23
Commentaires

Alep : l'enfant symbole réapparaît dans des médias syriens pro-Assad

Sa photo avait fait le tour du monde. Omran, le petit garçon d'Alep que l'on avait vu en août 2016 assis dans une ambulance, le visage hagard, après un bombardement, est réapparu en bien meilleure santé dans des médias libanais et syriens pro-gouvernement, comme l'a repéré

Derniers commentaires

"Le père d'Omran est-il favorable au régime ?"
"le groupe de journalistes militants [...] opposé au régime"
"une bataille de propagande avec d'un côté les Russes et le régime syrien"

L'auteur de cet article semble avoir adopté allègrement le terme péjoratif de "régime" qu'emploie la propagande occidentale pour désigner le gouvernement de Bachar el-Assad (et, d'une manière générale, tous les gouvernements qui refusent de se soumettre à sa domination).
Cet enfant va bien ,c'est l'essentiel .Espérons qu'il ne sera pas marqué à vie par le drame qu'il a vécu .
Sur les supposés lien du photographe avec les terrosites..

https://citizentruth.org/wp-content/uploads/2017/04/raslan-1118x760.jpg

https://eclinik.files.wordpress.com/2016/08/zenki-beheaders-with-ambulance-boy-photographer-1024x536.jpg
Grosse fatigue ...
Encore une fois.
Mais, ASI, censément, votre but est de décrypter, la propagande entre autres. Et là, c'est quoi? Des insinuations, des sous-entendus. Bien sûr, le père de l'enfant ne peut pas être sincère; soit il est menacé, soit c'est un suppôt du régime.

Tiens, au fait, maintenant qu'on ne plus en faire des tartines sur les victimes des bombardements du régime sur Alep, ne serait-il pas temps de s'intéresser à ce qui se passe à Mossoul? Et comparer les traitements médiatiques selon qui bombarde.
Ah un groupe de combattants au drapeau noir qui décapite un enfant à l'arrière d'un pick-up est donc "rebelle".. sûrement parce qu'ils n'ont pas essayé avec un marteau... (rebelles... qui? pro-quoi? financés par qui?)
Et le photographe hilare qui fait des selfies avec ces pas-contents, mais dont les liens avec ceux-ci sont "supposés", est ainsi "controversé"
A noter aussi que la bataille de propagande est exclusivement le fait des russes et des "rebelles":
"au coeur d'une bataille de propagande avec d'un côté les Russes et le régime syrien, accusés d'avoir mené le bombardement - ce qu'ils ont toujours nié, et de l'autre les rebelles"
alors que:
"La plupart des informations recueillies par les médias occidentaux provenaient de Mahmoud Rslan, le fameux photographe controversé"
ils sont donc insoupçonnables, pas comme les média pro-truc ou financés par machin...
Si on regarde à quoi ça ressemblait ici, avec le recul, pendant l'occupation, la vaste majorité des gens ne sont pas pro A ou B mais pro eux mêmes. Ils veulent, bien avant la liberté, la sécurité, physique et économique, puis le confort. A pratiquement tout point de la guerre en Syrie, c'est le gouvernement Hassad qui a représenté l'offre la plus convaincante. Isis, malgré ses surprenantes capacités administratives, offre moins de sécurité, d'abord parce qu'ils changent les règles qui amènent aux sanctions sur la sécurité civique (nouveau risque) en n'étant pas moins, voir plus violents que le gouvernement Hassad. Ensuite parce que pratiquement à tout moments la situation d'Isis a semblé moins forte, en terme d'emprise, que celle du gouvernement. La même chose peut être dite à tout point de vue des autres rebelles islamistes radicaux (dérivés d'Al Qaeda). Quand aux rebelles pro démocrates / non extrémistes religieux, ils sont ultra minoritaires et personne ne peut croire que les zones qu'ils tiennent leur resteront indéfiniment.

Donc si c'est vous ou moi à la place de cette famille, on est très probablement "pro Hassad" pour les anti hassad en étant pro nous, notre famille, notre sécurité, notre avenir. Même si on n'aime pas du tout Hassad, qu'on est dégouté de son état policier, etc. Il suffit d'avoir des enfants, on les regarde et il n'y a plus de difficulté à décider où se relocaliser.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.