34
Commentaires

Absentéisme : l'étude biaisée qui a fasciné les médias

"Un salarié du privé est absent 17 jours par an". C'est du moins ce qu'avance une énième étude sur l'absentéisme au travail, relayée sans vérification et recul par bon nombre de médias, et produite par un cabinet de consulting... qui vend aux entreprises des solutions contre l'absentéisme.

Commentaires préférés des abonnés

Bon article merci !

"La question se pose avec d'autant plus d'acuité quand l'on sait qu'Ayming n'est pas un organisme public de statistique et d'études, mais un groupe  de conseil privé spécialisé en "business performance". "


Oui et le traitement médiatique se compr(...)

En fait, il faudrait militer pour l'interdiction :


- du management ;

- de la publication d'énoncés du type "Les Français [font ceci]" ou "Les [une grande catégorie] [sont comme cela]"


On y verrait plus clair.


Bon et puis, dans la foulée de la mise au ver(...)

Derniers commentaires

Bon je précise ; je suis en dépression ; phase lacunaire.


Je fais un complément ; je remplis ma lagune.


Le plus périlleux en matière statistique (je trouve) c'est le recueil des données brutes. Il y faut une méthodologie et une confiance en de multiples petites mains chargées de saisir les données ; who feed les bécanes ? Il y a le Soleil vert et il y a l'intégrateur de données : libérons la parole des chargés de saisies. Passons.


En l'espèce, AG2R la mondiale est une mutuelle complémentaire (elle aussi, ça change) qui ne peut agréger que les arrêts de travail qu'elle indemnise : a priori donc pas les arrêts maladie sans couverture complémentaire, par les arrêts maladie payés par l'employeur à 100 %, pas les arrêts de travail non rémunérés (et pour avoir un peu œuvré dans le bâtiment ou le nettoyage, il y a des absences non justifiées par la maladie ; je croyais que c'était ça moi l’absentéisme, un arrêt de travail pour motif non légalement répertorié, mais je dois être détraquée comme on dit).


Côté statistique publique, nous avons la DARES qui fait publier des études (ségrégation professionnelle des femmes rien que ça) dont les analyses sont inversement proportionnellement pléthorique au succinctement recueil des données brutes.


Les données brutes de la DARES au format Calc à comparer à l'analyse : les mis en cause sont des poètes :-))).



Alors on lit :


Le salaire horaire net est le rapport entre le salaire net et le nombre d’heures annuelles déclarées dans les DADS.
Ces dernières sont des heures « rémunérées » (et non « travaillées » comme dans l’enquête Emploi), sur l’ensemble
de la période couverte par le contrat de travail. Elles intègrent les heures supplémentaires et complémentaires,
mais également les périodes d’absence pour congés, RTT, maladie, accidents du travail ou encore activité partielle.
Pour nombre de cadres au forfait annuel en jours, le volume horaire rémunéré fait l’objet d’une imputation dans
les DADS, en l’absence de déclaration de l’entreprise employeuse. Le salaire horaire net qui en découle peut donc être
considéré comme « estimé ».


Un comptable qui explique au patron la DADS : 


[Quelles différences entre heures travaillées et heures payées déclarées dans la DADS-U ?

Le nombre d’heures travaillées pour la période est déclaré dans la S41.G01.00.021 et le total des heures payées pour la période est déclaré dans la S41.G01.00.022.

Le nombre d’heures travaillées est le temps d’exposition au risque AT, on y déclare le total des heures de travail réellement accomplies au cours de la période.
Il faut exclure les congés payés et les autres absences quelle qu’en soit la nature (congés sans solde, maladie, arrêt AT, RTT, etc.).

N.B. Les heures supplémentaires sont bien sûr intégrées dans les heures travaillées car elles exposent le salarié à un risque accident de travail.

