69
Commentaires

A propos, vous connaissez Catherine Griset ?

C'est comme une impression, depuis quelques semaines. L'impression que l'affaire des assistants parlementaires de Marine Le Pen

Derniers commentaires

Le sentiment général n'est-il pas que MLP n'a aucune chance de remporter le second tour? Elle n'est donc pas "intéressante" pour les médias, contrairement a FF qui était avant cette affaire le grandissime favori.
En outre, les faits reprochés sont de nature très différente: dans le cas de MLP, financement illégal de son parti, dans le cas de FF, enrichissement personnel.
Je vous propose une autre hypothèse :
Il est de l’intérêt des médias, et des puissants, de faire passer Le Pen, du moins au premier tour. Puisque ça fera gagner le second aisement (Macron par exemple)
Il n'est donc pas du tout de leur interet de mettre en avant les trucs qui ferait baisser Le Pen, c'est tout.

Il est de leur avantage de flinguer Fillon pour que tout le monde se reporte sur le petit fou, Macron, notre cher banquier, qui est largement soutenu par les puissants. (et financé par eux).

Voila, je pense que c'est super simple en fait la différence de traitement.
Les gens que je connais et qui disent qu'ils vont voter pour MLP n'en ont rien à cirer qu'elle soit impliquée dans des affaires : ils ne la croient de toutes façons ni honnête, ni compétente, ni en capacité de mener son programme, avec lequel ils sont en désaccord.
Ils disent qu'ils vont voter pour elle justement parce qu'elle n'est pas en mesure de gouverner, parce qu'elle n'aura pas de parlement avec elle.

Moi, je ne suis pas dans ce trip et c'est vrai que l'affaire Le Pen m'intéresse moins...Parce que j'ai toujours pensé que cette famille était constituée de voleurs, menteurs, profiteurs, violents.
Alors que je n'ai jamais apprécié les Républicains ni les Socialistes, mais les affaires qui les concernent me paraissent moins acceptables.
À tort, je m'en rends compte.
On m’a dit un jour que j’étais si honnête que j’étais conne.

À chaque fois qu’il y a une affaire en France, je me demande quel est le niveau de corruption générale et d'arrangements quotidiens
entre petits citoyens consentants pour que des grosses affaires telles que celles de Fillon et Le Pen, ou les évasions fiscales
puissent continuer tranquillement dans notre pays, sans que cela ne fasse scandale.
C'est comme une impression, depuis quelques semaines. L'impression que l'affaire des assistants parlementaires de Marine Le Pen n'est, aux yeux de la petite classe médiatique, qu'un demi-scandale, une affaire en pointillés, méritant moins la Une que l'affaire Penelope Fillon. C'est une impression, et c'est davantage qu'une impression. Prenons une période réduite-la matinée d'hier- où se trouvaient en concurrence deux informations sur ces deux affaires d'emplois fictifs : un rapport du Parquet National Financier indiquant que les éléments déjà recueillis dans l'affaire Fillon permettaient d'exclure un classement sans suite ; et celle d'un rapport de l'OLAF (Office Européen de Lutte contre la Fraude), révélé par Marianne et Mediapart, indiquant que Marine Le Pen avait rédigé un faux contrat pour un de ses assistants parlementaires. Eh bien la première a écrasé, pulvérisé, la seconde (voir ici le détail). C'est comme si l'affaire Le Pen n'existait pas.

Je sais que c’est lourd à faire, mais à mon avis, il vous faudrait réellement vérifier que ce n’est pas qu’une impression.
C’est à dire suivre les journaux télés sur ces deux affaires sur une plus longue durée.

Une matinée n’est peut-être pas suffisante pour avoir un bon reflet de l’attitude médiatique.

Je suis sûre que vous êtes d’accord.

Ensuite, je préfère ne pas être la personne qui se tapera ce travail quantitatif et qualitatif. :)
C'est pas un peu complotiste de présenter les choses comme cela ?
Explication plus qu'évidente cher Daniel S.
Cela a certainement dû déjà être évoqué dans les commentaires (je n'ai pas lu) mais l'explication semble coulé de source.

