas si c'est passé au Sénat ??) avec sa nouvelle loi Dati !!
celle de voir disparaître le juge d'instruction : http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/01/07/m-sarkozy-confirme-qu-il-veut-supprimer-le-juge-d-instruction_1138981_823448.html.... serait-ce pour être assuré qu'à l'avenir aucun juge indépendant ne sorte une quelconque affaire sur lui ??? aurait-il encore quelques doutes sur le fait que la justice soit soumise à sa loi ???
avec un Parquet tout acquis au pouvoir, plus le monde de la finance, plus celui des affaires, il n'a pourtant plus besoin de trembler... il ne lui reste plus qu'à écraser quelques journalistes récalcitrants et le tour sera définitivement joué !

le petit peuple s'agite et bouge les bras, et lui, pourtant, continue de tracer tranquillement et sans aucun obstacle sur sa route ; au contraire, que fait-il passer comme image suprême à la Une des journaux : notre petit pot de fer accompagné de son pot de fleur......tout cela est saisissant !!!
Il me semble que nous sommes tous un peu embarassés face à cet article: il est à la fois exact et un peu pusillanime -- certes il y a une tournure maladroite dans une phrase, mais surtout il y a un exemple de plus où le pouvoir chercher à museler un journaliste - dans le cas présent, Pérol pilonne sans pitié (11 procès, tout de même! Je pense qu'on doit pouvoir trouver vingt exemples au moins d'articles où un journaliste a fait une erreur de bonne foi et où il n'a pas été poursuivi pour autant). Or les media indépendants ne sont pas si fréquents en France pour qu'on puisse laisser passer cet énième procès. Enfin, la prégnance des pression sur la presse rend impossible l'ignorance du contexte politique, des reprises en main (La tribune.. l'AEF plus récemment... Avez-vous lu Direct Soir? Carrément de la propagande!)
Ceci dit, je dois avouer que par principe je réprouve le fait de poursuivre les journalistes pour ce qu'ils écrivent.
(Je fais une exception pour les paparazzi, que je ne considère pas comme porteurs d'information, mais comme voleurs
d'intime.)
Natixis est l'une des principales escroqueries de l'histoire du capitalisme :

Les actions, vendues presque de force par d'innombrables guichetiers (Caisses d'Epargne, Banques Populaires, HSBC, etc.) au prix de faveur de 19,50 €uros valent aujourd'hui 1,79 Zeuro...

Où est passée la différence ?

Cherche Médor, cherche...

Quant à Pérol il va avoir du mal à démontrer que son pantouflage n'est pas interdit par le code pénal !

Colette Neuville, présidente de l'ADAM, est au travail, rien n'est fini, croyez moi.

***
ceci me rappelle le scandale de l'introduction en bourse de wanadoo (aujourd'hui appelé Orange)... france telecom avait introduit sa filiale en bourse en 2000 à environ 20 euros par action à l'époque... quelques années après (maximum 3 ans, je n'ai pas le souvenir précis), France telecom avait décidé de racheter toutes les actions en circulation alors que l'action était inférieure à 5 euros.

prime encaissée par l'entreprise : environ 15 euros. Sur les marchés financiers, certains appellent ça "une vente à découvert"... France Telecom a encaissé plusieurs milliards d'euros lors de cette introduction en bourse, et a racheté sa filiale à 100% pour 4 fois moins que ce qu'elle avait encaissé. Ingénieux, il fallait y penser (où comment faire de l'argent rapidement).

je n'ai jamais lu une chronique ou un article sur cet évident scandale, à l'époque mené par thierry breton.

le capitalisme d'état français est parfois plus abject que le reste ...
Si je comprends bien l'histoire :

Mediapart ne pensait pas avoir donné d'informations fausses, n'avait pas l'intention de déclencher une lutte personnelle contre Perol, et affirme avoir fait son travail correctement.

