106
Commentaires

300 000 emplois non pourvus ? Hollande repart à l'assaut d'un mythe

Et revoilà les emplois non pourvus. Ces fameux emplois qui ne trouvent pas preneurs malgré le nombre élevé de chômeurs. Lors de son discours d'ouverture de la conférence sociale, François Hollande a estimé entre 200 000 et 300 000 le nombre des offres non pourvues, des chiffres alarmant censés justifier un "plan d'urgence" pour la formation professionnelle. De quoi agacer le leader de la CGT, Thierry Lepaon, qui a aussitôt dénoncé une "opération de communication".

Derniers commentaires

Ici , une vidéo qui offre un aperçu du nombre de démarches administrratives d’un demandeur d’emploi.
http://www.dailymotion.com/video/x255d8q_s-inscrire-a-pole-emploi_news

Rappel :
– Nombre d’emplois disponibles chez pôle emploi : 200.000
– Nombre de demandeur d’emploi : 5.5 millions toutes catégories confondues

A préciser que les démarches d’inscription sont d’autant plus complexes lorsque l’on a travaillé dans une SCOP, forme d’entreprise pourtant soutenu par le gouvernement actuel.
Ce genre de mesure ne sera qu'un effet d'aubaine pour les entreprises. Cela ne servira pas à embaucher plus de monde, encore moins à combler ces emplois non pourvus, mais cela permettra aux employeurs, qui auraient embauché de toute façon, d'embaucher à moindre frais. Du coup cet argent ne fera pas vase communicant avec l'assurance chômage, cela viendra s'ajouter, en tout cas pour l'essentiel.
Bref encore une mesure déguisée pour faire des cadeaux aux patrons.
Il y a aussi le cas des annonces bidons a pôle emploi , des entreprises qui contre des avantages fiscaux ou autres promettent d'engager un certain nombre de personnes sans en avoir nullement l'intention , vont même jusqu'a faire déplacer des candidats en sachant qu'il n'y a aucun poste a la clef , mais ça fait illusion un certain temps . Je ne l'invente pas c'est ma conseillére P-E qui me l'a éxpliqué , et c'est loin d'être anécdotique apparement . Les habitués les flairent facilement , mais pour les profanes ... Toujours est-il que ces "offres" font gonfler le chiffre des emplois non pourvus .
Wow… Je résume : pour pallier à un problème au pire inexistant au mieux minime (disons 10% du chiffre annoncé, donc 30000 chômeurs, donc 1% du problème, et c'est en voyant large semble-t-il), on va proposer comme solution que l'état supplée une partie du salaire proposé par les entreprises.

Il ne faut pas avoir l'esprit très mal tourné pour imaginer que les entreprises vont en profiter, et faire volontairement des offres avec des salaires plus bas que d'habitude. Voire même de le faire en accord avec le nouvel embauché. Et avec une estimation de départ 10 fois supérieure au problème réel, qui pourrait croire que le calcul des têtes d'œuf qui nous gouverne est mauvais, et que l'on perdra plus d'argent que ça nous en rapporte ?
Effectivement on s'approche du moment où le choix sera fait entre "revenu universel" pour tous les exclus façon RSA (ou RMI qui était d'ailleurs plus clair pour ses bénéficiaires) et "salaire universel" par la cotisation.
Pour ceux qui préfèreront toujours écraser un inférieur "les yeux dans les yeux", les camps de rétention regorgent d'esclaves prêts à l'emploi.
Sans vouloir casser l'ambiance,il suffit de penser au développement des imprimantes 3D, des robots de compagnie, de l'enseignement en ligne, des applications médicales sur smartphone, la liste serait trop longue...
L'innovation technique étant au coeur de la valorisation du capital ainsi que l'attention de l'individu aux mirages de la consommation illimitée, il suffit de laisser le temps régler nos petites querelles entre feignants de tous poils...
Que nous nous transformions nous même sans cesse pour être en mesure d'être valorisé grace à notre visibilité sur le marché par l'attention qu'il accordera à quelques heureux élus.
Je conseille la lecture d'un article d'Yves Citton: "l'économie de l'attention", dans La Revue Des Livres, mai-juin 2013.

