Vous avez raté Second Life ? Trop tard. Maintenant, c'est Facebook !
Initiales DS
Initiales DS
chronique

Vous avez raté Second Life ? Trop tard. Maintenant, c'est Facebook !

Réservé à nos abonné.e.s
10
10 commentaires
Remonter en haut de fil
Commentaires

Vous avez raté Second Life ? Trop tard. Maintenant, c'est Facebook !

Derniers commentaires

Ah ... Facebook !

J'ai reçu une invitation à m'y inscrire par une amie expatriée aux USA . Vu que j'avais déjà 3 pages myspace pour présenter mes boulots ( photo, peinture et retouche numérique ) depuis quelques mois sans aucun souci et même avec de bonnes retombées, j'ai accepté.

Sauf que bizarrement ça n'a rien à voir !
En fait mon "réseau" ne compte qu'une personne, j'ai bloqué... sur le concept. Présentement je suis ralliée à la cause "conserve water drink beer (sic !) " je suis devenue un vampire, ma pote m'a envoyé une vache, en guise de représailles je lui ai jeté un mouton ! Sinon je suis parfois bonne aux quizz cinéma. Et quand mon amie touche à une virgule de son profil, je suis "informée" de tous les détails... et il n' y a pas d'option "je customise big brother" !!!

Bref, ça plus interface MOCHE , j'ai voulu me barrer ... et c'est là que ça se corse.
On ne peut pas effacer son profil !!! On peut juste le désactiver, mais les infos sont gardées à vie !
Comme une nouille j'avais mis mes vraies données, il a donc fallu que j'y retourne, que je me marie pour de faux,( thanx god I'm a woman ! ) pour changer mon nom et depuis je suis devenue un faux profil, voilà.
Que le concept plaise ou non, à chacun de juger . Mais l'irréversibilité de l'inscription, il faut le savoir. Ou lire les + ou - 60 lignes de texte in english et connaître le droit américain comme sa poche !

Buzzez, buzzez, ils en garderont toujours quelque chose !
Je suis utilisateur très occasionnel de Facebook. J'ai un réseau d'amis plutôt restreint, qui s'en tient à ceux qui comme moi sont en train de voyager un peu partout. On s'en sert essentiellement pour échanger des photos de là où on est...

Facebook n'est pas communautaire, à mes yeux. Puisqu'il ne peut y avoir de véritable engagement envers nos proches via ce biais. C'est plus un outil "divertissant" qui ne me divertit pas vraiment. Je suis joignable et c'est tout.

Nous sommes à l'ère des Sims et de Sexvilla 3D. Les Sims est un jeu vidéo où le but est de gérer une famille, créée de toute pièce, trouver un boulot, avoir des loisirs, une maison, une femme (ou un mari), des enfants, faire carrière, etc. Sexvilla est un jeu vidéo où le but est de tourner un film pornographique avec des acteurs virtuels. Ce jeu se vend sur internet (avec des accessoires, je vous laisse imaginer le bazard). Tous les aspects de notre vie s'informatisent de manière ludique, facebook n'en est que la version "sociale". Je reçois plus de vidéos humoristiques et autres blagues en tout genre que je n'entretiens de rapports avec d'autres personnes que celles que je connais.

D'ailleurs l'industrie ludique du loisir cache toujours un aspect économique. J'ai tendance à me méfier de ce qui est gratuit et "pour mon bien" ou "pour mon plaisir", du coup j'utilise assez peu facebook. Et plus j'entends parler de vente d'informations au moins j'en ai envie. Je fais même passer le message autour de moi. Je crois que beaucoup d'autres sont dans le même cas que moi et ne sont pas des utilisateurs "sérieux" du site. C'est tout au plus un phénomène de mode qui doit connaître un gros bond, lasser une partie de ses utilisateurs, se forger une clientèle fidèle pour un temps, puis disparaître dans quelques années...