On tomberait donc exactement dans le cas de la "bonne foi" prévue par le droit français :
"quatre éléments doivent être réunis pour que [son] bénéfice (…) puisse être reconnu au prévenu : la légitimité du but poursuivi, l’absence d’animosité personnelle, la prudence et la mesure dans l’expression, ainsi que la qualité de l’enquête"
( cf : http://fr.wikipedia.org/wiki/Diffamation_en_droit_fran%C3%A7ais )

Autrement dit, si du côté de Mediapart les journalistes ont fait leur boulot, il y a une défense béton, et l'attaque tombera à l'eau.

Point barre.

Pas besoin donc de sortir une pétition, qui n'aura de toutes façons strictement aucune influence sur la décision judiciaire.

Essayons de chercher la petite bête en regardant cette histoire d'un autre point de vue :
- nous avons un site en ligne dont le financement est l'abonnement
- aux dernières nouvelles, le site est encore dans une phase non rentable ( http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=3760 )
- il faut donc recruter de nouveaux abonnés.

Quoi de mieux qu'une polémique et des soupçons du type "le pouvoir veut nous couler" pour recruter des abonnés ?

Notons aussi cet appel aux dons... La pétition ne devrait-elle pas se suffire à elle-même ? Les dons ne sont pas rendus publics dans la pétition (on ne sait pas qui a donné combien), ce qui se comprend. Mais il n'y a pas non plus de compteur global... Ni d'objectif à atteindre, du type " il nous faudrait x euros pour nos frais de justice".
Au contraire d'Hurluberlu, et au contraire aussi de ce que je pense habituellement des articles de Dan, je trouve cet article très très compliqué, même si le contenu informatif est indéniable.

J'imagine que c'est le sujet qui veut cela, mais j'ai dû m'y reprendre à plusieurs fois pour comprendre le fond du problème qui se posera aux juges

Et même après plusieurs lectures, il me semble que je nage encore pas mal. Le rapport entre la Banque Rotschild et les Banques Populaires ne me semble pas du tout évident. Alors quand il est question de natexis, ixis, et natixis, et les Caisses d'Epargne...... Je ne suis pas certaine de tout comprendre. Sans doute la Banque Rotschild a-t-elle été rémunérée pour s'être occupée de ces opérations.....
En fait, j'ignorais totalement qu'une banque d'affaires rendait ce genre de services à des banques de dépôts, et pour des montants aussi colossaux.
En fait, à la cinquième relecture, je pense que où ça pose un problème, c'est quand vous dites que Perol est devenu banquier conseil. Il aurait fallu préciser que c'était pour le compte de la banque Rotschild Parce que j'ai pensé en le lisant qu'il l'avait fait en tant que libéral indépendant. C'était peu probable, mais comme il y a beaucoup d'éléments à suivre, j'ai zappé la banque R. Et après, je n'étais plus en mesure de suivre vraiment

Mais bon, je persiste, trop d'éléments trop techniques.

Navrée d'avoir à vous le dire.
Mediapart est un excellent site d'information. ASI serait bien inspiré de soutenir le collègue.
Ça alors, toujours pas de message près de deux heures après la publication de l'article! si ça peut rassurer l'auteur du papier —précis, complet et sans bavures— je pense que ce silence s'explique par le fait que, tout étant bien raconté, cité et expliqué dans l'article, les @sinautes, tout diserts qu'ils puissent être, n'ont pas le sentiment de pouvoir ajouter quoi que ce soit.

Quant à moi, je me permets juste de dire que je trouve dommage que ce genre de différends doive se régler devant une cour de justice et non à l'amiable, par la publication d'un droit de réponse d'une taille proportionnelle aux articles jugés diffamatoires. Médiapart est un site à l'audience encore confidentielle : ils ont moins d'abonnés qu'@si si je ne m'abuse, il est vrai que le tarif est autrement plus conséquent mais l'équipe derrière le site est également bien plus fournie en nombre (mais non en qualité:-)). Même si Pérol s'avère être dans sont droit,le tort subi me paraît plutôt faible —en proportion de l'audeince encore confidentielle de Médiapart...

Bref, il est dommage que pour une telle affaire —où le tort de Médiapart est loin d'être absolument flagrant et le tort causé à Pérol est de toute façon relativement faible— le désaccord du site incriminé avec Mister Pérol ne se soit pas réglé par un gentelmen's agreement et un droit de réponse de Pérol...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.