14
Commentaires

Aillagon fait visiter Versailles (et Koons) aux blogueurs...

Blogueurs, rendez-vous à 18h précises au château de Versailles, pour une visite privée de l'exposition Koons dans le Grand Appartement du Roi, la Galerie des Glaces, et l'Appartement de la Reine en présence de Jean-Jacques Aillagon, le maître des lieux, patron de Versailles.

Derniers commentaires

voir ici pour alimenter le sujet

http://www.monde-diplomatique.fr/2008/08/PATAUD_CELERIER/16183
où je vais détonner : j'aime bien Koons, cela me fait rire, surtout le chien puppy devant le Guggenheim de BILBAO.
Les formes douces, lisses et froides (un peu comme lui) me paraissent ironiques. Quant au reproche de ne pas travailler seul, retiré en ermite, il est absurde. Vous croyez vraiment que Richard Serra découpe ses tôles au chalumeau dans un garage ? Rubens dirigeait un atelier de 200 personnes et ne bossait que pour les riches et les puissants. cela ne fait pas de lui une buse que je sache.
Enfin, ce qui me déplaît le plus dans cette affaire, c'est bien le palais de Versailles. Ce bâtiment est très faible, pauvrement baroque. C'est une mauvaise période pour l'architecture en France. Et puis il puait la pisse dans tous les recoins.
Il n'y a que le jardin qui soit bon.
Quand bien même ce serait un chef d'œuvre etc Koons une nullité, alors quel risque pour le Château ? Au pire cela lui fait un faire valoir, non ?
Je n'ai jamais dit que Versailles était un chef-d'oeuvre !
Mais voir propulsé un tel imposteur dans un espace qui ne peut que continuer à lui faire du buzz...
On est libre d'aimer ou pas. En matière artistique, tout est permis. La seule vraie question est : pourquoi lui ?
Et la réponse est "parce qu'il coûte cher".
Conforme à la politique bling-bling en oeuvre tous azimuts.
Le chien en plastique aux formes marrantes, le homard orange, c'est formidable.... à la Foire du Trône ou à l'Elysée.
En ce moment, c'est pareil.
non mais vous avez quoi contre versailles ?
ne serait-ce que pour les jardins, effectivement, et c'est peu dire !
le projet dans son ensemble est formidable, et historiquement émouvant (si je peux me permettre)

ça force le respect
c'est pas parce qu'on est @sinaute qu'on va se mettre à tout dénigrer, tout de même ;-)
La bonne vieille technique de la tenaille : entre deux assauts contradictoires, maintenons le cap.
Rien contre Versailles qui par ailleurs n'est pas un chef-d'oeuvre mais une entreprises de propagande.
Une machine à éblouir le quidam fin XVIIe-début XVIIIe, dont on peut dire que c'est une pure réussite économique malgré les tragédies humaines associées à sa construction.
Louis XIV était un visionnaire : il a fait comme beaucoup, il a investi dans la pierre et ça continue à rapporter à la France du tourisme.
Mais c'est un endroit froid, pompeux, écrasant, inhumain par la taille. Les productions de la Jeff-Koons-inc lui conviennent comme les moustaches conviennent à la Joconde.
Enfin, gageons que l'on parlera encore du mausolée lorsque les chef-d'oeuvre koonsiens seront dégonflés.
Mes chers amis,

Nous sommes ici, non pour Versailles et son Histoire, mais pour fêter le RETOUR triomphal d'Aillagon !
Pleureuse parmi les pleureuses quand il s'est fait débarqué par Chirac, prêt à toutes les bassesses pour se recaser -car on ne gagne rien en étant simple prof-, une fois encore, nous refait la démonstration que le ridicule ne tue pas.
C'était moche à Venise, c'est moche à Versailles...
Pinault-Aillagon, même combat.
Qu'il est donc pathétique de voir encensés des imposteurs sous prétexte d'éviter le ridicule en passant "à côté" d'un éventuel Monet ou Van Gogh...
On dit que Jeff Koons ne salit pas beaucoup ses costards en élaborant son oeuvre... Voilà un gars qu'il est soigneux et organisé !