Le total des heures payées est le temps au cours desquelles le salarié est demeuré lié à l’établissement du fait de son contrat de travail et notamment pendant les périodes de maladie, accident du travail, y compris les heures supplémentaires, les heures RTT, à l’exception des périodes de congés sans solde.]


Si ça se trouve les heures des congés maternité sont dans les heures annuelles déclarées dans les DADS (le lien avec l'entreprise est maintenu), mais comme elles ne sont pas payées par l'employeur, elles ne sont pas dans le salaire net ; et ça fait chuter la rémunération des femmes ségréguées ?


Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Une définition du bien être statistique: les pieds dans le frigo et la tête dans le four.

Merci à ASI d'énoncer clairement ce que j'avais envie de hurler l'autre jour en entendant sur France Inter ce jeune consultant prétentieux qui a dû avoir son diplôme de statistiques dans une pochette surprise… mais c'est valable pour quasiment tous les commentaires des sondages : face à l'exploitation biaisée (et je ne parle même pas de la fabrication qui demande d'aller regarder les questions posées) face à l'absence d'une culture journalistique minimale pour faire des objections.

Cela me rappelle mes cours politico/statistiques à l'université : je faisais travailler les étudiants sur des résultats statistiques exactement semblables, tous avec les mêmes tableaux de chiffres. La moitié devait exploiter les résultats pour alimenter un discours pour (pour le loup en l'occurence) et l'autre moitié un discours contre. Et ceci sans trahir aucun des chiffres produits. Eh bien ça marche : on peut faire dire aux chiffres tout et son contraire de manière "scientifiquement irréprochable" !

En complement de la moyenne de 17 jours, biaisee par les arrets de longue duree, il serait  judicieux et interessant de calculer le nombre de jours medians en dessous desquels 50% des salaries se situent.

D'autre part, ces chiffres ne sont-ils pas disponibles a l'insee ou a un quelconque organisme d'etat?

Tres bon article en tous cas!

Je m'interroge toutefois sur ce passage:

"l'absentéisme n’a pas été calculé sur les quelques 250 jours ouvrés ou même les 300 jours ouvrables travaillés par les salariés en 2017, mais sur… 365 jours, incluant donc les samedis, dimanches et vacances. "Comme on ne travaille pas tous les jours de l’année, ça n’a aucun sens. Sauf à vouloir gonfler l’absentéisme", pointe Stéphane Béchaux. "

Si on rapporte les 17 jours a 365, on trouve un taux de 4.6%. Mais si on le rapporte a 200 jours travailles, on obtient un taux de 8.5%... Il me semble donc faux de dire que le cabinet de conseil a essaye de gonfler le taux d'absenteisme, c'est meme l'inverse!

Excellente mise au point. Cela dit, il serait nécessaire d'étendre le doute très légitime à l'égard des statistiques à bien d'autres sujets. J'ai eu récemment sur ce site une controverse à ce sujet et la majorité  semblait sanctifier les statistiques, vision objective et chiffrée des problèmes. 

Cette affaire nous montre qu'il n'en est  rien  et que bien souvent - pas toujours - les statistiques  sont des masques commodes pour étayer des thèses préexistantes. Je maintiens donc mon conseil. Fiez vous aussi à vos propres impressions et constatations. Et cultivez, à l'égard des statistiques, le doute systématique et salvateur. 

Les exégètes de tous bords s'affrontent sur la paternité de ces deux affirmations :


- "Les statistiques, c'est l'art de mentir avec précision"


- "Les statistiques, c'est l'art de se tromper avec exactitude".


L'une serait due à Benjamin Disraeli, l'autre à John Maynard Keynes.

Bonjour,


Ce genre de statistiques n'est pas nouveau. Ce même cabinet avait déjà publié de telles études notamment en 2009. Il s’appelait alors Alma Consulting Group.

