Des avions et des souris
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

Des avions et des souris

Le discret retour des subprimes

Réservé à nos abonné.e.s

Est-ce qu’on va enfin pouvoir regarder ailleurs? Ailleurs que vers le ciel, où pendant pas moins de six jours, le grand bleu d’avril n’a laissé voir ni le nuage de silice islandais, ni les sillages des avions par lui bloqués au sol comme poules au poulailler.

Fascinante, cette invasion du ciel que nous contaient les cartes, comme des conquêtes de nouveaux goths, obturant l’un après l’autre tous les couloirs de navigation, tandis que nous, péquenauds, levant les yeux là haut nous ne savions rien voir d’autre que l’azur clément, et pour une fois si parfaitement pur, préservé des griffures que lui font d’habitude le...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.