Donc pour cette histoire de réseau social, pour répondre à Marcel Bariou, je pense qu'@si est beaucoup plus un réseau social que ne l'est facebook, puisqu'au moins centralisé sur un fonctionnement commun, comme tout cercle. Ça s'observe dans le réel, les gens se rassemblent autour d'une ou plusieurs choses qu'ils ont en commun : travail, loisirs, sport, logement, affinités, drogues, hobbies etc. (je dis drogues mais c'est à mesurer, ce n'est pas valable pour toutes les drogues, qui n'ont pas toutes le même impact social, mais certaines sont communautaires, bien que toutes les drogues dépendent de toute manière de leurs circonstances d'usage, des raisons). Pour en revenir à @si, ici il y a rassemblement autour de l'information, d'une certaine valeur que nous lui accordons et d'une éthique que nous recherchons au travers de la démarche d'@si. Il est évident dès lors qu'on ne peut comparer facebook à @si, facebook ne rassemble que sur le discours narcissique du "sois toi-même, amuse-toi et consomme avec tes amis". Les apparences sont trompeuses et il faudrait concevoir le communautaire comme quelque chose de bien plus ciblé. Ou même en élargissant vers une notion de "société", qui contient dans son acception moderne une notion de "complexité" puisque regroupant diverses communautés indépendantes les unes des autres, même en elargissant vers celà facebook n'entre pas tout à fait dans le cadre puisque l'intéraction n'est pas "fluide", elle est plus régulée et moins codifiée. Les MMORPG (jeux de rôle massivement multi-joueurs) sont plus communautaires dans le sens où il y a une représentation obligatoire de la présence de chacun par un avatar qui est le centre même de la raison de la presence du joueur. Avoir un personnage et être représenté permet une intéraction codifiée, rituelle, passant autant par l'écrit que par le comportement de l'avatar. Il peut y avoir plus facilement assimilation, "transfert" sur ledit personnage.

Vous remarquerez d'ailleurs que la présence d'une photo ou d'un avatar sur un forum personnifie beaucoup plus l'utilisateur, nous laisse supposer naturellement tout un tas de choses concernant tant sa personnalité que son attitude. Tout comme l'usage de smileys dans un chat ou un forum "humanise", "ritualise" les rapports. Facebook n'est pas tout à fait un outil de communication à mes yeux, et donc pas tout à fait communautaire (tout comme myspace et tant d'autres). C'est une communication par apparât (puisqu'il vous faut avant tout créer votre page personnelle pour véritablement intéragir avec les autres) et par initiatives (il ne vous suffit pas d'être là et de sourire, on ne vous observe qu'au travers de vos actions). Peu de gens communiquent avec vous rien qu'en lisant votre profil ( ou alors ils attendent quelque chose de précis de cette intéraction). En bref, il n'est pas bon de supposer tant de pouvoir autour de ça, si facebook a un potentiel, il est commercial plus que politique ou social.
J'avais également raté Second Life, jouer à être quelqu'un d'autre ne m'intéressait pas... puis je me suis retrouvée sur Facebook entraînée par mes enfants, presque "inscrite d'office" je dirais... seulement voilà, je pense que ce n'est plus de mon âge, envoyer des fleurs, des cadeaux, des booze m'a amusée quelques jours, mais il faut y consacrer beaucoup de temps et le temps que je passe devant l'ordi, autant que ce soit devant @si !
Ce que Daniel montre surtout, c'est l'infection dans les medias traditionnels du phénomène de Buzz du net.

Et pour moi, web-developpeur (et futur fondateur d'un réseau social) c'est la preuve que le Web entre de plein pied dans la vie des gens, et qu'il devient un media de - masse - avec toutes les dérives que çà implique ; notamment une certaine forme de zapping !

C'est à dire que, depuis le succés de l'ADSL illimité, les internautes adoptent et changent d'outils/reseau Web de plus en plus rapidement, et que les medias doivent suivre eux-memes cette tendance en exploitant à fond, rapidement (et donc superficiellement) le Buzz du moment.

Pour les veilleurs/experts du Web, il se pose une crise de l'identité numérique ; on ne sait plus - Qui est où ? -. Car un profil sur un outils/réseau Web cesse rapidement d'être utilisé et actualisé au profit du nouveau outils/reseau du moment.

Si je peux me permettre une auto-promo, mon projet de réseau se propose de faire la quadrature de l'identité numérique en permettant à ses utilisateurs de surfer sur la vague du Buzz ; le système les invite à signaler les nouveaux outils/reseaux qu'ils adoptent pour centraliser toutes leurs données sur la même page... Une sorte de BigBrother au service de soi-même :op

Pour plus de lectures sur la question de l'identité numérique, les - nouveaux internautes - et leurs moeurs, la gestion de données personnelles, la mémoire numérique :
- Mes réflexions sur http://labs.miaouw.net voir les catégories "Réflexions" et "Lifestream"
- L'excellent http://www.outilsfroids.net/ qui vulgarisa la notion de Personal Knownledge Management (aka PKM) et traite régulièrement sur le thème de la Mémoire Numérique

--
Olivier D. alias ze kat
http://life2front.com/oliezekat
T'inquiète pas Daniel.