La Macronisation de nos chers médias mainstream !
Pensez donc ! Ne surtout pas amoindrir les chances que Macron se retrouve au 2eme tour contre la meilleure machine à se faire élire. J'ai nommé MLP.
Imaginez un instant que la droite, ou pire... la gauche passe le premier tour et se retrouve face à Macron... Non... Pas touché à Marine... C'est la meilleure caution pour une victoire avec au moins 65?. Autrement dit, le sacre absolu incontestable de surcroît...
Tout est écrit...Rassurez-vous cher Daniel S.
À moins que... Un grain de sable... Un dysfonctionnement... Un mauvais huilage... Qui sait...
"Reste donc une hypothèse : la petite classe s'est vraiment, sincèrement convaincue, que Le Pen est la seule alternative aux "tous pourris". Et cette représentation est tellement ancrée que rien ne peut la déloger."

Je ne suis pas d'accord, Daniel.

Il y a deux différences majeures entre les deux affaires :
1) Pénélope Fillon n'a jamais travaillé. Elle a donc gagné 1millions d'euros (et cotisé pour sa retraite) sans travailler! Dans l'affaire "Le Pen", les gens travaillaient.
2) La famille Fillon s'est directement enrichie au dépens de l'Etat français (alors que Fillon passe son temps à cracher sur les "faignants qui gagnent beaucoup sans rien faire"). Le Pen ne s'est pas directement enrichie avec cette nouvelle affaire.

Je fais personnellement une distinction entre les arrangements des partis (qui sont illégaux et que je réprouve) et l'enrichissement personnel (ce qui est aux antipodes de ce que devrait faire / être un politicien soucieux de l'intérêt général). Comparaison historique : les actes d'Alain Juppé dans l'affaire des emplois fictifs de la ville de Paris étaient condamnables mais étaient moins graves que ceux des Tiberi (faux rapports faits par Xavière T.).

Selon ces critères, l'affaire Fillon est beaucoup plus grave que l'affaire Le Pen.

Ce n'est donc pas seulement un prisme médiatique. Comme beaucoup de citoyens français, je suis personnellement beaucoup plus choqué par l'affaire Fillon que par l'affaire Le Pen. Et je suis très loin de penser que MLP est "la seule alternative au "tous pourris" ".

Ceci étant dit, il est en effet clair que cette campagne présidentielle est très favorable au FN et à son programme, ce qui est inquiétant.
C'est pourtant simple.
Le Pen sera quoi qu'il arrive au second tour et son adversaire est assuré d'être élu.
Fillon est le seul qui peut empêcher Macron d'être au second tour (selon les sondages...)
Pour moi, parler indistinctement d'emplois fictifs dans les deux affaires Fillon et Le Pen est totalement contre productif , parce que quand même je fais le crédit à Daniel de penser qu'il veut ainsi décourager les électeurs du FN..
Dans un cas (Fillon) il s'agit de détournements de fonds publics pour un enrichissement personnel et familial.
Dans le second cas (Le Pen) il s'agit (pour ce que j'en sais aujourd'hui) de paiement avec des indemnités d'attachés parlementaires européens, de salariés effectuant semble-t-il réellement des tâches. Je ne vois pas comment par ailleurs un garde du corps peut effectuer son travail à Bruxelles si le corps qu'il doit garder se trouve à Paris et par ailleurs les activités d'attachés parlementaires étant suffisamment floues, pourquoi pas garde du corps?
Entendre à longueur d'antenne, parler d'emplois fictifs, indistinctement, m'est pénible.
Les uns travaillaient, les autres pas, et c'est là une grosse différence. Pour ceux qui ne travaillaient pas c'est un détournement de fonds, cynique et intéressé, pour les autres c'est une combine, certes illégale et punie par la loi, mais perçue notamment par les militants comme dans l'intérêt de la cause. Je pense même qu'avec le système des fonctionnaires détachés, elle a connu une certaine légitimation dans le passé.
Prenez vous les électeurs du FN ce que je ne serai jamais , pour des imbéciles, incapables de faire la différence et comment voulez vous qu'ils n'en concluent immédiatement au deux poids, deux mesures, ce qui incontestablement ne peut que les conforter dans leur détermination?
De plus, cela me parait au bout du compte , banaliser le détournement de fonds de Fillon et oui c'est pénible!
Il me semble qu'il y a une autre raison pour la différence de traitement.

Dans le développement de l'affaire Fillon, l'impression qui ressort de plus en plus — chez moi, mais je suppose aussi chez d'autres —, c'est que Fillon a exploité sciemment, à fond, aux limites de la légalité, pendant des dizaines d'années, le système parlementaire, pour en faire profiter sa famille, et seulement sa famille. Autrement dit, j'ai vraiment l'impression que toute sa (non)-activité parlementaire n'avait qu'un but : se goinfrer à titre personnel et familial.
En plus, il est plausible que Pénélope ait été instrumentalisée à son insu, ce qui renforce encore le caractère personnel du profit tiré.