En attendant la nouvelle facilité accordée par notre chantre du dialogue social au MEDEF terrifié par le sociétalisme en action, dans un climat malsain de "chasse aux riches", avec les bases de données de CV, les ruptures de contrat volontaires(?) entre salarié et employeurs, licenciés réembauchés comme auto-entrepreneurs, et l'ANI qui n'a pas encore donné toute sa mesure, nous bénéficions de quelques centaines de milliers de "travailleurs détachés étrangers", embauchés aux conditions en vigueur dans leur pays d'origine (notamment de ces cigales des pays du sud mais pas que), recrutés par des agence d'intérim avec pignon sur rue, chiffre d'affaires exponentiel. Etonnant d'ailleurs qu'ils n'aient encore eu droit à la visite d'un de nos ministres aux secteurs de pointe
Savez-vous qu'on se les arrache? Avec l'argument qui tue: ce ne sont pas des gaulois qui réclament une prime à la première intempérie, qui rechignent aux heures supplémentaires. Et question rendement, y'a pas photo.
Ces malheureux immigrés sont exploités, on imagine à quelles conditions quand on connait celles qui sont décrites dans ce forum et qu'on ne vit pas en ermite, de ceux qui sont censés avoir le droit du travail pour eux, enfin d'après Mme Parisot et les Commissions Théodule, Et rencontrent souvent l'hostilité déclarée de ceux qui essaient de maintenir les droits qu'on ne cesse de leur ôter et à qui on les montre en exemple du matin au soir.
Alors les querelles mesquines entre privé-public, jeunes-vieux, feignants-courageux, etc... toujours pour s'aligner sur le moins-disant social... Ca occupe le terrain jusqu'aux prochaines élections...
Nous sommes au XXI ème siècle, dans un des pays les plus riches de la planète, regardons plutôt ensemble ce qu'on nous met place insidieusement mais à vitesse accélérée.
Et essayons de ne plus nous tromper dans nos choix dictés le plus souvent par l'urgence supposée ou une émotion bien sentie.
"un consultant de l'Apec estime que certaines offres sont des "offres d'emplois fantômes qui, de manière tout à fait illégale, ne correspondent à aucun poste réel à pourvoir. Leurs publications servent à préparer un appel d'offres, à constituer une base de CV, à se faire de la publicité...".
Et l'Apec est bien placée pour le savoir, car cette pratique a été dénoncée par Envoyé Spécial en mai 2013 pour une offre d'emploi postée... sur le site de l'association !"
Il était temps que l'Apec s'en aperçoive ! En 1996 j'avais tenté de signaler un abus. Il s'agissait d'une société qui, à quelques mois d'intervalle publiait la même annonce mais en fait n'embauchait personne, et en prime obtenait des traductions gratis ! On m'a répondu avec ironie et un certain mépris en insinuant que j'agissait sous le coup du dépit parce que je n'avais pas obtenu le poste.
« Europe must act now to avert a devastating triple crunch
The mistakes now being made in the eurozone mirror those in the United States and Germany early in the Great Depression »
http://www.guardian.co.uk/business/2013/may/31/eurozone-crisis-unemployment-austerity
C'est un marronnier cette affaire ..... 300 000 emplois non pourvus. Combien de chômeurs : 4 millions, ces salauds de feignasses qui ne veulent pas bouger parce qu'ils ont déjà une femme, un mari, des gosses et .... une maison. Vraiment c'est une honte ...
En effet, les sociétés de service en informatique (SSII) sont les spécialistes des bases de données de CV. Leur technique : charger leurs bases et attendre que les missions que leur proposent leurs clients (souvent des grands groupes) coïncident avec les CV qu'ils ont en base. Puis entretien avec le client directement, comme ça elles sont sûres d'embaucher quelqu'un qui sera placé immédiatement et leur rapportera chaque mois leur petite marge. On appelle cela du délit de marchandage ou prêt de main d'oeuvre illicite, punis jusqu'à 2 ans d'emprisonnement (loi qui date de la seconde république lors de l'abolition d'esclavage). Souvent toléré car cela évite aux grands groupes d'avoir à embaucher et de pouvoir liquider leur sous-traitants des qu'une baisse de charge survient. C'est comme ça que ces boîtes arrivent à diminuer leur personnel sans avoir à virer personne. Puis comme les boîtes de sous-traitants n'ont plus de boulot à proposer à leur ingénieurs dans leur région, elles leur proposent des missions à l'autre bout de la France (parfois missions fantômes d’ailleurs). Si il refuse 2 fois la mission, il est viré pour faute grave.. Tout le monde est content : le client, la boite de sous-traitance qui se fait sa petite marge sans avoir rien à faire si ce n'est relever les compteurs tous les mois à la manière du mac.
C'est une spécialité française dont on parle peu dans les médias et pourtant c'est très répandu. Les sites comme l'APEC sont truffés de ces offres, je les connais bien parce que la boite pour laquelle je bossais continuer à fournir des offres d'emplois alors qu'elles licenciait d'un autre côté car plus de mission à offrir. C'est un détournement du droit du travail généralisé qui se développe dans tous les secteurs. Surement du à la rigidité des CDI français, les grosses boites ont peur d'embaucher, donc elles sous-traitent massivement. Le revers de la médaille, c'est que les ingénieurs passent de boites en boites, et du coup, il y a un maximum de pertes de compétences, les gars repartent sans préavis donc sans passage de connaissance.. Les gens qui bossent dans ces boites parlent peu de ces situations, ils sont peu syndiqués car ils ne restent jamais très longtemps dans la même société, il s'agit souvent de souvent jeunes diplômés (ces sociétés font aussi beaucoup la sortie des écoles) donc inexpérimentés dans le droit du travail.
Bonjour,
Je travail dans une entreprise qui a du mal à recruter. Compétence rares, salaires moyens (on ne va pas payer plus un nouveau qu'un ancien, ce serait la révolution !) position géographique exentrée.
La position géographique de l'entreprise, ne permettant que difficilement au conjoint de trouver du travail est un des principal argument des candidats pour refuser le poste. On pese à une relocalisation dans une métrople régionnale sous forme d'agence pour changer la donne...

