31
Commentaires

Aluminium dans les vaccins : la piqûre de Nicolino aux Décodeurs du Monde

Qu'on se le dise : Fabrice Nicolino n'est pas opposé à la vaccination. Mais vigilant sur la désinformation médiatique. Lorsqu'en juillet, un article du Monde affirme que la présence d'aluminium dans les vaccins est sans danger, alors qu'une étude publiée ultérieurement dans Le Parisien en affirme au contraire la nocivité pour une petite partie de la population, il bondit. Et s'interroge : pourquoi, dans les politiques de santé publique, tant de zèle sur la vaccination, et une totale indifférence à l'abus des antibiotiques ?

Derniers commentaires

Il y a 30 ans, des bébés sont morts de mort subite inexpliquée dans le sud ouest. Des lots de "Tétracoq" ont été retirés de la vente. Mais à peine évoquée, la responsabilité du vaccin a été niée en ces termes "il n'y a pas de preuves que blablabla. Au moment de faire vacciner mon bébé... "il n'y a pas de preuve que.." m'a semblé extraordinairement léger.

Récemment, une jeune médecin remplaçante m'a proposé (avant de s'inquiéter du motif de ma consultation) de mettre à jour mes vaccinations. M'a interrogée avec un peu de suffisance "vous pensez que ces maladies ont disparu?", puis a tenté de me culpabiliser "vous avez des petits enfants?". Soi disant que je pourrais, grand mère indigne, inoculer par ma négligence coupable, la coqueluche (?) à mes petits enfants.

À quand la vaccination obligatoire pour les grand mères?
Je suis scientifique mais pas immunologiste. Cependant je m'étonne de plusieurs choses:

-Un vaccin est fait pour faire développer des anticorps contre un virus, une bactérie... Pourquoi quand on vaccine ou fait un rappel, ne teste-t-on pas si la personne est déjà immunisée? Il y a eu des problèmes au moment du service militaire où on piquait les recrues sans tenir compte d'une préalable vaccination. Moi-même étant considérée comme personne à risque pour l'hépatite B car je manipulais des prélèvements humains, j'ai été incitée à me faire vacciner au début de la disponibilité du vaccin. On m'a fait cette recherche d'anticorps avant. C'est la seule fois, à part le BCG où on faisait une "cuti".Pour les bébés c'est différent mais il y a d'autres problèmes.

-J'ai entendu une pédiatre qui disait que faire tous ces vaccins alors que le système immunitaire des bébés n'était pas mature, c'était mettre une bombe atomique. Bizarrement, ça n'a pas été du tout repris. J'ai de forts soupçons sur l'implication de l'excès de vaccinations sur l'actuel développement important des maladies auto-immunes, si on considère qu'on bouleverse la reconnaissance du soi et du non soi à une période cruciale. Les maladies comme le diabète de type I ont explosé, comme les allergies. Il y a certainement d'autres causes en jeu mais pourquoi exclut-on a priori les vaccins comme une des causes possibles ?
Quel est l'intérêt de la vaccination pour l'hépatite B chez le bébé, vu la transmission de la maladie? La liste des 11 me paraît comme "on a tout ça en magasin, on fait tout". Il y en aurait 100 on en ferait 100?

-Il est curieux que le prix des vaccins qui était très faible il y a quelques années soit devenu très cher. Il est curieux que comme on ne trouvait pas les vaccins obligatoires seuls, on rende obligatoire ceux qui sont sur le marché.

-Quand j'étais petite, on "faisait" la rougeole, les oreillons, la varicelle.. ce n'était pas très agréable mais on était immunisé pour la vie (sauf la varicelle où on n'est pas immunisé pour le zona). Maintenant on vaccine et total...les gens chopent la varicelle à 40 ans, ce qui est beaucoup plus grave. Il faudrait tenir les rappels à jour ce que beaucoup ne font pas, et en plus qu'on sache quand il faut faire les rappels (pour le tétanos, c'était 5 puis 10 puis...). Evidemment ça coûterait de faire systématiquement une recherche d'anticorps mais ce serait utile car je soupçonne que ces durées sont plus ou moins individuelles.

-L'aluminium est soupçonné car on en retrouve dans des lésions. On a des ustensiles de cuisine en aluminium, de l'aluminium en feuilles ou en barquettes, mais on ne l'injecte pas. Ceci dit j'avais lu des mises en garde contre l'aluminium culinaire, mais aussi contre les films plastique etc etc. Difficile de s'y retrouver, mais il faut être très prudent pour toute substance qui est injectée dans le corps, surtout chez les petits enfants.

-Je précise que je ne suis pas "anti-vaccins", moi-même je tiens mes rappels à jour, mais je trouve que l'excès en tout est mauvais.
D'abord, un grand merci à Fabrice Nicollino pour cette chronique dont j'apprécie à la fois le courage et la prudence.

