67
Commentaires

Albanel, et le sondage sur le téléchargement qui tombe à pic

La ministre de la Culture l'avait promis au mois de janvier : une loi sur le téléchargement illégal serait votée avant l'été.

Derniers commentaires

[quote=Poisson]Je suis le contraire de ce que vous pointez du doigt.

Je vous ai cité à 2 reprises :

1) pour donner mon point de vue sur la différence d' échelle, entre la copie privée, le prêt tels qu'ils se pratiquaient avant l'internet et le caractère massif et banalisé du téléchargement de fichiers audio-vidéo aujourd'hui.

2) vous vous (nous) interroger "à voix haute" sur le fait que peut-être la baisse des ventes ne serait pas due aux téléchargements mais à un facteur plus économique lié à la baisse du pouvoir d'achat.
Je tente de répondre à cette question.
Pour moi, qui ai suivi l'évolution de ce problème, presque au jour le jour et depuis plusieurs années, la réponse à cette question, mainte fois tournées dans tous les sens, s'est imposée.
En formulant cette question comme vous le faites, vous minimiser et même vous sembler nier l'impact réel des téléchargements sur l'économie du secteur.
Permettez moi de penser que l'examen des faits ne vous donne pas raison, même si d'autres causes peuvent être invoquées comme celle que vous suggérez.

Ce que je veux dire, c'est qu'à aucun moment je n'ai présupposé votre comportement par rapport à tout cela et de ce fait, je me serait bien gardé de vous viser.

[quote=Poisson]L'usage du téléchargement est très limité, comme chez la plupart des gens où cela finit par se stabiliser parce qu'on a que 2 oreilles et pas un temps indéfini à consacrer à l'écoute.
Là encore vous minimiser le problème en tentant de vous dédouaner.
Je ne vous lance pas la pierre, j'essaie simplement d'avoir une vue plus globale du problème, où les exemples personnels ont peu d'importance.
Comme je l'ai dit plus haut, ne prenez pas votre cas personnel pour une généralité.
Le problème est le fait :
- d'un "noyau dur" très important de gens entre 12 et 40 ans (cette fourchette est très large et bien sur n'a rien d'exclusif) qui téléchargent de gros volume. Ce sont des gens qui après avoir entendu un titre ou une pub, après avoir vu une bande-annonce, se jettent sur la mule pour en jouir sans se poser plus de questions. Je reconnais que généralement on trouve plutôt des gens aux revenus modérés voire modestes (pour ceux en âge d'en avoir), mais pas exclusivement, je peux affirmer que de nombreux pratiquants fervents ont de très bons revenus. (j'avais une clientèle importante de milieux et niveau social très variés).
- d'une multitude de gens, comme vous, qui sont des "occasionnels", et probablement font très peu de tort, sauf que peu multiplié par des millions, ça arrive toujours à faire beaucoup. Et surtout participent à la banalisation du phénomène, à sa minimisation et au final à sa déculpabilisation.

[quote=Poisson]Économiquement, votre argumentation n'est pas claire

Je ne comprends pas bien ce que vous ne trouvez pas clair.
Plus la possibilité offerte à n'importe qui, même aux plus novices d'en faire du commerce (cf ventes de copies de film dvd ou divx sur tous les marchés aux puces de France).
ça veut juste dire que la possibilité de diffuser des copies illégales (on ne peut plus parler de copies privées là), autrefois marginale, est aujourd'hui accessible à tous (jeunes ou moins jeunes) et que ça aussi change l'échelle.

[quote=Poisson]Je n'ai pas bien compris votre parti-pris dans votre réponse. Finalement qui est visé?
Je ne sais pas quoi répondre que je n'ai déjà dit, si vous en avez le gout, relisez d'autres message que j'ai postés plus haut ou préciser vos questions, je me ferais un plaisir d'essayer d'y répondre , sinon tant pis...

[quote=Poisson]Le bâton ne me fait ni chaud ni froid et je ne connais personne que ça impressionne.

