Nos vies numériques
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

Nos vies numériques

1 - On a des enfants geeks

Réservé à nos abonné.e.s
L’interactivité sur le net, ça commence dès que vous tapez trois lettres dans un moteur de recherche : grâce à sa fonction de saisie semi-automatique, Google vous prend par la main, et finit à votre place. La firme a même été condamnée à plusieurs reprises parce que ses algorithmes suggéraient des expressions de recherche jugées diffamatoires: ainsi du mot "juif", systématiquement proposé lors des recherches sur des personnalités publiques - parce qu’il était en effet fréquemment demandé… Pernicieuse manipulation de l’internaute ainsi conduit à rejoindre les pires mouvements de foule. C’est moche, certes. Mais il suffit de se pencher sur nos pratiques quotidiennes de la navigation pour se rendre compte que se laisser ainsi "prendre par la main" par un "Grand Frère" (Big Brother), c’est souvent très pratique et très agréable... surtout quand on est un enfant.

On a d’abord eu un ordinateur, et même plusieurs, et puis on a eu un enfant.

On ne se souvient pas du moment où on l’a mis pour la première fois devant l’ordi ; c’était pour qu’il puisse regarder un DVD, ce devait êtreT'choupi, ça le rendait transi.

Il est même arrivé qu’on lui pose le casque sur les oreilles, pour pouvoir discuter tranquilles tandis qu’il s’absorbait complètement dans la contemplation du dessin animé.

L’ordi faisait en somme du baby-sitting, comme avant lui la télé (et comme sans doute elle fait encore, dans les familles où il y a une télé, où on la regarde, ...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.