Bref, esthétique à part (il s'agit éventuellement d'art, pas vrai ?) le coup du homard orange, fallait le faire. Elle est là la vraie démarche artistique : tester jusqu'où on peut se foutre de la gueule du monde sans se retrouver roulé dans le goudron et les plumes.
De ce point de vue, c'est un pur chef-d'oeuvre...
Napoleon qui s'approprie Versailles en modifiant pas mal de choses..., ensuite un petit train qui nous y ballade, un resto dans le parc qui nous la joue privilèges d'aristo (les places y sont chères et y manger coûte cher) face à des barques façon canotage au bois des parisisens, du peuple, tout se téléscope depuis pas mal de temps.
On change les abords du hameau de la reine, personne ne s'en aperçoit.
Et voilà que si on flanque une expo provisoire dans le chateau, ça fait réagir. Moi je remarque que le téléscopage s'achève, que le Versailles qui pour moi devrait être figé dans le passé, comme le Louvres (en vrai, je ne me remets pas d'avoir perdu celui de ma jeunesse) n'absorbe de notre présent que son côté marketing, commerce & tourisme.
Mais Versailles reste impassible devant un art contemporain qui ne sait quoi faire du lieu, sinon lui voler un peu de son prestige. Au moins cet art contemporain ne le récupère pas artistiquement et ne le dénature pas définitivement, donc pas de quoi se plaindre.
Merci Gilles Klein de nous faire partager cette visiste de privilégiés.
Le public regarde les oeuvres de Koons et pas les oeuvres du château. Ouaih, bof.
Peut-être que le château vaut d'abord pour lui-même, et pas forcément pour ses tableaux, dont certains ne sont pas d'origines, d'autres sont des copies. Quelques-uns sont intéressants. Mais sans de considérations sur Louis XIV et le programme iconographique global, pas de grand intérêt.
Ce qui ne veut pas dire que Koons se hausse nécessairement au-dessus du décor...

Pour les précédents rencontres art contemporain/art "classique", j'avais cru comprendre que les oeuvres s'inscrivaient dans une réflexion plus générale, et faisaient écho aux oeuvres du passé (c'était le cas au Louvre). Quid ici ?
Je n'ai absolument rien contre Koons, mais là, je ne vois pas bien le rapport en fait ? Une énième illustration du lien entre art et pouvoir ?
Votre interrogation laisse présager déjà de la qualité de votre réflexion et de votre final de toute beauté, très lyrique.
Votre discours monomaniaque est d'une intarissable monotonie, aussi ennuyeux qu'une colonne à Buren.
Que dire ?

balthaz a raison : la disparition de Richard Wright c'est grave, le squat de *** de Koons à Versailles on *** :

Seuls les touristes *** qui hantent ce château vont s'esbaudir ou s'horrifier (qu'est-ce que ça nous fait ?)

Pour tout dire il me semble que c'est très inapproprié, mais *** des tenants de "l'art" moderne style Aillagon - qui ont bien besoin de faire des coups pour qu'on se souvienne qu'ils existent - fait que c'est très approprié, soudain !

Souvenons-nous des *** et très onéreuses colonnes de Buren qui *** la cour du Palais Royal grâce à *** Jack !

P.S. : Tant que nous laisserons des *** disposer de nos impôts nous devrons supporter ce genre de ***...

***

Edit webmaster : Énervé le webmaster découpe par l'absurbe un post haineux de M. Guyot au hasard (pas le pire sans doute) répercutant ainsi l'énervement des @sinautes.
...koons, vraiment, je m'en fous, il me laisse totalement indifférent

une autre nouvelle VRAIMENT importante :

Richard Wright vient de mourir. Ceux qui espéraient revoir PF une dernière fois ensemble n'ont plus que leurs larmes pour pleurer

cela dit je pense que koons est à l'art ce que les subprims sont à l'économie
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.