Vous m'étonnez beaucoup, en général, et on peut le déplorer, c'est ce que la société a trouvé de plus efficace.
En particulier dans ce domaine, la preuve a déjà été faite dans quelques pays où une loi similaire a été appliquée. Désolé, je n'ai pas plus de précision et je n'ai pas mémorisé les pays en question. Ce qui est certain, c'est que les courageux "pas impressionnés" seront comme toujours beaucoup moins nombreux quand l'application de cette loi sera effective.
Ce qui est très regrettable, c'est qu'en rejetant le principe de cette loi, on ne se met pas en bonne condition pour en combattre les excès ou les injustices qu'elles peut occasionner.

Pour ce que vous dites au 2ème paragraphe, vous avez probablement raison sur le fond, mais le téléchargement non autorisé, comme vous ne manquez pas de le préciser, n'est pas la seule source d'élargissement de votre horizon.
l'écoute gratuite sur le net : d'énormes possibilités que personne ne conteste, les copains qui gravent : le prêt d'objets achetés légalement n'est pas prohibés et tant que cela reste dans le cercle privé (famille, amis), cela relève du droit à la copie privée, ou pour être plus précis, d'une extension tolérée de ce droit.

Cordialement
certains commentaires de ce fil sont vraiment à pleurer.
j'ai 26 ans, quand j'étais petit je copiais des cassettes, j'enregistrait la radio, copies privées à usage privé.
alors quoi, j'étais juste un voleur, a l'âge de 8 ans?
Maintenant, je copie des films via p2p. En effet je ne regarde que des films pas vraiment récent, en vost uniquement. Je n'ai pas de television, et dans ma ville il n'y a que des méga cgr. Si je ne les télécharge pas, je les voit où ces films?
En gros si t'as pas d'argent t'as qu'a regarder la télévision? Le service publique, de qualité? FBI portés disparus?
Je suis un smicard, de l'argent pour les majors, j'en ai pas et j'en aurait jamais. On se fait pomper du fric à longueur de journée, pour financer les banques qui ont été vilaines et qui on fait joujou à la bourse, pour redonner du blé à tous ces pauvres riches éxpatriés parce qu'il paye trop d'impôts, et en plus faudrait encore donner de l'argent a Jhonny Halliday et ses amis?
Vous vous battez contre des moulins à vent, la société à juste pris un grand virage en découvrant internet, et maintenant il faudra faire avec.
Les artistes qui ont un public y arriveront toujours, peut-etre qu'il vont en chier, c'est sûr, mais qui aujourd'hui à une vie facile? Moi? Qui suis mécanicien a 8,44 euros brut de l'heure? ou mon voisin le plombier?
Vous voulez, qu'on retourne dans les cinémas? commencez à passer des bons films!
Et le coup de la pétition des 50 artistes, c'est pas de la connerie en barre? Jhonny Halliday, JJ Goldman, et Renaud, qui chantait il fût un temps "société tu m'auras pas?".
C'est vraiment du grand guignol
Du nouveau à ce sujet :
52 artistes soutiennent la loi contre le téléchargement.
Je pense qu'ils vont être mal vus…
Merci à Alain B. et Francès Pérance pour leur commentaires détaillés ci-dessus.
Et chouette clip, Alain. Quel montage.
Quand les artistes rendent hommage au net :
http://newsletter.lesinrocks.com/I?a=A9X7Cqj5207U8Qt2uqfcILbjyA
Je ne crois pas que les Majors se battent pas pour les droits des artistes mais bien pour leurs propres revenus.. Car si la vente des disques n’est plus au beau fixe, il faudrait quand même nous parler des autres revenus de ces Majors
1 / les droits d’auteurs via « l’édition ». Et oui ces Majors qui vendent des CD sont aussi Editeurs. De quoi vivent les éditeurs : des droits des auteurs qui ont signé avec ces éditeurs des contrats leur permettant de toucher à vie jusqu’à 50 % des droits d’auteur sur une musique et/ou des paroles d’un auteur et/ou compositeur !!! Cela se comprendrait si les Majors en tant qu’éditeurs faisaient réellement la promotion des artistes qu’ils ont en catalogue mais c’est loin d’être le cas. Je ne parle pas des « vedettes phares », qui bien souvent d’ailleurs ont créer leurs propres boites d’édition, mais de ceux moins ou pas connus pour qui ils se doivent, puisqu’ils ont signé un contrat, de participer financièrement aux tournées, aux frais d’attachés de presse, en un mot au lancement d’un artiste. Or même des contrats signés avec un budget minimum d’investissement dans la promo ne sont pas respectés, par contre ils ne redonnent pas les éditions quand ils ne s’activent pas ou quand ils mettent l’artiste dehors. Alors est-ce vraiment pour préserver les artistes ?