Oui, les emplois non pourvus existent, mais je doute qu'un effort (surement temporaire) de l'Etat sur le salaire change quelque chose, l'atractivité ne sera pas durablement améliorée.
Ma remarque sera sûrement hors sujet, mais bon...

Dans mon entreprise nous avons besoin d'un collaborateur.
Nous avons une personne, que nous avions engagée en CDD dans le cadre d'un stage professionnel.
Elle désirait effectuer un second stage de deux ans.
Nous souhaitions la prendre pour ce stage de deux ans.

Mais voilà, les conventions collectives nous obligent à le rémunérer à une valeur impossible à payer pour nous
La personne était bien consciente du problème (la comptabilité de notre entreprise est consultable par tout collaborateur), et désirait effectuer ces deux ans chez nous, en acceptant un salaire inférieur au salaire prévu par ces conventions collectives.

Malheureusement, nous n'avons pu l'embaucher parce que le "manque à gagner" des différentes caisses fait peser su nous un risque de devoir verser le non-perçu à tout moment, avec pénalités et intérêts de retards!!!

Du coup, on ne trouve pas de collaborateur, et notre ex-collaborateur, lui, ne trouve pas d'emploi.

Affligeant!!!
c'est un dégout de voir Hollande le teinturé enfiler les mocassins à talonnette 1er. La vulgarité en moins, mais toujours en se foutant du monde, la petite plaisanterie permanente de celui qui est tranquille dans son confort bourgeois et qui regarde passer les gueux.
cet excellent article devrait faire l'objet d'un prolongement dans vos émissions car je pense que l'offre d'emploi doit être réorganisée sur le territoire .c'est une question centrale ainsi que le revenus universel
Première chose qui m'a intéressé, c'est de savoir quels étaient ces fameux emplois non pourvus : éboueur ? peigneur de girafe ? ingénieur informatique spécialisé en lonyx-khobolo-pinux, laveur de cadavres à la morgue ? on n'en connait pas le nombre, mais on n'en connait pas non plus l'intitulé de ces emplois, dans votre article… Ça aurait pu donner une indication, mais non, c'est un secret.

Ben oui, des fois que ça donne des idées aux chômeurs de postuler ou de se former pour…
[quote=Plus grave : un consultant de l'Apec estime que certaines offres sont des "offres d'emplois fantômes qui, de manière tout à fait illégale, ne correspondent à aucun poste réel à pourvoir. Leurs publications servent à préparer un appel d'offres, à constituer une base de CV, à se faire de la publicité...".]

C'est en effet ce que m'avait avoué mon consultant Apec. Et je suis particulièrement écouerée par cette pratique. Des gens cherchent un boulot, répondent à une annonce en se cassant la tête dans la rédaction de leur CV et de leur lettre de motivation etc. pour des postes fictifs. C'est tout simplement dégueulasse.
Mais d'autre pratiques existent aussi. Une consultante de Pole Emploi Cadres m'avait avoué que les recruteurs font appel à eux pour avoir des profils Cadres mais refusent de les embaucher à ce statut et avec la rémunération adéquate. Nous avons donc aussi des entreprises cherchant à embaucher de hauts profils, qu'elles feront bosser comme des cadres mais ne payeront pas.
Ras-le-bol du management à la française!
La plupart des gens ne le savent pas, mais il existe une loi qui oblige les administrations à publier une offre d'emploi quand un agent obtient une promotion ou une titularisation. Qu'on comprenne bien : on joue à faire semblant qu'il y a une vacance de poste au moment où le gars change... d'intitulé de poste ou de mission. C'est bien pratique, cette loi, elle permet de gonfler les stats des offres d'emploi et, finalement, les seuls qui l'ont vraiment dans l'os dans cette histoire, ce sont ces pauvres poireaux de chômeurs qui vont avoir le fol espoir de sortir de leur merde, qui vont se bouffer une réponse négative de plus dans leur face et à qui on va dire que s'ils ont raté cette énième candidature, c'est qu'il ne sont pas assez flexibles, trop exigeants et autre connerie du même acabit.

