7
Commentaires

"Advergames'" : toi aussi, fais joujou avec les friandises qui rendent obèse !

La pub cachée, ce n'est pas seulement sur Youtube. Alors qu'en France, les publicités diffusées à la télévision pour les produits trop gras ou trop salés avant et après les dessins animés pourraient bientôt disparaître, l'industrie agro-alimentaire a déjà trouvé refuge dans un endroit où la législation est beaucoup moins contraignante : le net. Comment ces entreprises exploitent-elles ce curieux vide juridique ? C'est l'un des aspects de Malbouffe sans frontières, documentaire diffusé sur France 5 le 15 mars 2016, qui s'intéresse aux "advergames", ces jeux vidéo publicitaires qui ne disent pas leurs noms.

Derniers commentaires

C'est quand même loin d'être une révélation. En 1996 sortait Chex Quest, un FPS développé par Digital Café exploitant une version modifiée du moteur graphique de Doom qui à la particularité d'avoir été distribué gratuitement dans les paquets de céréales Chex de General Mills. C'est la première fois qu'un jeu était inclus à des céréales de cette manière et cela à été un succès, puisque les ventes ont augmenté de 248%. Le développeur à gagné de nombreux prix dans le domaine de la publicité grâce au jeu (dont le EFFIE Award for Advertising Effectiveness en 1996 et le Golden Reggie Award for Promotional Achievement en 1998). Cf : http://www.zeden.net/jeu/Chex-Quest_6.
Rien de nouveau sous le soleil, ceci dit. Il y avait déjà Cool Spot sur SNES en 1993, qui faisait de la pub pour de limonade gazeuse ultra-sucrée. [trollage]Il me semble d'ailleurs qu'Usul avait fait une vidéo dessus[/trollage]. Et si on creuse bien, on devrait trouver d'autres exemples dans la préhistoire vidéo-ludique.
A mes yeux, ça relève limite du crime contre l'humanité.
On sait que l'obésité est dangereuse.
On sait que l'obésité enfantine est dangereuse.
On sait que manipuler un gosse par un jeu vidéo est très facile.

Ces jeux vont nous préparer une cohorte d'obèses qui non seulement en souffriront une bonne partie de leur vie, mais en plus auront un impact sur la sécurité sociale. Ces jeux ne me semblent pas mieux que si on mettait en place des jeux qui inciteraient les gosses à fumer.
Qu'est ce qui est le plus flippant? Ceux qui développent? Ceux qui commandent? Ceux qui téléchargent? Les parents qui laissent les tablettes éduqués leur gamins ?

On atteint quand même des sommets là je pense...
Il ne reste plus qu'à interdire les jeux à but publicitaire.

Si on ne veut pas interdire une petite taxe de 100 euros par application téléchargée devrait bien calmer les publicitaires...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.