2/« Ajoutez à cela quelques bons deals sur des secteurs annexes qui lui permettent de compenser la baisse de revenus du disque…. Universal Music, fort de son réseau de 80 vendeurs couvrant près de 5000 enseignes (Fnac, Carrefour, Auchan...), distribue tout le catalogue des films de Studio Canal (une autre filiale de Vivendi). Vive les synergies ! « Je couvre ainsi mes frais fixes sur un support, le DVD, qui ne concurrence pas les nôtres », se réjouit Pascal Nègre. Donc, le roi du disque surfe sur le boom du DVD et se paie le luxe de distibuer « 9/11 », le succès de Michael Moore...
3/Idem pour la téléphonie. Puisque les jeunes en raffolent, il pactise avec Bouygues Telecom et commercialise son forfait Universal Music mobile : 100 000 abonnés y ont souscrit (en 2005). Il touche une redevance mensuelle sur chaque abonné... C'est tout bénef ! »
Extrait de l’article paru sur le point.fr Universal Music - Pascal Nègre à pleins tubes)
4/N’oublions pas la redevance pour copie privée. Cette rémunération pour copie privée a été instaurée par la Loi Lang du 3 juillet 1985 afin de compenser les pertes qu’engendre la copie par les particuliers de phonogrammes et des prestations enregistrées et diffusées par les radios et les télévisions, la loi a institué une redevance perçue auprès des fabricants et des importateurs de supports d’enregistrements vierges (sonores et audiovisuels).
Depuis la liste des supports assujettis à cette redevance s’est largement étendue :156 millions d’euros ont ainsi été récoltés en 2006
Les Majors ont-elles simplement pensé à baisser le prix du CD ou du DVD ???… mais il faut bien financer le salaire d’un patron de label qui émarge à « 83 330 euros de salaire mensuel (1 million d'euros par an, l'équivalent d'un disque de platine). Son bonus annuel, en revanche, s'est effondré avec la crise du disque. Salauds de pirates ! »
Se sont-elles demandées si la chute des ventes n’est pas aussi due à la pauvreté artistique qu’on nous balance à coup de Star Ac, Pop star et autres émissions faites pour que les Majors puissent s’enrichir sur le dos des téléspectateurs (imaginez les droits d'éditon qui tombent à chaque passage télé et j’imagine que les reprises sont des titres exploités par ces mêmes majors) ?
S’ils arrivent à verrouiller internet j’ai bien peur qu’on dise adieu à toute la diversité d’artistes qui s’expriment actuellement sur le net, à l’image de ce qui s’est passé pour les « radios libres » qui ont été détournées de la liberté qu’elles auraient pu offrir à la musique, et diffusent pour la plupart les mêmes programmes musicaux réducteurs pour cause de besoin d’audimat aux fins de vente de plages publicitaires (heureusement certaines comme Nova, Fip et d’autres tiennent bon). Une telle loi est, à mon sens, plus faite pour que l’industrie de la culture verrouille le marché avec un risque de pauvreté artistique, que pour protéger les artistes.
De plus et ce n’est pas négligeable, cette loi permettrait la surveillance sans pareille des activités des internautes, la tenue d’un fichier des internautes sanctionnés conservé jusqu’à un an pour un simple téléchargement et la privation aveugle d’un droit à l’information.svm le mag
Tu es compositeur de musique, auteur de paroles de chansons, réalisateur ? Ton art peut se démultiplier de manière immatérielle ?
Fais autre chose !
Ou alors fais-le gratos, parce que maintenant les gens estiment que ton art leur est dû, gratuitement.
Voui, c'est le "partage de la culture", qu'y disent. Que c'est la faute aux majors, même que !
Bon, reconnais que c'est pas très grave si tu n'arrives plus à joindre les deux bouts.
Quand on est artiste, on flotte dans l'intergalactique. Pas besoin de "pouvoir d'achat".
(Oui, "pouvoir d'achat", le truc que les français y exigent.)
Toi, t'en a pas besoin, tu es une note de musique, un cri, un murmure, une image divisée par 24.
Je sais, arrête, tu me l'as dit cent fois que c'est pas toi qui a choisi le système du "droit d'auteur".
Tu veux bien répandre ton dernier morceau partout si tu as suffisamment pour manger, dormir,
regarder la télé. Mais, pour l'instant, ça fonctionne comme ça. Le droit d'auteur.
Mais, merde, tu pourrais faire un effort pour moi, le client !
On a payé les DVD hors de prix parce que les pouvoirs publics voulaient verser une partie de ce surcout à la SACEM, , la gravure d'œuvres originales étant monnaie courante. La Sacem est une société florissante, qui taxe entre autre, tous les commerçants diffusant de la musique.
La protection des DVD a ensuite limité la copie. Seul le téléchargement était encore épargné.