Avez-vous idée à quel point c'est usant de devoir démontrer sans cesse son implication, ses compétences, son adaptabilité, devoir sans cesse prouver qu'on est un bon petit soldat de la guerre de tous contre tous et de ne se bouffer que des portes à l'arrivée? Avez-vous idée du nombre d'offres fake qui doivent ainsi circuler tous les jours sur les jobboards, du nombre de gens qui perdent leur temps et leur ressources dans cette sinistre farce?

J'ai raconté ma dernière histoire d'emploi non pourvu de mes couilles, c'était il y a plus d'un an, du temps de Sarko, et vous savez quoi? Ça me dégoûte, mais ça n'a pas pris une ride : http://blog.monolecte.fr/post/2012/02/06/Dans-les-choux

Mais quel gâchis!
qui vont se bouffer une réponse négative de plus dans leur face
si tant est qu'ils reçoivent une réponse.
Exact : la plupart du temps, ils ne prennent même plus la peine d'envoyer la lettre photocopiée ou même un mail. Et là, Paul Emploi te fusille parce que tu n'as pas de preuves de ta recherche d'emploi active et servile.

Paul Emploi ne t'aide en rien : il te flique, t'enfonce, te prouve sans cesse que tu es une merde qui pète plus haut que son cul, te formate à la servilité volontaire et tente de te fourguer au forceps dans les métiers en tension, sur des job dont il sait, la plupart du temps, que s'ils échouent chez lui, c'est bien parce que les conditions de travail et de rémunération sont tellement épouvantables que même les crevards n'en veulent pas.
Le job de Paul Emploi, c'est de gérer la liste d'attente et de fournir aux employeurs "exigeants" la main d'œuvre la plus soumise et la moins cher possible.

Je signale en passant la très bonne série documentaire sur La mise à mort du travail (en fait, plutôt du travailleur) et la magnifique séance de recrutement des opérateurs téléphonique de Carglass, où l'on comprend que le test ne sert en réalité qu'à une seule chose : repérer les gens assez désespérés et soumis au système pour dénoncer leurs camarades chômeurs sans sourciller. Un grand moment de vérité, comme on aimerait en voir plus souvent à la télé : http://www.youtube.com/watch?v=gPVYh-j_HfA
Un grand merci pour le lien vers ce doc édifiant et passionnant.
Le doc sur Carglass était vraiment un grand moment, cher Monolecte. On en avait parlé ici, et on avait reçu son auteur, Jean-Robert Viallet, dans cette émission.

Bon dimanche !
Ah je me disais bien que certains passages me rappelaient quelque chose ;-)
Ah ça, côté mémoire du site, le capitaine est imbattable, il m'a déjà récemment cloué le bec sur un extrait d'émission avec le générique de l'émission, que j'avais oublié. Avec les liens et tout.
Depuis j' fais super gaffe
[quote=Fan de canard]il m'a déjà récemment cloué le bec

Ce qui est gênant pour un canard :-)

Le générique en question n'était-il pas celui de TF1 ? ;-)
Ah oui, du JT précisément, faudrait que je perde l'habitude de ne pas me relire ^^
Bonne émission... Merci Daniel, bon dimanche en perspective... ;-)
Je viens de finir le triptyque. Démonstration implacable du fonctionnement interne de la machine à broyer les gens, magnifique travail de documentation et de mise en perspective, réalisation au cordeau... À moment donné, je me demande : "mais pourquoi les ont-ils laissé diffuser cela?" Les entrailles de Carglass et les mensonges des patrons : "non, on n'a pas les moyens d'augmenter vos salaires d'esclaves" et juste après : "on a fait giclé combien, déjà, 1 ou 2 milliards?". Faire gicler, c'est exactement cela : gicler les gens pour faire gicler le profit de ceux qui restent en les pressant comme des citrons...

Et puis quoi?

Le doc a 4 ans, la crise va en avoir 5 et rien. Enfin si, cette brèle de Hollande qui veut nous enfumer une fois de plus avec le coup des emplois non pourvus.
Ce n'est pas comme si nous ne savions pas. On sait. Tout le monde sait. Et on continue. En pire.
Hollande dans les mocassins à glands de Schroeder... je sens venir un hartz 4 à la française... petits boulots et mini-salaires...
On verra.
les chômeurs sont des enfants gâtés.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.