Du courage, il en faut pour aborder ce sujet où l'on a vite fait de risquer une réputation mais où l'on sent que derrière les affirmations péremptoires du politique subsistent bien des interrogations. De la prudence, il en faut tout autant car le moindre faux pas peut être sanctionné par de vigilants et puissants Cerbère.

N'ayant aucune culture scientifique, je fais partie de tous ceux qui, préoccupés par ces questions, ne peuvent les aborder qu'avec les armes du bon sens, de l'ouverture d'esprit et du doute cartésien. Ainsi équipé, je n'ai pu que constater que je suis bien incapable de me forger une certitude. Mais je suis troublé par tant et tant d'experts, de décideurs et d'observateurs qui se contredisent à coups d'arguments péremptoires et d'études irréfutables.

Un point me trouble singulièrement. Dans ces questions on escamote ce qui me semble pourtant fondamental: l'importance de l'économie dans notre conception de la santé et des politiques qui en découlent. La santé est devenue une branche essentielle de l'économie et c'est ce qui me semble biaiser bien des débats. Je crains que ce ne soit le cas pour les vaccinations. Et je crois assez aisé de saisir intuitivement nombre de conflits d'intérêt participant de cette confusion.

Mais à partir de là, on entre dans le domaine de l'indicible où des mots tels que "complotisme" ont vite fait de clore tout débat. Le mérite de Nicollino est de dire juste cela: non, le débat n'est pas clos.
Merci monsieur Nicolino pour cette excellente chronique.
Effectivement, pour le coup, concernant les vaccins, Les Décodeurs n'ont pas vraiment fait le "job".

Les vaccins ont permis d'éradiquer de nombreuses épidémies partout dans le monde. C'est un fait. Je ne mets pas du tout cela en doute une seconde. Moi-même, ayant un temps travaillé dans le milieu paramédical il y a quelques années, j'ai eu ma part de vaccins. Et même plus, puisqu'ayant oublié de faire le dernier des rappels de l'un de ces vaccins, j'avais été contrainte de recommencer toute la série. ;-)
Cette petite anecdote personnelle mise à part, je tiens à préciser que je suis plutôt "provax". J'ai en effet remarqué que dès qu'on ose s'interroger sur l’intérêt de passer de 3 vaccinations obligatoires à 11 (alors qu'il n'y a pas de recrudescence de cas et encore moins d'épidémies), on est immédiatement taxé, au mieux, d'"antivax", au pire, de faire carrément dans le complotisme...
Je suis donc plutôt "provax", et cela, bien sûr, dans la mesure où les vaccins restent efficaces et non nocifs, et que les industries pharmaceutiques ne prennent pas la Sécurité sociale (donc nous tous) pour un pigeon. Cela ne m'empêche pas par ailleurs de me poser des questions. Notamment sur l’influence des lobbys pharmaceutiques...
Je pense qu'il est intéressant de savoir que les vaccins ne sont pas soumis aux mêmes règles que les médicaments, qui eux doivent passer par plusieurs étapes/phases sur une période d'environ 10 -15 ans avant toute mise sur le marché. Et même après cette mise sur le marché, ils sont étroitement surveillés. Malgré cela, ces dernières années, les révélations et les "scandales" sanitaires liés aux médicaments ne manquent pas...
N'y a-t-il pas tout lieu de s'interroger sur l'intérêt réel d'utiliser de l'aluminium comme adjuvant dans les vaccins ? (Si le corps ne synthétise pas et rejette même l'aluminium que nous ingérons naturellement par voie digestive, il aurait apparemment, bien plus de difficulté à le rejeter lorsqu'il est directement injecté dans les tissus.) J'ai cru comprendre qu'il y avait d'autres alternatives comme le calcium. Mais bon, je ne m'y connais pas trop. Et que sait-on exactement des effets de ce véritable "cocktail" de 11 vaccins? (à ce que j'en sais, il n'y a pas eu d'études sur les effets de ces nouvelles injections combinées.) Entreprendre des recherches, ne serait-ce pas là une façon de clarifier un peu les choses? L'urgence n'est-elle pas avant tout la santé des enfants qui vont recevoir toutes ses injections?
Je me demande juste pourquoi, avant de prendre une telle décision un peu à la va-vite, le ministère de la Santé, suivant ainsi les conseils de l'OMS, ne diligente pas tout simplement des recherches (et tant qu'à faire, non financées par les lobbys pharmaceutiques).
Peut-être un début de réponse par ici, avec cet article et cette vidéo?

http://www.libreactu.fr/obligation-vaccinale-pourquoi-agnes-buzyn-veut-elle-aller-si-vite/
L'article du Parisien ressemble à un coup de com (voire de désinformation ?) du Professeur Gherardi et de l'association E3M le supportant.