Je me souviens de ces émissions de reportage TV, montrant, il y quelques années les internautes , le visage flouté, téléchargeant des chansons et les gravant... Ils étaient présentés comme le nec plus ultra de l'informaticien débrouillard ! la caméra montrait l'arborescence de leur disque dur avec les noms des dernières compiles à la mode. En voila des gars qui étaient bons en informatique, pas loin du génie.

Plus tard, tout le monde a su, grâce à des logiciels bien diffusés, télécharger... C'est l'un des succès de l'ADSL, on téléchargeait plus seulement de la musique, mais des films....
Les grands distributeurs ne voyaient plus leurs jeunes clients qu'ils ne pouvaient plus arnaquer.

Maintenant, tout va se règlementer, les distributeurs Internet ont bien vendu leur ADSL, les majors du disque vont reprendre le marché et il faudra passer par eux pour télécharger...
Il gagneront encore plus car ils ne fourniront ni le support (DVD ou bande magnétique) ni la jaquette. Mais nous nous continuerons à surpayer les DVD et autres cartes mémoires. Tout rentre donc dans l'ordre.... On se fait bien fait avoir, pas vrai !
une question quand même me vient à l'esprit...

en France, nous payons une taxe sur la copie privée. en octobre dernier (2007), une super taxe est passée par dessus; la SORECOP que ça s'appelle...
elle affecte absolument tous types des mémoires dits non-volatile; clés USB, mémoires flash et HDD externes et pour bientôt les internes (jusqu'à 23.00€ HT sur les HDD multimédias)

donc nous payons une taxe pour "pallier" aux pertes créées par le "piratage" .
ainsi, si cette loi (merci à l'ex patron de la fnac) passe, cette taxe n'aura plus lieu d'être puisque tous les anarchistes de la culture pourriront au fond d'un donjon.