Second Life, Facebook : pièges à gogos ! Rien à tamponner de ces simulacres de vie...
Facebook avait la vocation de réunir les étudiants Américains sur un même site, c'est aujourd'hui un annuaire international où la plupart des utilisateurs sont enregistrés avec leur Prénom/Nom, c'est très pratique pour retrouver de vieilles connaissances. Chaque utilisateur dispose d'un espace personnalisable très facilement, il va pouvoir s'exprimer sur sa page avec des messages texte et multimédia : chansons, vidéos, etc... Finalement, c'est une nouvelle façon d'exister sur la toile, de cyber-vivre. On se prend aussi rapidement au jeu qu'on s'en lasse.
A celles et ceux qui veulent s'y mettre, il n'est pas trop tard, mais faîtes attention à ne pas donner un accès public à vos données, elles seraient enregistrées et exploitées à des fins publicitaires par exemple, pour être au plus prés de vos centres d'intérêt, ou encore vendues à des tiers. Comme stipulé dans leur charte, Facebook devient propriétaire de vos informations dès votre inscription... http://www.facebook.com/policy.php
D'une manière générale, dans la société où nous vivons il y a un tropisme très fort à instrumentaliser tout ce qui est nouveau et original. Second Life est raisonnablement nouveau (3 ans) et est original., Facebook est plus récent et n'a rien d'original à part son marketing miracle (Car les formulaires et les réseaux sociaux existent depuis longtemps) . Le premier demande un véritable investissement d'apprentissage (Programmation, graphisme, travail en groupe, marketing, éducation ...), c'est un lieu de créativité, d'expérimentation,le coût (pas au seul sens monétaire) à l'entrée réduit rapidement les velléités, ensuite à temps équivalent passé sur SecondLife c'est le temps consacré et l'investissement personnel dans l'apprentissage qui font la différence. Second Life reste populaire au niveau planétaire, mais l'engouement du départ est tombé car il y a une vrai difficulté à l'appréhender et à l'utiliser, c'est fondamentalement un outil de création très puissant pour qui sait et veut et peut s'en servir..

Le second FaceBook c'es totalement différent, le niveau d'expertise s'assimile à la qualification nécessaire pour remplir un formulaire de la sécurité sociale sans se tromper de case. Ensuite le vide relationnel de notre société fait le reste et on s'égosille d'avoir 150 amis quand généralement on ne sait même pas ce que c'est d'avoir un seul. Ensuite FaceBook est destiné avant toiut à capter du prospect, le coût d'accès ici est très bas (et pour cause) et tout le monde peut y aller, à partir du moment où on sait remplir un formulaire et rien de plus. Après il est vrai, d'autres relations peuvent se nouer et comme toute amité ou relation il faut savoir la gérer sur le long terme...

Mais cela dit, ces deux réseaux sociaux car il s'agit de cela n'ont strictement rien à voir n'en déplaise à D.S. car tout n'est pas égal à tout. Ce n'est pas parce que les communicantts de tout poil et de toutes obédience se saisissent d'un joujou (ce qu'ils croient que c'est) pour mesurer à l'aune de l'intérêt de ces communicants de la qualité et la vitalité d'une réalisation. En les mettant sur le même plan on entre dans un processus de délégétimation de l'un qui demande un investissement bien plus conséquent que l'autre.

Mettre ces deux réalisations sur le même niveau, c'est tout comme si dans la fin des années 60 on eut mis sur les mêmes plans en matière d'appréhension et de maîtrise de leur réalisation les deux innovations suivantes :
1 -les télécommunications par satellite,
2 -la minijupe.
Intérressantes toutes les deux, touchant beaucoup de monde elles étaient néanmoins très différentes en matière de processus de réalisation. Donc tout n'est égal à tout..... et une telle équation peu prendre rapidement une connotation de mépris dans l'opinion publique en faisant croire que tout est facile et donc rapidement jetable. Tant dans les modes de réalisation que dans les modes d'utilisation SecondLife et FaceBook sont à mille lieux l'un de l'autre.

J'avais vu passer ce POST dès le départ et j'y répond un peu tardivement.... Mais je porte au crédit de D.S. que A.S.I est réseau social....

Amicalement à tous...
Facebook c'est intéressant.. .comme tout réseau social. Et puis ça fonctionne avec ses règles de politesse, ses codes... c'est amusant à observer. L'avantage c'est qu'en général, on porte son vrai nom et non un pseudo, ce qui ne se fait guère sur Internet. Je trouve que cela responsabilise. Voilà. Moi j'aime assez. Sans compter que je peux rencontrer des gens qui partagent les mêmes passions que moi (la littérature notamment).

Il vous reste 78% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.