La télé-qui-se-lit : Davant, Pernaut, etc, à l’assaut des kiosques
Plateau télé
Plateau télé
chronique

La télé-qui-se-lit : Davant, Pernaut, etc, à l’assaut des kiosques

Offert par le vote des abonné.e.s
Dans cette atmosphère de fin d’été légèrement suffocante, entre talibans, incendies et Covid-19, les kiosques restent une petite bulle de fraîcheur. Aux traditionnels mots fléchés, régimes d’été et autres exercices de gainage s'est ajouté un nouveau genre de magazine. Mieux que les magazines télé, ce sont les magazines des animateurs télé. Dans le sillage des précurseurs Stéphane Bern et Michel Cymès, Sophie Davant, Jean-Pierre Pernaut, Stéphane Plaza, Patrick Sébastien ou encore Faustine Bollaert ont désormais leur propre publication. Mélange de conseils pratiques et bien-être avec un zeste de people, ces nouveaux magazines font un carton dans les kiosques. Alors pour bien terminer ces vacances, armés d’un granité citron et d’une paille (en carton), nous les avons lus pour vous.

Générique d'été. 

Dans les kiosques, l'été, c'est souvent la même chose… On nous propose, entre autres, de "tonifier notre corps sans effort" (Elle), de s'infliger un "régime fibres" (Santé magazine), on nous pré-sélectionne "60 livres pour l'été" (Lire), Sophie Marceau fait toujours son grand retour (Paris Match, Télé Star, Public), Karine Le Marchand nous annonce de grandes nouveautés pour la saison 78 de L'Amour est dans le pré (Télé 7 jours). Psychologies magazine se penche (encore) sur le cas des personnes "ultra-sensibles"  et Les Inrocks nous proposent "100 pages de volupté". C'est normal, c'est l'été.

La routine donc. Mais cette année, il y a une petite nouveauté. Les éditeurs de presse ont associé ces thématiques classiques à la notoriété d'animateurs télé. Par exemple, si vous voulez faire des mots croisés mais que vous aimez aussi "les bons moments", Patrick Sébastien a une déclaration à vous faire...

Pour quelque chose de "positif", "inspirant", voire "sans tabou" (oouuuh), il faut demander à S.

Pour régler la question de l'hypersensibilité, chère à Psychologies magazine, on peut désormais s'adresser à l'animatrice de France Télévisions, Faustine Bollaert, qui vient de lancer, elle aussi, son propre magazine hyper sensible.

Vous avez compris le principe : à chaque animateur son magazine. Si possible en respectant plus ou moins la ligne éditoriale de l'émission phare. Pour un magazine sur l'immobilier, ce sera donc...

Un nouveau magazine sur les régions ? Difficile de trouver mieux que...

La télé-qui-se-lit, c'est le nouveau filon des éditeurs de presse. Dans ce registre, c'est Cymès qui fait figure de pionnier avec Dr Good (200 000 exemplaires en moyenne depuis son lancement en 2017), tout comme Stéphane Bern, avec Secrets d'histoire (déclinaison de son émission sur France télévisions) et plus récemment Mission patrimoine, un magazine bimestriel édité dans la foulée de son Super loto.

Ça marche tellement bien que Cymès a lancé d'autres déclinaisons de Dr Good. Comme Martine, Michel est partout...

Même succès pour Sophie Davant, qui a réussi à vendre plus de 100 000 exemplaires par numéro de S depuis un an. Des chiffres qui ont dépassé les espérances de son éditeur, même si le terrain avait été bien balisé. "Nous avions constaté que les couvertures de Télé 7 jours avec Sophie marchaient fort et qu'elle était identifiée", a expliqué au Parisien le directeur de la publication de Czech media invest (CMI, holding du milliardaire Tchèque Daniel Kretinsky, aussi propriétaire de Marianne), qui édite les deux magazines. 

D'autres stars de télé lui ont donc emboîté le pas cet été, avec la même recette : c'est bien l'animateur le produit d'appel de ces bimensuels dont le sommaire relève d'un subtil dosage entre un contenu magazine classique et des apparitions plus ou moins régulières de l'animateur et de l'animatrice vedette. 

Allez donc vous servir à boire, on va feuilleter ces magazines ensemble...

La presse mag, version roman-photo

Dans le magazine des régions de Pernaut, il y a bien évidemment des recettes du terroir. Mais c'est Jean-Pierre lui-même qui surveille la cuisson.

Dans le dossier spécial "sommeil", c'est Michel qui donne ses astuces pour éviter les insomnies.

Si vous avez un projet d'achat de bien immobilier, il y a quelques étapes incontournables. N'est-ce pas Stéphane ?

Et si vous installez une piscine, demandez des conseils de sécurité à des sapeurs pompiers.

Pour élaborer les sommaires, les animateurs et les animatrices n'hésitent pas à donner de leur personne. Dès le deuxième numéro de S, Sophie Davant a posé avec sa fille (qui a d'ailleurs sa propre rubrique culinaire dans le magazine).

Au troisième, c'était avec...

Et dans le numéro de cet été, scoop : c'est sa coiffeuse qui est interviewée et nous prodigue sa recette de grand-mère. "La base d'une belle coiffure", c'est...