cqfd
Sur la télé publique : un édito du Monde qui met les pieds dans le plat
http://www.lemonde.fr/opinions/article/2008/05/28/le-fait-du-prince_1050687_3232.html
une question me vient à la lecture des futures sanctions : imaginons que mon mari ou mon fils télécharge illégalement et à mon insu, on suspend l'abonnement, j'en serais donc privée, bien que non coupable ? !
S'il n'y avait que cela... Non contents d'essayer de faire passer un projet de loi liberticide, avec toutes les dérives déjà dénoncées plus haut, ils essaient en plus de convaincre toute l'Europe de faire pareil, alors que l'Europe critique ouvertement le choix répressif des Français. Cela ne dérange pas la France, qui à la demande des majors, propose d'abaisser le niveau de la vie privée, afin d' autoriser les majors à installer des logiciels espions vérifiant que ce que fait l'utilisateur n'est pas illégal.

Alors je vous demande de quel droit tout le monde devrait être fliqué sur sa machine personnelle par les maisons de disques ? De quels droit ils installeraient quelque chose dont on ne veut pas ? Ils ont déjà oublié le fameux rootkit Sony-BMG ? Sous prétexte de gérer les DRM (pour vous autoriser ou interdire la lecture ou la copie de musique ou vidéos), celui ci se cachait du système d'exploitation, et pouvait donc faire ce qu'il voulait à votre insu (si Sony-BMG l'avait voulu, il aurait pu prendre le contrôle de la machine, à la manière d'un cheval de Troie par exemple).

Et ce sera quoi après ? Les vendeurs de livres électroniques ? De vidéo à la demande ? Tout le monde devrait se mettre à nous installer des saloperies sans notre accord, et on devrait fermer les yeux ? Je trouve tout cela révoltant !
http://www.iwouldntsteal.net/
il y avait aussi le rapport de Rocard à Royal sur internet, mais il est passé par pertes et profits on dirait...
Hélas, ce n'est ni la première fois ni la dernière fois qu'une loi refuse de s'adapter à l'évolution de la société et de ses pratiques.

Hier, c'était le NouvelObs qui publiait le « Manifeste des 343 » pour s'opposer à la pénalisation de l'avortement. Aujourd'hui, l'instigateur du texte en préparation au gouvernement, M. Denis Olivennes, est directeur général délégué et directeur de la publication de ce ce (même ?) NouvelObs.

Les temps changent, la presse aussi...
Cause ou conséquence de la désaffection des jeunes pour la presse écrite ?

PatriceNoDRM
Mince alors opiionway a trouve son maitre et plus fort que lui dans la manipulation des sondages
L histoire se répete tout le temps pourtant : une mesure contestee voire plus et pan un sondage qui arrive et qui permet de dire au ministre voire au ministre president : " vous voyez bien que la mesure est bonne puisqu elle est approuvee parles francais "
et plus de discussion possible " vous avez tord puisque les francais le veulent "
quel qualificatif donne a ce régime ???? vous avez le choix
Oulà le vilain mensonge : comme si la loi en question se substituerait aux peines encourues contre l'atteinte aux droits d'auteur.
Il m'étonnerait bien que le seul risque a télécharger illégalement soit l'envoi d'avertissements et une simple courure internet.
Cette dernière ne sera là que pour la masse... mais les peines citées dans le sondage continueraient bien entendu d'être appliquées en cas de "piratage".