Pour ce qui concerne Le Pen, bien qu'il y ait aussi des considérations familiales, j'ai l'impression que son exploitation des « ressources » du parlement européen, de moins long terme, a un caractère idéologique. Elle ne s'est pas cachée d'être opposée à cette institution, et le fait de détourner une partie de ses moyens pour faire vivre le front national, est une façon cynique de faire avancer ses idées.
Bien que je n'aie aucune affinité pour le caractère nauséabond des idées de front national, je ressens l'exploitation idéologique comme moins scandaleuse.

Il me semble possible que ces considérations aient été envisagées inconsciemment par les « analystes » médiatiques ainsi que par la population elle-même.
Bonjour

J'ai une autre interprétation quant à la couverture médiatique dont bénéficie Fillon par rapport à Le Pen. Pour les médias "traditionnels", les structures politiques sont encore "traditionnelles", elles aussi. Donc Les Républicains en priorité, le Front National ensuite. Conséquemment, le candidat des Rép nécessite plus de temps de présence et d'analyses, comparé à un un parti considéré encore "mineur", le FN, ce qui contredit, bien sûr, la tendance actuelle.

Et dans les visions de ces médias, le cataclysme Fillon est d'autant plus important qu'il s'agissait d'un ancien parti (et d'un ancien homme) au pouvoir. Le FN est encore considéré comme accessoire. Cette différence de couverture est donc révélatrice d'une "ancienne" manière de concevoir l'échiquier politique, les partis "traditionnels" (PS, LR), et les autres.

Autre interprétation (pas incompatible avec la première) : il est considéré que dénigrer Le Pen renforcerait l'idée qu'on cherche à la faire tomber. Il s'agit d'un parti qui se veut "anti système" (comme il l'annonce dans tous les médias possibles) aussi critiquer ce parti serait considéré comme une mesure "partisane", notamment aux yeux de ses électeurs, pour qui toute critique de la candidate, même fact checkée, relève du complot. Le parti LR, par contre, est "dans le système", et donc plus facilement atteignable par la critique traditionnelle des médias. Les électeurs LR, d'ailleurs, sont plus réceptifs à ce scandale (preuve en est des derniers sondages d'opinion plombant Fillon.

Sans fléchir.
RASSEMBLEMENT PACIFIQUE, STATIQUE, DECLARE, NON PARTISAN, NON RECUPERE, CITOYEN, REVENDICATIF.

A toutes celles et ceux qui pensent qu'il n'est plus tolérable d'être gouvernés par un corps élu qui a la possibilité de pratiquer l'inverse de ce qu'il défend, RASSEMBLONS-NOUS ET EXPRIMONS-NOUS !

Place de la République, 75011 Paris, France - Dimanche 19 février à 15:00

https://www.facebook.com/events/1511317512225416/

PatriceNoDRM
La différence entre les deux affaires tient aussi au fait que pour Fillon, il s'agit de NOTRE parlement et de NOS sous alors que Le Pen, c'est l'Europe. Et l'Europe, c'est pas "vraiment" nous et pas "vraiment" nos sous, c'est une sorte de nébuleuse abstraite et hostile... C'est en tout cas comme ça qu'elle est trop souvent présentée et ressentie.

L'électorat de Le Pen veut sortir de l'Europe, le fait qu'elle ait profité de cette manne financière n'a aucune importance. C'est même plutôt finaud de se servir dans la caisse avant de partir.

Quant aux électeurs de Fillon, au fond, ils se disent qu'il a juste été malin, en utilisant de ce qui était à sa disposition sans aucun contrôle...

Ce sont des bandits. "Des bandits? Nooon... Des gars futés !" comme dit Venec dans "Kaamelott" (Alexandre Astier, Livre 2 épisode 24)

C'est pour ça qu'ils ne dévissent pas dans les sondages...
"Des bandits? Nooon... Des gars futés !"

C'est effectivement une réflexion de carambouilleur... mais tous les électeurs de droite ou du FN ne pensent pas forcément comme cela.
Certes, mais le fait est qu'ils ne perdent que quelques points dans les intentions de votes, alors que ce sont des pratiques scandaleuses.
Ces quelques points représentent certainement "ceux qui ne pensent pas forcément comme ça"...
Fillon, selon les sondeurs, c'est - 10 %. Si c'est vrai, ce n'est pas insignifiant.