Pour illustrer le dossier "Robes d'été, chics et faciles à porter", l'animatrice est même allée jusqu'à prendre la pose avec une "chemise en satin de soie" de la marque Laurence Tavernier à 249 euros et des "boucles d'oreilles La Brune & la Blonde" (mais là, "le prix est sur demande").

Au fil des pages, l'animatrice donne aussi des conseils dans un petit encadré intitulé "le mot de Sophie". C'est ainsi qu'on apprend, dans le dossier spécial "Jambes lourdes", que Sophie Davant, en rentrant chez elle, ne pense qu'à se déchausser : "Marcher pieds nus est un bon moyen de se reconnecter à la terre et de refaire circuler l'énergie." Dans l'article crème solaire, l'animatrice précise qu'elle se protège en se "tartinant de crèmes haute protection". Malin.

Patrick Sébastien s'est également très impliqué dans son magazine de jeux. Au-delà des grilles de mots croisés qu'il a lui-même concoctées, il a ouvert son album de famille...

Au fil des pages, on peut même retracer toute sa carrière télé…

Le tout ponctué par des commentaires toujours très aimables sur l'ex-animateur.

Sans oublier quelques scoops, comme le témoignage exclusif… de sa maquilleuse (sa coiffeuse, ce sera sans doute pour le prochain numéro).

Légèrement auto-centrées, ces stars de la télé s'investissent vraiment dans leur publication, notamment en réalisant elles-mêmes les principales interviews (à condition de rester dans le champ).

Et au passage, entre deux interviews et des shootings photos, ces stars de la télé ont réussi à glisser leur promo...

Le profil des lecteurs

Mais qui peut bien acheter ces magazines (à part un couple de chroniqueurs légèrement moqueurs) ?

À voir les autres publicités, celles des annonceurs, on comprend que le public est plutôt âgé. N'est-ce pas Patrick ?

Même lectorat chez Pernaut, un peu sourd et avec une vue qui baisse.

Chez Faustine Bollaert, la cible, ce sont plutôt les femmes. Et qui dit femmes, dit forcément "peau éclatante", "teint sublime", "rides", "soin anti-taches"...

Quant au lectorat de Sophie Davant, on ne se prononce pas…

On peut simplement préciser que ses abonné.e.s ont de la chance. Pour seulement 22 euros, ils pourront recevoir le magazine et atteindre un certain "bien-être" grâce au "bracelet magnétique" envoyé en cadeau.

Pour le lectorat de Patrick Sébastien, "l'équilibre et le bien-être" peuvent être atteints grâce au "véritable bracelet des 7 chakras".

Des magazines engagés

Si ces magazines donnent l'apparence de la légèreté des magazines d'été, il y a aussi de l'engagement.

Bern et Pernaut sont très mobilisés contre les éoliennes dans leur magazine respectif.

De son côté, Sophie Davant est revenue sur les conséquences de #MeToo avec Estelle Lefébure. Laquelle reste un peu perplexe sur ce  mouvement de fond : "Aujourd'hui, je plains ces hommes qui doivent se tenir à carreau… Faire la cour à une femme actuellement doit être un peu difficile… Là, d'un seul coup on va en faire des hommes qui vont avoir peur. Un geste déplacé, une main comme ça, sur l'épaule."

Un avis que l'animatrice ne semble pas loin de partager quelques pages plus loin : "Où sont les princes charmants forts, fiables, courageux et tendres ? La plupart de ces messieurs de ma génération ont bien du mal à se remettre de leurs échecs passés, à se projeter. Comme s'ils ne parvenaient plus à trouver leur rôle dans la société."

Et les politiques dans tout ça ? Vu l'importance des tirages, on commence à les croiser. Cet été, Stéphane Bern a par exemple donné la parole à Édouard Philippe dans son magazine Mission patrimoine. Lequel est tout à fait mobilisé pour sauvegarder le patrimoine du Havre.

Quant à Faustine Bollaert, elle a ouvert les pages de son magazine à Sophie Cluzel, secrétaire d'État auprès du premier ministre, chargée des personnes handicapées. Dans une longue interview, Cluzel, mère de quatre enfants dont une fille atteinte de trisomie 21, a le champ libre pour dire à quel point le gouvernement est mobilisé sur la question du handicap : "Avec ma casquette de ministre, je veux tout mettre en œuvre pour apporter ce supplément qui peut permettre aux personnes de retrouver l'harmonie. Je suis attentive à ce que l'on puisse ouvrir les portes à tout un chacun et que ce ne soit pas simplement une porte, mais un vrai chemin."

Interview très émouvante, à l'image du magazine hypersensible de Faustine Bollaert. C'est simplement bête que la rédaction ait oublié de demander à Cluzel pourquoi le gouvernement a "sabordé" une proposition de loi, en juin dernier, dont le but était d'individualiser l'allocation adulte handicapée. Aujourd'hui, son montant dépend du revenu des conjoints. Selon les associations, son individualisation aurait permis de garantir une réelle indépendance financière des personnes handicapées. Le vrai chemin pour retrouver l'harmonie est encore long, alors reprenez un granité citron. Et profitez de ces derniers jours d'été, une longue année de campagne présidentielle nous attend...

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.