Anthony
Ce que ne dit pas le ministère de la culture :
- ce n'est pas le pirate qui est condamné mais le propriétaire de la ligne et que ce dernier doit garantir sa sécurité (CA c'est de la justice, ou je ne m'y connais pas).
- une ligne wifi (active par défaut) est piratable plus ou moins aisément.
- que les entreprises sont également concernées. (ça ne gène personne de laisser aux mains de sociétés privées - genre vivendi, vu que c'est un des intéressés - le pouvoir de faire fermé les ligne de ses concurrents ?).
- que le dispositif se passe de la justice pour régler ses petites affaires.
- que la fameuse graduation de la riposte est à la "discrétion" de l'autorité chargée de faire fonctionner le bazar (du moins dans le dernier texte qui a filtrer sur le net).
- que l'autorité est de toute façon obligée de faire de la délation auprès des pouvoirs judiciaires quand ils pincent un contrevenant, et donc il tombe sous le coup de la loi contre la contrefaçon, jusqu'à 300k€ d'amende et 3 ans de prison - c'est ce qu'on appelle une double-peine, comme on l'a mis sur les crimes les plus horribles - on me dira que le président avais allègrement comparer le piratage au meurtre, alors pourquoi pas...
- que le texte prévois que le condamner devra quand même payer sa ligne alors que la lui a coupée.
- que le système pour fonctionner se doit de filtrer tout ce que vous télécharger (oui, oui, la liberté individuelle tout ça, c'est pas comme si c'était important).
- que d'interdire un moyen de communication de plus en plus populaire pour quelque raison que ce soit, est, quoi qu'on en dise, une privation de liberté (et un super moyen de tuer dans l'oeuf des propagandistes virtuels).

Ce que n'a pas prévu le ministère de la culture :
- que le nombre de pirate en herbe concerne une grande majorité des lignes et que si justice est faite, la France retournera à l'age de pierre d'Internet, et tuera tout un pan économique.
- que les gens résilieront quand même leur ligne coupée (car sinon c'est simplement du recel, qui est un petit peu interdit), ce qui fera grincer quelque peu les dents des fournisseurs.
- que les études indépendantes sur le sujet montrent que l'impacte du piratage à plutôt un effet bénéfique sur l'achat des produits dérivés, tuer le piratage ce serait mécaniquement perdre encore plus d'argent pour ces majors, quelle rigolote ironie.
- que tout les téléchargements illicite ou pas passeront par du p2p crypté impossible à filtrer, comme ça les gonz auront tout gagné, non seulement ça n'arrêtera pas le piratage, mais en plus, cela obscurcira totalement la visibilité de ce qui est téléchargé. Non seulement on perd en contrôle , mais en plus, accentuera le piratage vu qu'il pourra se faire en toute impunité !

Le texte est non seulement liberticide il est aussi très dangereux et peut être utilisé à des fins malveillants, et quelque soit le scénario aura des conséquences fâcheuses pour une partie de l'économie.
M'est avis que le texte est un échec annoncé comme l'était la dadvi - vous savez, la loi dont le but est simplement de tuer la copie privée alors que nous payons des taxe faramineuse dessus, mais tout le monde s'en fout - mais contrairement a son prédécesseur, le texte ne passera probablement pas, ou alors vidé de toute sa substance et sera inapplicable.
Cette lois cristallise pour moi sur quoi tend le fonctionnement de notre société : Toujours faire porté le chapeau à la population qui dans son ignorance, son apathie et sa résignation ne dit plus rien depuis longtemps, plutôt que de remettre en question les systèmes qui sont en train de couler (rappelez vous, l'économie va mal parce que le français ne travaille pas assez, surtout pas parce que la gestion étatique est complètement foireuse)

Je trouve le travail de communication des majors sur ce sujet tout bonnement fabuleux, les gens en viennent à trouver des aberrations pareilles totalement normales. que le téléchargement est le crime du siècle (plusieurs minutes obligatoires au début des dvd originaux qui nous traite de pirate, si ça c'est pas fort !), et surtout, le mieux que le piratage est entièrement responsable de la crise des majors ! De faire de jolis amalgames du type industrie du disque = création musicale - évidement personne ne peut tolérer que cet art disparaisse - tout le monde oublie, que la création musicale ou autre n'a pas besoin d'industrie pour vivre, mais que l'inverse, oui. On pourrait supprimer internet, que leur navire coulerais quand même ! Le responsable est simplement le changement de la société, de la consommation, plus de jeux vidéo, de portable, d'internet, donc moins de musique, de télé et de cinéma, les gens n'ont pas le porte-monnaie extensible, surtout en ce moment ou les choix de dépense sont regardés de prés par la plupart des gens...
Ça c'est une bonne idée.
Pour le reste, le gouvernement veut faire plaisir aux grosses boites et bien le faire savoir, rien de neuf sous le soleil.
Ça c'est le rêve de nos politiques actuels: supprimer le vrai internet en le remplaçant par le minitel 2.0 (voir ci dessous)...
Histoire d'étendre le contrôle toujours plus loin.
Au passage, merci aux deux Damiens (Martins, puis le Farfadet pour le relais).. grâce à cet éclairage essentiel sur ce qu'est exactement internet de nos jours.
VIDEO PAR ICI
C'est la conférence disponible légalement et gratuitement de Benjamin Bayard.
Je crois pas que cette loi soit si liberticide que ça. C'est vrai qu'il y a peu de procès pour piratage, mais les peines encourus sont très lourdes. C'est ce qui freine les majors à porter plainte. (de peur de nuire à leur image, je suppose).
Donc l'idée de la ministère et du rapport Olivennes de mettre des sanctions plus au fait de la réalité.