Quant à Le Pen, si son affaire tournait en boucle comme celle de Fillon, peut-être que ça en découragerait un peu plus...

Les médias ne peuvent pas tout, loin de là, mais leur influence est loin d'être négligeable.

Quant à Le Pen, si son affaire tournait en boucle comme celle de Fillon, peut-être que ça en découragerait un peu plus...


Pas sûr, ne serait ce qu'en raison du "Backfire Effect"... Selon une étude parue en 2010, ce n'est qu'à partir de 30% ou 40% de news négatives consommées sur son candidat de prédilection qu'un individu commence à reconsidérer son choix, un taux plus faible ne fait que renforcer son opinion du candidat.

Donc si l'affaire européenne de Le Pen tournait en boucle, cela découragerait peut-être une petite partie de gens s'informant en suffisemment grande partie via les media diffusant ces news, mais pour tous ceux qui s'informent majoritairement via des sites ou un réseau social acquis au FN, cela aurait probablement l'effet inverse.
J"ai une autre interprétation, que je propose après, notamment, vision du "28 mn" (par hasard, je ne regarde plus la télé et je ne supporte pas la bienpensance hypocrite de cette émission, très décevante, sur Arte). L'adversaire à abattre pour les medias n'est pas MLP qui leur doit très probablement sa visibilité. C'est JLM qui, quoi que l'on en pense, propose un projet de bouleversement du système très inquiétant pour tous ces gens. MLP est finalement, pensent ces medias si bien informés et informants, carricaturale et finalement beaucoup moins toxique pour l'existant que JLM. Les préjugés, les haines qu'elle distribuent à tous vents sont-ils finalement si différents des préjugés et du mépris communs à la plupart de ces medias. Non. JLM, lui, est vraiment inquiétant. Il philosophe, explique, démontre. C'est un ovni dans le monde politique, mais un ovni convainquant, un ovni qui montre du respect vis à vis de ses électeurs, qui ne les prend pas pour des débiles profonds auxquels asséner des messages aussi faux que simplistes.
En dehors de ma sympathie personnelle pour un candidat qui me parle comme si j'étais un être humain, il me semble que cela pourrait être une explication, étant donné le niveau étrange de difficulté à parler de JLM (au-delà de ses incartades et de son mauvais caractère) quand les autres candidats de Fillon à MLP en passant par l'incontourné Macron suscitent des flots de paroles qui, a défaut d'être toujours flatteuses, nous rappellent que dire du mal de quelqu'un, c'est déjà parler de lui, le rendre familier, proche, acceptable, en somme. Laisser dans l'ombre, c'est laisser place à toutes les inquiétudes. Le croquemitaine n'agit pas en pleine lumière.
Voilà voilà, c'était ma petite interprétation du jour. Qui déborde peut-être du cadre de l'article. Mais, après tout, davantage que nous donner des informations ou nous permettre d'en évaluer la qualité, les bons sites ne sont-ils pas des incitations à réfléchir et à aller plus loin, ou en tout cas ailleurs ?
De toute façon, Marine Le Pen est "antifragile", comme Trump : plus tu tapes dessus, plus ça la renforce. Même si ça sortait vraiment partout, ses supporters y verraient un complot des élites européennes anti-France.
A tous les coups on perd.
Mon cerveau a cessé de fonctionner à partir de "Tous deux peuvent être élus président de la République en mai."

Franchement ? On peut avoir sa carte de presse et dire des bêtises pareilles ?
Daniel, vos copains de Libé vous ont refilé le virus.
"la petite classe s'est vraiment, sincèrement convaincue, que Le Pen est la seule alternative aux "tous pourris""
Peut-être a-t-elle été atteinte par la lepenisation des esprits que véhicule le langage simplificateur voir dichotomisateur qu'implique sa conception de l'information.
L'audience. Car il me semble que certains journalistes partent du principe qu'un sujet est lu ou regardé par adhésion au sujet. Par exemple, j'ai été stupéfait d'entendre Barbier conclure que les 4 ou 5 millions de téléspectateurs de la primaire de la droite constituaient le socle électoral de LR. Une conclusion au moins hâtive pour ne pas dire simpliste. Mais cela rend compte du réflexe, pas complètement erroné non plus, qu'ont les journalistes à corréler fortement le sujet et son audience.

Or comme il est répété que "les affaires n'impriment pas au FN", les journalistes ne voient aucune raison d'en parler. Du moins, c'est le sentiment que cela me donne. On parle de Le Pen, donc on s'adresse à l'électorat frontiste, or les affaires de Le Pen ne l'intéresse pas, donc on va lui parler de ce que les frontistes attendent: "Philippot, comment faites-vous campagne ?".

