32
Commentaires

Allemagne : le Spiegel révèle les bidonnages d'un de ses journalistes

C'est un tremblement de terre dont les médias allemands n'ont sans doute pas fini de ressentir les secousses. Le 19 décembre, l'hebdomadaire Der Spiegel, hebdomadaire de référence outre-Rhin, révèle qu'un de ses journalistes, Claas Relotius, a falsifié, pour partie ou en entier, plusieurs de ses articles. D'autres médias, pour lesquels il a également travaillé, ont commencé à examiner les articles de Relotius.

Commentaires préférés des abonnés

Si tout va bien , dans quelques années, nous aurons, peut-être ,la même chose en France.


Un journaliste des" Echos " pointera l'insuffisance des  "affirmations  économiques " de Monsieur Dominique S. et sa légère incompétence ;


Un journaliste(...)

Un magnifique romancier qui s'est juste trompé de porte... quel gâchis! 


Mais c'est le contexte qui a favorisé ça qu'il convient d'interroger. Espérons que le "haro sur le (seul) coupable" ne permettra pas d'esquiver la question principale.

(...)

Wouaw, belle leçon d'humilité de la part du SPIEGEL et surtout de ténacité de la part de m MORENO, le journaliste de la contre enquête.

De l'éthique avant toute chose.

Bravo

Derniers commentaires

Personne ne s' offusquant que le moindre cratère d' obus soit, la poussière à peine retombée, envahit par un troupeau de chiards ad hoc, que les bombes (des "méchants") tombent, systématiquement, sur des écoles et des hôpitaux, ou qu' un journaliste ukrainien "ressuscite" - Au fait, il a encore sa carte de presse, le Jésus de Kiev!? -, je vois pas pourquoi on s' interroge sur la mythomanie bien-pensante d' un scribouillard du Spiegel!

À vrai dire, je savais même pas que le Spiegel employait des journalistes...

Carpe diem...

Notons tout de même une légère différence de conséquences pour des pratiques similaires entre nos 2 pays:

Après ses reportages bidonnés sur les islamistes en banlieue, dans la "marche du siècle", émission phare de FR3 des années 90, la carrière de Cavada ne s'est pas arrêtée.

PPDA est resté sur son trône après son interview fictive de Castro.

Et plus proche de nous, ni Pujadas ni France2 ne se sont excusés après leur mensonge sur le bistrot de Sevran qui soit-disant "refusait l'entrée aux femmes", etc. cf le travail du présent site ASI.

Aucun des menteurs (par action ou omission...) agissant quotidiennement dans nos torchons nationaux ou régionaux, télés et radios, n'a jamais du rendre sa carte de presse ni perdre son emploi, tant que la fraude même avérée sert les intérêts des possédants.

 



On trouve la même affaire de l'autre côté de l'Atlantique. 


Following investigation, Houston Chronicle retracts eight stories (Action follows external review of former staff reporter accused of fabricating sources)


Au total, 72 articles touchés (8 supprimés, 64 modifiés) en quatre ans et demi de collaboration. Les sources citées sont introuvables.

Lui même ne semble pas démêler le vrai du faux de ses histoires. 


😔 pour ceux qui se battent en vrai contre le régime syrien, la peine de mort, les politiques d’émigration.... 


pour etre sure, vous vous etonnez qu un bobo , male blanc n est pas ete plus tot reconnu comme faussaire ? Ces mensonges sont pile poil les fantasmes de la société bobos blanche. vous vous extasiez sur un gamin de 33 ans qui aurait autant de reussite ? c est vrai que les zeduque blanc de 30 ans, sont des genies, sans jamais vous demander , mais comment ? c est le temps qui forge les competances, mais pour le monde zeduque, des la sortie de l ecole , sans experience , ils sont bon ...meme super bon. si ce genre de mec passe entre les dents des fourches de la vérification , c est parcequ il donne aux nantis, aux vieux bobos,  ce que vous voulez croire, voir du monde. ´les electeurs de Trump sont des racistes', ´les garcons sont des heros', et ecrire sur les murs, un acte de haute resistance (le truc bidon du crayon et du glaive, Charlie), voila pourquoi vous mentez , ou vous preferez comme en 1930, la folle epoque des malversation zintellectuelle, plutot que la verite , que les gens sont courageux ou pas, eclairés ou pas, selon leur humanite, pas selon leur niveau d etude, pas selon leur genre ou couleur de peau. Et meme les jeunes gens brillants ont besoin de temps pour  devenir mature, par exemple Juan Broncos qui est brillant, a ecris un texte recemment illisible, trop long, ou il parle de son texte , plutot que de l exposer.. il a eu des critiques et EN A TENU COMPTE, voila comment ont garndis avec des echanges, mais les cirtiques etaient bienveillantes , pas invalidantes, ni invalides. Vous ici vous invalidez ce qui est non literraire, le web sauvage, et vous nous avez depuis 2005 meprisé..et vous vous etonnez d avoir moins d abonnees , y ena marre quand meme, de payer pour lire des etonnement sur le traitement des femmes ou des heros blancs part le systeme mediatique.

La saison 5 de l'excellente série The Wire quoi... ;)

En plus, ce gars écrivait des trucs du genre la guerre c'est mal, les armes c'est pas cool, la peine de mort ça craint, la xénophobie c'est pas bien, Trump il est vraiment très très méchant. Ce sera un bon argument pour l'extrême droite dans ses dénonciations d'une presse bidon... Bravo le Spiegel. Un peu déformant, pour le coup, le miroir.