Voir pour cela la réponse de l'ANSM (à la fin de l'article du parisien et sur son site) :

http://www.leparisien.fr/societe/aluminium-dans-les-vaccins-le-rapport-qui-derange-21-09-2017-7277037.php

http://ansm.sante.fr/S-informer/Presse-Communiques-Points-presse/Les-vaccins-contenant-de-l-aluminium-sont-surs-Communique

Voir aussi l'article de France info :

http://www.francetvinfo.fr/sante/vaccins/pourquoi-il-faut-prendre-avec-prudence-l-etude-sur-l-aluminium-dans-les-vaccins_2384077.html

Voilà enfin le fameux "rapport" qui n'en est pas un mais un compte-rendu du comité scientifique :

http://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/00986f87d849baae49dc6cbe161c4cdd.pdf

Pour avoir un peu suivi ces études, je n'ai rien appris de neuf dans ce compte-rendu. Il n'y avait rien de secret.

Il faut aussi dire que ces études sont critiquées. (et en disant ça je ne remets pas du tout en cause la bonne foi du professeur Ghirardi)
En particulier la dose d'aluminium injecté aux souris (200µg par kilo) est au moins 3 fois supérieur à ce qui injecté à l'homme, tous vaccins cumulés.
De plus la maladie décrite a des symptômes un peu flous et non spécifiques (fatigue chronique entre autres) et semble se voir uniquement en France.

https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2017/09/22/aluminium-dans-les-vaccins-rien-pour-linstant-ne-remet-en-cause-la-balance-benefice-risque_850555?xtor=EPR-1-%5BNL_derniere_heure%5D-20170922

http://www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2013/10/adjuvants-vaccinaux-rapport-ANM1.pdf

Alors oui, les résultats de ces études doivent être soit complétés, soit réfutées.
Mais pour cela, il faudrait qu'au moins une autre équipe (en France ou ailleurs) puisse répliquer les résultats du professeur Ghirardi.
C'est un des principes dans toutes les sciences, pour être validée une étude seule ne suffit pas, il faut qu'elle puisse être répliquée par plusieurs équipes. On aura alors un consensus scientifique solide.
Merci pour ce parallèle. Cette partie de l'article des Décodeurs était en effet choquante.

Je suppose d'ailleurs que le phénomène de résistance chez l'homme est aussi grandement lié à l'utilisation des antibiotiques chez les animaux d'élevage. Un avantage de plus en faveur de la réduction de notre consommation de viande.
Mésinformation ?
Préalable. L'argument de lélobis ne me suffit plus. Lélobis des thérapies alternatives, ça existe aussi. Est-ce que leur seule existence suffit à faire de M. Nicolino leur marionnette aux seules fins de nous refourguer de la corne de rhinocéros et du réalignement de chakras, pour guérir des maladies dont les vaccins assurent la prévention ?
Non.
Une partie des antivax, c'est ce genre de fumistes. L'autre partie, ce sont les religieux fondamentalistes et la dernière partie de ces antivax militants, c'est les débiles. Ils ont tous deux arguments en commun : lélobis et les médias mentent.
Donc je pense qu'avant d'alimenter ces deux argumentaires, faut faire un peu gaffe.
Les recherches du professeur Gherardi sur les myofasciites à macrophages ont fait l'objet d'un article des décodeurs en septembre 2016. Il sert d'ailleurs de référence à l'article des Décodeurs mis en cause ici. C'est un peu chaud d'accuser Le Monde de faire comme si cette étude et ces interrogations n'existaient pas.

C'est pas parce que Le Parisien emprunte les codes de la titraille complotiste pour vendre du papier, qu'il y a un scandale sanitaire en puissance.
Déjà que le moral n'était pas au top :)

mais que faire quand on trouve sur le net :
ce papier qui pose les plus grands doutes sur la sûreté des adjuvants d'aluminium dans les vaccins
et celui ci qui dit que les risques sont extrêmement faibles et que l'aluminium est déjà ingurgité en quantité dans l'eau que nous buvons ou autres produits d'alimentation

d'autant que le lobby anti-vaccin Américain semble soutenir une profusion de théories qui vont jusqu'à dire que l'autisme est causé dans certains cas par les vaccins
Au lieu de critiquer le Décodex, ce Monsieur Nicolino ferait mieux d'aller visionner quelques vidéos de types en blouse blanche :-)

Toute ironie à part, merci pour cette chronique.
Pas encore eu le temps de regarde l'émission mais juste une remarque: avec certains jeunes médecins on arrive aux dérives inverses: pas question de vous prescrire des antibios avant que l’infection ne dégénère, par contre des radios à la chaîne comme si ce n'était pas nocif, aucun souci !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.