C'est également comme ça que je m'explique que les journalistes interrogent les politiques presqu'exclusivement sur leurs thèmes de campagne. J'ai bien peur qu'interroger un politique sur un autre domaine que sur ses thèmes de prédilection soit perçu, par le journaliste, comme de la subversion. Le Pen est invitée pour parler d'immigration. Mais je n'arrive pas à me souvenir d'une seule question sur la Culture, ou la Recherche. C'est ce que l'on appelle servir les plats. Mais de mon point de vue, il s'agit moins d'épargner le politique, que de séduire et ne pas froisser son électorat, afin de ne pas tourner le dos à l'audimat.
Bonjour et merci. C'est un peu déprimant comme conclusion, mais je crois que c'est malheureusement assez lucide. Je profite juste de l'occasion pour recycler un post d'hier (désolé pour ceux qui sont déjà tombés dessus) à propos du FN, et précisément à propos des disparités de traitement entre lui et d'autres parti.

J'ai été sidéré en effet d'entendre hier matin, sur France Inter, l'interview du "coordinateur du projet" de Marine le Pen : un naufrage total, d'un gars manifestement complètement incompétent. Incapable d'expliquer pourquoi lui, l'enfant d'immigrés, est fondé à interdire à d'autres de venir en France, incapable d'assumer le discours anti-élites de sa boss, incapable de chiffrer la moindre mesure, incapable de mettre autre chose que des millions de recettes face aux milliards de nouvelles dépenses... alors que précisément il est censé être un technocrate pointu qui connait ses dossiers!

A ma connaissance, cette fabuleuse démonstration d'incompétence n'a été reprise par personne. Ça aurait été fantastique qu'@si lui consacre ne serait-ce qu'une brève... Un regard de l'Econaute aurait aussi été bienvenu! Un autre candidat aurait eu un porte-parole aussi nul, je pense qu'il se serait fait étriller. Ça me semble donc être en phase avec la discussion de ce matin. Et le pire, c'est qu'ici, il n'est même pas questions d'emplois fictifs ou autre : on est juste, tout simplement, sur le projet, et son propre coordinateur démontre sa vacuité. Il démontre que sans le rideau de fumée qu'est le talent politique de M. Le Pen, le projet qu'elle porte est pathétique. Ce n'est quand même pas une petite affaire, non ?

Je sais bien que Marine le Pen marche sur les eaux et que quoi qu'elle fasse (ou pas), ou dise (ou pas), on dit qu'elle marque des points, mais justement, si on mettait un peu en avant les bras cassés qui l'entourent, on pourrait contribuer à ouvrir les yeux à ses électeurs, sauf à penser qu'il y a 25% de demeurés fanatisés dans ce pays.
Je salue la détermination et la persévérance de cette Presse !
Je salue également l'opiniâtreté et la ténacité de ces politiciens, qui, même mis en examen se maintiennent .
Même mis en taule, ils continueront .
D'ailleurs, je propose de transférer l'Elysée à la Santé ou aux Baumettes.
"pas de poursuites contre François Fillon"

TF1 est adepte des faits alternatifs !
Le Pen est la seule alternative aux "tous pourris"

Je pense qu'il y a une autre raison : l'électorat lepeniste n'est pas sensible à ce type d'information. Étant anti-européen (voir anti-parlementarisme), il va considérer que sa candidate a bien fait d'utiliser l'argent de l'Europe à quelque chose d'utile (de son point de vue). Marine Le Pen peut être condamnée par toutes les institutions du monde, cela ne changera pas l'opinion de son électorat; cela peut même le conforter en la faisant passer pour une victime du fameux Système. Cela ne changera pas non plus l'opinion des anti-FN, qui savent déjà à quoi s'en tenir.

C'est très différent avec une partie de l'électorat filloniste, pour qui la culpabilité de François Fillon (et donc sa non-intégrité) est importante. Donc les conclusions du PNF vont avoir un impact sur le résultat des élections, pas celles de l'OLAF. Les journalistes ont intégré ce fait.

L'affaire Le Pen existe, mais contrairement à l'affaire Fillon, elle n'a pas d'effet sur le choix des électeurs... d'où l'attitude des médias.
Oui, elle permettra l’élection de Macron, se dit-elle, la classe médiatique, l’important étant la continuité des politique appliquées, celles qu’elle défend depuis, depuis, non, je ne me souviens plus...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.