Time to move
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

Time to move

Réservé à nos abonné.e.s
Ainsi donc, tandis que nous crapahutions au long des routes de France ou des couloirs aériens de la stratosphère, adonnés à cette pratique estivale qu’on appelle vacances et qui commence toujours par bouger, les Roms aussi (qu’on suppose moins portés sur cette migration à date conventionnelle) étaient contraints de plier bagage et de gagner la frontière au delà de laquelle on avait décrété qu’était leur place.

Ainsi donc, tandis que nous crapahutions au long des routes de France ou des couloirs aériens de la stratosphère, adonnés à cette pratique estivale qu’on appelle vacances et qui commence toujours par bouger, les Roms aussi (qu’on suppose moins portés sur cette migration à date conventionnelle) étaient contraints de plier bagage et de gagner la frontière au delà de laquelle on avait décrété qu’était leur place.

Bougisme et transhumance

Le bougiste en chef avait tout à coup eu la révélation qu’il y avait un problème sécuritaire, qu’il était urgent de le résoudre, q...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.