13
Commentaires

Ardèche : quand le préfet boycotte Radio France

Le document sonore n'est pas banal. L'histoire qui oppose le préfet de l'Ardèche à la station locale de Radio France, non plus.

Derniers commentaires

Dans les Hauts de Seine , le préfet menace de ne pas examiner un dossier d'expulsion en représaille à des prostestations !!!
Chantage inepte
Sans prendre part à la polémique sur le fond de cette affaire (que je trouve par ailleurs, tout à fait regrettable), je vous signale une différence notable entre le texte de votre article qui mentionne finalement la présence (grâce à l'intervention du Président PS du Conseil Général de l'Ardèche, Pascal Terrassse) du rédacteur en chef de France Bleu, Joël Cuoq ("mais sans le journaliste qui l'accompagne") à la conférence de presse du préfet de l'Ardèche et l'enregistrement sonore du journaliste lui-même sur ses propres ondes qui affirme ne pas avoir assisté à cette réunion (une réunion "sans nous"…). Certes, au bout du compte, il n'a pas effectivement pas assisté à cette conférence de presse puisqu'il a quitté lui-même la salle ("accompagné de quelques confrères") après l'introduction manifestement provocante du préfet ; Mais, reconnaissez que le raccourci du journaliste introduit ici une différence de propos qui n'est pas anodine et qui illustre bien la difficulté pour l'utilisateur final de l'information (en l'occurence radiophonique) de se faire sa propre opinion…
LA TOUR D’ARGENT DES SANS-PAPIERS
latelelibre.fr


Sept sans-papiers d’origine malienne employés au prestigieux restaurant La Tour d’Argent se sont mis en grève mercredi 17 septembre au matin, sous l’impulsion de la CGT. Ils réclamaient leur régularisation auprès de la préfecture.

La direction du restaurant a signé et envoyé les formulaires de régularisation à la préfecture de police de Paris qui a annoncé qu’elle traitera ces dossiers « dans les meilleurs délais ». Une semaine plus tard, la situation reste inchangée.

La confédération syndicale du travail continue ses actions coups de poing dans le milieu des travailleurs en situation irrégulière. LaTéléLibre avait déjà suivi l’une d’entre elles, menée par des employés du restaurant « Chez Papa » dans lequel le patron employait délibérément des personnes non régularisées.

La semaine dernière, elle s’est attaquée à l’un des symbole du luxe parisien : le restaurant La Tour d’Argent. La CGT lance un message clair au gouvernement. Elle réclame d’une part l’instauration de critères communs, car aujourd’hui le traitement de salariés sans-papiers diffère d’une préfecture à l’autre. Elle exige d’autre part l’application de la nouvelle loi Hortefeux, la circulaire permettant de régulariser des salariés sans-papiers, notamment dans les secteurs manquant de main d’oeuvre. « On recense 350 établissements de restauration parisiens qui emploient des sans-papiers, commente Rémi Picot, secrétaire départemental CGT. Une chose est sûre, la CGT n’est pas prête de renoncer à ces actions ciblées.
Democratie !! Vous croyez vraiment que l'on peut encore
utiliser ce mot ?? Moi je lui aurais défoncé et pas que sa porte
à ce néo........
Bon vent !

Par Eolas, lundi 15 septembre 2008 à 10:37
Dans la série “Nos préfets ont la classe”.


Le 1er septembre dernier à 11 heures du matin, à Sainte-Rose, en Guadeloupe, un Haïtien qui achetait des chaussures à son fils de cinq ans, né en Guadeloupe et n'ayant jamais mis les pieds en Haïti, en vue de la rentrée des classes le lendemain (il allait effectuer sa troisième rentrée des classes, en maternelle grande section), a été contrôlé par la police. Sans titre de séjour, il a été aussitôt menotté sous les yeux de son fils, qui a été embarqué avec lui.(...)

Le 1er septembre, Haïti, déjà dévasté par les ouragans Fay et Gustav, était sous la menace directe de l'ouragan Hanna, qui a frappé l'île trois jours plus tard, faisant 529 morts. Le préfet le savait parfaitement. Et il les a lâché tous deux là bas, tels qu'ils étaient lors de leur arrestation, sans même un vêtement de rechange.(...)
Je ne peux m'empêcher de rapprocher ces agissements de ceux du sous-préfet d'Ile de France , M.Lacave,en 2007 , et signalés par l'@sinaute thurar grâce à ce lien : Les sorties de Lacave
Valleix n'est pas à sa place en démocratie.
Valleix, comme beaucoup d'auto-augmentés, pense qu'il est au-dessus des lois.
Un auto-augmenté a un jour dit, à l'instar de nos penseurs d'extrême-droite: " La France, tu l'aimes ou tu la quittes ".
Parole d'expert, lui qui dézingue la France et qui aura bien du mal à la restituer dans le même état qu'on lui a confiée.
En France, les préfets sont soumis aux lois, et vivent en démocratie.
Valleix ne respecte pas la loi. Donc il ne respecte pas la démocratie. Donc il ne respecte pas la France. Donc il n'aime pas la France.
Que dirait l'actuel provisoire, dans un pareil cas de figure, mmmmhhh...
Mais ça la foutrait mal pour ce Chevalier de la Légion d'Honneur et Officier de l'Ordre National du Mérite qu'est Valleix.
Dilemme.
Il aime la France mais il ne la quitte pas.
Donc la France on peut ne pas l'aimer mais rester quand même.
Donc Sarko a menti.
Gasp.
J'en suis tout retourné.

FDC, expert en rapprochements douteux, et auteur ci-dessus d'un extrait de "Le syllogisme pour les nuls"
Le prefet n'a cas appliquer la technique de notre chere president
le copinage avec les propriétaires de journaux.
l'effet est garantie, il ne sera plus embetté !
Sorry aucun rapport total hors-sujet oui oui oui

Mais que ceux qui s'intéressent à la critique des médias aillent lire ce billet de Paul Moreira sur son (très bon) blog concernant la Bolivie, les événements en Amérique latine et ce qu'en rapportent les médias c'est édifiant
http://premiereslignes.blogs.nouvelobs.com/archive/2008/09/14/pourquoi-les-latinos-sortent-de-leurs-gonds.html
Il y avait les mêmes en 40, même méthodes, la loi rien que la loi, et le pire, c'est qu'on ne les sanctionne pas au nom de la continuité de l'Etat.
en voilà un au moins qui ne risque pas de faire virer par shakeqi
voire même une petite légion d'honneur pour la défense des origines chrétiennes de la France ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.