Sarkozy et Bettencourt : le féal et sa suzeraine ?
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

Sarkozy et Bettencourt : le féal et sa suzeraine ?

Ou comment "forfaiture" et "serment" ne sont peut-être pas si désuets que l'on croit...

Réservé à nos abonné.e.s

On m’aura vu arriver, depuis l’émission consacrée à Victor Hugo et à sa formidable Histoire d’un crime (1877, rééditée à la Fabrique en 2009) : il y condamnait rageusement la "forfaiture" dont s’était rendu coupable Louis-Napoléon Bonaparte en braquant la République (deuxième du titre) - et ce mot-là, de forfaiture, m’a semblé assez joli et assez puissant pour mériter d’être remis en piste.

Forfaiture, il a écrit forfaiture

Qu’est-ce donc que cela? C’est d’abord la violation du serment de foi ; comme ce sens est féodal, on lui trouve un synonyme qui sent nettement ...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Sarkozy aux Champs Elysééées : et en plus, c'était faux !

Cinq fois, le président-showman a pris cet exemple (faux) pour justifier le travail le dimanche

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.