35 heures : l'inassumable réforme ?
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

35 heures : l'inassumable réforme ?

Les lois Aubry vues par Libération

Réservé à nos abonné.e.s


Ça va donc se passer comme ça : on va parler des 35 heures toute la semaine, parce que ça fait dix ans, parce que ça fait tout rond, parce que pour Devedjian ça fait une super occasion de faire son super mec de super droite («qu’on les supprime!»). On va parler de la polémique, celle de machin contre bidule, de coco contre trucmuche, et dans tout ce vacarme il n’y aura probablement pas un lieu d’énonciation d’où puisse s’exprimer puissamment, profondément et ouvertement une défense de cette réforme.

La faute au dispositif médiatique, au «terrain idéologique» où l’on «souhait...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.