Si vous saviez à quel point tout ça est sans importance :-)

Ouais ouais, perdre la face. Perdre sa crédibilité, etc... Bof!

Mais bon, c'est parce qu'on fait semblant (?) d'oublier que les lois autorisant la presse (libre)n'ont été instituées que pour permettre légalement la propagande politique.


Partant de là, TOUT est sujet à caution et ne doit être pris QUE comme un point de vue - pas LA vérité. Quand à la "réalité", me faites pas rigoler... :-)


J'ai déjà expliqué (ici?) que c'est l'élévation du niveau d'études et du niveau social consécutif des journalistes qui a entrainé la volonté "anoblir" l'activité (rien que de plus classique dans l'histoire humaine) en lui donnant une éthique et une déontologie - intenables au demeurant, vu le prémisse. 

Or donc...

Je vois beaucoup de  gens qui s'emportent pas mal dans les commentaires, mais il faut garder à l'esprit que si ce journaliste a si bien réussi à falsifier ses articles, c'est d'abord et avant tout car il sait remarquablement bien écrire. Il a juste manqué sa vocation, il est romancier et non pas journaliste. Il lui reste un point de chute pour le reste de sa (longue) carrière. Il n'a que 33 ans, il lui reste encore au moins 35 ans de travail devant lui.

Ce "journaliste" n'est que la quintessence de ce que peut produire ce système néo-libéral. Les prix sont là pour en témoigner. La facilité avec laquelle il a pu "enfumer" tout le monde montre de manière spectaculaire l'incompétence à tous les échelons supérieurs, qui eux bien-sûr n'ont pas "honte"... Peut-être certains n'ont-ils même pas conscience qu'ils devraient être mort de honte. L'imposture est la condition de la réussite, et donc la norme bien plus que l'exception. J'espère juste que son courageux tombeur ne va pas subir un lynchage en règle de la part de ses collègues ...

Cela me rappel la saison 5 de " the wire" ou la mécanique du bidonnage est parfaitement expliquée.

Si tout va bien , dans quelques années, nous aurons, peut-être ,la même chose en France.


Un journaliste des" Echos " pointera l'insuffisance des  "affirmations  économiques " de Monsieur Dominique S. et sa légère incompétence ;


Un journaliste de BFM montrera la défense systématique du pouvoir, le lobbying  acharné pour les milieux d'affaires, le mépris total des "  petites gens "", affichés par Mme Ruth E. ;


Un journaliste de l'Express dénoncera l'arrogance, et la suffisance de Monsieur Christophe B., et ses délires de 

toutologues ;


Un journaliste de RTL" exigera des preuves" de ses qualités de journaliste et rappellera le néant de   la pensée de Monsieur Jean-Michel A.

Une magnifique illustration d'un ouvrage de Roland Gori, "la fabrique des imposteurs". Je vous le recommande chaudement. Son idée est que les imposteurs sont, en réalité, un marqueur, un révélateur des normes d'une société. 

Merci pour votre article


Mais je m'en fous un peu ou pour être plus juste il y a de meilleures façons de falsifier la réalité. En France, il y a la pseudo objectivité du journaliste, les lignes éditoriales secrètes et par voie de conséquence l'on ne montre que ce qui s'y inclut. Les gilets jaunes sont ainsi tous des casseurs, des voyous. Les lycéens humiliés ne sont qu'une bande de racailles qui ont brûlés deux voitures. Il n'y a plus de journalistes à la Tv, il n'y que des porteurs de carte de presse militants libéral anti-Etat-Providence. Ils sont pro-Etat-gendarme. Vous n'avez pas leourage à ASi de dire qu'ils ne sont plus journalistes mais militants. C'est comme le Faure du Ps adepte de la colonisation à l'envers et du grand remplacement, ce n'est pas un homme de Gauche mais d'extrême droite.



Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Quoi !

Dans ce pays où un journal nous reproche de taire l'affaire Luc Besson, un autre balayerait  devant sa porte et même chez lui, présenterait des excuses pour des articles bidonnés, ferait preuve en quelque sorte de déontologie au risque de perdre de l'audience ?


Mais quelle honte !

Vite un Deutchzit !

Cette histoire n’est qu’à moitié surprenante, d’autres avant  lui ont cédé à cette facilité de « fictionner » un reportage, pour le rendre plus crédible, en tout cas plus intéressant. Facilité relative d’ailleurs, encore faut-il en avoir le talent. Il y a d’autres exemples dans l’histoire du journalisme. Mais pas beaucoup, en revanche, de mea-culpa de ce genre de la part d’un journal. Est-ce que cela permettra de revenir sur des cas plus anciens ? Il y aurait toute une histoire du bidonnage à faire.

Cela relativise également la valeur des prix...

Wouaw, belle leçon d'humilité de la part du SPIEGEL et surtout de ténacité de la part de m MORENO, le journaliste de la contre enquête.

De l'éthique avant toute chose.

Bravo

Un magnifique romancier qui s'est juste trompé de porte... quel gâchis! 


Mais c'est le contexte qui a favorisé ça qu'il convient d'interroger. Espérons que le "haro sur le (seul) coupable" ne permettra pas d'esquiver la question principale.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.