Pourquoi il faut lire le BHL-Houellebecq, malgré lémédias
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

Pourquoi il faut lire le BHL-Houellebecq, malgré lémédias

Parce qu'il y a de la philosophie dans le foutoir...

Réservé à nos abonné.e.s

Soyons honnête...

... Ce bouquin-là, Ennemis publics, n’avait aucune chance d’atterrir entre mes mains autrement que par le biais de la commande par laquelle le Capitaine m’invita, pour répondre à ma panne d’inspiration, à le chroniquer ; et dans chroniquer, il n’y a pas seulement niquer, il y a crocs. L’idée sans doute était que je n’en fasse qu’une bouchée, et que je me lèche les babines dans le sourire satisfait de la hyène repue.

Honte de la chroniqueuse

De fait, faisant la queue aux caisses du Gibert avec à la main l’un des plus obscènes coups médiatiques de la rentrée, j&rsqu...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.