16
Commentaires

Apolline de Malherbe promeut le féminisme, version Barbie

La journaliste de BFMTV a inspiré une poupée Barbie spéciale pour les 60 ans de la marque. Et Apolline de Malherbe apparaît bénévolement dans une vidéo de Mattel diffusée ces dernières semaines sur les réseaux sociaux, qui promeut la parité professionnelle. Un mélange des genres qui a de quoi faire tiquer.

Commentaires préférés des abonnés

Apolline de Malherbe est journaliste ? Première nouvelle ! Je la croyais présentatrice à la TV.


Et je ne suis pas d'accord avec le SNJ. Elle ne met en aucune façon sa crédibilité en danger. Il faudrait quelle en ait.

Je m'en doutais !


Becassine de Malherbe est une poupée Barbie de l'information en taille réelle.

Cliquez sur le lien et regardez le clip "long" ( 1'36)


J'aime beaucoup le portrait-métier qui se dessine à travers ce clip.

la journaliste au travail : 


Elle se fait coiffer, elle se fait maquiller et elle regarde où sont les caméras.

Et parfois c'e(...)

Derniers commentaires

Comment ? Elle ne serait pas rémunérée ? Mais alors, qui fait son "ménage" ?

Apolline de Malherbe en modèle d'inspiration pour les petites filles. Pourquoi pas Christine Ockrent, Claire Chazal, etc. 

Espérons que cela servira de repoussoir aux petites filles.

Cliquez sur le lien et regardez le clip "long" ( 1'36)


J'aime beaucoup le portrait-métier qui se dessine à travers ce clip.

la journaliste au travail : 


Elle se fait coiffer, elle se fait maquiller et elle regarde où sont les caméras.

Et parfois c'est dur parce qu'il faut "raconter des histoires aux gens, et bien choisir ses mots pour ça."


Sans déconner, c'est trop drôle !

Ils ont même pas fait un plan où elle lit un truc sur un écran, où elle rédige, où elle interviewe quelqu'un. Non.  elle se fait coiffer et maquille et elle regarde les caméras pour bien raconter des histoires aux gens.


Des histoires qiu font peur, des histoires qui émeuvent.

Pas des trucs chiants qui informent, confrontent les points de vue et font réfléchir, non, non, non ...

Bien coiffée, bien maquillée, les yeux dans la caméra et c'est parti pour une histoire.

Elle est habillée comme la poupée ( robe noire, veste en cuir).


Moi je préférais Père Castor.


Franchement, elle fout la honte aux journalistes là !



Imaginons que ce soit vrai : elle l'a fait bénévolement. (j'y crois moyen mais bon, on imagine).


Et bien, je me demande si ce n'est pas encore pire ?!

L'appât du gain, c'est connu comme truc, et ça pousse à faire des choses avec lesquelles on est théoriquement en désaccord. C'est pas joli-joli, mais on peut se rassurer en se disant que cet argent on l'a reversé à une noble cause ou qu'on en avait vraiment très envie de e séjour dans un palace...


Mais le bénévolat, ça signe l'adhésion totale.

Ouais, c'est encore pire.

Le jour où Barbie (nom de sinistre mémoire, personne ne le souligne, au passage) deviendra une poupée intelligente et non plus un fantasme de pervers machistes (vous avez vu ses mensurations dignes d'un trip sous LSD), Juliette et une poignée de ses collègues en seront les modèles, pas avant!

à part ça, de-Malherbe-de-BFMTV ne peut pas être considérée comme pas une journaliste, tant que ni Bouhafs ni Glanz ne le sont!

Apolline de Malherbe est journaliste ? Première nouvelle ! Je la croyais présentatrice à la TV.


Et je ne suis pas d'accord avec le SNJ. Elle ne met en aucune façon sa crédibilité en danger. Il faudrait quelle en ait.

J'aime beaucoup vos papiers.


Mais,  je trouve vos interrogations, à propos de cette dame, assez bizarres.


 Je trouve vos rappels à la déontologie des journalistes, inappropriées.


Car, cette dame, à aucun moment, ne peut être considérée, comme une.journaliste ; au mieux une animatrice ou speakerine ( comme on disait ).


" Enfin, Malherbe vint, et la première, en France

" Fit  sentir dans la  lucarne ,  une répugnance

" A traiter l'information qui  dérange le Pouvoir

" Et ,  réduisit la Presse  à un  vrai  repoussoir 

Pas de rémunération pécunière directe n'est plus une excuse valable, ça fait longtemps que ce genre de choses ne se fait plus avec de l'argent direct.

Ce qui me parait le plus probable dans ce genre de cas : 


1/ Le demandeur de publicité achète un service auprès de la société vendeuse de publicité ou une de ses entreprises-soeurs (pour cette occasion ou dans un autre cadre)

2/ La société vendeuse de publicité met à disposition un(e) salarié(e)

3/ La société vendeuse donne une prime à la personne mise à disposition (généralement à  une date décorellée de l’événement.

Je m'en doutais !


Becassine de Malherbe est une poupée Barbie de l'information en taille réelle.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.