Le vrai problème de cette loi, c'est la méthode utiliser pour prendre la décision de sanctionner. Il y a le court-circuitement de la justice en tant qu'institution. C'est aussi sur ce point que la cour européenne se pose des questions il me semble.

Enfin, je crois qu'il s'agit de mesurettes qui ne résoudront pas le problème. (Faudrait déja une offre de films légaux correcte).

Et je crois qu'il s'agit pour la jurisprudence d'acte de dontrefaçon. La loi DADVSI n'a rien changé sur ce point. (à vérifier).
La compagne de propagande des majors commence... Pour protéger leur intérets, ils sont capables de faire voter des lois liberticides. Heuresement la cours européenne a quelque peu freiné leurs ardeurs.
Numerama en parlait hier, et portait la même conclusion: tout est dans l'alternative.
Par exemple, Chirac en 2002 a été élu avec 82,21% des voix face à Le Pen...
Ah ! Johnny ! Fais-moi mal !

C'est une technique de vente ultra banale : "Préférez-vous le vert ou le bleu, Madame Michu ?" (on fait mine d'oublier qu'elle ne veut probablement pas du tout de l'ignoble machine, mais avec un peu de chance, comme on ne lui offre pas de porte de sortie, à Madame Michu, elle va citer la couleur qu'elle préfère... Et puis elle sera piégée et elle achètera ce dont elle n'avait ni besoin ni envie !


***
J'attendais la question !! J'ai lu ce matin la news sur le site de Clubic, mais aucune explication sur la question posée... Vu les chiffres, personne ne se faisait d'illusions sur la méthode. J'ai même du mal à comprendre comment on ne peut avoir QUE 74% ! Il y a donc 26% des personnes interrogées qui préfèreraient aller en prison et payer directement une amende ??
Il est scandaleux qu'un ministre se base sur un sondage dont on connait tous la valeur pour appuyer et justifier ses propositions de lois définissant les règles pour 60 millions de personnes.

Merci pour cet éclaircissement. Ça tombe bien, il y a des éclairs sur la capitale...
Merci pour cet article. Effectivement, une fois qu'on connaît la question posée, on comprend mieux pourquoi les sondés ont donné cette réponse... Pourrait-on savoir également les données du panel des sondés (par téléphone? sur combien de personnes? quand?), qui sont souvent utiles pour connaître quels sont les marges d'erreurs. Surtout que, par exemple, je crois que si le sondage est fait par téléphone, les personnes possédant le téléphone illimité via VOIP ne sont jamais interrogées... Or ce sont elles prioritairement qui risquent de connaître, voire de pratiquer plus ou moins, le piratage, ayant accès à Internet haut débit...

Merci de nous démontrer par a+b qu'il n'y a pas qu'opinion way à maîtriser l'art manipulatoire des questions orientées...

J'ajoute en lien le texte classique de Bourdieu, l'opinion publique n'existe pas, à propos des sondages d'opinion.

Hurluberlu
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.