On pouvait lire à l’époque : « L’absentéisme en France a connu un bond en 2009, avec 17,8 jours d’absence en moyenne par salarié, soit un taux de 4,85 %, contre 3,69 % en 2008. Ces résultats sont issus du deuxième baromètre sur l’absentéisme réalisé par Alma Consulting Group, publié le 12 janvier, et mené auprès de 200 entités, publiques et privées, représentant 410 284 collaborateurs. » (http://www.wk-rh.fr/actualites/detail/22606/l-absenteisme-a-encore-progresse-en-2009.html ). Ce taux était donc plus élevé à l’époque même si l’échantillon n’est pas tout à fait le même.

La bonne question c'est pourquoi il progresse et son lien avec les conditions de travail et la souffrance au travail. voir l'excellent site de Marie Pezet et son dernier ouvrage "Travailler à armes égales".

et ce n'est pas le rapport Lecocq sur la santé au travail qui risque d'améliorer les choses .

et Médiapart.

Et pourquoi ne met on pas en cause les médecins? Ce sont quand même eux qui délivrent les certificats médicaux. Et pas un travailleur qui se dit :"Bon là maintenant je suis malade jusqu'à la fin de la semaine prochaine".

Excellente enquête.

"La question se pose avec d'autant plus d'acuité quand l'on sait qu'Ayming n'est pas un organisme public de statistique et d'études, mais un groupe  de conseil privé spécialisé en "business performance". "


Oui et le traitement médiatique se comprend d'autant mieux quand on sait que les soi-disant médias ne sont pas des "organismes publics" d'information mais des groupes privés  (ou pas) spécialisés en "fabrique de l'opinion"...

Cela me rappelle cet aphorisme d'un statisticien : la moyenne, c'est comme un maillot de bain ; ça donne une idée mais ça cache l'essentiel.


Pour Béchaux, la chose est entendue : "Dire que le salarié français est absent 17 jours par an... ne veut strictement rien dire". 



cette phrase veut dire quelque chose mais elle est tout simplement fausse.

il y a 17 jours d'absentéisme par an par salarié du privé en moyenne , c'est une statistique.

de la même manière que quand on prend l'espérance de vie c'est 80 balais en moyenne ...... dans les 2 cas ca ne veut pas dire que tous les français prennent 17 jours d'arrêts maladies par an et ca ne veut pas dire que tout le monde va vivre jusqu'à 80 balais.

Donc la ou il y a tromperie ici ceux sont tous les médias qui ont titre "Un salarié du privé est absent 17 jours par an" ,ce qui est faux, comme on peut le voir dans les images de l'article (certains mentionnent la moyenne d'autres non) plutôt que "un salarié du privé est absent 17 jours par an en moyenne" ce qui est juste.


Je reste sur la sémantique parce qu'il est tout a fait possible que le rapport soit également faux mais la il faudrait une enquête alternative menée par un organisme moins intéressé....


En tout cas il y en a un qui ferait bien de prendre un d'arret de travail plutôt que de vendre l'idée que c'est super de bosser 24/24  7/7 comme il le faisait encore récemment : Elon Musk.



mes vaches doivent manger 2 KGS d 'orge , 0.6 kilos de luzerne , et 8 kilos de foin , si elles sortent dehors et cours trop je perds de la production , je peut me permettre de ne pas nettoyer leurs boxs pendant 3 jours , et puis dès que ça colle plus je la licencie a l'abattoir...j'envie pas les DRH qui doivent élever des humains , les pauvres ...

En fait, il faudrait militer pour l'interdiction :


- du management ;

- de la publication d'énoncés du type "Les Français [font ceci]" ou "Les [une grande catégorie] [sont comme cela]"


On y verrait plus clair.


Bon et puis, dans la foulée de la mise au vert des managers, on peut proposer aussi des places aux marketeurs et aux publicitaires (bien que ce ne soit pas la question dans cet excellent article).

"les français on beaucoup d'ampoules ".. Tant que ce ne sont pas des ampoules LED Zabou29 n'est pas fâché.

Bon article merci !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.