24
Commentaires

Agressions sexuelles par élus : l'après-DSK a commencé.

Deux ex-employées municipales accusent d'agression sexuelle Georges Tron, le secrétaire d'Etat à la Fonction publique, qui est aussi maire UMP de Draveil (Essonne). Le parquet a ouvert une enquête préliminaire. Dans la presse ce jeudi, Libération donne des détails sur les accusations portées contre lui, tandis que Le Parisien publie des témoignages d'habitants de Draveil, et le site de L'Express revient sur les relations entre Tron et le Front National.

Derniers commentaires

Ce que j'ai appris en écoutant cette émission, c'est qu'il était prévu qq chose contre DSK de la part de l'Elysée!
Pourquoi n'approfondissons pas le sujet, Mr Schneidermann? j'aimerais en savoir plus.
Et puisque la DST était si active sous Mitterand, pourquoi ne serait-elle pas impliquée dans l'affaire DSK?
Tout le reste c'est bla bla bla
Moi j'dis, sur les viols et les agressions sexuelles, il y a une dame du Bangladesh qui a trouvé la solution : http://inde.aujourdhuilemonde.com/bangladesh-elle-tranche-le-penis-de-son-violeur-et-lapporte-la-police

Et hop, plus de kiki.
Deux affaires similaires : un homme politique de premier plan, accusé de viol.
- L"un est traîné dans la boue ; la plaignante à droit à toute la compassion due à la "victime".
- L'autre est présenté comme la possible cible d'une machination. Les deux plaignantes ne sont à aucun moment présentées comme des victimes.
Ce qui est remarquable, c'est que presque tous les organes de presse écrite et télévisuelle sont - à quelques rares exceptions près - sur la même longueur d'onde.
La multiplicité titres et des chaînes de télévision et de radio ne fait pas la pluralité de la presse.
Ce n'est plus de l'information mais de la communication (le nouveau nom de la propagande).
Pour se désintoxiquer (quoique), faut qu'il embauche des femmes qui refoulent des arpions.

Casse toi pauv' Tron comme disait l'autre.
Paradoxalement, ça fait plaisir. Depuis l'affaire DSK, la défense des femmes contre le harcèlement n'est plus seulement : "ne plus rester seule avec lui".

Pourvu que ça dure.
A lire certaines reflections du style une femme qui accepte de se faire masser les pieds par son patron pas etonnant .Delirant d entendre de telles absurdités. Quand on a un job on accepte hélas bien des choses pour pouvoir le garder. Ce delit s appelle Abus de pouvoir par personne ayant autorité . Ce sont en general de gros degeulasses et en lisant de telles choses , prouve que dans ce pays des droits de l homme ou les femmes n ont eu le droit de vote que depuis 1945 ,et ne sont que 12% à l Assemblée Nationale , il y a encore du chemin a faire.Comme a dit une femme celèbre parlant de la presomption de la victime sur le cas DSK.une femme immigrée en bas de l echelle sociale qui fait des menages dans un hotel, qui porte plainte pour agression sexuelle contre un homme des plus puissants de la planète , on devrait dire présomption de véracité c est valable aussi pour Tron.
Exercice illégal de la kinésithérapie, ça va chercher dans les combien ?
De ce que je sais, pour une des deux au moins ça a commencé dans l'espoir d'avoir un travail. Une fois le travail obtenu ça a continué...

A Brunoy, commune voisine, Laurent Béteille, sénateur-maire UMP, espère que Georges Tron «sera lavé de tous reproches». «A moi aussi, il m’a proposé de me masser les pieds. J’ai refusé mais je ne me suis pas senti pour autant agressé sexuellement», dit-il avec ironie."

Ben je ne vois pas pourquoi il a refusé alors, si il s'agissait d'une proposition amicale et sympathique, hein, c'est quoi ces manières de dégouté?
Est-ce qu'on peut dire que c'est étonnant, une femme qui accepte de se faire masser les pieds sur son lieu de travail par son supérieur hiérarchique ou son patron ?
Je trouve dommageable que ces deux employées aient choisi Maître Collard pour leur défense. Cela donne du grain à moudre au parti pour lequel il s'est publiquement revendiqué.

En tout cas, courage à toutes ces femmes qui osent enfin parler !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.